Navigation – Plan du site
Dossier:un parcours dans les mondes de la recherche agronomique. L'Inra et le Cirad

Un parcours dans les mondes de la recherche agronomique. L’Inra et le Cirad

Egizio Valceschini et Bernard Hubert
p. 106-112

Texte intégral

  • 1 Unité mixte de recherche : unité de recherche qui rassemble des chercheurs ou des enseignants-cherc (...)

1La France est un des seuls pays européens à avoir conservé jusqu’à aujourd’hui un dispositif national autonome de recherche agronomique publique important. L’institutionnalisation de ce champ en France date de la moitié du XIXe siècle. L’Inra et le Cirad en sont devenus, après la deuxième guerre mondiale et surtout à partir des années quatre-vingt, les principaux opérateurs, souvent en association (sous forme d’UMR1) notamment) avec les grandes écoles d’enseignement supérieur agronomiques et vétérinaires, des universités ou des laboratoires du CNRS. Ils mobilisent un large spectre de disciplines dans le domaine des sciences du vivant.

  • 2 Une deuxième partie en préparation paraîtra ultérieurement.
  • 3 Les articles ont été, dans un premier temps, soumis à la discussion au sein du Comité d’histoire In (...)

2Le Comité d’histoire, commun à l’Inra et au Cirad, propose ici la première partie2 d’un dossier consacré à leur histoire respective, et plus particulièrement à leur rôle dans les relations entre la science et la société. Il est composé de contributions individuelles (ou en duo) qui ont fait l’objet d’un travail d’accompagnement3 avec l’idée d’aider les auteurs, en particulier ceux qui ne sont pas historiens de métier, à adopter un point de vue d’historien et les règles disciplinaires afférentes. Nous pensons possible, grâce à cet accompagnement, d’ouvrir l’analyse historique à des scientifiques ou des gestionnaires qui ont eu affaire avec la recherche agronomique, sans rien perdre en rigueur et sans déroger aux règles essentielles du métier d’historien. Avec le recul nécessaire et la méthodologie adéquate, ces auteurs éclairent utilement certains aspects ou certaines périodes de l’histoire de la recherche agronomique du XXe siècle et de ses institutions.

Le Comité d’histoire de l’Inra et du Cirad

3L’Inra a créé un comité d’histoire en 2005 et, rapidement, le Cirad s’y est joint. Le Comité mobilise des chercheurs issus des sciences sociales et humaines, des historiens, des socio-anthropologues, des épistémologues… De plus en plus, il implique des scientifiques des disciplines biotechniques, dominantes dans les deux institutions. Les départements de recherche et les chercheurs en activité, et également des personnels des fonctions d’appui à la recherche sont aussi de plus en plus sollicités.

4Le Comité d’histoire œuvre pour préserver et valoriser les matériaux considérables dont disposent l’Inra et le Cirad sur l’agronomie au XXe siècle. Il s’agit au premier chef, d’organiser le rassemblement, la conservation et l’exploitation de documents scientifiques et administratifs, sous forme écrite, numérique et photographique, utiles à l’histoire : c’est la mission archives proprement dite. Il s’agit également de préserver, conserver et valoriser la mémoire professionnelle des différentes catégories de personnels et les témoignages d’expériences individuelles ou collectives de recherche : c’est la mission Archorales, initiée en 1995. Elle réalise un important travail de collecte, conservation (en liaison avec les Archives nationales) et de publication. À ce jour, 370 témoignages ont été recueillis, près de 140 ont été publiés dans 16 volumes de la collection Archorales : les métiers de la recherche. Témoignages (également consultables sur le web de l’Inra).

  • 4 Le Comité d’histoire œuvre en ce sens via : l'organisation de séminaires fédérant, autour d'un poin (...)

5Ces missions archivistiques s’inscrivent dans un projet scientifique visant à promouvoir des travaux de recherche sur certains pans de l’histoire institutionnelle de l’Inra et du Cirad et, plus largement, sur l’histoire de la recherche et de la science agronomique depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à la période contemporaine4. Ces travaux historiques sur les institutions de recherche doivent permettre d’éclairer, dans différents domaines explorés par la recherche, la dynamique des savoirs, les finalités posées et les débats qui les ont nourries, les tensions, obstacles et controverses qui ont traversé ce mouvement et, à chaque étape, de mettre en évidence les tournants ou les ruptures, les fécondations réciproques entre recherche dite appliquée et les champs scientifiques nouveaux, sans négliger les voies ignorées et aussi, bien sûr, les leçons, tirées ou non...

  • 5 L'implication de ces firmes de l'agrofourniture dans l'expérimentation et l'orientation (partielle) (...)
  • 6 On peut ici situer les trois conventions des Nations unies dites « de Rio » : climat, biodiversité (...)

6Le Comité souhaite que cette ambition scientifique puisse irriguer la culture de l’Inra et du Cirad. Il cherche à susciter, chez les chercheurs de l’Institut - et particulièrement les jeunes - une attitude réflexive sur leur activité scientifique, sur les pratiques interdisciplinaires, et une ouverture sur le dialogue que l’Établissement cherche à développer entre la science et la société. C’est également le souhait que la compréhension des orientations passées, de leurs ruptures, accélérations, des arbitrages entre priorités resituées dans leur contexte politique, économique et social permette aux chercheurs d’organismes publics de développer une réflexion critique sur leur rôle de producteurs de connaissance scientifique en regard des sociétés potentiellement concernées par les effets et conséquences de leurs travaux. L’innovation dans le domaine agricole, portée par une profession dynamique et soutenue par les pouvoirs publics nationaux et européens, a été longtemps considérée comme un bien public mis à disposition gratuitement par un appareil de recherche et de développement soutenu par l’État. Ce n’est plus tout à fait la même chose de nos jours du fait de la place accrue des firmes de l’agrofourniture (firmes d’aliments du bétail)5 et de leurs investissements en R&D ainsi que de la compétition exacerbée sur les biens agricoles, alimentaires ou non. Les politiques agricoles ont également à se situer dans des dispositifs globaux, cadrés par des conventions internationales6 qui introduisent dans la terminologie des priorités scientifiques de nouveaux concepts comme le stockage du carbone, les services écosystémiques, la résilience, l’agroécologie, l’agriculture écologiquement intensive, l’objectif de land degradation neutrality ... Apprenons, à la lumière du passé, à faire le tri dans ces injonctions, à s’impliquer dans celles qui ont sens sur la durée et à garder nos distances vis-à-vis de notions dont la mode peut se révéler éphémère ...

Deux acteurs majeurs de la recherche agronomique internationale

7L’Inra et le Cirad entretiennent des liens étroits, scientifiques et institutionnels, mais ont encore des géographies et des domaines d’application différents (même s’ils tendent aujourd’hui à se mêler) : pour l’Inra, la France, les pays industrialisés et, de plus en plus, les pays émergents ; pour le Cirad, les pays du Sud (les pays en développement et aujourd’hui les pays émergents). Leurs domaines scientifiques, leurs finalités, les compétences afférentes sont proches et ils ont les mêmes racines scientifiques. En revanche, leurs racines institutionnelles, leurs statuts et leurs organisations, et finalement leurs histoires, sont sensiblement différents.

8Dans sa configuration actuelle, le Cirad est de création récente (1984) mais son histoire est plus ancienne que celle de l’Inra créé en 1946. Les institutions dont le Cirad est l’héritier naissent, pour certaines, à la fin du XIXe siècle. Elles sont fortement liées à l’expansion coloniale et à l’agronomie dite « tropicale ». L’Inra, de son côté, s’appuie aussi sur des institutions qui lui sont antérieures mais l’Institut naît seulement après la seconde guerre mondiale. Il est d’abord dédié à la modernisation de la production agricole française avec des objectifs d’autosuffisance alimentaire et de fourniture de produits agricoles à bas prix accessibles à tous. Les deux institutions sont profondément marquées, historiquement et scientifiquement, par leur mission de recherche appliquée et orientée.

9Aujourd’hui, on tend à les rapprocher face aux questions de sécurité alimentaire qui se posent de nouveau avec la perspective des évolutions démographiques (9 milliards d’habitants attendus sur la planète en 2050) en assurant qu’il n’y a pas lieu de distinguer une agronomie qui serait tropicale d’une autre tempérée. C’est probablement vrai du point de vue des processus biophysiques concernés (aux nuances de temporalité et de spécificité des cultures près), mais ça ne l’est pas vraiment du point de vue des producteurs, de leurs formes d’organisation, de leurs problèmes fonciers, de distribution du travail, d’accès aux marchés, etc. La question ne se pose pas seulement aux établissements de recherche français, elle implique l’ensemble des institutions de recherche agronomique de la planète.

  • 7 Consultative Group for International Agricultural Research.
  • 8 L'USDA (USA), le CSIRO (Australie), l'EMBRAPA (Brésil), l'INTA (Argentine) disposent également de p (...)

10Le paysage de cette recherche a changé considérablement ces dernières années. Les autres grands pays européens ayant un passé colonial ont quasiment supprimé, dans les années soixante-dix et quatre-vingt, leurs dispositifs de recherche agronomique dédiée (NRI et ODI au Royaume-Uni, KIT aux Pays-Bas), ce qui n’est pas le cas de la France, qui a constitué et développé le Cirad, mais également l’IRD (ex-Orstom). Non seulement grâce à nos propres forces mais également du fait des nombreux liens tissés, depuis des années, avec des établissements de recherche, au Nord comme au Sud, nous restons donc des acteurs significatifs du dispositif international de recherche agronomique. Celui-ci s’ouvre, au-delà des pays de l’OCDE, aux établissements de recherche et aux universités de nouveaux acteurs comme la Chine, le Brésil, l’Argentine, la Turquie, etc., pays agricoles qui contribuent, de manière de plus en plus significative, à la littérature scientifique internationale. Le système international, le CGIAR7 créé dans les années soixante-dix avec la révolution verte, a fait l’objet, ces dernières années, d’une réforme importante visant à mieux coordonner la programmation de ses quinze centres répartis dans le monde entier et les inciter à ouvrir leurs partenariats scientifiques tant vers les établissements du Sud que ceux des pays industrialisés. Le siège du dispositif de coordination, le CGIAR Consortium Office, est installé à Montpellier depuis trois ans au cœur du campus d’Agropolis International à La Valette. C’est là une opportunité unique pour que le dispositif français de recherche agronomique joue un rôle mondial, à la hauteur de ses moyens et compétences, en partenariat avec tous ces autres acteurs internationaux8.

L’Institut national de la recherche agronomique (Inra) est un Établissement public à caractère scientifique et technologique (EPST) placé sous la double tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et du ministère de l’Agriculture. Il emploie 8500 chercheurs, ingénieurs, techniciens et administratifs et près de 2000 doctorants. Il est organisé scientifiquement en treize départements de recherche et géographiquement en dix-sept centres de recherche régionaux. Son budget est de l’ordre de 880 millions d’Euros par an. Son champ de compétence, initialement centré à sa création en 1946, sur la production agricole en France, s’est progressivement étendu à la transformation des produits et à l’organisation du secteur agroalimentaire, puis aux questions liées à l’environnement, à la gestion des territoires et à l’alimentation. Ses missions et son statut ont été redéfinis dans les lois sur la recherche de 1982 et 2006. L’internationalisation occupe une place centrale dans ses orientations scientifiques indiquées dans la stratégie 2010-2020. Désigné comme un organisme de recherche « finalisée », il s’appuie sur un large spectre de disciplines scientifiques dans : les sciences de la vie (68 % des compétences scientifiques de l’Institut), les sciences des milieux et des procédés (12 %), l’ingénierie écologique, les écotechnologies et les biotechnologies (8 %), les sciences économiques et sociales (8 %) et, enfin, les sciences du numérique (4 %).

Le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad) est un Établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) placé sous la double tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et du ministère des Affaires étrangères. Le Cirad entend contribuer à l’évolution des questionnements sur le développement dans les pays du Sud et y répondre par une production de connaissances scientifiques et techniques qui traitent des grands enjeux mondiaux de l’agronomie. Son budget annuel est de près de 197 millions d’euros. Il emploie 1800 agents (auxquels s’ajoutent environ 300 doctorants encadrés chaque année, dont 60 % originaires d’un pays du Sud). Ils sont répartis dans trois départements scientifiques (Systèmes biologiques, Performance des systèmes de production et de transformation tropicaux, Environnement et sociétés) et trente-cinq unités de recherche. Ses activités relèvent des sciences du vivant, des sciences sociales et des sciences de l’ingénieur appliquées à l’agriculture, à l’alimentation et aux territoires ruraux. Largement internationalisé, il accueille chaque année 800 chercheurs et techniciens du monde entier. Ses partenariats bilatéraux s’inscrivent dans des dynamiques multilatérales d’intérêt régional. Organisme de recherche finalisée, le Cirad dispose de douze directions régionales en France métropolitaine, dans l’outre-mer français et à l’étranger, à partir desquelles il mène des activités de coopération avec plus de quatre-vingt-dix pays.

La recherche finalisée : un maillon entre science et société

11Les produits et les activités agricoles sont un objet central dans les recherches des deux Instituts, mais bien sûr, leurs questionnements se sont profondément renouvelés et leurs activités ont considérablement évolué depuis leur création. Bâtis à l’origine sur la promotion d’une modernisation essentiellement fondée sur le progrès scientifique et technique et sur la croyance de leurs bienfaits considérés comme assurés, ils ont évolué vers une analyse sociétale controversée de la place, des fonctions et de la gestion de l’agroalimentaire, des territoires, de la nature dans un développement qui serait durable. Aujourd’hui, l’Inra et le Cirad s’inscrivent dans la compétition scientifique internationale en produisant des connaissances scientifiques labellisées par les publications. Ils cherchent toujours à accompagner les innovations dans le domaine de l’agriculture, de l’alimentation et de l’environnement, au niveau national et à l’échelle internationale, mais il n’y a plus de consensus sur la place et le rôle des sciences et des technologies dans la société et les problématiques sont plus complexes. Au XXIe siècle, les changements démographiques, économiques et environnementaux globaux, confrontent la recherche agronomique à des défis planétaires : nourrir de manière durable, dans les prochaines années, près de 9 milliards d’individus, en tenant compte de la raréfaction des énergies fossiles. Ces enjeux continuent de situer ces deux institutions dans une posture de recherche finalisée.

  • 9 « La recherche finalisée va d’une recherche sensible aux enjeux de société (les anglo-saxons disent (...)
  • 10 Recherche finalisée : améliorons nos pratiques, Actes du séminaire, Inra, Paris, 9 janvier 2007, p. (...)
  • 11 Ibid, p. 21.
  • 12 Ibid, p. 105.

12L’Inra et le Cirad réfèrent systématiquement leurs orientations scientifiques et leurs choix stratégiques aux enjeux économiques, sociétaux ou environnementaux auxquels la science peut apporter des éléments de diagnostic, d’évaluation et des solutions scientifiques ou des expertises. Les deux institutions mènent des recherches finalisées9 en construisant des programmes de recherche qui n’ont pas uniquement vocation à explorer les limites de la connaissance scientifique, mais qui répondent également à des problèmes techniques, économiques ou sociétaux inédits ou/et non résolus. En 2007, lors d’un séminaire de l’Inra consacré à la recherche finalisée10, Marion Guillou, alors PDG de l’Institut écrivait : « Situer la recherche finalisée, non pas dans un positionnement flou entre la recherche dite “fondamentale” et la recherche plus “appliquée”, mais bien comme une recherche à part entière, “orientée” par ses finalités, répondant aux critères d’exigence et d’excellence sur l’ensemble de ses facettes, telle est notre ambition. Au-delà des travaux de recherche, celle-ci doit s’imprimer dans l’organisation même de l’Institut - un Institut finalisé ». Chargé par la présidente, en 2004, d’une réflexion sur la recherche finalisée et organisateur du séminaire, le professeur d’agronomie Michel Sebillotte en donnait une définition : « Les recherches finalisées ont deux origines de même importance : d’une part la dynamique proprement dite des connaissances, et d’autre part les problèmes sur lesquels butent les sociétés, la dynamique des attentes des sociétés et de leurs membres »11. « Une démarche de recherche finalisée vise à produire des connaissances, le plus souvent à partir de questions de recherche construites par les scientifiques, après dialogue avec les acteurs et les porteurs d’enjeux concernés. En “contextualisant” de ce fait la démarche de recherche, en plaçant l’innovation au cœur de la démarche de recherche, la production de connaissances “socialement robuste” rapproche certainement la connaissance et l’action »12.

Les auteurs et les questions traitées

13Raconter et comprendre l’histoire de l’Inra et celle du Cirad, demande de s’intéresser aux évolutions de cette recherche finalisée et, par conséquent, aux relations entre la science et la société. C’est à cela que contribuent les articles proposés ici par des auteurs qui, à partir de points d’observation différents, développent des analyses parfois divergentes voire opposées.

  • 13 Éditions Quae, 2011.

14Les deux premiers articles situent les origines et les trajectoires de long terme de chacun des Instituts jusqu’au début des années quatre-vingt. Dans leur contribution « Des jardins d’essais au Cirad : une épopée scientifique française », Serge Volper et Hervé Bichat tracent les grandes lignes d’évolution de la recherche agronomique tropicale, les resituant dans le contexte des relations de la France avec ses colonies depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à la création du Cirad au début des années quatre-vingt. Ils mobilisent leur connaissance des archives et des principaux travaux historiques sur les Instituts (et de leurs conflits) dont la réunion donnera naissance au Cirad. Le premier, aujourd’hui responsable de la bibliothèque historique du Cirad, auteur d’Une histoire des plantes coloniales : du cacao à la vanille13, a été un agronome qui a vécu « sur le terrain » l’expérience de la recherche tropicale, puis la naissance du Cirad. Le second, après avoir débuté sa carrière en Côte-d’Ivoire comme conseiller « recherche » du ministre de l’Agriculture, a été le maître d’œuvre de la création du Cirad, ayant eu affaire avec les divers instituts qu’il a eu à rassembler. En marge, il a commandité la rédaction de documents historiques sur chacun d’eux. Il a ensuite assuré les fonctions de directeur général de l’Inra, puis de Directeur général de l’enseignement et de la recherche (DGER) au ministère de l’Agriculture, ce qui lui a permis d’élargir sa vision à l’ensemble du dispositif français de recherche et d’enseignement supérieur agronomique et vétérinaire.

15La recherche de Gilles Denis, « Une histoire institutionnelle de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) – Le premier Inra (1946-1980) », est de nature différente. Historien de métier, il a mené un travail de traitement systématique d’un matériau archivistique de première main : les textes officiels et particulièrement des procès-verbaux de des conseils d’administration de l’Inra. Il montre comment, près de quarante ans avant le Cirad, en 1946, l’État choisit de polariser la recherche agronomique française autour d’une grande institution étatique, ce qui, dans ce domaine comme dans plusieurs autres, est une spécificité française. Il explique bien que cet Institut est « génétiquement » dédié à l’agriculture française, adoptant d’emblée la posture de recherche appliquée des ingénieurs. On voit aussi que, dans cette période, les évolutions de l’Inra s’inscrivent, certes, dans les avancées scientifiques des disciplines qu’il mobilise, mais qu’elles sont surtout marquées par les grandes évolutions économiques de l’agriculture et de la société.

16Les deux articles suivants commencent là où s’achève celui de Gilles Denis. Ils illustrent bien les nouveaux enjeux scientifiques et les contradictions dans lesquels se trouve pris l’Inra dès la fin des années soixante-dix. À ce moment-là, Alain Deshayes est un jeune agronome, chercheur en génétique et amélioration des plantes. Il va participer à la révolution scientifique de l’Inra dans les années quatre-vingt, par sa production scientifique et, aussi, par sa forte implication dans la réorientation des domaines scientifiques et des axes de recherche, des programmes et des laboratoires concernés. C’est à partir de son expérience personnelle complétée par une connaissance pointue des principaux documents de référence de l’époque qu’il développe son analyse historique. Son article « Biologie moléculaire et biotechnologie dans les recherches végétales à l’Inra. 1979-1996 » soutient qu’à partir de la fin des années soixante-dix, les orientations scientifiques de l’Inra sont soumises à trois grandes influences (une révolution scientifique, une crise agricole et le développement du libéralisme économique) qui conduisent la direction de l’Inra à introduire la biologie moléculaire dans les programmes de recherche de son secteur végétal et à définir les biotechnologies en axe stratégique pour l’Institut, malgré de fortes oppositions internes.

17L’article de Pierre Cornu « La recherche agronomique française dans la crise de la rationalité des années soixante-dix : terrains et objets d’émergence de la “systémique agraire” » montre également les contradictions auxquelles l’Inra a affaire, mais ce ne sont pas complètement les mêmes et, surtout, elles aboutissent à définir une orientation stratégique « orthogonale » à la précédente. Ce ne seraient pas des spécialistes des sciences dures qui s’affronteraient, mais les tenants d’une approche dite « réductionniste » et ceux d’une expertise « intégrative » et « systémique » de l’agronomie. Historien de métier, il s’appuie sur toute la gamme des ressources archivistique (documentaire et orale) à disposition de l’historien pour montrer qu’une « systémique agraire » émerge grâce à la direction de l’Inra qui crée un département spécifique de recherche pluridisciplinaire et à vocation appliquée.

18Les auteurs du dernier article connaissent bien cette problématique sous son angle scientifique et politique. Claude Béranger, spécialiste de sciences animales, et Philippe Lacombe, professeur d’économie, ont été deux directeurs scientifiques de l’Inra qui ont eu sous leur responsabilité ce département de recherche. Leur article « La recherche agronomique et la révolution agricole de la seconde moitié du XXe siècle : l’exemple de la prairie » est une remarquable illustration des enjeux techniques, des oppositions scientifiques et de leur gestion contradictoire d’un domaine de recherche par la direction de l’Inra. Leur article synthétise14 les résultats de travaux réalisés dans un séminaire (entre 2010 et 2012) du Comité d’histoire qui réunissait des historiens et des experts agronomes avec l’objectif de se pencher sur l’histoire dont ils ont été, tout à la fois, témoins et, acteurs.

Haut de page

Notes

1 Unité mixte de recherche : unité de recherche qui rassemble des chercheurs ou des enseignants-chercheurs de plusieurs insttituts ou universités.

2 Une deuxième partie en préparation paraîtra ultérieurement.

3 Les articles ont été, dans un premier temps, soumis à la discussion au sein du Comité d’histoire Inra-Cirad. Ils ont été ensuite présentés, lors d’un séminaire commun avec les historiens du Comité pour l’histoire du CNRS. Ils ont été enfin transmis au comité de rédaction de la revue qui les a soumises aux procédures habituelles des revues à comité de lecture.

4 Le Comité d’histoire œuvre en ce sens via : l'organisation de séminaires fédérant, autour d'un point de vue historique, des spécialistes – pouvant être extérieurs à l'Inra – qu’ils soient historiens ou relèvent d'autres disciplines des SHS, mais aussi des chercheurs des sciences biotechniques s’intéressant à l’histoire de leur discipline ; l'encadrement de masters et de thèses sur des sujets méritant d'être approfondis, en lien avec des établissements d’enseignement supérieur ; le lancement d'appels à projets thématiques - notamment en direction, bien sûr, d'équipes à composante historienne - donnant lieu à des travaux coordonnés ou/et manifestations scientifiques et débouchant sur des publications (d'ouvrages collectifs, par exemple).

5 L'implication de ces firmes de l'agrofourniture dans l'expérimentation et l'orientation (partielle) des programmes de recherche de l'Inra était déjà de règle en alimentation animale, dès les années soixante, et surtout soixante-dix, principalement pour les animaux monogastriques (porc, lapin, volailles).

6 On peut ici situer les trois conventions des Nations unies dites « de Rio » : climat, biodiversité et désertification.

7 Consultative Group for International Agricultural Research.

8 L'USDA (USA), le CSIRO (Australie), l'EMBRAPA (Brésil), l'INTA (Argentine) disposent également de plateformes actives à Montpellier.

9 « La recherche finalisée va d’une recherche sensible aux enjeux de société (les anglo-saxons disent policy relevant) aux recherches visant directement à résoudre des problèmes pratiques d’ordre général, en tenant compte des principales interactions localisées qui affectent nécessairement sa définition et la mise en œuvre des solutions (les anglo-saxons disent policy oriented). Dans les deux cas, l’objectif est de produire des connaissances qui puissent être mobilisées pour une action sur le réel et obtenir un résultat pratique. Elle s’organise par thématiques et peut donc impliquer la coordination de savoirs disciplinaires différents. ». R. Guesnerie, P-C. Hautcoeur, 2003, La recherche au service du développement durable. Rapport du groupe de travail ministère délégué à la Recherche, secrétariat d’État aux nouvelles technologies, (cit. p. 25).

10 Recherche finalisée : améliorons nos pratiques, Actes du séminaire, Inra, Paris, 9 janvier 2007, p. 106. Remarquons qu’une contribution notable de l'Inra sur ce sujet était déjà contenue dans les deux documents « Contribution de l'Inra à la préparation de la loi d'orientation et de programmation de la recherche », 7 juillet 2004, et « Contribution de l'Inra à la réflexion sur l'avenir de la recherche. Synthèse des débats internes », 2 juillet 2004, qui faisaient écho au grand mouvement « Sauvons la recherche ».

11 Ibid, p. 21.

12 Ibid, p. 105.

13 Éditions Quae, 2011.

14 La version complète de cette synthèse est disponible sur le site : http://www6.inra.fr/comitedhistoire

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Egizio Valceschini et Bernard Hubert, « Un parcours dans les mondes de la recherche agronomique. L’Inra et le Cirad », Histoire de la recherche contemporaine, Tome III - N°2 | 2014, 106-112.

Référence électronique

Egizio Valceschini et Bernard Hubert, « Un parcours dans les mondes de la recherche agronomique. L’Inra et le Cirad », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome III - N°2 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 16 août 2017. URL : http://hrc.revues.org/786 ; DOI : 10.4000/hrc.786

Haut de page

Auteurs

Egizio Valceschini

Directeur de recherches à l’Inra, président du Comité d’histoire Inra-Cirad

Bernard Hubert

Ancien directeur scientifique à l’Inra, président d’Agropolis international

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org