Navigation – Plan du site
Dossier : Récits d'Univers

Aux origines de l’Inag

The emergence of INAG
Roger Cayrel
p. 11-17

Résumés

Créé en 1967 à l’initiative de Jean-François Denisse, l’Institut national d’astronomie et de géophysique (Inag) a présidé à la construction du télescope de 3,60 mètres Canada-France-Hawaii (TCFH). Roger Cayrel, directeur adjoint de l’institut national et responsable du projet TCFH, revient sur la construction de cet instrument de renommée mondiale…

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le CNES avait été créé six ans plus tôt, en décembre 1961, voir Claude Carlier, Marcel Gilli, Les t (...)

1L’Institut national d’astronomie et de géophysique (Inag) s’appuyait, au moment de sa création en 1967, sur une équipe restreinte : à côté de son directeur, Jean-François Denisse, qui avait été nommé la même année président du Centre national d’études spatiales (CNES) et était par conséquent très occupé par ses activités au sein du nouvel établissement1, figuraient un directeur adjoint, une fonction que j’ai occupée jusqu’en 1971, ainsi que deux secrétaires scientifiques, Pierre Charvin pour l’astronomie et Guy Aubert pour la géophysique. Quelques ingénieurs, dont Pierre-Yves Belly, qui s’était vu confier le projet du télescope de 3,60 mètres, ainsi que des techniciens travaillaient sous notre responsabilité. Les effectifs étaient en somme très réduits.

Pourquoi l’Inag ?

2Quelles raisons ont poussé Jean-François Denisse, le véritable artisan de la création de l’Inag, à mettre une telle structure sur pied ? Avant tout, une expérience antérieure qui lui avait posé de nombreuses difficultés : il avait dû gérer une vaste opération astronomique, la construction du radiotélescope de Nançay. Celle-ci avait mobilisé la somme, tout à fait considérable pour l’époque, de 25 millions de francs. Surtout, elle avait mobilisé la communauté pendant de longues années : dans la mesure où aucune structure ne permettait, dans les années 1950, de piloter un tel projet, il avait fallu en passer par l’Observatoire de Paris. Or l’Observatoire symbolisait l’administration française dans toute sa splendeur : un contrôle financier tatillon était exercé a priori, les crédits n’arrivaient ensuite qu’avec un retard considérable… au point qu’il fallait sans cesse remettre l’ensemble du projet sur le métier.

  • 2 Évoquée pour la première fois lors du conseil d’administration du CNRS du 5 juillet 1965, cette pos (...)
  • 3 Gérard Darmon, « La mise en place d’un institut national au sein du CNRS, l’INAG », Cahiers pour l’ (...)
  • 4 Denis Guthleben, Histoire du CNRS de 1939 à nos jours. Une ambition nationale pour la science, Pari (...)

3En parallèle, de nouveaux projets étaient en train de voir le jour, notamment la construction de nouveaux télescopes de 3,60 mètres inscrite au Ve Plan d’équipement par le directeur de l’Observatoire de Haute-Provence, Charles Fehrenbach. Face à ces projets de plus en plus ambitieux, mais aussi de plus en plus coûteux, la mise en place d’une structure ad hoc apparaissait nécessaire. Jean-François Denisse songeait à une structure souple, horizontale, qui ne prendrait en charge que les gros investissements et assurerait, au travers d’un conseil scientifique permanent, leur cohérence nationale. Il avait été séduit par la possibilité, nouvelle dans les années 1960, de créer un institut national au sein du CNRS2. Aucun institut n’ayant toutefois encore vu le jour, la tâche était loin d’être simple : il fallait tout concevoir de A à Z, sans aucun modèle existant. L’idée a toutefois fait son chemin et a abouti après bien des débats, des oppositions, des rebondissements et de longues négociations. Je n’entrerai pas davantage dans les détails : ils ont été exposés dans un article publié en 1988 par Gérard Darmon3 et ont été remis dans le contexte plus large de l’histoire du CNRS en 20094. En parallèle du travail effectué par les historiens, et des nombreuses archives qui permettront encore de le compléter dans les années à venir, je me contenterai d’évoquer un certain nombre de souvenirs personnels associés à cette aventure des origines de l’Inag.

La construction des grands instruments

4Le transfert de la responsabilité des grandes opérations à l’Inag, dès la création de l’Institut et la nomination de ses dirigeants en septembre 1967, a été un élément très important : auparavant, en cas de conflit entre deux établissements, nul ne savait réellement à qui s’adresser pour le trancher ; désormais, un responsable était clairement désigné pour y parvenir. Pour autant, toutes les difficultés n’ont pas été levées. La première, dès la création du nouvel institut, avait trait aux personnels hors statut qui étaient payés sur des crédits d’équipement et dont nous avions hérité un peu par hasard. Bien que nous leur ayons offert des salaires de 15 à 20 % supérieurs à ceux des agents équivalents du CNRS, ces personnels n’étaient pas satisfaits de leur situation car elle ne présentait aucune garantie : ils œuvraient à la création d’un nouvel instrument, puis d’un autre, et ainsi de suite, en demeurant dans une situation précaire. Ils ont donc entrepris une grève très dure en 1968, qui s’est prolongée l’année suivante et n’a pu être résolue que grâce à l’intervention du contrôleur financier du CNRS et l’intégration de ces personnels sur des postes CNRS.

  • 5 European Incoherent Scatter Facility, qui verra finalement le jour lors de la signature d’un accord (...)

5L’essentiel des missions de l’Inag restait néanmoins la construction de ces grands instruments et notamment, à l’époque, celle du télescope de 3,60 mètres puis, plus tard, le lancement du projet Eiscat5. Pour le télescope, dont j’étais le responsable scientifique, une grande campagne avait été entreprise avant même la naissance de l’Inag : il fallait trouver le site idéal pour accueillir un tel instrument. Tout naturellement, nous avons commencé par tester des sites français : l’Observatoire de Saint-Michel n’était pas acceptable car il était situé trop bas ; l’Observatoire du Pic du Midi ne l’était pas davantage parce qu’il était à l’inverse situé trop haut, que la place libre ne permettait de toute manière pas de l’agrandir et que son accès posait de sérieux problèmes. N’ayant pas trouvé d’autres sites satisfaisants en France malgré nos recherches, nous avons commencé à prospecter à l’étranger, dans le Sud de l’Espagne, puis sur l’île de Ténérife, de même qu’en Basse-Californie.

  • 6 Le site, localisé dans le département des Hautes-Alpes, a d’ailleurs accueilli en 1974 un petit obs (...)

6Maurice Ravaud, le chef de la division technique de l’Inag, que nous avions désigné comme le responsable de ces recherches, avait conclu dans un rapport que le site présentant la plus haute qualité parmi tous ceux qui avaient été visités était précisément celui qui se trouvait le plus loin, en Basse-Californie. Mais ce rapport avait aussi permis de répondre à une autre question, sans le moindre doute : si le télescope avait dû être construit en France, comme le souhaitait le directeur général du CNRS Hubert Curien, il l’aurait été sur le Pic de Château Renard, dans le Haut-Queyras6. Mais l’opération était trop onéreuse pour un pays, et la France n’était plus en mesure de l’entreprendre seule après le choc pétrolier de 1973.

Le télescope CFH : un projet international

7Le choix d’un site dépendait donc aussi des partenaires qui allaient s’associer à la France dans le projet. Lors d’une réunion du conseil de direction de l’Inag, nous avons ainsi reçu un responsable allemand pour lui soumettre la proposition d’un site que nous n’avions pas encore prospecté, mais qui s’annonçait prometteur : celui d’Hawaii. Je me souviens parfaitement de sa réponse : « Zu weit, zu hoch », « Trop loin, trop haut ». L’altitude était en effet supérieure à 4 000 m et certains s’inquiétaient de son impact sur la santé des astronomes : nous savions que les personnels sont fortement incommodés à 5 000 m, mais nous ignorions encore ce qu’il en était aux alentours de 4 400 m.

  • 7 Un instrument doté de miroirs hyperboliques, mis au point en 1910 par l’Américain George Willis Rit (...)

8Le Canada figurait parmi les partenaires potentiels, d’autant plus qu’il nourrissait aussi un projet de grand télescope et recherchait un site d’implantation. Dès les premiers contacts que nous avons établis, nous avons immédiatement ressentis tout l’intérêt de nous associer aux Canadiens. Ils étaient favorables au site hawaïen, indiscutablement le meilleur y compris pour son atmosphère très homogène, et étaient prêts à s’engager rapidement dans le projet. Leur participation a permis de résoudre une autre difficulté : des tensions existaient en France sur le type de télescope qu’il convenait de bâtir. L’équipe de l’Observatoire de Haute Provence penchait pour un télescope de type Ritchey-Chrétien7 ; à l’inverse, André Lallemand, l’inventeur de la caméra électronique, qui enseignait alors au Collège de France, et Paul Couderc, l’opticien de l’Observatoire de Paris, estimaient que les miroirs sphériques d’un tel instrument n’auraient pas la qualité que celle offerte par un miroir primaire parabolique et un miroir secondaire, également parabolique ou légèrement sphérique. Or, dans la mesure où les Canadiens montraient clairement leur préférence pour cette deuxième solution, le débat a été tranché très rapidement.

9Un autre argument a pesé : si nous avions choisi la Basse-Californie, les Mexicains exigeaient que le télescope devienne leur propriété entière au terme d’une période de vingt ans. L’Université de Hawaii, en revanche, n’avait aucune exigence de ce type. Ses demandes étaient très raisonnables au regard des prétentions affichées par d’autres instituts étrangers. Ses responsables ont même proposé de participer aux frais de fonctionnement, et offert le site en échange de 15 % du temps d’observation. Notre choix s’est vite révélé être le meilleur : la coopération franco-canadienne a fonctionné à plein, avec le soutien résolu du directeur administratif et financier du CNRS, Pierre Creyssel. Afin de gagner du temps, Pierre Creyssel avait en effet préparé un memorandum of understanding qui permettait aux agences de financer l’opération de construction légalement et indépendamment. Nous avons ainsi pu, du côté canadien comme du nôtre, recruter du personnel de bureau pour le projet.

10Ces dispositions nous ont permis de nous concentrer sur la conception optique et mécanique de l’instrument. Si, du point de vue optique, la question a été tranchée avec l’aide des Canadiens, les questions d’ordre mécanique ont nécessité des études nombreuses et poussées : on ne construit pas un télescope à plus de 4 000 d’altitude à Hawaii comme on peut le faire en France. Les contraintes sont en effet différentes, et la monture n’a donc pas la même nature. Il fallait également songer à la gestion du télescope dès lors qu’il aurait été construit. L’idée de Jean-François Denisse était en effet de confier à l’Inag les projets de construction uniquement, non le fonctionnement ultérieur des instruments : une opération était menée à son terme, puis une suivante, et ainsi de suite, en confiant à chaque fois sa gestion à terme à une autre entité. C’est ainsi que la société du télescope a vu le jour.

L’Inag : un institut de projets

11Dans l’ensemble de ces domaines, l’Inag nous a apporté une grande souplesse administrative qu’aucun d’entre nous n’avait connue auparavant, ni dans l’enseignement supérieur, ni au CNRS. À titre d’exemple, au lieu d’attendre que la Commission des marchés trouve le temps de s’occuper de notre projet, au milieu de tous ceux qu’elle avait déjà à gérer, il nous suffisait de l’informer du lancement d’un appel d’offre et d’obtenir son avis dans un délai d’une dizaine de jours. Cette souplesse nous permettait de nous concentrer pleinement à l’avancement du télescope, grâce notamment aux réunions hebdomadaires organisées par Pierre-Yves Belly.

12Je souhaite également dire quelques mots d’un événement survenu dans le déroulement du projet, qui ne figure sans doute sur aucun des documents que les historiens pourront consulter. Un matin, aux environs de 6h30, j’ai reçu un appel téléphonique de mon collègue l’astronome John Jefferies. Il voulait me mettre en garde : « Écoute, il se passe des choses très inquiétantes, il faut que tu t’en occupes immédiatement. Les journaux locaux titrent "La société du télescope Canada-France-Hawaii viole intentionnellement la loi" ». Le sous-traitant le plus important, chargé de la construction du bâtiment du télescope, avait en principe à sa disposition un certain nombre de personnes et de bâtiments pour toute la durée des travaux. Il avait, pour cela, obtenu l’autorisation de l’administration hawaïenne, et il avait décidé de recruter davantage de personnel afin d’avancer plus vite les travaux. Il a donc érigé des bâtiments provisoires supplémentaires, qui devaient être retirés au bout d’un mois. À la fin de cette échéance, il a demandé un délai additionnel, soumis à une dérogation délivrée par l’administration locale. Cette dérogation n’étant jamais arrivée, il a été accusé de violer la loi.

13Il s’agit d’un fait apparemment anodin. Mais il a eu de grandes conséquences : le Board of Land and Natural Ressources, une administration très importante quand il s’agit de projets de construction, a décidé, à l’initiative de l’un de ses membres, d’exiger un loyer considérable pour le terrain où étaient installés les bâtiments. Or il était entendu avec l’Université d’Hawaii, heureusement par écrit, que ce terrain était mis gracieusement à notre disposition. Pour régler ce conflit, il n’a pas fallu moins qu’une réunion des partenaires du projet à New York, où nous avons décidé dans l’urgence de démonter les bâtiments, ainsi qu’une initiative salutaire de Pierre Creyssel. Le directeur administratif du CNRS est en effet parvenu à confier la gestion de cette difficulté à l’Université de Hawaii. Et il a bien fait : il s’est avéré que le membre du Board of Land and Natural Ressources nourrissait des liens étroits avec la mafia. Chacun d’entre nous a d’ailleurs été mis en garde : si nous recevions une couronne mortuaire, il fallait absolument prévenir les autorités dans les meilleurs délais. Fort heureusement, cela ne s’est jamais produit ! Mais cette affaire, qui compte parmi les aléas sans doute inévitables d’un tel projet, a duré plus d’une année.

14L’élaboration des statuts de la société du télescope, elle, a été beaucoup plus paisible. Il ne s’agissait pas de l’activité la plus passionnante, mais il fallait en passer par là et assister à toutes les réunions prévues pour y parvenir. Le maître mot était celui du consensus, et aucune difficulté n’est survenue au fil des négociations que nous avons menées avec les Canadiens et l’Université d’Hawaii. Les discussions nous ont néanmoins réservé une surprise : nous avons découvert que, selon la règlementation américaine, le congé maternité n’existait pas et que les femmes étaient contraintes de prendre un congé pour convenance personnelle ou de se mettre en arrêt maladie au terme de leur grossesse.

15Pour conclure, sans la moindre hésitation, l’Inag a apporté une aide considérable au succès du projet de télescope. L’opération a été menée en six ans et, chose extrêmement rare, avec des coûts inférieurs au budget initialement prévu. Ce résultat est dû à la structure mise en place au sein du CNRS, mais aussi au professionnalisme et au dévouement de toute l’équipe. Mes remerciements vont en premier lieu à l’ingénieur Pierre-Yves Belly, mais aussi à toute l’équipe du bureau de projet, aussi bien celle qui a jeté les premières bases à Meudon que celle qui a travaillé en parallèle à Ottawa, avant que tout le monde se retrouve sur le site d’Hawaii. Et je remercie également, hélas de manière posthume, mon collègue Graham Odgers, mon adjoint à la tête du programme, qui nous a quitté il y a peu de temps.

16Jean-François Stéphan : Cette présentation suscite certainement de la part des plus anciens d’entre vous, qui ont connu l’Inag, des commentaires ou des précisions, des ajouts ou des questions, puisque l’aventure de ce télescope a été importante dans la naissance et dans la vie de l’Inag.

17Gérard Lelièvre : Comme toujours, Roger, tu es resté trop modeste : un élément important mérite d’être ajouté. Certes, le coût du projet a été inférieur au budget. De la même manière, l’ensemble a été mené de main de maître et a vu son aboutissement au bout de six années seulement. Mais ce télescope était surtout, au moment de sa livraison, le meilleur au monde avec une qualité d’image de l’ordre d’une seconde d’arc. De plus, il disposait d’une possibilité d’améliorations mécaniques et optiques que tes successeurs ont exploitées ultérieurement pour obtenir 0,3 seconde d’arc.

18Roger Cayrel : Je remercie beaucoup Gérard de cette remarque, et j’ajouterais encore que, grâce au travail exceptionnel des opticiens qui ont continué à s’intéresser à ce télescope avec l’optique adaptative, et grâce également à la qualité exceptionnelle du site, nous avons réussi à obtenir au sol, au bout d’une quinzaine d’années, la résolution du télescope spatial Hubble.

19Jean-François Stéphan : J’ai eu l’occasion de montrer ces diapositives, que certains d’entre vous possèdent, préparées par Jean-Marie Hameury et qui dévoilent le même objet observé à l’aide des différentes technologies successives. C’est absolument impressionnant de comparer ce que l’astronomie au sol et l’astronomie spatiale ont pu apporter depuis l’époque de la construction du télescope CFH.

  • 8 L’Institut national de physique nucléaire et de physique des particules, en gestation au moment de (...)

20Denis Guthleben : Concernant l’ancrage dans le CNRS lui-même, Jean-François Denisse ne semble pas avoir voulu imiter l’exemple de l’institut national qui était en train de se dessiner pour la physique nucléaire et la physique des particules, avec l’IN2P38.

21Roger Cayrel : Il était en effet tout à fait clair que l’IN2P3 n’était pas le modèle que Jean-François Denisse avait en tête. Il souhaitait créer une structure beaucoup plus légère, qui n’aurait pas à gérer les établissements eux-mêmes, mais uniquement à piloter les grands projets jusqu’à leur aboutissement puis à confier leur gestion à d’autres structures.

22Denis Guthleben : Les craintes des Allemands sur les incommodités d’un site à plus de 4000 mètres étaient-elles justifiées ? Quelles ont été les difficultés d’utilisation de ce télescope à des altitudes, quand même, assez extrêmes ?

23Roger Cayrel : Je ne connais que deux cas d’astronomes réellement incommodés par les conditions qui prévalaient sur le site. Des dispositifs de masques à oxygène avaient de toute manière été aménagés en cas d’urgence.

24Sylvie Joussaume : Je m’interroge sur les liens qui existaient entre l’institut national et le département du CNRS, et qui sont restés un élément récurrent de l’histoire de l’Insu : comment étaient-ils gérés à l’époque ?

25Éric Esparre : Ancien directeur administratif et financier de l’Insu et ancien directeur du personnel de l’IN2P3, j’ai une question complémentaire à celle de Sylvie Joussaume : quels étaient les personnels techniques de l’institut ? Disposiez-vous de personnels différents de ceux que vous avez évoqués, c’est-à-dire payés sur les crédits d’équipement ?

26Roger Cayrel : Les attributions du CNRS et de l’Inag étaient suffisamment claires pour qu’il n’y ait pas de recouvrement. Très clairement, le CNRS était au-dessus de l’Inag du point de vue administratif. Mais les attributions du département demeurent quand même beaucoup plus générales que celles de l’Inag : l’un gère tous les établissements du CNRS relevant de son domaine, l’autre reste ciblé sur les grandes opérations.

27Françoise Balestié : Au moment de la création de l’Inag et de la construction du TCFH, le CNRS ne comptait pas encore de départements comme nous les avons connus par la suite avec Terre, Océan, Atmosphère, Espace : le directeur scientifique était entouré d’une équipe très restreinte. L’administration disposait d’un bureau des chercheurs, qui gérait l’ensemble du personnel chercheur, et d’un bureau dédié aux programmes et aux moyens, qui suivait l’ensemble des laboratoires. L’identification des départements, elle, est venue plus tard.

28Nicole Blondin : Il n’y avait en effet pas de département, mais une gestion centralisée de l’ensemble des chercheurs. L’Inag concernait ainsi les physiciens du globe et, évidemment, le corps des astronomes. Dans la mesure où ce dernier n’offrait pas la possibilité de détacher directement l’un de ses personnels auprès d’un grand établissement à l’étranger, je me souviens m’être occupée du détachement de Roger Cayrel pour aller travailler à Hawaii : il a donc été détaché auprès du CNRS et le CNRS l’a affecté au projet.

29Jean-François Stéphan : Ces précisions sur le personnel, sur le corps des astronomes et sur les physiciens du globe, sont capitales. Le Conseil national des astronomes et des physiciens (Cnap) était, à l’époque déjà, rattaché au ministère de l’Éducation nationale. Quels étaient les rapports entre le CNRS et le ministère pour ce qui était des affectations de ces personnels ?

30Nicole Blondin : Il y avait certes quelques cas de détachements, mais nous étions réellement les pilotes de la mise en place de la procédure. Nous devions néanmoins expliquer à chaque fois, à nos homologues du CNRS, ce qu’était le Cnap et quels étaient ses personnels, qui n’étaient connus que dans le périmètre de l’institut. Au sein du CNRS, les difficultés étaient grandes à faire comprendre quelles étaient les fonctions et les missions spécifiques des personnels du Cnap : le service juridique lui-même, à l’occasion d’un décret, les avait oubliés dans les zones d’interventions de notre département et de l’institut.

31Jean-François Stéphan : Je ne peux m’empêcher de sourire, et si Marie-Hélène Papillon, la directrice administrative de l’Insu, était là, elle sourirait comme moi : aujourd’hui encore, il faut continuer à expliquer ce qu’est, à quoi sert et où se situe le Cnap dans la galaxie des corps de la recherche française. De la même manière, tout récemment, nous avons été très surpris de découvrir que les services juridiques du CNRS ignoraient que l’établissement rétribuait les salaires des marins qui lui sont rattachés. Fort heureusement, les chercheurs de l’Insu, de même que les enseignants-chercheurs, ont encore quelques qualités pédagogiques, et nous savons tous que la pédagogie est tout d’abord l’art de savoir répéter… donc nous répétons, et répétons encore…

32Roger Cayrel : Je souhaiterais répondre à Nicole Blondin, qui s’est occupée de mon cas personnel et elle l’a très bien fait puisque l’argent est arrivé à la Société du télescope ! Mais le problème était de savoir si la société du télescope, de droit américain, allait me payer. Et où devais-je payer mes impôts ? Aux États-Unis, sur l’argent qui était arrivé, ou en France, qui était la source des fonds. Je n’ai pas obtenu de réponse rapide de la part des États-Unis, mais comme là-bas les impôts sur le revenu sont prélevés à la source, je n’avais pas le choix, et ils ont prélevé ! Et c’est un an plus tard seulement que l’information est arrivée : je devais payer mes impôts en France. Je les avais payés aussi en France, je les avais donc payés dans deux endroits pendant un certain temps… mais l’administration fiscale américaine m’a quand même rendu tout ce qu’elle avait touché, en ajoutant même 2 % d’intérêts sur la somme.

Haut de page

Notes

1 Le CNES avait été créé six ans plus tôt, en décembre 1961, voir Claude Carlier, Marcel Gilli, Les trente premières années du CNES, Paris, La Documentation française, 1994.

2 Évoquée pour la première fois lors du conseil d’administration du CNRS du 5 juillet 1965, cette possibilité est devenue effective dès l’année suivante.

3 Gérard Darmon, « La mise en place d’un institut national au sein du CNRS, l’INAG », Cahiers pour l’histoire du CNRS, 1988-1, p. 63-90.

4 Denis Guthleben, Histoire du CNRS de 1939 à nos jours. Une ambition nationale pour la science, Paris, Armand Colin, 2009, p. 269-273.

5 European Incoherent Scatter Facility, qui verra finalement le jour lors de la signature d’un accord international entre la France, la RFA, la Norvège, la Suède et la Finlande à Paris le 14 janvier 1975.

6 Le site, localisé dans le département des Hautes-Alpes, a d’ailleurs accueilli en 1974 un petit observatoire installé par l’Observatoire de Paris.

7 Un instrument doté de miroirs hyperboliques, mis au point en 1910 par l’Américain George Willis Ritchey (1864-1945) et le Français Henri Chrétien (1879-1956).

8 L’Institut national de physique nucléaire et de physique des particules, en gestation au moment de la création de l’Inag, verra finalement le jour en 1971.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roger Cayrel, « Aux origines de l’Inag », Histoire de la recherche contemporaine, Tome II - N°1 | 2013, 11-17.

Référence électronique

Roger Cayrel, « Aux origines de l’Inag », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome II - N°1 | 2013, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 16 août 2017. URL : http://hrc.revues.org/708 ; DOI : 10.4000/hrc.708

Haut de page

Auteur

Roger Cayrel

Directeur adjoint de l’Institut d’astrophysique et de géophysique (Inag)

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org