Navigation – Plan du site
Dossier : Récits d'Univers

L’Insu à la croisée des chemins

INSU at the crossroads
Michel Aubry
p. 28-37

Résumés

Directeur du département Sciences de l’Univers (SDU) et de l’Institut national des sciences de l’Univers (Insu) de 1993 à 1996, à la suite d’André Berroir (1985-1993), Michel Aubry a rempli ses fonctions pendant une période de contraintes budgétaires et d’incertitudes politiques. Dès les premiers mois de son mandat, il a organisé le transfert de l’ensemble des services sur le nouveau campus CNRS, rue Michel-Ange à Paris.

Haut de page

Texte intégral

1Entre le départ de Michel Petit et ma nomination comme directeur scientifique de l’ensemble Insu-SDU, il y a eu les sept ans de la direction d’André Berroir, à qui je souhaite rendre hommage parce que si l’Insu-SDU a fait preuve par la suite d’une réelle efficacité, c’est en grande partie grâce aux sept ans pendant lesquels André Berroir avait pris en main, avec son équipe, la structure qui venait d’être mise en place.

Le contexte : Ministère, CNRS, Département et Institut

2Je suis arrivé en janvier 1993, et, pendant toute la période 1993-96, le CNRS a été marqué par une grande stabilité, avec un président, Édouard Brézin et deux directeurs généraux successifs, François Kourilsky et Guy Aubert. Au niveau des ministères, en revanche, ce fut un peu plus compliqué. À la suite des élections de 1993, la période de cohabitation, avec le gouvernement d’Édouard Balladur, a commencé par la suppression du grand ministère de la Recherche et de l’Espace d’Hubert Curien, qui a été remplacé au cours des années suivantes par une succession de ministères associant au coup par coup l’Enseignement supérieur, la Recherche et l’Éducation nationale.

  • 1 Établissements publics à caractère scientifique et technologique.

3Quant au contexte budgétaire, ce fut une période difficile ! Pendant mon mandat, l’argent disponible pour les laboratoires, tout du moins dans les EPST1, et donc au CNRS, a diminué de l’ordre de 10 %. C’était plus ou moins masqué, comme d’habitude : on annonçait un budget global à peu près stable, qui regroupait les autorisations de programmes (AP) et les salaires, mais comme les salaires augmentaient, les AP diminuaient ; puis on nous donnait les AP mais au final sans la totalité des crédits de paiement (CP). En 1996, il y avait ainsi peu de nouveaux postes de chercheurs dans les EPST et une diminution du nombre d’ITA

  • 2 L’institut national de physique nucléaire et de physique des particules, créé en 1971, est le deuxi (...)

4La croissance des activités de l’Insu – et, sans doute, de l’IN2P32 – au moment où la direction générale du CNRS devait faire face à ces diminutions a conduit, à la fin de l’année 1996, à des frictions temporaires entre les instituts et la direction générale qui souhaitait nous retirer nos prérogatives en termes de gestion des budgets, des personnels, etc. En 1997, après mon départ, j’ai été amené, à la demande de mon successeur Jean-François Minster, à résumer cet épisode dans une petite note montrant que la communauté scientifique s’était alors mobilisée de façon très active, ce qui avait permis de conserver – temporairement – notre mode de gestion.

Les atouts de l’Insu

5En août 1993 a été déclenché le transfert de toute la direction du CNRS vers le site de Michel-Ange. Les directions des départements du CNRS (dont SDU) venant du quai Anatole France, et celle de l’Insu venant de Denfert-Rochereau, ont été regroupées sur le nouveau campus. Cette opération a requis beaucoup d’énergie, de méthode et de diplomatie aux services de la direction administrative de l’Insu-SDU. La conséquence la plus importante de ce regroupement fut la création d’une entité administrative unique, le directeur administratif devenant commun à l’Institut et au département. Ces nouvelles responsabilités ont été confiées à Raymond Duval, puis à Éric Esparre.

  • 3 Très grands équipements.

6La direction de l’ensemble Insu-SDU est alors constituée d’une centaine de personnes (chercheurs, ingénieurs et personnels administratifs) qui ont la charge, dans le cadre général du CNRS, de plus de 150 structures de recherche et d’observatoires des sciences de l’Univers, dont plus de 15 unités propres du CNRS, 80 unités associées, 16 grands programmes regroupant pour la plupart d’entre eux plusieurs organismes, de nombreux TGE3 (télescopes, navires côtiers, réseaux sismiques)…

7Le rassemblement de la direction a créé une nouvelle dynamique, et a permis aux directeurs scientifiques adjoints de gagner en efficacité. Chacun dans leur domaine, ils devaient s’occuper des évaluations du Comité national, des avis des comités scientifiques de l’Insu, des conclusions des colloques de prospective : Océan-Atmosphère et les stations marines en 1994, Astronomie-Astrophysique en 1995, et Sciences de la Terre en 1996. Disposant de toutes ces informations, ils étaient bien placés pour favoriser le montage de programmes coopératifs : cette politique de l’Insu donnait une importante visibilité aux différentes actions et nous fournissait un puissant argument, vis-à-vis de nos partenaires, en faveur du développement de programmes inter-organismes. Parmi ces arguments, il faut souligner aussi le rôle essentiel de la division technique de l’Insu qui, restée à Meudon sous les directions successives de Michel Ravaut et de François Baudin, assurait pour tous les laboratoires, programmes et observatoires, la conception et la mise au point d’appareils et d’équipements lourds, la préparation des nombreuses campagnes, etc.

8En regard de ces atouts, il fallait être en mesure de gérer sur le long terme, et donc d’arbitrer, avec l’aide efficace du conseil scientifique de l’Insu, entre nos différents domaines d’intervention, tout en évitant, au cours de discussions parfois très vives, que les grands engagements internationaux, notamment en astronomie-astrophysique, ne préemptent une part trop importante des moyens. D’où la publication en 1994 de notre « Plan d’Action 1994-1996 ». Enfin, il fallait, comme tous les autres responsables de départements scientifiques, justifier au comité de direction du CNRS notre politique et défendre nos demandes budgétaires et en personnel, avec une difficulté particulière pour la composante Insu puisqu’il s’agissait le plus souvent d’engagements lourds pluriannuels pour de très grands équipements.

Astronomie et astrophysique

9L’astronomie et l’astrophysique constituaient un champ majeur des activités de l’Inag. Nous avons donc hérité de grands télescopes déjà construits, dont il fallait améliorer les équipements, ainsi que de télescopes en construction ou en projet. Il y avait le télescope Canada-France-Hawaii, bien sûr, en pleine productivité scientifique mais qu’il fallait améliorer, l’interféromètre de l’Institut de radioastronomie millimétrique, pour lequel une cinquième antenne était nécessaire, la poursuite de la construction du Very Large Telescope, qui avait été décidée en 1987, et officiellement inauguré en 1999 mais sous une forme alors incomplète, ou la construction du télescope Thémis, à la suite de la décision prise en 1992 par André Berroir. Thémis a été inauguré aux Canaries en 1996, durant le ministère de François Bayrou, en présence du roi d’Espagne.

10Cependant, depuis un certain temps, dès le milieu du mandat d’André Berroir, la question avait été posée de la cohérence de l’ensemble. Pour des raisons budgétaires évidentes, nous ne pouvions pas poursuivre la construction, en coopération internationale, de nouveaux télescopes plus grands et plus performants tout en maintenant tous les observatoires nationaux. Dès 1992, un premier rapport de Pierre Léna avait conclu à la nécessité de ne pas conserver, au-delà de 2005, l’Observatoire du Pic-du-Midi, le plus grand, le plus cher et surtout le plus risqué du point de vue des infrastructures.

11Après de nombreuses discussions et expertises, j’ai dû annoncer en avril 1994, lors d’une réunion des directeurs d’observatoires, que le soutien du CNRS au Pic-du-Midi s’interromprait en 1998. Ce fut une décision tout à fait pénible car ni les équipes, ni les travaux menés à l’observatoire n’étaient en cause. Il faut rendre ici un hommage particulier à Michel Blanc, le directeur de l’observatoire, qui a su dans les années suivantes monter un syndicat mixte avec la région pour faire réaliser les travaux indispensables et créer, pour le tourisme, un nouveau téléphérique différent du monte-charge existant, ce qui a permis d’ouvrir en l’an 2000 le site au public.

12Il est important de rappeler notre excellente coopération avec le Centre national d’études spatiales et le fait que les laboratoires Insu-SDU étaient impliqués dans l’instrumentation et l’utilisation d’une douzaine de satellites radioastronomiques, entre le submillimétrique et les rayons gamma, dont le Cnes était le principal maître d’œuvre, en coopération avec l’Agence européenne de l’espace, la Nasa, etc. À cela s’ajoutait une douzaine de satellites d’observation planétaire, autour de planètes du système solaire dont la nôtre (Topex-Poséidon pour l’étude du niveau des océans) ou, par exemple, pour l’étude des satellites de Jupiter (Cassini-Huygens). On a parfois parlé de fusion des politiques entre les laboratoires spatiaux de l’Insu-SDU et les budgets et les directions du Cnes : c’est tout à fait exact.

  • 4 La Délégation générale à la recherche scientifique et technique, initiée dès les premiers mois de l (...)

13Je dois enfin mentionner notre Programme national de télédétection spatiale, une entreprise inter-organismes à long terme lancée du temps de la DGRST4 à l’initiative du Cnes, qui voulait préparer l’utilisation des satellites de la série Spot. Il s’agit d’un programme qui a été extrêmement utile et qui est toujours mis en œuvre en 2012-2013.

Sciences de la Terre, Océan-atmosphère

14Concernant les Sciences de la Terre, nous avons poursuivi et développé ce qui était déjà affiché comme une priorité dès les premières années de l’Inag. En dehors des nombreux programmes, il y a eu la mise en place, par le directeur scientifique adjoint Philippe Vidal, de réseaux de laboratoires et de fédérations d’unités. Par ailleurs, l’Insu pilotait une quinzaine de programmes impliquant une douzaine d’organismes. L’un de ces programmes, le Programme national de recherche sur les risques naturels, a été lancé en 1993, et trois autres à partir de 1994 : le Programme de recherche en hydrologie, le Programme dynamique de la Terre et évolution du climat et le Programme imagerie et dynamique de la lithosphère qui faisait suite à imagerie et structure de la Terre. Il faut ajouter à cela le réseau des 25 stations sismologiques de Géoscope pour lequel le rôle de la division technique de l’Insu a été essentiel.

15Pour Océan-Atmosphère, j’insiste sur l’importance du Programme national de l’étude de la dynamique du climat, qui réunissait plusieurs organismes autour de l’Insu. Ce programme a joué un rôle majeur dans le Programme mondial de recherche sur le climat, un sujet ô combien important aujourd’hui. Nous étions aussi très impliqués dans la société EISCAT pour l’étude par rétrodiffusion de la très haute atmosphère, avec notamment l’inauguration en 1996 de la grande antenne au Svalbard. Cela permet de noter que certains projets importants, notamment en coopération internationale, ont été menés à bien durant toute cette période, en dépit de sérieux problèmes budgétaires.

16Dans ce même domaine Océan-Atmosphère, un effort important avait déjà été accompli du temps d’André Berroir, pour prendre en compte les programmes de biologie marine. Nous avons développé cette politique en intégrant certaines stations marines dans le réseau des observatoires des sciences de l’Univers. En collaboration avec le département des sciences de la vie, nous avons établi un réseau des stations marines pour mettre en commun leurs moyens lourds. En 1993, le navire côtier Thétis II, financé du temps d’André Berroir, a été lancé et, en 1995, nous avons décidé de financer un nouveau navire côtier pour la façade atlantique.

17Il ne s’agit là que d’un très bref aperçu de nos activités pendant cette période 1993-1996. Il serait évidemment illusoire de prétendre résumer le foisonnement d’initiatives et de projets des centaines de laboratoires et de structures de recherche du CNRS, des universités et des organismes partenaires en Sciences de l’Univers au fil de cette période. Je rappellerais en revanche que l’efficacité exceptionnelle de la structure et des méthodes de l’Insu a permis de traduire ces initiatives en actions concrètes, puis de les financer, en s’appuyant sur les colloques de prospectives, les comités scientifiques, comités de programmes et colloques de bilan. Cette efficacité s’exerçait, grâce à tous ceux qui y ont participé, dans une ambiance particulièrement amicale dont je garde un excellent souvenir, et je tiens à remercier toutes celles et tous ceux qui y ont contribué.

18Daniel Cadet : Je voudrais revenir sur l’installation de l’Insu sur le site de Michel-Ange. Je me souviens très bien d’une réunion lors de laquelle François Kourilsky était venu vanter tous les bienfaits que cela représenterait pour l’Insu. Et je me souviens du directeur scientifique adjoint Guy Aubert sortant de la réunion et me disant : « Daniel, si on accepte ça, c’est la fin de l’autonomie administrative de l’Insu… mais on ne peut pas faire autrement ! » Tu as également évoqué le renouvellement de la flotte, et Raymond Duval s’en souvient très bien aussi puisque nous y avons travaillé et permis de diminuer le nombre de bateaux pour augmenter la productivité de chacun d’entre eux : au lieu d’avoir un équipage par bateau, avec dix jours en mer et vingt jours à terre, on passait à trois équipages pour deux bateaux. Cette mesure s’était d’abord heurtée aux syndicats des marins, mais Raymond Duval est parvenu à la faire accepter.

19Gérard Lelièvre : J’ai réellement ressenti à l’époque la grande marge de manœuvre des directeurs adjoints. Par la délégation que tu nous avais donnée ou par le travail naturel que nous accomplissions dans nos disciplines, nous disposions d’une vue d’ensemble sur les TGE, les programmes, les laboratoires, les postes… J’avais en même temps la conscience de l’efficacité extraordinaire de la structure. Je suis par exemple arrivé trois mois avant la chute de la comète Shoemaker-Levy sur Jupiter et, pendant cette période très courte, nous sommes parvenus à organiser une quarantaine de missions dans le monde entier. Je ne vois pas quelle autre structure que l’Insu aurait pu organiser cela à l’époque ! De la même manière, lorsqu’il a fallu régler un problème de futur plan instrumental au TCFH, nous avons mis trois jours seulement pour organiser une rencontre avec les Canadiens à Ottawa et trouver une solution.

20Au-delà de l’importance capitale des colloques de prospective, une grande latitude d’initiative existait au niveau de la direction, qui pouvait faire des choix ponctuels ou d’utilité immédiate. Et je me souviens très bien avoir convoqué l’ensemble des spécialistes des exoplanètes à Saint-Michel-l’Observatoire, en juillet 1995. Nous avons créé une sorte de préprogramme qui a débouché, six mois plus tard, sur la découverte par Michel Mayor de la première exoplanète. Nous avions donc le sentiment que l’Insu était puissant et solide, et nous donnait la force suffisante pour négocier en régions, auprès des universités ou des Conseils régionaux, par exemple – ce qui était extrêmement mal vu par la direction de la stratégie et des programmes, qui estimait que cela relevait de ses seules prérogatives.

  • 5 European Southern Observatory, ou Observatoire européen austral, organisation fondée en 1962 et qui (...)

21À ce moment-là également, nous avons été les premiers à être reconnus par l’Eso5, qui auparavant ne traitait qu’avec le ministère des Affaires étrangères. Bernard Fort avait tenu à associer l’Insu à toutes les décisions, et cela a été très important car il a fallu penser au financement des télescopes auxiliaires du VLT. Je présidais à cette époque la Commission des instruments de l’Union astronomique internationale, ce qui me permettait d’avoir une vision quasi globale de l’instrumentation astronomique. Il s’agissait donc d’un moment extrêmement intéressant pour moi, qui m’a montré à quel point l’Insu pouvait constituer une force considérable.

22Daniel Cadet : Pour rebondir sur ce qui vient d’être dit, je dirais que lorsqu’on était à l’Insu et que l’on s’occupait de la programmation, SDU paraissait presque secondaire.

23Michel Aubry : Dans la mesure où les laboratoires et les personnels du département étaient indispensables à la recherche en sciences de l’Univers et à l’accomplissement des actions programmées par l’Insu, SDU n’était pas du tout secondaire.

24Daniel Cadet : Je suis d’accord, mais à l’Insu, nous tenions les manettes dans une structure très ramassée qui s’apparentait presque à une machine de guerre. Évidemment, cela faisait peur, parfois : l’organisation était si efficace et structurée que nos partenaires craignaient son hégémonie dans les projets auxquels nous étions associés, notamment dans le domaine océan-atmosphère.

  • 6 Mediterranean Integrated Studies at Regional and Local Scales, programme dédié à l’observation et à (...)

25Jean-François Stéphan : Il est évident qu’au gré des diminutions de moyens et des événements qui sont survenus ces dernières années, l’Insu paraît parfois moins fort qu’il ne l’était au milieu des années 1990. Mais sa réactivité lui permet toujours de mener des actions rapides, que ce soit d’un point de vue instrumental ou événementiel. En témoigne son action conjointe avec l’Ifremer, début 2010, après le séisme en Haïti, ou celle, extrêmement rapide et efficace, sur les nuages de cendres de l’Eyjafjöll, avec le Cnes, Météo France et la flotte aérienne. Je ne suis pas en train de produire un plaidoyer pro domo, mais d’évoquer des actions récentes qui soulignent les performances actuelles de l’Insu, performances qui permettent aujourd’hui encore d’investir un million d’euros sur un projet comme Mistrals6, même en période de difficulté, en évitant de fragiliser d’autres opérations majeures.

  • 7 Observatoire des sciences de l'Univers.

26Je voudrais également aborder la question des observatoires des sciences de l’Univers, 27 ans après la création du concept, qui nous conduit à nous interroger sur la fonction d’observatoire stricto sensu, avec des services d’observation, versus la fonction fédérative. J’ai mis cette question sur la table en début d’année en interrogeant tous les Osu7, et il est intéressant de voir que si la fonction « observatoire » a rempli et continue de remplir son rôle de structure protectrice, d’accueil, de visibilité des services d’observation en régions, la fonction « fédération », c’est-à-dire d’agrégation, d’attraction, de structuration sur les campus universitaires demeure fondamentale. Le dernier Osu à avoir vu le jour est celui de Lille, avec l’université du Littoral Côte d’Opale, ce qui a permis de réunir les deux stations marines, séparées par quelques mètres de pelouse, de Lille et de l’université du Littoral, qui auparavant se faisaient la guerre.

27L’expérience a montré partout – et je le reconnais d’autant plus facilement que je n’ai pas été l’initiateur de ces Osu récents – que cela nous avait permis, en tant que communauté Insu, d’être visibles et donc d’éviter d’être utilisés comme une simple variable d’ajustement. Je ne pense pas que les concepteurs des Osu, dans les années 1980, imaginaient toute la richesse de ce concept et l’étendue de ses retombées quelques décennies plus tard.

28Michel Aubry : Je souhaiterais que Geneviève Debouzy nous dise quelques mots sur les relations entre le Cnes et l’Insu, et qu’Éric Esparre nous informe sur l’aboutissement des petites difficultés qui se sont produites fin 1996 avec la direction générale en ce qui concerne la répartition des responsabilités budgétaires entre le CNRS et l’Insu.

  • 8 Atacama Large Millimeter Array, interféromètre dans les domaines millimétrique et submillimétrique (...)

29Geneviève Debouzy : J’ai effectué quasiment toute ma carrière au Cnes, sauf entre 1997 et 2001, une période pendant laquelle j’ai occupé la fonction de directrice adjointe pour l’astronomie-astrophysique, aux côtés de Jean-François Minster. Mon arrivée a coïncidé avec un changement de ministre : en 1997, Claude Allègre a reçu le portefeuille de la recherche. Rapidement, les consignes du nouveau ministre ont été de réduire les crédits, surtout en astronomie. Il me fallait donc choisir entre l’arrêt de l’Iram ou du TCFH, dans un contexte d’internationalisation marqué entre autres par les projets VLTI ou Alma8 pour lesquels il fallait également trouver des ressources.

30En prenant le point de vue du Cnes, je dois dire tout d’abord que nous n’aurions pas fait la recherche spatiale que nous avons effectuée sans l’Insu et SDU : aux yeux du Cnes, ils représentent des partenaires indispensables. Et j’aimerais insister sur le rôle du département SDU : sans ses personnels, les manipulations n’auraient tout simplement pas été possibles ! Notre ambition à l’époque avec Jean-François Minster, dans la continuité de ce qu’avait entrepris Michel Aubry, était de structurer l’activité des laboratoires autour de fédérations, d’Osu ou de rapprochements avec l’Université – de nombreux laboratoires propres ont ainsi évolué vers le statut d’unités mixtes de recherche. Cela n’a pas toujours été évident : à Marseille, nous avons été accueillis avec des banderoles, mais les résultats ont au final été au rendez-vous.

31À l’Insu, nous avons tenté de faire monter en puissance les notions de projet et de gestion de projet : dans la mesure où un projet a une durée de vie de quatre ou cinq ans, nous devions convaincre à la fois les commissions spécialisées et les programmes nationaux qu’il ne fallait pas toujours remettre en cause les activités d’une année sur l’autre lorsque l’argent venait à manquer. Nous avons par ailleurs pavé la discipline de programmes nationaux, une dizaine en astronomie et en astrophysique et une trentaine au total à l’Insu. Peut-être était-ce trop ? Toujours est-il qu’ils concourraient très largement à la définition et à la structuration de la politique de la discipline.

32Enfin, si ces années ont été les plus riches de ma vie, je souhaite néanmoins évoquer le souvenir tragique de l’accident du Pic de Bure, le 1er juillet 1999. Nous avons perdu 20 personnes dans le téléphérique puis, six mois plus tard, un hélicoptère est entré en collision avec les câbles, causant la mort de cinq personnes supplémentaires, dont nos deux collègues de l’Insu, Jean-Claude Semiond et Gérard Calvet. J’ai vécu ce drame avec d’autant plus de douleur que le CNRS m’a demandé de représenter l’Iram aux procès qui ont suivi, en première instance et en appel.

33Éric Esparre : J’ai été responsable administratif de l’Insu et de SDU, sous la direction de Michel Aubry qui m’a recruté en 1994 puis sous celle de Jean-François Minster. Bon an mal an, malgré des épisodes difficiles comme l’annulation des reports de crédits à la fin de l’année 1995, je n’ai pas eu le sentiment de vivre un malheur budgétaire durant cette période. Je crois que c’était dû au fait que nous disposions de deux cassettes : grâce à la fusion du département et de l’Insu sur le plan administratif, les moyens des laboratoires jouxtaient ceux des programmes pilotés par l’Insu ; certes, les deux budgets étaient en principe étanches, mais nous nous en servions pour le bien de la communauté, dans un sens ou dans un autre. Les chocs budgétaires de ces années-là ont ainsi pu être amortis !

34Mais au-delà de ce travail régulier du directeur administratif, le principal souvenir que je conserve de cette période est la symbiose qui existait au sein de l’équipe de direction réunie par Michel Aubry, notamment entre les directeurs adjoints qui œuvraient réellement de concert. De la même manière, les rapports étaient excellents avec la division technique, qui doit être protégée comme un outil capital, un moyen d’action sans lequel l’Insu n’a pas de sens, de mon point de vue de jeune retraité.

35Je tiens aussi à revenir sur les accidents de 1999, un grand choc que nous avons partagé tous ensemble, et j’ai peut être encore plus ressenti l’accident de l’hélicoptère, car nous étions directement concernés par deux collègues de travail.

36François Baudin : J’ai été nommé directeur de la division technique par Jean-François Minster en 1999 et j’ai pratiquement commencé mon mandat avec ces accidents. Je n’ai certes pas été confronté aux mêmes problèmes juridiques que Geneviève Debouzy, mais il m’a fallu gérer le renouvellement du moyen d’accès protégé au site. Malheureusement, quand je suis parti à la retraite, ce n’était toujours pas fait, et nous attendons aujourd’hui encore. Mais j’aimerais aussi évoquer, en dehors des grandes missions habituelles de la division technique – s’occuper des grands instruments, participer à des projets, gérer des moyens nationaux –, la création de l’unité Safire pour gérer les avions de recherche atmosphérique, en commun avec Météo France, le Cnes et l’Insu.

37Michel Ravaut : J’ai connu les débuts de la division technique, créée par Jean-François Denisse pour construire le télescope de 3,60m. Avec le recul, je considère que nous avons eu beaucoup de chance de pouvoir nous associer aux Canadiens : ils disposaient des compétences nécessaires et facilitaient grandement l’accès à Hawaii. Je me suis occupé de la campagne de recherche de sites, qui m’a permis de suivre toutes ces étapes depuis la France, l’Europe, avec les Canaries et le sud de l’Espagne, puis la Basse-Californie et enfin Hawaii, qui a mis tout le monde d’accord car le site est remarquable.

38Toujours est-il que ce projet a généré une dynamique forte et a permis à la toute jeune division technique de s’initier immédiatement aux méthodes de travail modernes. Mais un problème demeurait toutefois : un projet fédérateur existait pour l’astronomie, mais pas encore pour la géophysique, l’autre versant de l’Inag. L’idée est alors née de se doter d’un avion. Elle était très modeste au départ, puisqu’il s’agissait uniquement d’installer quelques instruments à bord d’un appareil. J’avais proposé de faire appel à l’Institut géographique national, qui disposait d’une flotte d’avions d’État. Après cette première impulsion, le projet a finalement bénéficié de la même dynamique et a marqué le départ de toute l’histoire des avions de recherche atmosphériques, jusqu’au projet Safire.

39La modernisation de la flottille a été une autre aventure captivante : l’intégration des 53 marins à la division technique au moment de la disparition du programme interdisciplinaire « Océans » du CNRS m’a donné l’occasion de découvrir un monde nouveau, d’autant plus qu’il allait falloir se lancer aussi dans la construction de navires. Un arrangement a pu être trouvé, assez difficilement, avec le Cnexo, l’ancêtre de l’Ifremer : nous nous occuperions des bateaux de moins de 25 m, et eux des bâtiments plus grands. Nous avons ainsi pu lancer le projet, avec tout de même une certaine angoisse : le Thétis, a été mis à l’eau, il n’a pas coulé, et depuis plus de 20 ans il rend de grands services à la communauté.

40Bruno Goffé : Les partenaires universitaires sont très peu évoqués dans les différentes interventions, alors qu’ils sont incontournables aujourd’hui. Qu’en était-il dans les années 1970, 1980 et 1990 ?

41Michel Aubry : Je me suis concentré sur l’histoire de l’Insu afin de présenter la mécanique de l’institution : la force de programmation et de prospective se trouvait au CNRS, dans le cadre de l’Insu, ou au Cnes selon les cas. Mais les projets, dans la mesure où ils concernaient toute la communauté, mobilisaient les universitaires également : les laboratoires universitaires étaient tout à fait pris en compte dans la mesure où ils exprimaient le souhait de participer aux projets et apportaient leurs compétences.

42Raymond Duval : Les laboratoires universitaires qui nous étaient associés bénéficiaient aussi d’avantages dans le domaine administratif : pour la gestion des crédits, des contrats de recherche, des appels d’offres européens, l’infrastructure du CNRS était mille fois plus performante que celle des universités. Sans doute est-il politiquement incorrect de rappeler cette époque pas si lointaine, mais aujourd’hui encore il reste du chemin à parcourir avant de voir les universités atteindre le niveau de performance administrative du CNRS.

43Michel Petit : Je voudrais ajouter que dans le département, nous avions 18 laboratoires propres, parmi lesquels 12 étaient dirigés par un professeur d’université, un par un ingénieur BRGM, un autre par un ingénieur du Cnet, etc. L’association avec les universitaires étaient une évidence, comme avec nos autres partenaires, dans la mesure où tout le monde travaillait de concert dans les équipes, sans se soucier de savoir qui venait du CNRS, qui de l’université et qui d’ailleurs encore.

44Daniel Cadet : Par ailleurs, de nombreux crédits étaient octroyés à des laboratoires universitaires dès le moment où ils déposaient des propositions intéressantes dans la programmation, dans les programmes nationaux, etc., et cela ne posait aucun problème. Et je rappelle aussi que pour la flotte côtière, l’utilisation des bateaux était largement faite par des laboratoires qui ne relevaient pas du CNRS.

45Daniel Vidal-Madjar : La relation avec les universités a toujours été importante. De nouveaux aménagements lui ont régulièrement été apportés pour la rendre plus efficace. Il existait par exemple un système un peu étrange de fédérations de recherche, qui avaient probablement été créées pour permettre au CNRS d’affecter du personnel dans les moyens communs des Osu, qui étaient – et sont toujours – des composantes des universités et non du CNRS. Dans ce système un peu baroque, les directeurs des fédérations de recherche avaient des mandats de quatre ans, contre cinq pour les directeurs d’Osu. Nous avons donc décidé de supprimer les fédérations et de confier leurs missions directement aux Osu, tout en garantissant par convention entre les CNRS et les universités, l’affectation du personnel nécessaire. Nous avons ainsi mis un terme à un empilage de structures, finalement peu utile et très peu lisible. Mais nous avons aussi dû prendre le temps d’expliquer aux universités que cette suppression ne se faisait pas contre elles, mais au contraire pour parvenir à mieux travailler avec elles.

46Surtout, nous avons essayé d’établir de vraies actions inter-organismes et interministérielles dans le domaine de l’environnement. Personnellement, je pense que tant que le fruit n’est pas mûr, il ne faut pas chercher à le cueillir coûte que coûte : l’échec est dans ce cas toujours au bout du chemin, d’autant plus que l’Insu apparaissait parfois dominateur et impérialiste, alors qu’à mon sens il ne l’était d’aucune façon. Mais il vrai, d’un autre côté, que nous avions du mal à nous organiser sur le plan national pour instaurer une véritable coordination.

47Élisabeth Verges : Je suis directeur adjointe, en charge du dernier-né parmi les domaines, les Surfaces et interfaces continentales, qui pendant un moment ont été à cheval sur l’Institut écologie et environnement et l’Insu, mais qui sont maintenant fixées à l’Insu. Nous avons longtemps cru que les Surfaces continentales étaient dévolues à l’Inra pour nourrir la France et au Cemagref pour les eaux. Mais on se rend compte aujourd’hui qu’il s’agissait d’une erreur : elles constituent le siège de sciences fondamentales riches. Il y a de la recherche en amont à faire, de la physique, de la chimie, de la modélisation. Et le rôle de l’Insu sur cette thématique est majeur.

48Comment parvenir aujourd’hui à trouver son chemin avec un institut du CNRS, une alliance pour l’environnement qui regroupe douze membres fondateurs et douze membres associés, etc., dont chacun revendique des recherches sur l’Environnement, y compris l’Inra qui annonce faire de la recherche fondamentale en Environnement. Comment prendre en compte ce nouveau paradigme ? Nous nous positionnons, au niveau de l’Alliance de l’Environnement, sur les aspects fondamentaux, en amont. Nous maintenons également le lien multi-organismes. Certes, ce n’est pas simple tous les jours. Il faut néanmoins savoir que les organismes nous reconnaissent cette mission-là : c’est fantastique et c’est certainement à nos prédécesseurs que nous le devons. Les autres organismes annoncent avoir besoin de l’Insu pour faire ce type de recherches, et conduire les prospectives. Nous conservons cette capacité d’avoir une vision transversale en recherche fondamentale. Il ne faut donc surtout pas parler de l’Insu au passé : nous ne sommes sans doute plus dans la même géométrie, nous ne disposons plus des mêmes budgets, mais nous poursuivons notre travail et avons la volonté de bien le faire !

49Jean-François Stéphan : La direction de l’Insu s’inscrit dans cet état d’esprit, avec de grandes ambitions, malgré des capacités financières diminuées. L’histoire de l’institut national est scandée de grandes opérations dont certaines étaient risquées, qui exigeaient des dépassements, des franchissements de seuils, technologiques et humains, autour de questionnements scientifiques de premier ordre. Nous souhaitons poursuivre sur cette voie, avec toutefois la contrainte du cofinancement des projets. Or si cette réalité existait dès l’origine de l’institut, vous savez qu’elle est parfois lourde de contraintes, de retards, de difficultés, ne serait-ce que pour parvenir à mobiliser l’argent nécessaire.

50Mais les qualités de l’Insu demeurent largement reconnues : lorsqu’il s’est agi de lancer le chantier dit « Arctique », le ministère s’est tourné vers le CNRS, qui s’est lui-même aussitôt tourné vers l’Insu, pour mettre en place la structure de coordination des acteurs français de la recherche arctique et mettre sur pied un comité de pilotage dirigé par le directeur de l’Insu. Un conseil scientifique a également été réuni sous la présidence de Marcel Babin, directeur de l’une de nos trois unités mixtes internationale, l’UMI Takuvik, installée dans les murs de l’université Laval, à Montréal, et également directeur de recherches au CNRS, au Laboratoire océanographique de Villefranche-sur-Mer. De telles initiatives – et d’autres exemples pourraient être cités – témoignent de la pérennité des missions, des ambitions, de la prospective de l’Insu, malgré des adaptations que le contexte nous impose.

Haut de page

Notes

1 Établissements publics à caractère scientifique et technologique.

2 L’institut national de physique nucléaire et de physique des particules, créé en 1971, est le deuxième institut national à avoir vu le jour au sein du CNRS dans la foulée de la réforme de 1966 qui a permis l’établissement de telles structures.

3 Très grands équipements.

4 La Délégation générale à la recherche scientifique et technique, initiée dès les premiers mois de la Cinquième République, a été officiellement créée auprès du Premier ministre en 1961.

5 European Southern Observatory, ou Observatoire européen austral, organisation fondée en 1962 et qui compte actuellement quinze États membres et trois grands sites d’observation au Chili.

6 Mediterranean Integrated Studies at Regional and Local Scales, programme dédié à l’observation et à la compréhension du basin méditerranéen.

7 Observatoire des sciences de l'Univers.

8 Atacama Large Millimeter Array, interféromètre dans les domaines millimétrique et submillimétrique situé dans la ville de San Pedro de Atacama, au Chili.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Aubry, « L’Insu à la croisée des chemins », Histoire de la recherche contemporaine, Tome II - N°1 | 2013, 28-37.

Référence électronique

Michel Aubry, « L’Insu à la croisée des chemins », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome II - N°1 | 2013, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://hrc.revues.org/728 ; DOI : 10.4000/hrc.728

Haut de page

Auteur

Michel Aubry

Directeur du département (SDU) et de l’Institut national des sciences de l’Univers (Insu)

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org