Navigation – Plan du site
Dossier : Récits d'Univers

De l’Inag à l’Insu

From INAG to INSU
Michel Petit
p. 18-27

Résumés

Directeur de l’Institut national d’astronomie et de géophysique à la suite de Jean Delhaye (1971-1978) et directeur scientifique du département Terre, Océan, Atmosphère, Espace du CNRS de 1978 à 1985, Michel Petit a organisé l’élargissement qui a abouti à la naissance de l’Institut national des sciences de l’Univers (Insu) en 1985.

Haut de page

Texte intégral

1Je voudrais tout d’abord revenir sur la création de l’Inag dont a parlé Roger Cayrel. Il n’y a aucun doute sur le fait que l’Inag a été créé pour répondre aux difficultés qu’avaient rencontrées les radioastronomes lors de la construction du radiotélescope de Nançay. J’ai eu l’occasion de me rendre compte personnellement de ces difficultés. En effet, pour faciliter la décision de financement de cet instrument, Jean-François Denisse avait proposé qu’il soit utilisé par des géophysiciens pendant 15 % du temps. C’est ainsi que mon équipe a profité de cette possibilité pour réaliser, sur une idée de Owen Storey, une étude de l’ionosphère par diffusion incohérente. Nous utilisions le radiotélescope de Nançay comme antenne de réception de signaux diffusés par l’ionosphère, sur laquelle on envoyait des ondes radio au moyen d’une antenne de 30 m par 100 m, située à 300 km au sud de Nançay et d’un puissant émetteur de 150 kW. Quelques 10-18 W étaient reçus au foyer du radiotélescope de Nançay, en dépit de ses dimensions utiles de 35 m par 200 m.

2C’est ainsi que j’ai côtoyé les chercheurs en radioastronomie, confrontés à de sérieuses difficultés liées à un cruel manque de moyens. Je me souviens de Jean Delannoy tournant lui-même les pièces de l’ampli paramétrique dont il avait besoin pour amplifier le signal. Dans le même temps, les chercheurs de mon équipe au Cnet travaillaient dans des conditions infiniment plus confortables et c’est ainsi que, dès que le télescope a été achevé, nous avons pu l’utiliser, alors que les malheureux qui s’étaient échinés à le mettre au point n’avaient pas encore les récepteurs indispensables et n’ont pu commencer à vraiment faire de la science qu’un an plus tard. J’ai donc vécu de près les difficultés concrètes des chercheurs et je ne peux qu’approuver la démarche de Jean-François Denisse qui a abouti à la création d’un organisme capable de prendre en charge la réalisation de grands instruments.

Institut et département

3Après lui, est arrivé à la direction de l’Inag Jean Delhaye, un astrométriste spécialiste de la cinématique des étoiles, qui nous a malheureusement quittés il y a une dizaine d’années maintenant. C’est lui qui a vraiment bien mis sur les rails l’Inag, après que Jean-François Denisse ait été appelé à de hautes fonctions. L’anecdote suivante illustre sa personnalité : lors d’une discussion avec le directeur d’un grand établissement, en vue de résoudre un problème commun, il avait suggéré comme solution : « Eh bien, on va dire la vérité ! ». Alors, son interlocuteur, de caractère très florentin, avait réfléchi un peu et répondu : « C’est une tactique ! ». Delhaye était tout à fait à l’opposé d’une telle réaction qui l’avait beaucoup amusé. Il était un homme rigoureux, droit, d’une grande honnêteté intellectuelle, d’une grande gentillesse, d’une grande affabilité, tout en étant un excellent scientifique. C’est lui qui, en particulier, a résolu la plupart des problèmes d’intégration des contractuels que Roger Cayrel a évoqués tout à l’heure, et il ne m’a laissé à régler que cinq ou six cas, qui évidemment étaient les plus problématiques !

  • 1 Institut de radioastronomie millimétrique, créé en 1979.

4L’Inag était à l’origine destiné aux grands instruments et, en particulier j’ai été le représentant de la France dans les organes de direction et de gestion des grands instruments internationaux. À mon arrivée, il y avait le télescope de 3,60 m à Hawaii et Eiscat, l’expérience européenne de diffusion incohérente qui était la prolongation des expériences que j’avais faites moi-même en utilisant le télescope de Nançay. Puis est apparu l’Iram1, qui comprenait un interféromètre placé sur le plateau de Bure, près de Gap, ainsi qu’un télescope de 30 m de diamètre également en ondes millimétriques, installé au Pico Veleta en Espagne. Cette opération était réalisée en partenariat avec la Max-Planck Gesellschaft. Le télescope de 3,60 m l’était avec le Canada et l’université de Hawaii, et Eiscat avec quatre partenaires, à parts égales : l’Allemagne, le Royaume-Uni, la France, et l’ensemble des trois pays qui accueillaient les trois antennes du système, c’est à dire la Norvège, la Suède et la Finlande.

  • 2 Institut national de physique nucléaire et de physique des particules.

5À l’époque, le rôle de l’Inag était de réaliser des investissements lourds à l’échelle nationale et de mener des politiques d’instruments moyens, attribués à des établissements, mais nécessitant une coordination à l’échelle nationale. C’est vrai que l’Inag était un institut du CNRS, mais dans une certaine mesure, l’Inag était plus large que le CNRS, au sens où il avait vraiment la responsabilité nationale des grosses opérations d’astronomie et de géophysique. L’ensemble du corps des astronomes et géophysiciens était directement concerné par ses réalisations. En revanche, l’Inag, contrairement à l’IN2P32, ne gérait pas les crédits de fonctionnement, conformément au souhait initial de Jean-François Denisse. C’était le rôle du département Terre-Océan-Atmosphère-Espace (TOAE) qui était un département du CNRS et qui, au moment où Jean Delhaye a pris la direction de l’Inag, avait un directeur scientifique autonome, Wladimir Mercouroff.

6On peut imaginer les sources de tension entre ces deux responsables : le directeur scientifique trouvait qu’il était anormal de ne pas avoir son mot à dire dans les décisions de construction prises par l’Inag, alors que c’est lui qui aurait à financer le fonctionnement de ces instruments. Le directeur du CNRS a réglé définitivement ce problème récurrent, en saisissant l’occasion du départ de Wladimir Mercouroff pour mettre en place un directeur unique à l’Inag et à TOAE, Jean Delhaye en l’occurrence. C’est un peu grâce à Michel Aubry, alors son adjoint, que j’ai envisagé de postuler comme successeur de Jean Delhaye, lorsqu’il a souhaité être remplacé. Michel Aubry était un vieil ami issu du laboratoire mixte Cnet et CNRS dont j’étais moi-même directeur-adjoint. Il y avait dans ce laboratoire des gens de tous statuts, en particulier Cnet et CNRS, qui travaillaient côte-à-côte. Mais ce qui comptait, c’était le laboratoire, et je ne savais pas toujours qui était payé par qui. Pour moi, le CNRS était tout autant une maison de rattachement que pouvait l’être le Cnet, bien que mon statut soit celui d’ingénieur du corps des télécommunications dont je suis maintenant retraité.

Un Institut autonome, indépendant et souple

7Jean Delhaye souhaitait que son successeur soit nommé aussi rapidement que possible. Cependant, lorsqu’il m’a reçu, il n’a pas cherché à me convaincre par une description flatteuse du poste ; il a au contraire souligné toutes les difficultés des fonctions à remplir. Je peux imaginer plusieurs raisons à cette attitude, la première d’entre elles étant son honnêteté intellectuelle qui lui dictait de m’avertir des problèmes auxquels je serais confronté. Le souci de tester ma motivation allait dans le même sens, enfin peut-être avait-il deviné que je serais plus attiré par des défis à relever que par une sinécure. Avec la bénédiction du directeur général, Robert Chabbal, je suis donc entré en fonctions, fin 1978. La nomination officielle s’est fait un peu attendre, car la ministre de l’époque – je n’ai jamais très bien compris pourquoi – n’était pas très enthousiaste et elle a fait traîner les choses, si bien que j’ai rempli les fonctions pendant environ un an sans être véritablement nommé. Je crois qu’on peut en tirer une leçon de pragmatisme : ce qui compte, c’est de bien faire le travail, sans trop se soucier des règles technocratiques. Le jour où Marie, qui apportait les boissons au Comité national, m’a servi ma boisson favorite – de l’eau – sans même me poser de question, j’en ai conclu que j’étais légitimé.

8La chose dont je suis le plus fier dans mes activités au sein de l’Inag est un évènement dont vous n’avez probablement jamais entendu parler… et c’est bien pour ça que j’en suis fier ! Quand je suis arrivé, la décision avait été prise de fermer le centre de calcul de l’Inag. En effet, au début, dans les années 1960, les ordinateurs étaient de gros engins. Progressivement, avant d’en arriver aux ordinateurs individuels qui nous sont familiers, on a vu apparaître des calculateurs à l’échelle des laboratoires qui se sont de plus en plus équipés de telles machines. L’existence d’un centre de calcul ne se justifiait donc plus à l’Inag. La décision de le fermer s’imposait, mais posait la délicate question de la reconversion des personnels travaillant dans ce centre. Il aurait pu en résulter un conflit majeur qui aurait fait grand bruit, mais ce dont je suis très content, c’est justement d’avoir réussi à régler ce problème sans que personne n’en parle. Ce résultat a été obtenu par la mise en place d’une concertation ouverte. Après examen des différents établissements s’étant doté de centres de calcul, j’ai affiché la liste des endroits ayant un besoin pressant d’informaticiens et demandé aux personnels du centre de calcul de l’Inag de m’indiquer quels postes les intéresseraient. C’est ainsi que le dialogue s’est engagé, que nous avons négocié et que tout le monde a finalement trouvé un point de chute, répondant à un réel besoin.

9L’Inag était effectivement tout à fait autonome, indépendant, et avait une souplesse tout à fait remarquable. Je crois que c’est un peu dommage qu’on ait perdu cette qualité que je voudrais illustrer par une anecdote. Nous étions à la recherche d’un directeur pour un laboratoire propre et on me signale l’existence d’un Américain ayant les compétences requises qui, pour des raisons familiales, était susceptible d’être intéressé. Je lui téléphone en Californie, il me confirme son intérêt pour le poste mais me dit qu’il souhaitait visiter le laboratoire et discuter avec le personnel, – rien de plus normal. Cependant, sauf à repousser sa visite de plusieurs mois, il devait venir la semaine suivante avant le début de son trimestre d’enseignement. Je téléphone à la direction compétente du CNRS au Quai Anatole-France et on me répond : « Mais vous n’y pensez pas, Monsieur le directeur ! Prendre en charge, avec un préavis de deux jours, le voyage et le séjour d’un étranger, qui en plus, n’appartient pas au CNRS… C’est absolument impossible ! ». J’appelle depuis le quai Anatole France M. Bertram à l’Inag, je lui explique l’affaire, et il me répond que le lendemain midi, la personne en question aurait son billet en prepaid à l’agence Air France de Los Angeles et quand il arriverait à Paris, on lui donnerait, en liquide, le per diem auquel il a droit compte-tenu de la durée de son séjour. C’était le même contrôleur financier, le même agent comptable, et dans un cas ce n’était pas possible, et dans l’autre cela ne posait aucun problème ! Et je crois que cela résume, de façon très concrète, les immenses avantages de l’Inag par rapport à la lourdeur de la machine administrative du CNRS qui a tendance à oublier ce que disait Pierre Creyssel : » l’administration est serve, elle est là pour servir, elle n’est pas là pour son intérêt propre ».

10Malheureusement, il y avait un certain nombre de personnes dans cette maison avec lesquelles j’ai eu des conflits, car elles n’étaient pas toujours convaincues de cette vérité. Cela ne veut pas dire pour autant que nous faisions n’importe quoi à l’Inag, et en particulier, le chef des services administratifs, Marcel Bouquerel qui nous a malheureusement quitté il n’y a que quelques semaines, était un homme parfaitement rigoureux. Quand je lui faisais part de mon souhait de faire telle chose, il lui arrivait de m’expliquer que ce n’était pas possible pour telle et telle raison, mais après que je lui aie expliqué en détail le but à atteindre, il réussissait toujours à me proposer une solution réaliste. C’était quelqu’un qui avait ce souci d’être toujours constructif, que l’administration soit au service de la science, et non pas le contraire.

De l’Inag à l’Insu…

11Je voudrais maintenant évoquer le passage de l’Inag à l’Insu. L’apport que pouvait apporter l’institut à des disciplines voisines de l’astronomie et de la géophysique était une évidence. Là encore, on a prouvé le mouvement en marchant. C’est-à-dire que l’Inag a commencé à s’occuper de géologie sans trop se préoccuper de savoir s’il était officiellement mandaté. Il a pris en charge l’organisation de l’étude géologique du Tibet, qui dépassait clairement son cadre de compétence. Pourquoi le Tibet ? À cause de son intérêt géologique, car l’Inde se déplace vers le nord au gré de la dérive des continents et poinçonne le continent asiatique. C’est cette pression de l’Inde sur le continent asiatique qui a créé un plateau de plus de 4 000 m d’altitude, dénué de toute végétation masquant les structures géologiques. C’est donc un sujet d’étude tout à fait majeur qui passionne les scientifiques spécialistes de ce genre de sujet. Son exploration n’a été possible que dans le cadre d’une collaboration avec l’Académie des sciences géologiques de Chine qui a mis à la disposition des chercheurs français des moyens logistiques impressionnants.

12Pendant trois ans consécutifs, nous avons envoyé sur le terrain, chaque année en été, deux vagues de chercheurs et au total 320 chercheurs français ont séjourné au moins six semaines au Tibet. L’Inag avait la capacité de mener à bien les négociations indispensables avec la partie chinoise. Ces négociations étaient parfois un peu difficiles, d’ailleurs plus dans la forme que sur le fond. Je vous en citerai un exemple : à Pékin, vers la fin du programme, les demandes des Chinois qui nous sont présentées à notre arrivée sont tout à fait raisonnables et nous sommes persuadés qu’un accord sera aisément trouvé. Après trois jours de discussions pied à pied, nous arrivons à boucler le protocole d’accord et nous pensons en avoir terminé. Le dernier soir, ils nous annoncent que le dîner serait servi de bonne heure et qu’une séance de travail aurait lieu après le dîner. Nous constatons rapidement que la relecture annoncée se transforme en une nouvelle discussion de chacun des points de l’accord. Nous avions dîné vers 18 heures ; vers 23 heures, les Chinois nous disent qu’ils avaient prévu un petit encas, nous nous sommes arrêtés environ une heure, et la réunion a repris jusqu’à 6 heures du matin ! À la fin, pressés par le temps, avec une conférence de presse prévue à 10 heures, ils ont cédé sur des points pour lesquels nous étions prêts à leur donner satisfaction. Je pense que la raison d’être de cette longue nuit était essentiellement une manifestation à usage interne de leur fermeté dans la négociation, sans objectif concret. 

13Au-delà des anecdotes pittoresques, il faut retenir que le directeur de l’Inag avait les pleins pouvoirs de négociation internationale et pouvait prendre des engagements. Il en était ainsi pour la collaboration franco-chinoise, mais également dans les Conseils d’administration des sociétés gérant les trois grands instruments en collaboration internationale que j’ai précédemment évoqués. J’avais certes une contrainte de budget mais j’étais parfaitement libre de décider de son utilisation et c’était donc un système extrêmement efficace. L’idée avait émergé d’étendre les missions de l’Inag à la géologie – les géologues étaient très demandeurs à l’époque – mais aussi à l’océanographie. J’avais également en vue la prise en charge de la problématique de l’environnement qui se profilait à l’horizon. C’est ainsi que j’ai proposé le nom d’Institut des Sciences de l’Univers (Insu), sans avoir fait un effort d’imagination fantastique : je me suis contenté de reprendre le titre de la section de l’Académie, section des Sciences de l’Univers. Tout le monde a approuvé cette proposition et c’est ainsi que le nom « Insu » a été adopté. Un PIR, programme interdisciplinaire de recherche, avait été créé pour l’océanographie quelques années auparavant, le Piro ou Pirocéan, dans la lignée des PIR qui existaient. J’avais à l’époque proposé un nom qui était bien plus recherché que Pirocéan : Poséidon, pour Programme d’orientation et de soutien des études interdisciplinaires pour le développement de l’océanographie nationale. Le nom retenu était moins imaginatif, mais présentait l’avantage de mieux souligner son inscription dans la lignée des PIR. Aujourd’hui, l’ensemble des activités d’océanographie est effectivement piloté par l’Insu.

Directeur de l’Institut national : une fonction « éclatante »

14La création de l’Insu fin 1984 a été l’occasion de mon départ, le directeur général et le ministre ayant souhaité profiter de cette occasion pour avoir un renouvellement d’une direction en place depuis 8 ans. Je ne vous cacherai pas que j’ai été déçu de ne pas pouvoir orienter les premières actions de l’Insu et lancer un certain nombre de choses concrètes dans le domaine de l’océanographie et de l’environnement. J’ai donc quitté l’Insu un peu triste. Honnêtement, quand je fais le point sur ma carrière, je crois que ce sont les années passées dans cette fonction dont je garde le meilleur souvenir. J’en garde le meilleur souvenir parce que j’étais en contact avec des directeurs de laboratoires, qui étaient des gens brillants, parmi les meilleurs de leurs disciplines et désireux de me convaincre de la valeur de leurs recherches. Ils me donnaient des petits cours particuliers parfaitement adaptés à mon niveau qui m’ont permis de prendre connaissance de nombreux domaines nouveaux et de contribuer par mes décisions d’attribution de moyens, au développement de recherches passionnantes. Ma vie professionnelle ne s’est pas arrêtée là et j’ai eu ensuite des responsabilités dans lesquelles je me suis épanoui, mais néanmoins, c’est vraiment là que je me suis… « éclaté » le plus !

15Je voudrais évoquer également une création de Michel Aubry lorsque nous travaillions ensemble : le Programme national d’étude de la dynamique du climat qui est un domaine auquel je continue à m’intéresser. C’était la contrepartie française du Programme mondial de recherches sur le climat. Vous pouvez toujours chercher un décret de création, il n’y en a pas ! Simplement, les organismes de recherche ont pris l’habitude de se réunir tous les ans – et ils continuent à le faire – depuis le début des années 1980, pour coordonner leurs actions. Voici un bel exemple d’une action efficace sans structure administrative inutilement lourde. Prouvons le mouvement en marchant, c’est l’essentiel.

16Je crois que les colloques de prospective de l’Inag ont été et sont un grand succès et je me plais à rappeler qu’ils ont commencé sous mon mandat. Je m’étais contenté de copier la démarche du Cnes qui donnait entière satisfaction. Les chercheurs de base se réunissent et définissent les programmes qui leur paraissent les plus prometteurs. J’ai été un des acteurs du colloque Cnes d’Aussois au cours duquel a été proposé le programme Poséidon visant à mesurer l’altitude de la mer depuis un satellite dont l’orbite est déterminée avec précision. Cette altimétrie spatiale est un grand succès de la recherche spatiale et scientifique française, menée en collaboration avec les États-Unis, mais où les chercheurs français sont au top niveau international. Le deuxième grand projet retenu en sciences de la Terre au cours de ce même colloque était également un choix excellent : les études de gravimétrie, avec le projet Gradio qui n’a pas pu être réalisé sous la forme initialement prévue faute de moyens. Aujourd’hui, les études de gravimétrie se font avec des techniques un peu différentes, à partir de mesures de distance par laser entre deux satellites qui se suivent. Néanmoins, le colloque avait mis le doigt sur deux points tout à fait essentiels pour l’avenir de la discipline, ce qui prouve l’efficacité de ces groupes de travail impliquant les chercheurs.

17Pour finir, je voudrais rappeler le rôle essentiel de la Division technique, forte à l’époque d’environ 80 personnes, qui, sous la direction de Michel Ravaut, remplissaient ces fonctions de support technique dont avaient cruellement manqué les astronomes et qui se sont progressivement étendues à toutes les disciplines des sciences de l’univers.

18Jean-François Stéphan : Je crois que c’est le moment d’avoir un échange car nous avons ici la description d’une phase pionnière par un pionnier sur ce qui constitue aujourd’hui l’Insu. On a retrouvé nos fondamentaux, car j’ai été agréablement surpris d’apprendre que les exercices de prospective remontaient déjà à l’Inag et à une initiative que vous aviez prise à l’époque, en prenant exemple sur le Cnes. D’où l’importance du couple Cnes-CNRS, qui est certainement l’un des couples d’acteurs les plus importants. On est vraiment dans un couple fusionnel, c’est encore vrai aujourd’hui, car nous sommes dans une phase de renouvellement de l’accord-cadre entre le Cnes et le CNRS, qui est l’occasion de renfoncer des clous de chaque côté, car nous sommes bien conscients du côté de l’Insu – CNRS, donc – et j’en suis sûr, du côté du Cnes, même si je ne peux pas m’exprimer en leur nom, que nous sommes dans une situation interdépendante, mais pour le meilleur, et pas pour le pire.

19Éric Esparre : Sur le plan institutionnel, le décret du passage de l’Inag à l’Insu a conforté un certain nombre de positionnements de l’Insu. Je voudrais savoir comment s’est passée exactement cette espèce de monopole qui avait été conféré aux instituts, aussi bien à l’IN2P3 qu’à l’Insu, dans un certain nombre de domaines scientifiques. Quand je dis monopole, c’est, comme vous l’avez décrit, que les missions débordaient du cadre du seul CNRS puisqu’elles s’étendaient, par exemple, aux observatoires, à l’enseignement supérieur, etc. Je voulais donc savoir comment et avec qui cela s’était passé au ministère et quelle était la position du CNRS ? Était-il intervenu pendant ces négociations, j’imagine que oui d’une certaine façon, mais que ça ne devait pas complètement lui plaire non plus de se voir un peu forcé la main, par exemple, quand le directeur de l’Insu est également devenu directeur du département, et il en était de même pour les directeurs adjoints. Donc comment s’est passée dans les faits toute cette structuration qui a été négociée et qui a abouti à ce décret ?

20Michel Petit : Tout d’abord, concernant le dernier point que vous avez évoqué, à mon époque, j’avais des directeurs adjoints à l’Inag, et il y avait des directeurs adjoints au département, mais les uns étaient à l’Inag, avenue Denfert Rochereau, tandis que les autres étaient au CNRS, Quai Anatole-France. Ils ne se rencontraient qu’au pot du premier de l’an, c’est tout ! C’était vraiment deux structures complètement distinctes, ce qui n’était pas forcément ce qu’il y avait de plus efficace. Il n’y avait qu’une personne appartenant aux deux organismes, qui était à la fois directeur de l’institut national et du département. Le budget de l’Inag était autonome, et, concernant le budget du CNRS, l’argent était affecté aux laboratoires, point à la ligne.

21Du point de vue du CNRS, je dois avouer qu’à partir du moment où le directeur était convaincu que c’était effectivement une bonne chose de transformer l’Inag en Insu, il m’a laissé assez largement le soin de le faire. En revanche, mon interlocuteur du côté du ministère de la Recherche et de l’Enseignement supérieur m’a téléphoné pendant deux heures pour bien négocier et préciser tout ça. Mais je dois dire qu’avec l’Éducation nationale, les choses se passaient bien, et que, certes, il fallait mettre en accord les décisions d’investissements et les décisions de fonctionnement. C’était facile au CNRS à partir du moment où la même personne dirigeait l’institut et le département, avant la fusion plus récente. Du côté de l’Éducation nationale, la procédure de concertation était la suivante. Au cours d’une réunion annuelle, les responsables de l’attribution des crédits de fonctionnement aux instituts de physique du globe (IPG) et aux observatoires nous interrogeaient sur la façon de répartir l’enveloppe globale et suivaient très exactement nos indications. Là encore, c’était résolu de façon tout à fait empirique et dans une atmosphère très cordiale.

22Il faut également préciser qu’à l’époque, le directeur de l’Inag était nommé après avis de la direction de l’enseignement supérieur et de la recherche du ministère. Ce fait traduisait la réalité que l’Inag était certes un institut du CNRS mais qu’il avait une dimension plus large que celui-ci. C’est quelque chose que je pouvais plaider auprès du directeur général, en lui disant qu’à travers moi, il était plus important que le seul CNRS.

23Jean-François Stéphan : C’est resté vrai jusqu’à la modification du décret du CNRS de septembre 2009, puisque mon prédécesseur, Dominique Le Quéau, a été nommé sur proposition du CNRS, mais sur décision du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Le décret de septembre 2009 a créé les dix instituts, dont les deux instituts nationaux mais dont on est en train de définir au travers de leurs arrêtés respectifs les missions nationales et les particularités qui justifient leur terme de « national ». Car si tous les instituts contiennent un « n » dans leur acronyme, c’est le « n » d’institut, et non de national, comme c’est le cas pour l’Insu.

24La question que je me posais concerne l’accouchement du bébé Insu et le passage de l’Inag à l’Insu. J’étais à l’époque un jeune attaché de recherche, car je n’étais pas encore chargé de recherche, j’étais dans un laboratoire de Brest, dirigé par René Blanchet, ancien directeur adjoint de TOAE, qui me racontait que le rattachement à l’institut s’était fait un peu plus difficilement pour l’océanographie, et, des souvenirs que j’en ai, il y avait eu quelques voix discordantes, ou en tout cas, quelques velléités de vouloir préserver une certaine autonomie ou indépendance relative de l’océan ?

25Michel Petit : C’est vrai qu’à partir du moment où je suis parti, l’intégration ne s’est probablement pas faite aussi vite que je l’avais espéré. Le Piro a continué à exister après la création de l’Insu et les gens en charge du Piro ont défendu leur pré carré, comme c’est malheureusement un peu la tendance générale. Quand je dis cela, ce n’est pas une critique personnelle, car dans ma vie ultérieure j’ai eu l’occasion de voir ce qui se passait dans les ministères. J’aime autant vous dire que chaque ministère défend ses prérogatives et que l’intérêt de la nation passe au second plan !

26Jean-François Stéphan : Absolument, c’est quelque chose de général : la fonction crée l’organe et l’organe s’auto-entretient, ou en tout cas se défend becs et ongles. Mais, ce qui est intéressant derrière ça, c’est de savoir s’il y a eu quelques difficultés, et, si c’est le cas, d’en connaître les raisons scientifiques, de visions de stratégie éventuelle, sachant que dans la plupart des cas, ce genre de difficultés est lié simplement à des questions de baronnies, de prés carrés, etc.

27Michel Petit : À mon avis, il n’y avait rien d’autre que des questions de baronnies ou de prés carrés, je ne crois pas qu’il y avait les moindres désaccords scientifiques.

28Nicole Blondin : Je n’ai plus exactement la date, mais je me rappelle qu’avant la sortie du décret, vous aviez organisé un grand colloque qui devait permettre aux différentes communautés appelées à travailler ensemble de se retrouver, et qui était un peu le colloque fondateur de l’Insu. Il y avait quand même beaucoup de diplomatie et de préparation pour que les groupes de travail puissent travailler ensemble et apprendre à se connaître. Les nouvelles communautés n’ont pas été accueillies à bras ouverts par les anciens, les astronomes et les géophysiciens, mais je pense que ce colloque avait participé à faire que les gens se rencontrent et était un peu l’acte fondateur de la rencontre de ces communautés avant la parution du décret, quinze jours plus tard.

29Jean-François Stéphan : Encore une fois, derrière ce type de questions, une fois qu’on a enlevé la dimension humaine, de chapelles, etc., il s’agit de voir s’il n’y a pas d’autres raisons. Par exemple, se pose de manière récurrente – même si c’est de façon beaucoup moins vive aujourd’hui – la question de savoir si l’astronomie doit rester dans le giron de l’Insu, avec les spécialistes de l’eau, de l’atmosphère, de la Terre la plus interne, de l’environnement, etc. Et donc, le grand écart thématique amène certains astronomes à se demander si leur place reste à l’Insu. On revient à des questions fondamentales, traditionnelles, intéressantes sur le plan historique, sachant qu’ailleurs dans le monde, d’autres choix ont été faits quant au rattachement de l’astronomie : indépendante dans des instituts autonomes, rattachée à d’autres domaines de la physique… En France, je crois qu’on est l’un des pays – sans avoir fait d’étude comparative – où on fait l’association entre la planète Terre dans toutes ses dimensions et l’Univers le plus lointain, sans qu’il y ait eu la moindre difficulté jusqu’à présent, hormis les remarques temporaires de certains.

30Michel Petit : Je me souviens tout à fait de discussions très intéressantes sur les liens entre l’astronomie et la physique des particules élémentaires. C’est sûr que si on va vraiment au fond des choses, les deux domaines se rejoignent tout à fait. Il y a effectivement des liens scientifiques incontestables, mais d’un autre côté, on ne peut pas nier que la planétologie soit de l’astronomie, même si ses liens avec la physique fondamentale sont ténus.

31Jean-François Stéphan : Absolument, car les réactions épidermiques qui surviennent parfois aujourd’hui ne le font qu’à l’occasion du partage des moyens, dans une période où ils sont diminués. Sinon, il est évident, aux yeux de la communauté des astronomes et des astrophysiciens, que leur place est bien aux côtés des sciences de la planète Terre, globalement, dans toutes ses dimensions, y compris la plus récente, dans ses compartiments qui lient le minéral et le vivant, sur les surfaces et interfaces continentales.

  • 3 Centre d’études et de recherches en géodynamique et astrométrie.

32Jean-Pierre Rozelot : Je voudrais dire que l’Inag, ou tout du moins pour la période durant laquelle je l’ai vécu, a été un booster extrêmement important pour l’astronomie française, car on a évoqué le télescope de 3,60 m tout à l’heure, mais il n’y a pas eu que cela. De très nombreuses réalisations, petites, moyennes, ou plus importantes, ont vu le jour. J’étais jeune directeur d’unité à ce moment-là, on avait le laser-Lune du Cerga3, par exemple, ou tous les bâtiments administratifs et scientifiques qui ont pu être développés par la Division technique, en particulier grâce à Michel Ravaut, ce qu’on n’aurait pas pu faire sans l’Inag, car les moyens n’étaient pas du tout disponibles ailleurs. Avec le recul, je suis donc convaincu que l’astronomie a beaucoup bénéficié de la présence de l’Inag. Je ne le dis pas pour enfoncer les copains des autres disciplines, pas du tout, mais parce que je crois que, d’un point de vue historique, il faut le reconnaître.

33Une petite anecdote va aussi dans le sens de ce qui a été évoqué plus tôt. Je me souviens d’une discussion qu’on avait eue et où on s’était demandé si c’était une bonne chose que le directeur de l’Inag soit aussi celui du département. Je me souviens très bien qu’on s’était posé la question et qu’on en avait discuté, mais je ne me souviens plus du tout de la réponse ! Mais, effectivement, les textes permettaient la dichotomie et permettaient de mettre deux personnes différentes, et je ne sais pas ce que cela aurait pu donner si nous avions une personne pour diriger l’Inag ou l’Insu, et une pour diriger le département. D’un point de vue historique, on peut se poser la question car elle était posée à l’époque.

34Michel Petit : J’ai connu cette situation comme directeur d’unité de recherche, car au début de son mandat, Jean Delhaye était directeur de l’Inag, mais il n’avait strictement rien à voir avec le département TOAE dont le patron était Wladimir Mercouroff.

Haut de page

Notes

1 Institut de radioastronomie millimétrique, créé en 1979.

2 Institut national de physique nucléaire et de physique des particules.

3 Centre d’études et de recherches en géodynamique et astrométrie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Petit, « De l’Inag à l’Insu », Histoire de la recherche contemporaine, Tome II - N°1 | 2013, 18-27.

Référence électronique

Michel Petit, « De l’Inag à l’Insu », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome II - N°1 | 2013, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 23 juin 2017. URL : http://hrc.revues.org/720 ; DOI : 10.4000/hrc.720

Haut de page

Auteur

Michel Petit

Directeur de l’Institut national d’astronomie et de géophysique

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org