Navigation – Plan du site
Dossier : Récits d'Univers

L’Insu au milieu des années 2000 : atouts et changements

INSU mid of 2000’s decade: assets and changes
Sylvie Joussaume
p. 38-49

Résumés

Directrice du département (SDU) et de l’Institut national des sciences de l’Univers (Insu) de 2003 à 2006, à la suite de Philippe Gillet (2001-2003), Sylvie Joussaume a été confrontée à plusieurs enjeux de taille pendant une période de changements majeurs pour le CNRS. Elle revient sur les nombreux projets qui ont marqué ces trois années de l’histoire de l’Institut.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Directrice scientifique.
  • 2 Bernard Larrouturou a été le directeur général du CNRS d’août 2003 à janvier 2006, Gérard Mégie pré (...)

1J’ai eu l’honneur et le plaisir de diriger l’Insu et le département des sciences de l’Univers de mars 2003 à mai 2006. À l’époque, l’une des plaisanteries était de dire que j’étais la « DS »1 de l’Univers ! Mon mandat a été marqué par deux grands chantiers : le projet d’Insu-E, c’est-à-dire l’extension de l’Institut au domaine de l’environnement, ainsi que la réforme Larrouturou-Mégie2, malheureusement affectée par le décès de Gérard Mégie. En trois ans, j’ai connu au CNRS trois directeurs généraux, Geneviève Berger, Bernard Larrouturou et Arnold Migus, et trois présidents, Gérard Mégie, Bernard Meunier et Catherine Bréchignac. Dans le même temps, trois ministres de la Recherche se sont succédé : Claudie Haigneré, François d’Aubert et François Goulard.

2Auparavant, de mars 2001 à février 2003, j’avais été directrice scientifique adjointe Océan-Atmosphère, sous la direction de Philippe Gillet. Daniel Vidal-Madjar avait essayé de m’attirer à ce poste six mois plus tôt, mais je n’étais pas vraiment mûre pour faire le saut. Par la suite, la situation de mon travail au laboratoire ayant évolué, j’ai accepté cette fonction qui a probablement marqué celle de directrice scientifique que j’ai exercée ensuite. Je pense en effet que les DSA ont un rôle extrêmement important, en interface avec les communautés. J’ai ensuite été nommée à la direction de l’Insu à la suite du départ prématuré de Philippe Gillet pour l’École normale supérieure de Lyon. Philippe Gillet avait lancé le projet de l’Insu-E dans lequel je m’étais beaucoup impliquée. J’ai donc eu le mandat de mettre en place ce projet, en accord avec Geneviève Berger, Gérard Mégie et, au ministère, Claudie Haigneré et Bernard Bigot.

Insu et Insu-E

3La démarche interdisciplinaire est d’une certaine façon à la base même de l’Insu car les sciences de l’Univers sont centrées sur l’étude d’objets à partir de différentes disciplines (physique, chimie mais aussi biologie). L’Insu-E se plaçait donc dans la même démarche mais en élargissant davantage vers l’écologie et les sciences humaines et sociales. Philippe Gillet avait déjà mis en place une quatrième division, Surfaces et Interfaces Continentales (SIC), en plus des trois divisions classiques – Astronomie-Astrophysique (AA), Océan-Atmosphère (OA), et Sciences de la Terre (ST). Il avait également créé deux divisions transversales, l’une pour faire l’interface avec la biologie, essentiellement l’écologie, l’autre pour faire l’interface avec la société et l’environnement, c’est à dire les sciences humaines et sociales.

4J’ai commencé mon mandat de directrice avec quatre directeurs adjoints : Fabienne Casoli – avant qu’elle ne soit remplacée par Anne-Marie Lagrange – pour AA, John Ludden pour ST, Nicole Papineau pour OA, et André Mariotti pour SIC. J’avais deux autres adjoints qui étaient rattachés à des départements : Bernard Delay à celui des sciences de la vie et Sander Van der Leeuw, ensuite remplacé par Christian Gollier, à celui des sciences humaines et sociales. L’Insu, fortement lié au seul département SDU, devenait aussi lié à ces deux autres départements dans le cadre de l’Insu-E. À l’époque, j’ai également animé un groupe de travail avec tous les départements pour préparer un document sur l’« Environnement » au CNRS, afin de préciser le rôle que jouent tous les domaines dans cet enjeu. À cette occasion, le directeur scientifique de la chimie, Marc Ledoux, me disait qu’il y avait deux approches des recherches sur l’environnement : l’environnement actif et l’environnement passif ; dans sa vision, la chimie faisait de l’environnement actif alors que nous, les domaines étudiant les milieux, l’écologie et les sciences humaines et sociales, nous constituions l’environnement passif. Cela illustre bien les différentes visions de l’environnement au sein même du CNRS.

5Même s’il n’y a pas eu création officielle de l’Insu-E, nous avons fonctionné dans ce mode : des programmes, en particulier en Surfaces Continentales, avaient déjà intégré une dimension écologie, et, pour la partie sciences humaines et sociales, une prospective environnement a été effectuée. Néanmoins, nous nous sommes rapidement heurtés à un certain nombre de difficultés, dont le positionnement Insu versus le département, généralement très mal compris, mais je reviendrai sur ce point plus loin.

6Une des premières difficultés a été liée au positionnement vis-à-vis des autres organismes. J’ai débuté mon mandat en mars 2003 et une réunion inter-organismes a été organisée en juin par le ministère de la Recherche, mettant en évidence une forte réticence des autres organismes à la création de l’Insu-E au CNRS. Manque de visibilité du rôle des autres organismes et crainte d’une hégémonie du CNRS sont probablement à l’origine de ces difficultés. En accord avec la direction du CNRS, nous avons décidé de poursuivre les discussions en interne avec les SHS et l’Écologie mais, courant 2004, les discussions ont fait ressortir que les chercheurs de ces domaines manquaient de confiance dans la capacité des sciences de l’Univers à s’ouvrir et percevaient notre domaine comme hégémonique. Des blocages internes sont rapidement apparus, souvent marqués par des difficultés antérieures avec ces deux domaines. Nous n’avons à l’époque pas assez anticipé ces difficultés. L’Insu avait déjà réussi l’intégration de la biologie dans le domaine de l’océan, et nous pensions pouvoir poursuivre dans ce sens. Il faut admettre que l’élargissement posait également des difficultés en interne à l’Insu lui-même, car couvrir de l’Astronomie aux SHS représente un très large spectre thématique et une grande diversité d’approches.

L’Institut, le département et les autres organismes

7Pour revenir sur les relations entre l’Insu et le département SDU, je me suis très régulièrement heurtée à la difficulté de compréhension de cette organisation et je peux finalement comprendre le modèle IN2P3 qui regroupe les fonctions d’institut national et la gestion des laboratoires. Cela dit, l’Insu, dans sa forme actuelle, regroupe également toutes les fonctions, mais je ne sais pas si cela résout tous les problèmes… À l’époque, Insu et SDU avaient des missions très complémentaires et j’ai œuvré pour bien les clarifier. L’Insu avait une mission de stratégie nationale, avec un rôle fort de prospective – et je reviendrai sur l’importance de ce rôle – des équipements nationaux, des très grands équipements, des programmes nationaux, des chantiers, des campagnes sur le terrain, des labellisations de services d’observation, en lien avec les Osu. De l’autre côté, le département SDU gérait les personnels des laboratoires – c’est à dire toutes les ressources humaines –, les laboratoires, les structures CNRS, les postes chercheurs, les ITA, les équipements mi-lourds des laboratoires, des actions incitatives comme les bourses de doctorat pour ingénieur, post-docs, etc.

8Même si les missions de l’Insu et du département sont complémentaires, leurs actions sont très souvent imbriquées et nécessitent une coordination étroite. Par exemple, les personnels des laboratoires participent à l’élaboration des prospectives de l’Insu qui, ensuite, vont permettre de définir des axes prioritaires, en particulier pour les moyens humains. Dans le domaine du spatial, l’Insu est le représentant du CNRS auprès du Comité inter-organismes du spatial, il gère les conventions des projets spatiaux, des CDD, mais en même temps s’appuie sur les laboratoires spatiaux, leurs ITA, leurs équipements qui sont gérés par SDU.

9Au-delà du positionnement de l’Insu vis-à-vis de SDU, se pose également la question de son positionnement vis-à-vis des autres organismes. De fait, l’Insu joue un rôle de coordination inter-organismes sur un certain nombre d’activités, en particulier en ce qui concerne OA et SIC, mais également dans les autres divisions, de façon moins marquée cependant. Au moment des discussions sur la création de l’Insu-E, nous nous sommes interrogés au sein de l’Insu sur l’opportunité de positionner cet institut sur l’Environnement en dehors du CNRS, ce qui lui donnerait les moyens de jouer pleinement le rôle de coordonnateur inter-organismes, y compris avec le CNRS. J’ai même discuté de ce point avec Gérard Mégie, fin avril 2004, peu de temps avant son décès. Notre conversation m’a confortée dans ma propre impression que ce n’était pas la bonne solution, car la force de l’Insu réside dans ce lien avec les laboratoires du CNRS. Les programmes inter-organismes permettent aux différents partenaires de mobiliser des chercheurs sur des thématiques importantes pour leurs missions et en même temps de s’approprier les résultats de la recherche faite dans les laboratoires.

10Les recherches dans le domaine de l’environnement nécessitent d’avoir un lieu de concertation entre les organismes. Après l’arrêt du Comité de coordination des sciences de la planète et de l’environnement, placé auprès du ministère, qui jouait ce rôle, j’ai participé à de nombreuses discussions inter-organismes pour créer un « CDire », Comité directeur inter-organismes des recherches en environnement rattaché au ministère. Malheureusement celui-ci n’a pas été mis en place. À défaut, j’ai pris la responsabilité, en accord avec les autres organismes, de lancer un Comité inter-organismes environnement « CIO-E », géré par l’Insu, afin de maintenir un minimum de coordination et de discussions. Les sujets traités concernaient la mise en place des observatoires de recherche en environnement, et l’élaboration de propositions communes de programmation pour l’Agence nationale de la recherche.

La réforme de 2004

11En 2004 a commencé la réforme Larrouturou-Mégie. Cette réforme s’appuyait sur quelques constats, comme la faiblesse du CNRS en régions, la difficulté à représenter le CNRS dans les questions pluri-domaines, ainsi que les difficultés à gérer les interactions entre départements, en particulier en ce qui concerne les postes ITA nécessairement rattachés à un département. Nicole Blondin m’avait bien expliqué toutes les subtilités des équipes SDU rattachées à un laboratoire d’un autre département, mais cela restait des exceptions relativement difficile à gérer.

12Un certain nombre d’orientations ont été prises pour pallier ces difficultés dont celles de réduire le nombre de départements et de créer des directeurs en régions, les fameux directeurs interrégionaux (DIR), accompagnées par de nombreuses discussions sur le contour des domaines. Nous n’avons pas du tout été épargnés, car il fallait savoir où et comment traiter les enjeux de l’environnement au CNRS. Malheureusement, Gérard Mégie n’était plus là pour apporter son éclairage. Bernard Larrouturou avait bien compris que l’Insu-E ne pouvait pas se faire mais que l’environnement était un enjeu important pour le CNRS. Il a proposé à la place de créer SDUE, c’est-à-dire un département Sciences de l’Univers et de l’Environnement. Cela allait à l’opposé de ce nous avions essayé de faire avec l’INSU-E, où l’idée était de traiter les questions d’environnement, par essence très interdisciplinaires, en s’appuyant sur plusieurs départements correspondant à des disciplines différentes. Je n’étais pas convaincue par cette solution. Cela nous a amené à en proposer une autre : séparer les sciences de la planète et de l’environnement d’un côté, et l’astronomie de l’autre, mais cette autre solution a également soulevé un certain nombre de difficultés, notamment avec la planétologie positionnée entre les deux. Ce n’est qu’ensuite que nous sommes arrivés au compromis décrit ci-dessous.

13Le rôle des DIR a également suscité de nombreuses discussions, notamment lors d’une réunion entre la direction de l’Insu-SDU et les directeurs d’unité, le 10 février 2005. Ce fut une journée mémorable, très difficile à piloter tant la contestation des directeurs d’unité était forte contre la possibilité que les DIR aient un rôle dans la gestion des laboratoires et les attributions de postes ITA. Un consensus a pu se dégager à la fin de la journée et les directeurs d’unité ont écrit une note à la direction générale affirmant l’importance d’une gestion nationale dans nos domaines. La même crainte a été exprimée en mai, au Conseil d’administration du CNRS qui a également bloqué sur ce point de la réforme. Lors de cette réunion avec les directeurs d’unités, nous avons aussi discuté du nom de notre domaine et convergé sur l’idée que nous devrions nous appeler Sciences de la Planète et de l’Univers (SPU), plutôt que Sciences de l’Univers.

  • 3 Mathématiques, informatique, physique, planète et univers.
  • 4 Environnement et développement durable.

14Nous avons fini par aboutir à un compromis avec la mise en place de Mippu3et d’un département transverse, EDD4, centré sur l’environnement, pour lequel j’ai plaidé qu’il n’y ait pas de laboratoire rattaché, mais en vain. Au final, nous avons abouti à une organisation compliquée pour nous. En effet, nous avions d’une part l’Insu, avec ses quatre domaines, et d’autre part la délégation SPU sous Mippu pour gérer les laboratoires avec, heureusement, le même directeur pour la délégation sciences de la Planète et de l’Univers et pour l’Insu, ceci grâce au décret de l’Insu. Les directeurs adjoints étaient séparés, avec pour SPU trois directeurs adjoints : Astronomie-Astrophysique, Sciences de la Planète, et Milieux et Environnement, afin d’assurer les liens avec un certain nombre d’autres départements, EDD, Sciences du Vivant, ou Ingénierie.

15Début 2006, Arnold Migus et Catherine Bréchignac sont arrivés à la tête du CNRS et ont arrêté la mise en place des DIR, mais ont gardé Mippu, SPU et l’Insu. Les directeurs adjoints de SPU étaient Alain Dinet pour Milieux et Écosystèmes, Bernard Leroy pour Astronomie-Astrophysique et John Ludden pour l’ensemble des Sciences de la Planète. Seul point positif, cela permettait de mieux gérer l’ampleur des tâches entre département et institut, mais cette organisation présentait un gros risque de divergence entre les orientations Insu et SPU, surtout ressenti en AA, et ne pouvait perdurer.

Les grands chantiers scientifiques

  • 5 Institut polaire français Paul-Émile Victor.
  • 6 European Southern Observatory, ou Observatoire européen austral.

16Pendant cette période, nous avons pu mener un certain nombre de réalisations scientifiques. En ce qui concerne les équipements, nous avons vu l’arrivée des deux avions de recherches atmosphériques. J’avais participé à leur acquisition en tant que DSA Océan-Atmosphère, avec l’aide de Michel Ravaut. L’Insu a également joué un rôle fort d’accompagnement de l’Ipev5 dans le cadre de la station Concordia. Il a aussi acquis de grands équipements en géochimie, en particulier pour l’analyse des échantillons extraterrestres ; pendant mon mandat, nous avons aussi soutenu des projets d’équipement pour le Very Large Telescope (VLT) de l’Eso6 au Chili, réussi à faire inscrire le VLT dans la ligne des très grands instruments et soutenu les premières études d’Extremely Large Telescope.

  • 7 Analyses multidisciplinaires de la mousson africaine.
  • 8 Écosphère continentale.
  • 9 Le satellite Planck, lancé en 2009, a pour objectif de mesurer avec une grande précision le rayonne (...)

17L’Insu, ce sont aussi des programmes et des chantiers. Amma7, sur la mousson africaine, est un chantier que j’avais démarré quand j’étais DSA et qui a continué à se monter pendant mon mandat de directrice. Les campagnes ont eu lieu en 2006 et ont impliqué OA et SIC. Les sciences de la Terre ont également lancé un grand chantier, le chantier des Antilles, rassemblant un grand nombre de forces autour d’une même région géographique. Pour SIC, il y avait le programme Ecco8. En Astronomie, les enjeux portaient sur la simulation numérique ou l’observatoire virtuel, ainsi que sur les projets spatiaux : on était en pleine préparation du projet Planck9. On a également beaucoup discuté des pôles thématiques avec le Cnes.

  • 10 Atacama Large Millimeter Array. Situé dans les Andes chiliennes à 5 000 m d’altitude, ce télescope (...)

18Il est impossible de décrire toute la science de cette période, mais je vais illustrer celle-ci à partir de ma présentation faite au Conseil de l’Insu du 30 juin 2005. Pour présenter les différents domaines de l’Insu, je m’appuyais sur les axes prioritaires issus des colloques de prospectives. En AA, suite au colloque de La-Colle-sur-Loup en mars 2003, les thématiques clés pour la cosmologie étaient les origines de l’Univers, la structure de la matière, ou encore les astroparticules. On s’intéressait aussi aux planètes extrasolaires, aux moyens d’observation au sol et depuis l’espace, et, parmi les projets, on parlait beaucoup d’Alma, finalisé cette année10.

19Pour les Sciences de la Terre, après le colloque de Vulcania de septembre 2002, les thématiques concernaient l’étude de l’intérieur de la Terre, les risques naturels en surface, la planétologie comparée, la géobiologie. Afin de répondre aux besoins d’analyse, nous avons également développé des plateformes et réseaux nationaux. Les sciences de la Terre avaient également lancé des chantiers, centrés sur le volcanisme et la sismicité de l’arc des Antilles ou la géophysique et la tectonique en Méditerranée.

20En ce qui concerne Océan-Atmosphère, à la suite du colloque de Brest de septembre 2000, les enjeux abordés étaient le changement climatique, la pollution de l’air, ou les aléas météorologiques. Parmi les projets phare, on peut mentionner le projet Amma, la modélisation du climat, le développement de l’océanographie opérationnelle.

21Pour les Surfaces continentales, après le colloque de prospective de Montpellier de décembre 2002, les thèmes abordés étaient le rôle de la biosphère continentale et des sols, les ressources en eau et la qualité des eaux, l’écodynamique des substances polluantes et l’écotoxicologie. Un effort important a porté sur le lancement des Observatoires de recherche en environnement dans le domaine des surfaces continentales et sur le programme Ecco, qui impliquait de nombreux organismes et l’écologie. Enfin, la nouvelle division Sociétés-Environnement, a réalisé un colloque de prospective en 2004 qui a fait apparaître un certain nombre de thèmes portant sur les crises, les risques, les ressources, l’anthroposystème, l’urbanisme et les questions liant société, environnement et santé.

22J’ai également eu à traiter des dossiers difficiles comme celui du renouvellement de l’accès à l’Iram, après l’accident du Pic de Bure. Philippe Gillet avait commencé avant moi et Dominique Le Quéau a dû poursuivre ensuite tant le dossier a nécessité du temps pour arriver à une solution viable. Quand j’ai repris le projet, Philippe Gillet avait retenu une solution d’ascenseur, que j’ai dû arrêter en raison des coûts trop élevés. Nous avons ensuite étudié plusieurs autres solutions : route, télésièges avec les collectivités, reconstruction ou réhabilitation d’un téléphérique, etc. Après de nombreuses études et discussions, nous avons fini par nous rendre à l’évidence : refaire un téléphérique était la seule solution. François Baudin est le principal acteur et le témoin clé de toutes ces études et Monique Joyeux nous a accompagnés dans les aspects juridiques de ce dossier difficile. La partie procès a été traitée par Philippe Gillet, qui avait commencé l’étude du dossier juridique et était d’accord pour mener ce dossier jusqu’au bout.

  • 11 Grand équipement national de calcul intensif.
  • 12 Partnership for advanced computing in Europe.

23Personnellement, au-delà de l’Insu mais en lien avec lui, je me suis également beaucoup impliquée dans le dossier du calcul intensif, que ce soit avec la création de Genci11 au niveau national et celle de Prace12 au niveau européen. Ce n’est pas le sujet aujourd’hui, mais il est clair que pour les communautés de l’Insu, le calcul scientifique est incontournable.

24Concernant le budget, nous avons connu quelques années difficiles. En 2003-2004, nous avons changé le système et commencé à parler d’autorisations de paiement, de crédits de paiement et un tas d’annulations de crédits ont eu lieu. Début 2004, la moitié des directeurs des sciences de l’Univers démissionnent dans le grand mouvement social de la recherche qui a suivi les annonces budgétaires. En 2005 et 2006, la situation s’est améliorée, nous sommes revenus à une situation plus gérable.

25Pendant toute cette période, mon discours et celui de mes DSA étaient clairement en faveur d’une priorité au recrutement d’ITA, qui jouent un rôle extrêmement important pour accompagner nos recherches. En effet, notre domaine connaît une forte demande en ITA afin d’assurer un certain nombre de services : les marins, les ITA de l’Ipev, les ITA du spatial, ainsi que les engagements internationaux. Il fallait à la fois assurer le maintien d’un certain nombre de compétences suite aux nombreux départs à la retraite et gérer de nouvelles priorités comme l’environnement. Le sujet du renouvellement des ITA dans le domaine du spatial, dont le nombre était estimé à 400, était particulièrement sensible et a conduit à la signature d’un accord entre le Cnes et le CNRS pour garantir le renouvellement d’au moins 75 % des ITA spatiaux.

Les atouts de l’Insu

26J’ai beaucoup appris de mon expérience à l’Insu. Je suis ressortie avec la conviction que l’un de ses atouts est de piloter des prospectives élaborées par les communautés scientifiques, qui sont les plus à même de définir les frontières de la science. Les prospectives permettent de se regrouper autour de projets phares, autour d’équipements communs, ce qui est indispensable pour étudier notre planète ou l’univers. Le meilleur exemple est l’Astronomie-Astrophysique. C’est le domaine qui mène le mieux cet exercice, de manière très impressionnante. En AA, la prospective permet de définir toutes les priorités : les équipements, les très grands équipements, les ITA, les postes CNRS. Cette démarche est extrêmement structurante et permet d’englober l’ensemble du fonctionnement d’un domaine.

  • 13 European Consortium for Ocean Research Drilling.
  • 14 Astronet est un consortium européen d'agences et d'instituts de recherche dont l’objectif est de co (...)
  • 15 Integrated Ocean Drilling Program.

27L’Insu, avec sa structuration nationale, a également des atouts pour développer des actions au niveau européen. Deux dossiers importants ont été traités pendant cette période : le forage profond Ecord13 mené par John Ludden, et l’Eranet Astronet14 en Astronomie mené par Anne-Marie Lagrange, avec l’aide de Fabienne Casoli. J’ai pu à ces occasions me rendre compte à quel point l’Insu était extrêmement bien adapté pour travailler à l’échelle européenne grâce à une forte stratégie nationale, qui nous permet d’aller plus facilement porter les projets au niveau européen. Dans Ecord, toute l’Europe s’est réunie sous une même bannière, coordonnée par l’Insu, pour signer un partenariat avec la NSF aux États-Unis et le ministère de la Recherche au Japon sur IODP15. Astronet a porté la démarche de prospective de l’Insu au niveau européen et a permis de développer une vision européenne des besoins en équipements pour l’astronomie. Ces deux réussites m’ont incitée à défendre la création d’une cellule Europe composée de deux postes, en pleine période où il fallait réduire les effectifs des directions.

  • 16 Système d’observation et d’expérimentation pour la recherche en Environnement.
  • 17 Conseil national des astronomes et des physiciens.

28La mission d’observation est clairement un autre atout important de l’Insu : les services d’observation se sont élargis avec les observatoires de recherche en environnement, soutenus par le ministère de la Recherche avec le Fonds national de la science pour 2002-2004, continués par la suite avec les SOERE16. Cette mission est soutenue par les postes du Cnap17 qui accordent une décharge d’enseignement pour assurer des missions d’observation. Avec l’aide de Daniel Guedalia, nous avons réussi à plaider la création de postes Cnap, grâce à l’aide de Philippe Vidal, ancien DSA en poste à la direction de l’Enseignement supérieur. Par ailleurs, les Osu jouaient un rôle structurant à l’époque, avec 65 % des personnels SDU. Philippe Gillet voulait les développer davantage. J’ai poursuivi quelques créations mais j’ai dû en freiner d’autres qui risquaient de créer plus de problèmes aux laboratoires que d’en résoudre.

29L’Insu bénéficiait également d’une délégation de gestion et d’une capacité de gestion qui lui permettaient une certaine autonomie. Avec Gérard Vivier, nous avions beaucoup discuté de ce rôle clé qui, malheureusement, a été plutôt amoindri dans le temps, et ceci n’est pas récent : en discutant avec Jean-François Minster, j’ai constaté que l’Insu a perdu une part de son autonomie dès 1996, lorsque son budget a été décidé au sein du CNRS et non plus avec le ministère de la Recherche.

30Enfin, la très grande force de la direction, aussi bien au niveau Insu que SDU, ce sont ses services. J’ai beaucoup apprécié de travailler avec tous les personnels, pour leur efficacité et leur compétence. Les équipes de direction changent, mais les personnels des services assurent la stabilité et l’efficacité du système.

Coordination, infrastructures, interdisciplinarité

31Je viens de faire un résumé très partiel de ces trois années, partagée entre l’envie de me replonger dans ce temps fort de ma carrière et un sentiment de frustration face à la période difficile de la réforme et des discussions sur le contour des départements qui ont abouti à une structure insatisfaisante. Mais le travail de direction est un travail collectif et je ne peux pas être à moi seule la mémoire d’une période. L’Insu a clairement de nombreux atouts. Pour moi, les prospectives jouent un rôle clé, d’autant plus maintenant avec l’ANR, car elles permettent d’élaborer la stratégie des communautés scientifiques. Le problème, c’est que, lorsque j’en discute avec des collègues, ils ont tendance à ne voir l’Insu qu’à travers son rôle de soutien aux programmes. Je trouve que c’est extrêmement réducteur, car au-delà du financement direct des programmes, l’Insu joue un rôle de structuration, de soutien de postes, de soutien aux infrastructures, pour lesquels les prospectives permettent de construire une stratégie cohérente.

  • 18 Groupement d'intérêt scientifique.

32À la fin de mon mandat, j’ai fait le choix de revenir travailler sur des actions de coordination de la recherche sur le climat. Les mots-clés qui caractérisent mon activité, coordination, infrastructures et interdisciplinarité, sont très liés à mon expérience à l’Insu. En particulier, après la frustration de ne pas avoir pu créer l’Insu-E, j’ai développé sur le terrain, au sein du GIS18 Climat-Environnement-Société, la dimension interdisciplinaire souhaitée pour l’Insu-E. J’ai beaucoup appris de ces cinq années passées à la direction de l’Insu, et cette expérience continue de marquer mes activités.

33John Ludden : Les positionnements de la science environnementale, océanographique, géoscientifique ou astronomique sont difficiles, car ce ne sont pas des sciences dites « pures » comme les mathématiques ou la physique. Je le constate en Angleterre également, au Natural Environment Research Council, où nous rencontrons exactement les mêmes problèmes de positionnement en biologie, en ingénierie, etc. Une autre difficulté, que j’ai remarquée par exemple au sein du comité d’« initiative d’excellence » dans lequel j’ai siégé, réside dans le fait que les chercheurs ne considèrent l’Insu que pour les programmes. Enfin, nous parlons toujours très peu du secteur privé, malgré les tentatives que nous avons faites avec Sylvie. Or je suis convaincu qu’il faut aller vers l’industrie verte, vers l’industrie d’assurance.

34Jean-François Stéphan : Nous accueillons depuis le 1er janvier 2012, à mon initiative, un délégué pour les relations partenariales avec le monde industriel, Gabriel Marquette, à plein temps et rémunéré sur les ressources propres de l’Insu. Il a lui-même fait toute sa carrière dans le monde industriel. Il porte donc un regard industriel sur la recherche, et c’est absolument ce dont nous avions besoin pour compléter le regard des chercheurs.

  • 19 Laboratoires d’excellence.
  • 20 Équipements d’excellence.

35Je tiens à aborder un autre point, à la source première de tout ce qui nous irrigue, c’est-à-dire les exercices de prospective. J’ai eu l’occasion de vivre l’aventure du Grand emprunt, et nous étions, au niveau du CNRS, globalement très inquiets sur ce que cela allait donner. Nous craignions de voir remonter des projets de Labex19, d’Equipex20 divers et variés, partant dans tous les sens, et, le résultat des courses a été que nous avons vu remonter ce qui était dans nos tuyaux de prospective, en totalité pour les Equipex et en grande partie pour les Labex. Pour les Labex, la plupart des projets étaient organisés autour des Osu, qui ont été structurés, organisés par l’Insu. Pour les Equipex, c’est impressionnant : tous les projets étaient le fruit d’une maturation, d’une réflexion au sortir d’un, voire souvent deux, exercices de prospective antérieurs.

36Concernant les postes, nous constatons que dans la sélection des candidats au niveau des jurys d’admissibilité, une fois prises en compte leurs qualités personnelles et leur potentiel de chercheur, les profils qui ont été retenus sont des profils qui ont été affichés dans des exercices de prospective. Le grand emprunt a donc permis de tester notre culture et notre capacité à respecter ce que nous avons construit collectivement avec ce fil directeur qu’est la prospective.

37Nicole Papineau : Il a beaucoup été question d’environnement, et j’aimerais tout d’abord souligner la richesse des stations marines, qui constituent une synthèse tout à fait exceptionnelle de cultures, de disciplines, de projets. La grande force de l’Insu, dans nos domaines, a trait à la dimension inter-organismes, d’autant plus que les organismes sont plus nombreux ici qu’en astronomie par exemple : tout ce qui a pu être réalisé, les programmes, les campagnes, vient en grande partie de cette capacité inter-organisme. Par ailleurs, la place de la prospective au sein de l’Institut est un autre élément clé, fondamental en particulier pour la mise en œuvre des grands chantiers. Amma, la plus grande campagne-programme que nous avons réalisée, a ainsi pu l’être grâce aux projets précédents, Map, Pirex, Indoex, qui se sont inscrits dans le cadre de cette démarche de prospective et dans la durée.

  • 21 Avion de recherche atmosphérique et de télédétection.

38La marque de fabrique de la communauté Océan-Atmosphère est de se réunir autour de campagnes de terrain. Pour cela, les infrastructures ne sont pas des télescopes, mais nos bateaux et ceux de l’Ifremer, ainsi que les avions de recherches atmosphériques. À chaque fois, une grande pérennité est nécessaire : l’aventure des avions, par exemple, commence en 1996 avec la première prospective pour remplacer l’Arat21 ; puis le choix des avions remonte à 2002, pour une mise en service quasi concurrente au lancement d’Amma en 2006.

39Puis, au-delà de la prospective, lorsque les programmes sont sur les rails, il faut parvenir à coordonner la communauté. Je me souviens que lorsque nous arrivions devant l’ANR avec une seule proposition qui regroupait l’ensemble des chercheurs, on nous répondait qu’on ne pouvait pas nous dire non ! C’est là une autre force de l’Insu.

40Fabienne Casoli : J’ai vécu le début de la période évoquée par Sylvie et j’aimerais la remercier d’avoir mené le navire Insu au milieu d’épisodes difficiles. Après avoir quitté l’Insu, j’ai aidé Anne-Marie Lagrange à monter le dossier Astronet, et je crois que s’il n’y avait pas eu tout le soutien que nous a apporté l’Institut, son expertise, son mode de travail, nous n’y serions peut-être pas arrivées. Certes, l’adhésion à l’idée en Europe a été forte, mais je crois que c’est parce que nous disposions de cet appui, et de notre propre expérience de travail à l’Insu. En revanche, je voudrais que Sylvie nous dise quelques mots des relations de l’Insu avec l’ANR, qui a été mise en place pendant son mandat.

41Sylvie Joussaume : La mise en place de l’ANR était un sujet d’inquiétude, et notre communauté aurait préféré que l’argent soit confié à l’Insu pour gérer une stratégie nationale dans nos domaines. J’ai toutefois proposé que l’Institut puisse gérer certaines lignes de programmes en lien avec nos thématiques, et nous avons ainsi obtenu plusieurs délégations de gestion, hélas retirées par la suite. Nous envisagions également à l’époque un appui de l’Institut à l’ANR, à travers ses prospectives, ainsi que la préparation de la communauté afin que les projets présentés soient plus mûrs.

42Après mon mandat à la direction de l’Insu, j’ai assuré le rôle de présidente de la commission scientifique disciplinaire « Sciences de l’univers et Géo-environnement » à l’ANR blanche, ce qui m’a fait plaisir car j’y ai retrouvé les quatre domaines présents à l’Insu. De plus, j’ai proposé des membres de la commission connaissant bien la communauté nationale et ayant une bonne vision d’ensemble, de façon à assurer l’articulation avec la stratégie nationale dans nos domaines. On peut, je pense, faire en sorte que l’ANR et l’Insu s’articulent le mieux possible.

43Raymond Duval : Je voulais dire un mot à propos de l’intégration de l’Insu au CNRS et des différentes étapes qui ont marqué la réduction de l’autonomie de l’Institut par rapport à celui-ci. Je situe cette première étape au moment de l’installation de l’Insu sur le site de Michel-Ange. J’y ai pris mes fonctions de directeur administratif, c’était mon premier poste à l’Insu, j’avais reçu ma lettre de mission – c’était alors la mode que les cadres supérieurs de l’administration reçoivent des lettres de missions – du directeur général, ce qui était original car j’avais été recruté par Michel Aubry, et c’était la première fois que le directeur administratif de l’Insu recevait une lettre de mission du directeur général du CNRS. Ce document était en contradiction à peu près totale avec ce que Michel Aubry et la communauté scientifique que je devais servir attendaient de moi. J’ai donc été mis dans une situation où soit je satisfaisais aux obligations de la charge avec l’état-major de l’Insu et j’étais en contradiction avec la demande qui m’avait été adressée par le directeur général, soit je mettais en œuvre les chantiers qu’il m’était demandé de réaliser, et notamment à l’époque de supprimer l’agence comptable secondaire, et dans mon environnement proche et quotidien les relations auraient été détériorées ! J’ai supporté cette situation très inconfortable pendant près d’un an. J’ai été sollicité avec beaucoup de pression par le directeur général de l’administration du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, mais je n’aurais pas cédé aux sirènes du ministère à ce moment-là si j’avais eu le sentiment de pouvoir continuer ma mission à l’Insu dans d’autres conditions. J’étais prisonnier d’une situation que je n’avais pas souhaitée et je suis donc parti. Et Éric Esparre, qui a pris ma suite, a pu pendant des années faire bénéficier l’Insu de ses grandes compétences.

44Éric Esparre : Je ne me suis fort heureusement pas retrouvé dans la même situation que Raymond Duval : ma seule lettre de mission venait de Michel Aubry, ce qui était naturel, mais pas de la direction générale. Et le fait est que nous avons réussi à lutter pendant cinq ou six ans avant de perdre notre agence comptable. Il est vrai que cette période a été une charnière, car pour la première fois à partir de 1993 les directions administratives de l’Insu et de SDU étaient regroupées dans une seule fonction. Ce regroupement des forces administratives a débouché sur une période d’assez grande stabilité et de confort de gestion, qui a duré cinq ans. Le directeur de l’Institut avait entre ses mains toutes les manettes du pouvoir budgétaire, c’est-à-dire avec, pour l’Insu, un budget qui était un peu moins individualisé qu’il ne l’était auparavant, mais qui était quand même un budget annexe bien identifié, mais aussi avec tous les moyens budgétaires inhérents à la gestion des personnels et des laboratoires.

45Daniel Vidal-Madjar : Je voudrais revenir sur ce que je perçois comme la triste histoire de l’Insu-E. Je suis parti au moment où Philippe Gillet est arrivé. J’en avais beaucoup discuté avec lui et ce qui m’a le plus frappé à ce moment-là, c’était que le CNRS n’était perçu, ni par l’extérieur, ni à l’intérieur, comme un organisme puissant de recherche en environnement. De manière étonnante, lorsque le ministère de l’Environnement rencontrait un problème, il ne s’adressait pas au CNRS, mais au Muséum national d’histoire naturelle. Bien entendu, le Muséum était démuni et il était obligé de demander son aide au CNRS ! Et il en va de même pour les stations marines, dont nous connaissons tous la force, les compétences et l’efficacité : quand le ministère de l’Environnement était confronté à un problème d’écosystème marin, il ne s’adressait pas au CNRS, mais à l’Ifremer, qui à son tour se tournait vers l’Insu pour lancer un programme ad hoc.

46Le vrai problème résidait donc dans le fait que le CNRS ne se sentait pas lui-même comme un vrai organisme de recherche en environnement, et que l’extérieur ne le percevait pas comme cela. Je l’avais signalé à Gérard Mégie et à Philippe Gillet : l’Insu-E ne pouvait pas marcher, car nous n’étions pas mûrs. Il aurait fallu commencer par obtenir cette reconnaissance en interne et à l’extérieur, ce qui n’aurait sans doute pas été trop compliqué : une petite cellule de deux ou trois personnes aurait pu dresser un rapport annuel sur l’état des recherches en environnement au CNRS. En accompagnant ce nouvel état d’esprit, les choses auraient été plus simples et le CNRS aurait aujourd’hui été bien installé comme un vrai opérateur, et il aurait été reconnu en tant que tel par tous ses partenaires.

47Jean-François Stéphan : La prise de conscience au sein même du CNRS a en effet exigé beaucoup de temps. J’ai fait moi-même ce constat et, dans la feuille de route que j’avais proposée à Alain Fuchs en juin 2010, avant d’arriver à l’Insu, en tête de liste, je soulignais la nécessité de construire une synergie étroite entre l’Insu et l’Inee pour commencer, de telle sorte que l’Environnement soit représenté de manière concertée, cohérente, et au meilleur niveau sur la scène nationale, par ces deux instituts les plus porteurs en terme d’environnement.

Haut de page

Notes

1 Directrice scientifique.

2 Bernard Larrouturou a été le directeur général du CNRS d’août 2003 à janvier 2006, Gérard Mégie président de l’établissement de 2000 à son décès, le 5 juin 2004.

3 Mathématiques, informatique, physique, planète et univers.

4 Environnement et développement durable.

5 Institut polaire français Paul-Émile Victor.

6 European Southern Observatory, ou Observatoire européen austral.

7 Analyses multidisciplinaires de la mousson africaine.

8 Écosphère continentale.

9 Le satellite Planck, lancé en 2009, a pour objectif de mesurer avec une grande précision le rayonnement fossile.

10 Atacama Large Millimeter Array. Situé dans les Andes chiliennes à 5 000 m d’altitude, ce télescope millimétrique composé de 66 antennes permettra d’observer les limites de l’Univers observable, notamment les trous noirs supermassifs et les galaxies naissantes telles quelles étaient il y a 10 milliards d’années.

11 Grand équipement national de calcul intensif.

12 Partnership for advanced computing in Europe.

13 European Consortium for Ocean Research Drilling.

14 Astronet est un consortium européen d'agences et d'instituts de recherche dont l’objectif est de consolider et renforcer la place mondiale de l'Europe dans le domaine de l'astronomie.

15 Integrated Ocean Drilling Program.

16 Système d’observation et d’expérimentation pour la recherche en Environnement.

17 Conseil national des astronomes et des physiciens.

18 Groupement d'intérêt scientifique.

19 Laboratoires d’excellence.

20 Équipements d’excellence.

21 Avion de recherche atmosphérique et de télédétection.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Joussaume, « L’Insu au milieu des années 2000 : atouts et changements », Histoire de la recherche contemporaine, Tome II - N°1 | 2013, 38-49.

Référence électronique

Sylvie Joussaume, « L’Insu au milieu des années 2000 : atouts et changements », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome II - N°1 | 2013, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://hrc.revues.org/742 ; DOI : 10.4000/hrc.742

Haut de page

Auteur

Sylvie Joussaume

Directrice du département Sciences de l’Univers (SDU) et de l’Institut national des sciences de l’Univers (Insu)

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org