Navigation – Plan du site
Analyses d'ouvrages

Michel Blay, Quand la recherche était une République

Bernard Valade
p. 94-95
Référence(s) :

Michel Blay, Quand la recherche était une République, Paris, Armand Colin / Comité pour l’histoire du CNRS, 2011, 157 p.

ISBN 978-2-200-27557-0

Texte intégral

1Le 20 août 1944, Frédéric Joliot-Curie, professeur au Collège de France entré dans la Résistance en 1941, membre du Parti communiste français depuis 1942, était nommé à la tête du CNRS. Tandis que s’accomplissait la Libération et que la Reconstruction s’imposait comme objectif majeur, une nouvelle politique de la recherche allait conduire à la réorganisation de l’institution créée en 1939. Issue de réflexions amorcées au sein du Conseil national de la résistance au cours des années précédente et poursuivies au fil de réunions tenues en septembre-octobre 1944 en accord avec les autorités de tutelle, – Henri Wallon et René Capitant étant respectivement secrétaire général et ministre de l’Éducation nationale –, cette politique devait effectivement prendre forme dans l’ordonnance du 2 novembre 1945, signée par Charles de Gaulle alors chef du Gouvernement provisoire, sur la réorganisation générale du CNRS. Ce sont les orientations tracées, les principes adoptés, les valeurs choisies dès la fin de l’été 1944 que Michel Blay s’est appliqué à dégager, pièces documentaires à l’appui, en en montrant l’originalité et la fécondité.

2On connaît les composantes du cadre institutionnel qui fut redonné, à l’initiative de F. Joliot et des experts dont il s’entoura, à la vie scientifique : un vaste comité directeur (le futur Comité national), – gouverné par un directoire composé d’un petit nombre de personnalités marquantes –, comité dont l’élaboration des programmes de recherche est la tâche principale ; des sous-comités directeurs, qui en sont les subdivisions disciplinaires, auxquels sont notamment confiés le recrutement et l’évaluation des chercheurs ; des chargés de mission effectuant la liaison permanente des laboratoires de province avec le Centre. Dans ce dispositif M. Blay souligne la place et le rôle des sous-comités : ils devaient permettre « la coordination et la gestion collégiale des diverses sections disciplinaires du CNRS tout en favorisant, sur certains projets, des rencontres et des discussions (…), ce qu’on appelle aujourd’hui, avec emphase et peu de sens pratique, ‘l’interdisciplinarité’« . Il met plus encore l’accent sur l’esprit, – résolument républicain et démocratique –, dans lequel cette recomposition a été entreprise. En effet, le Comité national ne sera pas un organisme simplement consultatif. Ainsi que le voulait F. Joliot, et comme le prescrira l’ordonnance de 1945 dans l’‘Exposé des motifs’, il « constituera une assemblée délibérante et agissante qui assumera de véritables responsabilités ». Aussi bien, écrit M. Blay, « La recherche est devenue une République, une République dans la République ».

  • 1 Commission générale d’organisation scientifique du travail.

3Les caractères originaux de la politique scientifique ainsi engagée sont ici bien mis valeur. Autant que républicaine et démocratique, cette politique est volontariste. Sont prescrites la coordination et l’unification de la recherche ; il faut en finir avec la dispersion et, comme le réclame expressément F. Joliot, tout réunir en un seul Centre doté d’un seul budget. La recherche, en prise sur des besoins réels, sera également planifiée. Elle se fortifiera, – hors de toute mainmise bureaucratique et gérontocratique –, du renouvellement des pratiques et des hommes, – toujours jeunes d’esprit et ouverts à l’échange des connaissances. Les « travailleurs de la science » formeront une communauté scientifique soudée par le partage de valeurs identiques ; ils contribueront à la création d’une « force de recherche scientifique » garantissant l’indépendance nationale. Cette « force » affirmera sa propre indépendance, aussi bien à l’égard des pressions du monde politique qu’aux intérêts des milieux d’affaires. Enfin, innovation capitale, un enseignement préparatoire à la recherche sera organisé au CNRS, en raison, expose F. Joliot devant la CEGOS1 en janvier 1945, de « l’insuffisance de l’enseignement reçu par des licenciés des facultés des sciences ou des ingénieurs des grandes écoles ».

  • 2 Denis Guthleben, « La nomination de Charles Jacob à la tête du CNRS de Vichy », La revue pour l’his (...)

4À qui la recherche doit-elle profiter ? Comment combiner les objectifs d’un organisme d’État avec ceux des entreprises privées ? Doit-on séparer ou « mélanger par spécialité les hommes de science pure et les hommes de science appliquée » ? – F. Joliot se prononçant en faveur du mélange. Malgré de nombreuses incertitudes, – continuation de la guerre, difficile reconnaissance par l’étranger du nouveau gouvernement français, maintien provisoire, par une ordonnance du 12 octobre 1944, de la loi du 10 mars 1941 réorganisant le CNRS –, ces questions furent tranchées, dans le fond et dans la forme, en rupture avec l’héritage vichyste de Charles Jacob, administrateur provisoire nommé directeur du Centre en avril 1941, auquel Denis Guthleben a consacré un intéressant article2. À une méthode dirigiste succédait un mode collégial de gestion, et à des pratiques autoritaires le débat démocratique. Une « nouvelle conscience nationale » émergeait, en même temps que s’affirmait la croyance dans le primat de la science et l’importance de ses serviteurs. On remarquera, sur ce point, la reprise par F. Joliot de la parabole saint-simonienne : « Si une bombe tombait ici en ce moment et nous détruisait, ce serait plus grave que si elle tombait sur un Gouvernement » ; Saint-Simon avait posé que la soudaine disparition du roi, de la cour, de tous les rentiers serait moins dommageable à la nation que l’anéantissement des savants, des ingénieurs, des industriels, bref, des « producteurs ».

5On saura gré à Michel Blay d’être revenu sur cette geste inaugurale en réunissant ces textes qui prouvent « qu’une organisation de la recherche, couvrant pour l’essentiel l’ensemble des disciplines, à la fois démocratique et républicaine, est possible ». Les savants commentaires qu’il en donne sont assaisonnés de quelques pointes polémiques. Ainsi note-t-il, à propos du compte rendu du comité directeur du 18 septembre 1944, qu’il s’agit là d’« un texte à méditer aujourd’hui en ces temps voués à la concurrence généralisée, à l’organisation managériale, au retour du Chef, et au jeu des primes transformant tout chercheur, tout enseignant-chercheur, dans l’indignité et la désunion, en un triste sportif sprintant à une étape du Tour de France ».

Haut de page

Notes

1 Commission générale d’organisation scientifique du travail.

2 Denis Guthleben, « La nomination de Charles Jacob à la tête du CNRS de Vichy », La revue pour l’histoire du CNRS, 12, 2005, p. 80-87.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Valade, « Michel Blay, Quand la recherche était une République », Histoire de la recherche contemporaine, Tome II - N°1 | 2013, 94-95.

Référence électronique

Bernard Valade, « Michel Blay, Quand la recherche était une République », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome II - N°1 | 2013, mis en ligne le 15 décembre 2013, consulté le 16 août 2017. URL : http://hrc.revues.org/778

Haut de page

Auteur

Bernard Valade

Historien des idées, Paris V-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org