Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Dans ce nouveau numéro de sa Revue, le Comité pour l’histoire du CNRS a souhaité aller à la rencontre d’autres organismes de recherche et, d’ailleurs, projette de poursuivre cette politique d’ouverture dès que de nouvelles occasions se présenteront. Il est en effet très important de susciter, à l’intérieur des autres organismes, une réflexion historique et critique susceptible, tout à la fois, d’éclairer les politiques scientifiques à venir, mais aussi de donner au public une vision plus élargie des enjeux et des activités, tant fondamentales qu’appliquées, de la recherche en France et de ses implications internationales.

2Un numéro consacré, pour sa partie dossier, à l’Inra (Institut national de la recherche agronomique) fondé en 1946 et au Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) dont l’origine lointaine, au XIXe siècle, est liée, à l’Empire colonial, nous est apparu prioritaire. D’abord parce que la politique agricole, sous ses divers aspects, a joué un rôle déterminant dans la vie politique française tant de la quatrième que de la cinquième République. Ensuite parce qu’il convient de réfléchir sur les enjeux techniques et économiques de la dite politique agricole à partir de données et d’éléments archivistiques parfaitement analysés.

3La politique agricole, française ou européenne, n’est pas monolithique. Les articles de ce dossier le montrent en attirant l’attention sur les débats qui ont traversé l’Inra à propos, en particulier, des questions relatives à la biologie moléculaire et, d’une façon plus générale, à la tendance vers une certaine « ingéniérisation » des pratiques et du style des politiques agricoles. En tant qu’organismes de recherches finalisés l’Inra tout comme le Cirad sont au cœur des débats portant sur les conceptions et le sens de la recherche scientifique. De ce fait, ils ne pouvaient échapper aux soubresauts de la vie politique et de ses vicissitudes, comme en portent témoignage les nombreuses polémiques qui les ont traversées ces dernières décennies.

4Ce dossier, pour important qu’il soit, ne constitue pas la totalité du nouveau numéro de la Revue. Nous y trouvons aussi deux articles centrés sur les politiques d’archives et de conservation des fonds sans lesquels il ne peut y avoir de recherches historiques dignes de ce nom : d’une part le Centre documentaire du Caphes (UMS CNRS/ENS) situé au 29 rue d’Ulm qui rassemble des fonds, des archives et des ouvrages consacrés principalement à la physique et à la biologie des XIXe et XXe siècles et, d’autre part, les archives de l’Institut Michel Pacha. Un mot encore : les recensions sont dans ce numéro de véritables articles.

5Bonne lecture à tous.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Blay, « Éditorial », Histoire de la recherche contemporaine, Tome III - N°2 | 2014, 104-105.

Référence électronique

Michel Blay, « Éditorial », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome III - N°2 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 15 août 2017. URL : http://hrc.revues.org/784

Haut de page

Auteur

Michel Blay

Président du Comité pour l’histoire du CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org