Navigation – Plan du site
Dossier:un parcours dans les mondes de la recherche agronomique. L'Inra et le Cirad

Une histoire institutionnelle de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) – Le premier Inra (1946-1980)

Une vision extraite des textes officiels et particulièrement des procès-verbaux des conseils d’administration, qui présente les différentes périodes, de développement, de crise et d’interrogation, marquées par diverses stratégies et priorités, du premier Inra, défini par la loi de mai 1946, jusqu’aux décrets de 1980 à 1983 qui créeront le second, élargissant ainsi les ambitions et les moyens de l’établissement.
An institutional history of the French Institut national de la recherche agronomique (INRA) - The first INRA (1946-1980)
Gilles Denis
p. 125-136

Résumés

Ce texte propose une histoire de l’Inra, de 1946 à 1980, à partir de textes officiels. Il décrit la mise en place d’un modèle d’organisation pyramidale puis d’une déconcentration basée sur des centres régionaux, l’extension géographique et l’extension disciplinaire, avec l’intégration des études liées à l’agriculture et à l’alimentation, puis les recherches vétérinaires, forestières, hydrobiologiques, économiques et sociales. On découvre des périodes de développement, de crise et d’interrogation, en relation avec le choix de telles ou telles stratégies, de telles ou telles priorités, liées à différentes visions de ce que sont la recherche et son application.

Haut de page

Texte intégral

1Lorsqu’en 1946 est créé l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) la question de l’organisation, en un seul institut, des recherches scientifiques agricoles est posée depuis longtemps. Un organisme, l’Institut des recherches agronomiques (Ira), a même précédé l’Inra de 1921 à 1934. L’histoire du premier demi-siècle de l’Inra nous semble devoir être divisée en deux grandes périodes, correspondant à deux instituts dont les préoccupations et les méthodes d’approche évoluent. La première, qui nous intéresse ici, s’achève à la fin des années soixante-dix et correspond à la réalisation des ambitions fixées à la création, à savoir améliorer et développer la production et la transformation des produits agricoles. Il s’agit d’un « premier Inra ». La seconde, issue des décrets de 1980 et 1983, voit s’élargir les objectifs et les moyens de l’Institut pour répondre à la surproduction, l’ouverture des marchés, l’arrivée des biotechnologies, la prise en compte du développement de la sensibilité à l’environnement, répondre également à l’évolution des demandes du consommateur, en termes de qualité et de diversité.

2Nous analysons dans cet article le premier Inra, principalement à partir des procès-verbaux du conseil d’administration. Nous mettons en évidence une période de choix de stratégie scandée par des luttes et des tensions liées à différentes visions successives de ce que doit être la recherche scientifique et son application.

Organiser nationalement les recherches agricoles, une vieille ambition

3La première volonté clairement affirmée par l’État d’organiser nationalement la recherche agronomique semble dater de 1905. Il s’agissait en particulier de dégager de la contrainte des demandes journalières d’analyses et de contrôle, les nombreuses stations agronomiques et laboratoires agricoles, mis en place depuis les années 1860. Le 18 mai 1905, Joseph Ruau, ministre de l’Agriculture, quelques mois après son arrivée en fonction, instituait par décret un « Comité d’organisation et de perfectionnement de l’enseignement de l’agriculture, des stations de recherches et laboratoires agricoles. » Dans le rapport expliquant cette création et la nécessité d’une « révision du régime [des] différents établissements », Ruau écrivait :

  • 1 Ruau, « Rapport au président de la République française », Paris, 17 mai 1905.

4« Notre organisation des recherches est totalement insuffisante, surtout si on la compare aux véritables instituts de recherches existant, soit en Allemagne, soit en Autriche, soit aux États-Unis. En ce moment, nous avons des stations agronomiques et des laboratoires agricoles créés sans plan d’ensemble bien arrêté, il serait nécessaire de les orienter en vue de leurs travaux1. »

  • 2 Décret du 26 décembre 1921 instituant l'Institut des recherches agronomiques, JO du 28 décembre 192 (...)
  • 3 Décret du 4 avril 1934 ayant pour objet de réduire les crédits du budget de 1934, JO du 5 avril 193 (...)
  • 4 Décret du 30 juin 1934 rattachant l'Institut des recherches agronomiques à l'administration du mini (...)
  • 5 Acte dit « Décret du 8 déc.1940 », réorganisant les recherches agronomiques et créant un Comité sci (...)
  • 6 Acte dit «  Loi du 5 novembre 1942 », JO de l'État français du 8 novembre 1942, p.3722-3723
  • 7 Acte dit «  Loi du 15 novembre 1943 », portant réorganisation du ministère de l’Agriculture, JO de (...)
  • 8 Acte dit « Décret du 23 juin 1943 », attribuant la personnalité civile à des centres de recherches (...)

5Après plusieurs formules envisagées, un comité secret de l’Académie des sciences, sous la direction d’Eugène Tisserand, - ancien directeur de l’agriculture au ministère de l’Agriculture de 1879 à 1896, après avoir été à la tête de l’Institut national agronomique, depuis sa recréation en 1876 - élabore, pendant la première guerre mondiale, un projet d’organisation dont l’objectif est prioritairement d’élever la qualité scientifique des recherches agronomiques. Ses suggestions – qui s’appuient sur le système américain – sont partiellement reprises, pour la création, en 1921, de l’Institut des recherches agronomiques, office doté de la personnalité civile et de l’autonomie financière, dont la mission est d’administrer l’ensemble des stations et laboratoires afin « de relever et d’intensifier la production agricole »2. On le présente comme destiné à établir une liaison entre les milieux agricoles et les techniciens capables de satisfaire leurs demandes. Pendant sa douzaine d’années d’existence, l’Ira va notamment créer le Centre national de la recherche agronomique de Versailles et les centres de Provence (Antibes), du Sud-Ouest (Pont-de-la-Maye), du Massif central (Clermont-Ferrand) et d’Alsace (Colmar). Lorsque, pour des raisons d’économie budgétaire nationale, l’Ira est supprimé en 19343, les différents centres, stations et laboratoires sont rattachés directement au ministère de l’Agriculture4. Différentes formules alternatives sont alors proposées pour l’administration des recherches agronomiques. Elles sont soutenues par un réseau, en partie informel, en partie organisé dans le cadre de syndicats de chercheurs ou d’organisations professionnelles et politiques. Ce réseau réunit des représentants des grandes exploitations agricoles, des administratifs du Ministère, des scientifiques de l’Institut national agronomique et de l’Ira, des anciens élèves et des hommes politiques. Certaines de ces personnalités obtiennent la mise en place, sous Vichy, en 1940, de stations centrales pour sept disciplines chargées d’organiser les recherches : agronomie générale et biochimie végétale ; amélioration des plantes et phytotechnie ; zoologie agricole ; pathologie végétale ; climatologie agricole ; zootechnie et alimentation du bétail et microbiologie appliquée aux industries agricoles5. En 1942, sera ajoutée une station centrale pour les recherches vétérinaires. Cette même année est créé le Service des recherches agronomiques au ministère de l’Agriculture6, qui devient, en 1943, le Service de la recherche et de l’expérimentation qui supervise l’ensemble des stations, laboratoires et domaines de l’ancien Ira7. Charles Crépin, directeur de la station d’amélioration des plantes et de phytotechnie à Versailles, est nommé chef de ce service. En 1943, la personnalité civile est attribuée au Centre national de Versailles et aux centres du Massif central et du Sud-Ouest8.

  • 9 Rapport accompagnant le projet de loi portant organisation de la recherche agronomique et création (...)

6À la Libération, on retrouve à peu près les mêmes hommes et les mêmes sociétés et institutions qu’avant-guerre, militant pour le développement et l’organisation des sciences agronomiques. Les mêmes débats, initiés depuis la première guerre, concernent la qualité scientifique des recherches et leurs relations avec l’enseignement et les applications agricoles. Une dispute oppose un premier groupe – autour de Charles Crépin et Jean Bustarret – qui demande un lien fort avec l’application agricole et un autre groupe – autour d’Albert Demolon et Maurice Lemoigne – qui défend, avant tout, une recherche de haute qualité scientifique. En décembre 1944, un projet de loi précise, comme suit, l’ambition de la recherche agronomique et propose la création d’un Institut national de la recherche agronomique9 :

  • 10 Ibid, p.12.

7« L’objet de la recherche agronomique est essentiellement l’étude de tous les facteurs techniques de la production, de la conservation et de la transformation des produits agricoles d’origine végétale ou animale, poursuivie en vue d’aboutir à toutes les améliorations quantitatives et qualitatives techniquement possibles10. »

  • 11 Ibid, p.4
  • 12 Textes constitutifs de l'Institut national de la recherche agronomique, Versailles, La Gutenberg, 1 (...)

8Le projet insiste sur l’urgence du « progrès technique » en agriculture, « condition de l’abaissement des prix de revient et de l’amélioration de la qualité des produits agricoles », pour « l’agriculture elle-même et pour l’industrie dont elle alimente la main-d’œuvre »11. Le choix fait en faveur d’un lien fort entre recherche et expérimentation penche vers les positions de Charles Crépin qui devient le premier directeur de l’Inra, tandis qu’Albert Demolon prend la présidence du Conseil supérieur des recherches scientifiques agronomiques. Après l’adoption, le 25 avril 1946, par l’Assemblée nationale constituante, de la proposition de loi issue du projet, celle-ci est promulguée, le 18 mai, par Félix Gouin, président du Gouvernement provisoire. Les recherches relatives aux maladies des animaux, d’une part, aux eaux douces en tant qu’habitat des poissons, aux arbres et aux forêts, d’autre part, demeurent dans les attributions respectives des services vétérinaires et de la direction générale des eaux et forêts. Il en est de même de tout ce qui touche le génie rural qui est du ressort de la direction générale du génie rural et de l’hydraulique agricole12.

Le développement d’un modèle d’organisation pyramidal des disciplines scientifiques

  • 13 « Exposé des motifs concernant le projet de loi portant organisation de la recherche agronomique et (...)
  • 14 P.-V. des C.A. de l'Inra de l'année 1947 (10 jan., 27 mars, 30 mai, 5 nov. et 23 déc.).
  • 15 P.-V. du C.A. du 3 mai 1949.
  • 16 Annexe du P.-V. du C.A. du 27 février1958.
  • 17 P.-V. du C.A. du 22 décembre 1952.
  • 18 P.-V. du C.A. du 3 juillet1953.
  • 19 P.-V. du C.A. du 4 février 1952.
  • 20 P.-V. des C.A. du 4 février 1952 et du 27 février 1958.

9Le premier Inra se caractérise par l’élargissement progressif des compétences de l’Institut à l’ensemble des domaines intéressant l’agriculture au sens large : recherches économiques et sociologiques, vétérinaires, forestières et hydrobiologiques. À sa création, l’Inra hérite d’une cinquantaine de stations et laboratoires dont sept stations centrales (au lieu des huit préexistantes, les recherches vétérinaires n’étant pas alors de la compétence de l’Institut), du Centre national de recherches agronomiques de Versailles et des quatre centres de province. Il est alors prévu de porter à onze le nombre de stations centrales. Ce chiffre correspond à onze disciplines, respectivement : étude des sols et fertilisation ; génétique et amélioration des plantes ; physiologie végétale ; zoologie agricole ; pathologie végétale ; bioclimatologie ; physiologie appliquée à l’élevage ; alimentation du bétail ; élevage et génétique ; technologie des produits végétaux et technologie des produits animaux. Quant au nombre des stations, il est envisagé de le porter à une soixantaine et de constituer neuf centres régionaux de recherches agronomiques, disposant de l’autonomie financière, dans le Nord, l’Ouest, l’Est, le Centre-Est, le Centre, le Centre-Ouest, le Midi et le Sud-Est13. En 1947, s’ajoute à ce projet le centre du Midi, à Montpellier, en regroupant des laboratoires des différentes chaires de l’École nationale supérieure d’agriculture et de la station de bioclimatologie agricole du domaine de Bel Air14. L’Inra fait, en 1949, l’acquisition, en Guadeloupe, du domaine Duclos pour l’installation du centre des départements d’outre-mer15 qui devient, en 1958, centre des Antilles16 et, en 1969, celui des Antilles et de la Guyane. En 1953, sont créés le centre de l’Ouest17 et celui du Sud-Est18, le premier par le regroupement des stations et laboratoires implantés à Rennes, le second par l’achat, à Avignon, du domaine Saint-Paul puis le regroupement, sur celui-ci, de la station d’agronomie et de celle de zoologie agricole (située auparavant à Villeneuve-lès-Avignon). En 1952, l’Inra fait l’acquisition du domaine d’Époisses, près de Dijon, en vue d’y installer un des centres régionaux19. Dans un premier temps, on envisage de l’utiliser comme domaine expérimental pour les stations d’agronomie et d’amélioration des plantes, situées à Dijon, et pour les recherches zootechniques en liaison avec le centre de Jouy-en-Josas En 1958, les deux stations de Dijon, la station œnologique de Beaune, ainsi que le domaine d’Époisses constituent le centre du Centre-Est20

  • 21 Voir : Rapport accompagnant le projet de loi, op. cit. - Textes constitutifs, op. cit. - « Rapport (...)
  • 22 P.-V. du C.A. du 20 décembre 1950.
  • 23 P.-V. du C.A. du 14 juin 1960.

10La plupart des stations et laboratoires en place à la création de l’Inra sont destinés à des recherches intéressant la production végétale. Reste à bâtir l’équivalent pour la production animale et la transformation des produits agricoles. Dans un premier temps, c’est un modèle d’organisation pyramidale, déjà en place pour la production végétale, que l’on cherche à suivre : les services centraux à Paris, un centre national dans la région parisienne pour chaque production - végétale et animale - des centres régionaux, enfin des stations et laboratoires attachés à un centre ou isolés. Pour la transformation des productions, cette logique ne sera pas menée à son terme. Six stations centrales concernant la production végétale restent groupées au centre national de Versailles. On cherche donc deux domaines pour installer, en région parisienne, les trois stations centrales des disciplines animales et les deux des disciplines technologiques21. Lors de la création de l’Inra, la station centrale de zootechnie et d’alimentation du bétail se trouve à Rennes. Le Centre national de recherche zootechnique (CNRZ) est créé, en 1950, sur le domaine de Vilvert, à Jouy-en-Josas22. On décide, en 1960, la création d’un premier centre régional de recherches zootechniques que l’on situe à Clermont-Ferrand23.

  • 24 P.-V. du C.A. du 21 décembre 1951.
  • 25 P.-V. du C.A. du 27 février 1958.
  • 26 Décret n°60-114 du 8 février 1960 relatif à l'organisation de la recherche agronomique en Algérie - (...)

11Pour les disciplines ayant trait à la transformation des produits agricoles, les réalisations diffèrent du modèle pyramidal puisque l’une des deux stations centrales est créée en province et qu’aucun centre national n’est mis en place. La station centrale de technologie appliquée aux industries agricoles, située rue de l’Arbalète à Paris au moment de la création et qui était auparavant la station centrale de microbiologie appliquée aux industries agricoles, devient, en 1950, la station centrale de microbiologie et de recherches laitières ; quatre ans après, elle est transférée au CNRZ de Jouy-en-Josas24. En 1950, la station de recherches viticoles et œnologiques de Narbonne devient la station centrale de recherches sur l’œnologie, la cidrerie et les jus de fruits. Finalement, en 1958, la station centrale de Jouy-en-Josas devient la station centrale de technologie des produits animaux et celle de Narbonne la station centrale de technologie des produits végétaux25. L’Inra prend aussi en charge la recherche agronomique en Algérie, de 1960 jusqu’à l’Indépendance, par la création du centre de recherches agronomiques d’Algérie26.

  • 27 « Rapport des commissions de modernisation de la production végétale et de la production animale » (...)
  • 28 Ibid., p.137-138.
  • 29 « Exposé des motifs » et « Art. 1er » du Décret n°55-665 du 20 mai 1955 modifiant la loi du 18 mai (...)
  • 30 « Article 1er » du Décret n°61-233 du 20 février 1961 modifiant la loi du 18 mai 1946 portant organ (...)

12Dès 1947, les commissions de modernisation de la production végétale et de la production animale, envisagent, dans le cadre du premier Plan Monnet de modernisation et d’équipement, une loi pour compléter l’organisation de l’Inra27. Elles concluent en effet que le plan de modernisation doit comporter, non seulement l’intensification de la production végétale et animale, mais aussi l’orientation de l’agriculture en fonction des marchés, d’une productivité accrue et d’une amélioration des conditions de vie des agriculteurs28. Elles demandent donc la création d’une section nouvelle à l’Inra, celle des « recherches économiques et sociales ». Il faut attendre 1955 et un décret pour que la compétence de l’Inra soit étendue aux études relatives à la rentabilité des techniques et des systèmes d’exploitation ; on considère alors que celles-ci constituent le « complément normal des recherches physiques, chimiques et biologiques29. » Un autre décret, en 1961, précise et complète celui de 1955 ; il étend la compétence de l’Institut aux « Recherches économiques et sociologiques », obéissant ainsi aux orientations souhaitées par le Troisième plan de modernisation et d’équipement pour la période allant de 1958 à 196130.

  • 31 Troisième plan de modernisation et d'équipement (1958-1961), op. cit. ; cf. chap. IV : « L'équipeme (...)
  • 32 Troisième plan de modernisation et d'équipement (1958-1961), ibid - « Exposé introductif » du Quatr (...)
  • 33 Décret n°64-54 du 16 janvier 1964 relatif au Conseil supérieur de la recherche agronomique et à l'I (...)

13Ce même Plan envisage la création d’une section vétérinaire autonome au sein de l’Inra et le rattachement à celui-ci d’une douzaine de laboratoires régionaux, dont six préexistent, pour permettre le développement des recherches en matière de prophylaxie des maladies animales31. En 1961, l’Inra prend ainsi en charge les recherches vétérinaires32. Le rattachement à l’Inra des recherches forestières et hydrobiologiques a lieu en 1964. La station de recherches et expériences forestières, née en 1882 auprès de l’École nationale des eaux et forêts de Nancy, est transférée à l’Inra et devient le Centre national de recherches forestières. L’Inra reprend aussi quatre stations d’hydrobiologie continentale situées à Paris, Paraclet, Biarritz et Thonon-les-Bains. Jean Bustarret, directeur de l’Inra, estime alors que « la compétence de l’Inra s’étend maintenant à tous les domaines de recherches intéressant l’agriculture, à l’exception du machinisme et du génie rural33. » Ainsi s’achève un processus, débuté en 1946, qui aboutit à faire de l’Inra, l’organisme de recherche de l’agriculture au sens large.

  • 34 « Exposé introductif » du Quatrième plan de modernisation et d'équipement (1962-1965), op. cit., cf (...)
  • 35 Ibid, cf. 3ème partie : « Les moyens d'action », § I.5 : « Agronomie. »

14Le rapport qui, en 1964, fait le bilan des trois premiers plans de modernisation et d’équipement qui couvrent la période allant de la création de l’Inra jusqu’en 1961, constate que la « politique suivie fut relativement centralisatrice », et annonce une nouvelle orientation. On y justifie le développement rapide des deux centres nationaux de Versailles et de Jouy-en-Josas par la nécessité de former un corps de chercheurs. Néanmoins, plusieurs centres régionaux ont été agrandis ou créés34. Le Quatrième plan va chercher à les privilégier et à mettre l’accent sur une décentralisation plus poussée35.

Un modèle d’organisation déconcentré autour des centres administratifs régionaux

  • 36 Plan d'expansion de l'Inra, P.-V. des C.A. du 9 octobre 1962, 29 mars 1962.

15Avant que le système pyramidal ne soit achevé, il va en effet d’abord laisser place, à un modèle réduisant la place relative des centres nationaux puis, ensuite, à un modèle où tous les centres répartis sur la France ont un statut identique. Si le système pyramidal est en place pour les recherches intéressant les productions végétales, il est en cours de constitution pour les recherches zootechniques, enfin il reste à construire pour les recherches économiques et sociales, vétérinaires, forestières et hydrobiologiques. Sont ainsi déjà en place les centres nationaux pour les productions végétales, la zootechnie et la forêt. En 1962, si le plan d’expansion de l’Inra, accepté par le ministre de l’Agriculture, envisage donc la création, à Grignon, de « l’échelon central des recherches vétérinaires » et, à Paris, de « l’échelon central des recherches dans les domaines économiques et sociologiques », il prévoit aussi la limitation des effectifs des centres de Versailles et de Jouy-en-Josas, notamment par transfert d’équipes en province, le renforcement de certains centres régionaux existants, notamment Dijon pour les recherches agronomiques, enfin la création de centres nouveaux, à Clermont-Ferrand et Tours, pour les recherches zootechniques et vétérinaires36.

  • 37 Quatrième plan de modernisation et d'équipement (1962-1965), op. cit. - Plan d'expansion de l'Inra, (...)
  • 38 P.-V. du C.A. du 17 novembre 1961.
  • 39 P.-V. du C.A. du 17 janvier 1966.
  • 40 P.-V. du C.A. du 9 octobre1962.
  • 41 P.-V. des C.A. du 9 octobre1962, 1er décembre 1962, 5 avril et 25 octobre 1963.
  • 42 P.-V. des C.A. du 8 février, 29 mars, 9 octobre, 1er décembre 1962, 5 avril et 25 octobre 1963.
  • 43 P.-V. des C.A. de 1960 à 1963.

16On décide en effet, notamment sous l’impulsion du Quatrième plan de modernisation et d’équipement - 1962 à 1965 - d’abandonner le principe, suivi dans les trois plans précédents, d’un renforcement des moyens des centres nationaux permettant une concentration des chercheurs autour de problèmes fondamentaux37. Pour répondre aux exigences des pouvoirs publics en matière d’aménagement du territoire, on envisage dorénavant de décentraliser les centres nationaux et de privilégier les centres de province existants ou à créer. On laisse cependant les centres nationaux de Versailles et Jouy-en-Josas continuer de jouer le rôle de « leaders » scientifiques, au moins en attendant le développement d’autres centres. En 1961, un domaine, celui de Theix, est retenu à Saint-Genès-Champanelle pour le centre de recherches zootechniques et vétérinaires de Clermont-Ferrand38. Les premiers laboratoires et stations, préexistant pour l’essentiel à Jouy-en-Josas, s’y installent en 196639. En 1962, des domaines d’altitude, Laqueuille et Orcival, sont acquis pour le même centre40. En 1963, l’Inra prend possession du domaine de l’Orfrasière pour le centre de recherches vétérinaires et zootechniques de Tours, où s’installent, en 1966, les premiers laboratoires et stations implantés auparavant eux-aussi à Jouy-en-Josas41. À la demande, en 1962, du ministre de l’Agriculture, on envisage d’étoffer le centre de Dijon, par l’implantation de recherches intéressant les industries agricoles et alimentaires, la nutrition et l’économie rurale, grâce notamment au transfert d’unités de recherches travaillant à Versailles et à Jouy-en-Josas. On décide alors l’agrandissement du domaine d’Époisses42. Parallèlement, on procède au renforcement d’autres centres régionaux, ceux de Montfavet, Pont-de-la-Maye, Antibes, Colmar ; on crée une station de recherches fourragères à Lusignan ; on installe la station centrale de recherches économiques à Paris et l’échelon région parisienne de la recherche vétérinaire à Grignon43.

  • 44 P.-V. des C.A. du 23 juin, 27 octobre 1964, 16 mars et 5 avril 1965.
  • 45 P.-V. des C.A. du 21 octobre 1965, 19 décembre 1966, 13 juillet 1967, 28 novembre 1968, 4 février e (...)

17Le processus continue avec le Cinquième plan qui suit les mêmes principes et objectifs prioritaires : 90 % des investissements doivent être réalisés en province. Il propose donc d’amener à leur taille définitive, pour la production végétale, les centres de Dijon, Bordeaux et Clermont-Ferrand ; pour la recherche zootechnique et vétérinaire, ceux de Tours, Clermont-Ferrand et Grignon. Il prévoit de créer un nouveau Centre national de recherches forestières et l’aménagement de centres dans l’Ouest, à Rennes et à Angers. Il ambitionne d’aboutir à l’établissement, à partir des centres ou stations existants, d’une dizaine de centres de moyenne importance, qui regrouperaient chacun cinquante à quatre-vingt chercheurs44. À Toulouse, il projette la mise en place d’un centre de recherches zootechniques et vétérinaires axé sur des travaux de pharmocodynamie et de toxicologie réalisés dans une future station et sur des travaux de génétique animale. Les uns se feraient en collaboration avec l’École nationale vétérinaire et le Centre de toxicologie du CNRS, les autres avec l’Institut de génétique, dont la création est envisagée à la faculté des sciences. En 1966 et 1967, l’Inra acquiert, pour cette réalisation, des terrains sur les communes d’Auzeville et de Castanet-Tolosan, auxquels s’ajoutent, en 1968, les domaines de Langlade et de Roqueville. Le centre de recherches de Toulouse est constitué, en 1969, par le regroupement de la Station d’agronomie et du Laboratoire d’œnologie, situés à Toulouse ; du Laboratoire de pharmacologie-toxicologie situé à l’École nationale vétérinaire ; du Domaine de Saint-Martin-du-Touch ; du Laboratoire d’économie rurale, situé à la faculté de droit et des sciences économiques et, enfin, du domaine d’Auzeville-Tolosan45.

  • 46 P.-V. des C.A. du 13 juillet 1967, 18 mars 1968, 21 juin 1971, 27 juin 1974 et 17 septembre 1975.

18En 1967, l’implantation d’un nouveau centre pour les recherches forestières est décidée dans la région d’Orléans, avec trois arguments : la situation par rapport aux régions à climat atlantique, le voisinage de la forêt d’Orléans (le plus important massif domanial de France), et la proximité de la région parisienne et de la Sologne. Son objectif serait les problèmes de chasse, de forêt-loisir, d’espaces urbains et périurbains. Un premier terrain est acquis, cette même année, à Ardon (8 km au sud d’Orléans), pour développer les recherches sur le peuplier de la station d’amélioration des arbres forestiers de Nancy. Décidée en 1971, l’ouverture officielle du Centre de recherche sur la forêt et l’environnement d’Orléans a lieu en 1974. L’année suivante, y est transférée la station de zoologie et de biocénotique forestières de la Minière46.

  • 47 P.-V. du C.A. du 18 mars 1968, p.5 : « En ce qui concerne la répartition des moyens à l'intérieur m (...)

19En résumé, les recherches en rapport avec le végétal représentaient, à la création de l’Inra, l’essentiel de ses activités. Elles resteront dominantes jusque dans les années soixante, époque où, sous l’impulsion des Quatrième et Cinquième plans, les crédits d’État destinés aux « productions animales au sens large », à savoir les productions animales stricto sensu, les productions fourragères et les recherches vétérinaires, arriveront au niveau de ceux dévolus aux productions végétales47. Dans le même temps, les recherches destinées aux industries agro-alimentaires et à la forêt s’organiseront en tenant compte des volontés de décentralisation manifestées par l’État.

La question des relations entre recherche et développement

  • 48 Voir notamment le « Rapport au président de la République française » du ministre de l'Agriculture (...)
  • 49 Troisième plan de modernisation et d'équipement, op. cit. ; cet objectif fait partie des principes (...)
  • 50 P.-V. du C.A. du 14 juin 1960, p. 3-4 et P.-V. du C.A. du 22 mars 1961, p.7.
  • 51 P.-V. du C.A. du 17 novembre 1961, p.11 ; voir aussi P.-V. du C.A. du 13 mai 1964, p. 12 ; P.-V. du (...)
  • 52 P.-V. des C.A. du 25 octobre 1963, p.8 ; du 15 novembre 1963, p.8-9 ; voir aussi celui du 5 avril 1 (...)
  • 53 P.-V. du C.A. du 2 novembre 1976, p.10-11.
  • 54 P.-V. du C.A. du 20 juin 1966, p.8.
  • 55 P.-V. du C.A. du 25 février 1970, p.6.
  • 56 P.-V. du C.A. du 14 mars 1973, p. 18.

20La diffusion et la valorisation des résultats de la recherche sont des préoccupations récurrentes dans l’histoire de l’organisation de la recherche agronomique, notamment du fait de la difficulté à fixer les frontières et les liens entre vulgarisation et recherche48. Le Troisième plan de modernisation et d’équipement, couvrant la période 1958 - 1961, souhaite le renforcement des liaisons entre les deux avec le concours d’ingénieurs spécialisés49. En 1959 et 1960, deux décrets prévoient l’organisation de la vulgarisation agricole et la création de la Section d’application de la recherche à la vulgarisation. On prévoit de la doter d’une trentaine de domaines expérimentaux, d’un service de documentation et de laboratoires d’analyses en série. Un premier domaine, situé près de Mirecourt et appartenant au département des Vosges, est proposé à l’Inra50 ; un autre domaine est loué à Marcenat, dans le Cantal51. Cette Section d’application est supprimée en 1963 et ses attributions réparties entre, d’une part, des services techniques et d’orientation créés à la direction générale de la production et des marchés et, d’autre part, un service nouveau de l’Inra, le Service d’expérimentation et d’information52. Ce dernier, sous la direction de Jean Rebischung, augmente le nombre des domaines, notamment en 1964, par la location du domaine de Saint-Laurent-de-la-Prée53 en 1966, par celle de la ferme de Vezen Docquet à Saint Pol-de-Léon54 et, en 1970, par l’acquisition du domaine du Mas Blanc à Alenya55. Le développement des instituts techniques professionnels, structurés par groupe de productions, permet le développement de la vulgarisation des résultats de la recherche. En 1973, Jean Rebischung, nommé Inspecteur général de la recherche agronomique, est chargé d’assurer les liaisons entre l’Inra et les « Centres et Instituts techniques variés chargés des problèmes de développement ». Le Service d’expérimentation et d’information, remis en cause, est finalement supprimé56.

L’ouverture d’une longue période de crise et le début d’une mutation

21Lorsqu’à la fin des années soixante, il apparaît que les objectifs de 1946 sont durablement atteints (appareil de production restauré et développé jusqu’à atteindre les besoins et les dépasser), l’Inra connaît une période transitoire difficile pendant une dizaine d’années. Dès 1961, lors des discussions préparatoires au Quatrième plan, certains s’inquiètent de voir la tendance à freiner les investissements en agriculture, due à la surproduction, avoir des effets négatifs sur l’enseignement et la recherche. Le conseil d’administration de l’Inra précise que ces effets concernent non pas tant le volume que le coût et l’orientation de la production :

  • 57 P.-V. du C.A. du 22 mars 1961, p. 5-6.

22« Quelle que soit la solution adoptée par les pouvoirs publics, que celle-ci comporte le maintien d’une population agricole aussi élevée que possible ou sa réduction à un très bas niveau, dans les deux hypothèses l’effort de recherche doit être poussé au maximum […] en période de surproduction permanente qui paraît s’instaurer, les pays qui ralentiraient leur effort de recherche seraient immédiatement devancés par leurs concurrents et placés devant des difficultés accrues57. »

  • 58 P.-V. du C.A. du 16 mars 1965, p. 9 et P.-V. du C.A. du 5 avril 1965, p. 3-8.
  • 59 P.-V. du C.A. du 17 janvier 1966, p. 4-7.
  • 60 P.-V. du C.A. du 23 septembre 1968, p. 7-9 et P.-V. du C.A. du 4 février 1969, p. 4-7.
  • 61 P.-V. du C.A. du 25 février 1970, p. 5.
  • 62 P.-V. du C.A. du 26 juin 1970, p. 5-6.
  • 63 P.-V. du C.A. du 31 octobre 1973, p. 5-12 ; voir aussi ceux du 27 novembre 1973, p. 6 ; du 27 juin (...)
  • 64 P.-V. du C.A. du 30 octobre 1974, p. 8.
  • 65 P.-V. du C.A. du 2 novembre 1976, p. 2-7 et P.-V. du C.A. du 16 décembre 1976, p. 6-9 ; voir aussi (...)
  • 66 P.-V. du C.A. du 29 juin 1978, p. 4 ; voir aussi ceux du 2 novembre 1977, p. 3-5 et p. 7-9 et du 22 (...)
  • 67 P.-V. du C.A. du 11 juillet 1979, p. 8.
  • 68 Notamment P.-V. du C.A. du 27 juin 1974, p. 8.

23Le taux d’expansion prévu par le Cinquième plan pour la recherche agricole est le plus faible de tous ceux relatifs à la recherche58. Plusieurs budgets de l’Inra, de la fin des années soixante à la fin des années soixante-dix, sont perçus par le conseil d’administration comme des budgets de stagnation, voire de régression. Pierre Piganiol, le président, propose, en 1966, pour convaincre l’opinion de la nécessité de la recherche agronomique, que l’Inra développe ses relations publiques59. En 1969, le Conseil d’administration considère que les décisions budgétaires expriment « un coup d’arrêt très net et très inquiétant au développement de la recherche agronomique. » On craint que l’Institut « n’apparaisse désormais comme une maison arrivée au terme de sa progression » et on s’inquiète des conséquences psychologiques, sur l’ensemble de l’Institut, de la forte diminution des recrutements60. On envisage, en 1970, de fermer, pendant un mois, presque toutes les installations de serres et de chambres climatisées61. Pour Jean Bustarret, directeur de l’Inra, l’ensemble des mesures budgétaires proposées pour 1971 ne traduisent que d’une façon modeste et très imparfaite les besoins de la recherche agronomique. Il fait remarquer que les activités de l’Inra n’ont pu se développer normalement ni en 1969, ni en 1970, que des expériences en cours ont dû être ralenties ou arrêtées, que les investissements ont été limités aux opérations les plus urgentes et les achats de matériel au strict nécessaire62. Lors des discussions intéressant le budget 1974, Jacques Poly, directeur général adjoint de l’Inra, constate que, depuis 1968, l’évolution de la part de la subvention de l’État pour le seul fonctionnement ne suit pas l’érosion de la monnaie. Cette même année, les « quatre grandes organisations professionnelles » agricoles écrivent au ministre chargé du Développement pour lui faire part de leur souci de ne pas voir se réduire les ressources de la recherche agronomique63. L’Inra décide de ralentir certaines opérations et envisage même d’en abandonner d’autres. Raymond Février, alors inspecteur général de la recherche agronomique, défend, lors de la discussion sur le projet de budget primitif 1975, que l’on doit développer la recherche scientifique d’autant plus que la situation est mauvaise, car, selon lui, la recherche constitue un « facteur d’amélioration de la situation économique64 ». En 1976, le Conseil d’administration refuse, dans un premier temps, de voter le budget primitif de 1977 qui est ajourné65. En 1978, Raymond Février, depuis trois ans directeur général de l’Inra, demande des « directives négatives » de la part des Pouvoirs publics sur les secteurs à diminuer ou supprimer66. En 1979, Jean-Claude Bousset, chef du service des affaires financières fait remarquer que, « depuis 1976, le pouvoir d’achat des laboratoires en fonctionnement était égal à 30 % seulement de la capacité de 196867 ». Les difficultés sont accentuées, à partir de 1973, par la crise de l’énergie68.

  • 69 P.-V. du C.A. du 7 novembre 1978, p. 3.
  • 70 P.-V. du C.A. du 11 juillet 1979, p. 13-15 ; voir aussi ceux du 13 novembre 1979, p. 8 et du 11 déc (...)
  • 71 Décret n°80-711 du 5 septembre 1980, JO du 13 septembre 1980, p. 2151. Voir aussi les P.-V. des C.A (...)
  • 72 Décret n°14- 1120 du 14 décembre 1984 (JO du 16 décembre 1984). Voir aussi les P.-V. des C.A. du 10(...)
  • 73 Outre le texte des deux décrets, voir les thèmes prioritaires retenus aussi bien au ministère de l' (...)

24Cette période d’interrogation aboutit, en 1978, à la mise en place, par le Gouvernement, d’une commission de réflexion sur l’Inra (présidée par Jacques Pélissier, ingénieur agronome, président directeur général de la SNCF), chargée de procéder à une vaste enquête sur les objectifs, les missions et les responsabilités de l’Inra, et de voir comment l’Institut se situe par rapport à la communauté scientifique, dans la vie socio-économique du pays, vis-à-vis des établissements publics ou des départements ministériels concernés par son action. On demande à la commission de remettre un rapport sur « l’état actuel de la recherche agronomique, ses perspectives et, éventuellement, les réformes de structure souhaitables. » Parallèlement, une réflexion est menée à l’intérieur de l’Inra sur « tous les aspects des problèmes concernant son avenir69 ». En 1979, le rapport remis préconise une modification des missions de l’Inra, de ses statuts et de ses moyens70. Le décret du 5 septembre 1980, s’inspirant de ces résultats, tente de prendre en compte les évolutions du contexte scientifique interne et externe, économique, social et culturel ; il ouvre ainsi une nouvelle ère pour l’Inra. Au même titre que la loi de 1946 fondait le premier Inra, le décret de septembre 198071, complété par un second décret quatre ans plus tard72, donne naissance à un nouvel Inra. L’Institut, jusque-là dépendant uniquement du ministère de l’Agriculture, est placé sous la tutelle conjointe du ministre chargé de la Recherche et de son homologue chargé de l’Agriculture. À l’amélioration – en 1946, on trouve à la fois les termes « développement » et « amélioration » – des productions végétales et animales, la conservation et la transformation des produits agricoles, les recherches socio-économiques, on ajoute plusieurs missions. Il s’agit de : l’inventaire et l’exploitation des ressources du milieu physique ; la qualité des produits alimentaires ; les biotechnologies intéressant l’agriculture et les industries qui lui sont liées ; la production d’énergie, de protéines ou de molécules par le développement de cultures spécifiques ou par l’utilisation des sous-produits des activités agro-alimentaires ; pour terminer, la protection, la sauvegarde et la gestion rationnelle des ressources naturelles et de l’espace rural73. Certaines de ces nouvelles missions pourraient être considérées comme appartenant au domaine de la transformation des produits agricoles ; les citer est d’autant plus significatif de l’évolution que l’on attend de l’Inra. Parmi les moyens, le nouveau texte invite l’Institut à participer (on précise en France et à l’étranger) aux travaux effectués, dans les matières de sa compétence, par d’autres organismes ou établissements publics ou privés et, inversement, à faire participer ceux-ci à ses propres travaux. Le texte engage aussi l’Inra à l’élaboration et à la mise en œuvre d’accords de coopération scientifique internationale et de coopération pour le développement. L’activité économique et financière de l’Inra est élargie : il peut prendre des participations financières ou créer des sociétés filiales, notamment pour valoriser les résultats de ses recherches. Le décret de 1984 ajoute la formation par la recherche, les expertises scientifiques, l’amélioration des conditions de travail dans l’agriculture et les industries qui lui sont rattachées, l’adaptation des produits alimentaires aux demandes des consommateurs.

  • 74 P.-V. des C.A. du 7 novembre 1978, p. 6 ; 11 juillet 1979, p. 12-13 ; 8 novembre 1983, p. 12-14 et (...)

25Le rapport de 1979 préconise de poursuivre la politique de réduction des effectifs de la région Île -de-France en faveur de la province et de développer une politique régionale de recherche en liaison avec des partenaires régionaux, notamment les établissements publics. Lors de la réforme de 1980, on propose, en conséquence, de nommer des délégués dans les régions où l’Inra est peu ou pas représenté. En 1995, la quasi-totalité des régions auront une délégation de l’Inra. On envisage, en 1983, la création d’une direction des actions régionales qui sera mise en place sous l’appellation de « direction des politiques régionales et du développement agricole et rural », puis, plus simplement, de « direction des politiques régionales »74. Cette mutation a lieu alors qu’à sa tête se trouve Jacques Poly qui a remplacé Raymond Février en 1978 comme directeur général de l’Inra, et qui devient, en 1980, président directeur général, lorsque le titre est modifié à la suite de la réforme.

26Ainsi l’Inra, fortement en crise au point que certains se demandent si il n’est pas arrivé au terme de sa progression, renaît sous une forme nouvelle dont on attend qu’elle lui permettre de répondre en 1980, comme en 1946, aux défis que l’on identifie comme étant posés au pays.

Haut de page

Notes

1 Ruau, « Rapport au président de la République française », Paris, 17 mai 1905.

2 Décret du 26 décembre 1921 instituant l'Institut des recherches agronomiques, JO du 28 décembre 1921, p.14148-14150.

3 Décret du 4 avril 1934 ayant pour objet de réduire les crédits du budget de 1934, JO du 5 avril 1934, p.3493-3499.

4 Décret du 30 juin 1934 rattachant l'Institut des recherches agronomiques à l'administration du ministère de l'Agriculture, JO du 1er juillet 934, p.6589-6590.

5 Acte dit « Décret du 8 déc.1940 », réorganisant les recherches agronomiques et créant un Comité scientifique des recherches agronomiques, JO du 18 décembre 1940, p.6163.

6 Acte dit «  Loi du 5 novembre 1942 », JO de l'État français du 8 novembre 1942, p.3722-3723

7 Acte dit «  Loi du 15 novembre 1943 », portant réorganisation du ministère de l’Agriculture, JO de l'État français, année 1943.

8 Acte dit « Décret du 23 juin 1943 », attribuant la personnalité civile à des centres de recherches du service des recherches agronomiques, JO de l'État français, année 1943, p.1797.

9 Rapport accompagnant le projet de loi portant organisation de la recherche agronomique et création d'un Institut national de la recherche agronomique, décembre 1944, Versailles, La Gutenberg, 1948.

10 Ibid, p.12.

11 Ibid, p.4

12 Textes constitutifs de l'Institut national de la recherche agronomique, Versailles, La Gutenberg, 1946 et Gilles Denis, « De l'Institut des recherches agronomiques au premier Institut national de la recherche agronomique » in Christophe Bonneuil, Gilles Denis et Jean-Luc Mayaud, Sciences, chercheurs et agriculture, Harmattan et Quae, Paris, 2008, p.85-112.

13 « Exposé des motifs concernant le projet de loi portant organisation de la recherche agronomique et création d'un Institut national de la recherche agronomique », Documents de l'Assemblée nationale constituante (élue le 21 octobre 1945), Annexe n°1131, 19 avril 1946 ; Rapport accompagnant le projet de loi, op. cit. ; Textes constitutifs, op. cit.

14 P.-V. des C.A. de l'Inra de l'année 1947 (10 jan., 27 mars, 30 mai, 5 nov. et 23 déc.).

15 P.-V. du C.A. du 3 mai 1949.

16 Annexe du P.-V. du C.A. du 27 février1958.

17 P.-V. du C.A. du 22 décembre 1952.

18 P.-V. du C.A. du 3 juillet1953.

19 P.-V. du C.A. du 4 février 1952.

20 P.-V. des C.A. du 4 février 1952 et du 27 février 1958.

21 Voir : Rapport accompagnant le projet de loi, op. cit. - Textes constitutifs, op. cit. - « Rapport des commissions de modernisation de la production végétale et de la production animale », op. cit. , p.153 - P.-V. des C.A. du 27 mars et 30 mai 1947, du 3 mai et13 juillet 1949, du 10 mai et 20 décembre 1950.

22 P.-V. du C.A. du 20 décembre 1950.

23 P.-V. du C.A. du 14 juin 1960.

24 P.-V. du C.A. du 21 décembre 1951.

25 P.-V. du C.A. du 27 février 1958.

26 Décret n°60-114 du 8 février 1960 relatif à l'organisation de la recherche agronomique en Algérie - P.-V. Des C.A. du 26 octobre, 29 décembre 1959, du 3 mars, 14 juin, 5 octobre, 23 décembre 1960, 22 mars, 17 novembre 1961, et 1er décembre 1962.

27 « Rapport des commissions de modernisation de la production végétale et de la production animale » in Deuxième rapport semestriel sur la réalisation du plan de modernisation et d'équipement. Résultats du 31 décembre 1947, op. cit. , p.154-155.

28 Ibid., p.137-138.

29 « Exposé des motifs » et « Art. 1er » du Décret n°55-665 du 20 mai 1955 modifiant la loi du 18 mai 1946 portant organisation de la recherche agronomique (JO du 22 mai 1955), Paris, 1955.

30 « Article 1er » du Décret n°61-233 du 20 février 1961 modifiant la loi du 18 mai 1946 portant organisation de la recherche agronomique (JO du 10 mars 1961), Paris, 1961 - Troisième plan de modernisation et d'équipement (1958-1961), op. cit. ; cf. chap. IV : « L'équipement intellectuel de l'agriculture », § 3 : « Recherche agronomique ».

31 Troisième plan de modernisation et d'équipement (1958-1961), op. cit. ; cf. chap. IV : « L'équipement intellectuel de l'agriculture », § 4 : « Réorganisation de la recherche vétérinaire ».

32 Troisième plan de modernisation et d'équipement (1958-1961), ibid - « Exposé introductif » du Quatrième plan de modernisation et d'équipement (1962-1965), cf. 3ème partie : « Les moyens d'action », § I.5 : « Agronomie », p.10 - « Exposé relatif au 4ème plan » in P.-V. du C.A. du 22 mars 1961.

33 Décret n°64-54 du 16 janvier 1964 relatif au Conseil supérieur de la recherche agronomique et à l'Institut national de la recherche agronomique (JO du 22/01/64) - P.-V. du C.A. du 13 mai 1964, p.5.

34 « Exposé introductif » du Quatrième plan de modernisation et d'équipement (1962-1965), op. cit., cf. p.11 - P.-V. du C.A. du 27 octobre 1964.

35 Ibid, cf. 3ème partie : « Les moyens d'action », § I.5 : « Agronomie. »

36 Plan d'expansion de l'Inra, P.-V. des C.A. du 9 octobre 1962, 29 mars 1962.

37 Quatrième plan de modernisation et d'équipement (1962-1965), op. cit. - Plan d'expansion de l'Inra, P.-V. des C.A. du 9 octobre 1962, 18 mars 1968.

38 P.-V. du C.A. du 17 novembre 1961.

39 P.-V. du C.A. du 17 janvier 1966.

40 P.-V. du C.A. du 9 octobre1962.

41 P.-V. des C.A. du 9 octobre1962, 1er décembre 1962, 5 avril et 25 octobre 1963.

42 P.-V. des C.A. du 8 février, 29 mars, 9 octobre, 1er décembre 1962, 5 avril et 25 octobre 1963.

43 P.-V. des C.A. de 1960 à 1963.

44 P.-V. des C.A. du 23 juin, 27 octobre 1964, 16 mars et 5 avril 1965.

45 P.-V. des C.A. du 21 octobre 1965, 19 décembre 1966, 13 juillet 1967, 28 novembre 1968, 4 février et 5 mai 1969.

46 P.-V. des C.A. du 13 juillet 1967, 18 mars 1968, 21 juin 1971, 27 juin 1974 et 17 septembre 1975.

47 P.-V. du C.A. du 18 mars 1968, p.5 : « En ce qui concerne la répartition des moyens à l'intérieur même de l'Inra, la priorité a été accordée pendant les IVème et Vème plans au secteur des productions animales qui a absorbé le plus gros pourcentage des accroissements de moyens de l'Institut » et p.7 - P.-V. des C.A. du 4 février (p.6) et 5 mai 1969 (p. 4).

48 Voir notamment le « Rapport au président de la République française » du ministre de l'Agriculture Ruau, op. cit., qui affirme, en 1905, que « deux sortes de rouages composent [notre enseignement agricole] : celui des recherches ou les stations agronomiques ; celui de la vulgarisation ou les écoles. » Selon le Rapport de 1944, accompagnant le projet de loi créant l'Inra, op. cit., « la recherche agronomique se caractérise par deux aspects qu'il faut concilier, la nécessité d'une recherche fondamentale désintéressée (elle est une branche de la recherche scientifique) et de garder en tête les applications pratiques des résultats auxquels elle doit aboutir, en tenant compte du contexte d'application : elle englobe une phase d'analyse, un travail de synthèse puis de vérification dans les conditions normales de la production, elle va du laboratoire à l'expérimentation au champ, à l'étable ou à l'usine ». Il ajoute qu'en agronomie, « recherche et expérimentation sont nécessairement liées » : « l'expérimentation […] ne doit pas être confondue […] avec la démonstration », la première pose des « interrogations » et relève de la « recherche agronomique », la seconde apporte des « affirmations » et relève des « services d'application. »

49 Troisième plan de modernisation et d'équipement, op. cit. ; cet objectif fait partie des principes sur lesquels repose l'orientation générale que l'on souhaite donner à la recherche agronomique dans le cadre du IIIème plan.

50 P.-V. du C.A. du 14 juin 1960, p. 3-4 et P.-V. du C.A. du 22 mars 1961, p.7.

51 P.-V. du C.A. du 17 novembre 1961, p.11 ; voir aussi P.-V. du C.A. du 13 mai 1964, p. 12 ; P.-V. du C.A. du 1er décembre 1964, p.2 ; P.-V. du C.A. du 20 juin 1966, p.8 et P.-V. du C.A. du 13 juillet 1967, p.8.

52 P.-V. des C.A. du 25 octobre 1963, p.8 ; du 15 novembre 1963, p.8-9 ; voir aussi celui du 5 avril 1965, p.6.

53 P.-V. du C.A. du 2 novembre 1976, p.10-11.

54 P.-V. du C.A. du 20 juin 1966, p.8.

55 P.-V. du C.A. du 25 février 1970, p.6.

56 P.-V. du C.A. du 14 mars 1973, p. 18.

57 P.-V. du C.A. du 22 mars 1961, p. 5-6.

58 P.-V. du C.A. du 16 mars 1965, p. 9 et P.-V. du C.A. du 5 avril 1965, p. 3-8.

59 P.-V. du C.A. du 17 janvier 1966, p. 4-7.

60 P.-V. du C.A. du 23 septembre 1968, p. 7-9 et P.-V. du C.A. du 4 février 1969, p. 4-7.

61 P.-V. du C.A. du 25 février 1970, p. 5.

62 P.-V. du C.A. du 26 juin 1970, p. 5-6.

63 P.-V. du C.A. du 31 octobre 1973, p. 5-12 ; voir aussi ceux du 27 novembre 1973, p. 6 ; du 27 juin 1974, p. 8-11 et p. 13-14 ; du 30 octobre 1974, p. 1-4 et p. 6-8 et du 12 décembre 1974, p. 1.

64 P.-V. du C.A. du 30 octobre 1974, p. 8.

65 P.-V. du C.A. du 2 novembre 1976, p. 2-7 et P.-V. du C.A. du 16 décembre 1976, p. 6-9 ; voir aussi celui du 25 juin 1976, p. 10-11.

66 P.-V. du C.A. du 29 juin 1978, p. 4 ; voir aussi ceux du 2 novembre 1977, p. 3-5 et p. 7-9 et du 22 février 1978, p. 6-9.

67 P.-V. du C.A. du 11 juillet 1979, p. 8.

68 Notamment P.-V. du C.A. du 27 juin 1974, p. 8.

69 P.-V. du C.A. du 7 novembre 1978, p. 3.

70 P.-V. du C.A. du 11 juillet 1979, p. 13-15 ; voir aussi ceux du 13 novembre 1979, p. 8 et du 11 décembre 1980, p. 4 et p. 6-7.

71 Décret n°80-711 du 5 septembre 1980, JO du 13 septembre 1980, p. 2151. Voir aussi les P.-V. des C.A. du 27 février, du 16 juin et du 29 septembre 1981 ; Roger Bouchet, Présentation du secteur milieu physique, P.-V. du C.A. du 27 février 1981, Annexe I ; Jean Marrou, Présentation du secteur végétal, même P.-V., Annexe II ; Gilbert Jolivet, Présentation du secteur animal, même P.-V., Annexe III ; Guy Fauconneau, Les recherches du secteur « Industries agricoles et alimentaires », même P.-V. du C.A. du 16 juin 1981, Annexe ; Jean-Claude Tirel, « Axes de recherches du secteur des sciences sociales » in P.-V. du C.A. du 29 septembre 1981, Annexe.

72 Décret n°14- 1120 du 14 décembre 1984 (JO du 16 décembre 1984). Voir aussi les P.-V. des C.A. du 10 novembre 1982, p. 11 ; du 28 juin 1983, p. 14-21 ; du 13 septembre 1983, p. 6-21.

73 Outre le texte des deux décrets, voir les thèmes prioritaires retenus aussi bien au ministère de l'Agriculture qu'au ministère de la Recherche et de la Technologie, P.-V. du C.A. du 10 novembre 1981, p. 5.

74 P.-V. des C.A. du 7 novembre 1978, p. 6 ; 11 juillet 1979, p. 12-13 ; 8 novembre 1983, p. 12-14 et 14 décembre 1983, p. 9-15.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Denis, « Une histoire institutionnelle de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) – Le premier Inra (1946-1980) », Histoire de la recherche contemporaine, Tome III - N°2 | 2014, 125-136.

Référence électronique

Gilles Denis, « Une histoire institutionnelle de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) – Le premier Inra (1946-1980) », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome III - N°2 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2016, consulté le 23 juin 2017. URL : http://hrc.revues.org/802 ; DOI : 10.4000/hrc.802

Haut de page

Auteur

Gilles Denis

Maître de conférences en histoire et épistémologie des sciences du vivant, université de Lille

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org