Navigation – Plan du site
Dossier:un parcours dans les mondes de la recherche agronomique. L'Inra et le Cirad

Biologie moléculaire et biotechnologie dans les recherches végétales à l’Inra 1979-1996

Les progrès des sciences de la vie ont fait des biotechnologies, dans les années quatre-vingt, un axe stratégique pour l’Inra. Mais les controverses sociétales des années quatre-vingt-dix en ont considérablement entravé le développement
Molecular biology and biotechnology in the plant research sector at the INRA 1979-1996
Alain Deshayes
p. 137-153

Résumés

Au début des années quatre-vingt, l’Inra doit faire face à un triple défi : une crise agricole, une révolution scientifique et une exigence politique de valorisation. C’est dans ce contexte que les biotechnologies, végétales en particulier, sont érigées en axe stratégique pour l’Institut, et cela malgré des résistances internes, voire des oppositions. Mais, les scientifiques ne perçoivent pas, ou ne comprennent pas, l’importance de la montée d’un courant d’écologie politique qui s’oppose à la culture et à la consommation des produits issus du génie génétique, jusqu’à entraver leur développement.

Haut de page

Texte intégral

1Cet article traite, d’un point de vue historique, de l’introduction de la biologie moléculaire et du génie génétique dans les programmes de recherche du secteur végétal à l’Inra. Il propose une réflexion sur les évènements qui conduisent, à partir de la fin des années soixante-dix, à favoriser le développement, à l’Inra, de la biologie moléculaire et du génie génétique, jusqu’à en faire un axe stratégique, puis à en entraver le développement à partir du milieu des années quatre-vingt-dix.

2Les années soixante-dix sont marquées par un ensemble de mutations qui vont, pendant les deux décennies suivantes, profondément influer les orientations scientifiques et technologiques du pays, et de l’Institut en particulier. Ces mutations sont, bien sûr, de nature scientifique, mais elles sont aussi de nature économique, sociale et politique ; il est important de les préciser avant de décrire les conditions dans lesquelles la biologie moléculaire et le génie génétique se sont imposés comme axes stratégiques de la politique de l’Établissement.

Révolution biotechnologique, crise agricole et montée du libéralisme dans les années soixante-dix

3La première mutation, de nature scientifique, va forger une nouvelle vision de la biologie et placer la génétique au cœur du vivant. Pour caractériser cette révolution qui s’opère depuis le début des années cinquante, François Jacob écrira(1) que « La biologie a connu une transformation profonde par la convergence de disciplines restées longtemps indépendantes (…) la physiologie cellulaire, la génétique, la biochimie, la virologie, la microbiologie se sont fondues en une discipline commune qu’on s’accorde aujourd’hui à désigner sous le nom de biologie moléculaire ». Les outils qui sont issus de cette convergence vont permettre un progrès fantastique des connaissances(2). Le gène, qui n’était qu’une « hypothèse » au début du XXe, acquiert une réalité concrète dans la seconde moitié. Des avancées considérables sont réalisées dans l’analyse de la structure de l’ADN(3) et dans la compréhension du fonctionnement de la cellule bactérienne par la mise en évidence d’un « réseau de circuits régulateurs qui assurent une stricte coordination dans l’expression des gènes »(4). Des enzymes spécifiques impliquées dans le métabolisme (polymérases…) et la réparation (endonucléases de restriction et ligases…) de l’ADN sont identifiées(5) et les gènes correspondants isolés. Ainsi, en 1973, tous les éléments sont disponibles pour que cette biologie moléculaire naissante devienne une discipline en tant que telle et que soit réalisée la première opération de génie génétique chez une bactérie(6).

4La révolution méthodologique, introduite par le génie génétique, n’ouvre pas seulement de nouvelles perspectives pour l’analyse du vivant, elle ouvre également des perspectives d’applications multiples dans un grand nombre de domaines dont la médecine, l’agriculture, l’agroalimentaire ou la pharmacie. C’est ainsi que naît le concept de « biotechnologies » pour désigner les aspects liés à la fabrication et à la production de nouveaux produits biologiques grâce à ces nouveaux outils technologiques. Plus tard, le concept est étendu à tous les domaines qui mettent en œuvre les outils de la biologie cellulaire, de la biologie moléculaire, du génie génétique ou du génie enzymatique, au point d’ailleurs d’en dévoyer le sens initial.

5Toutes ces perspectives déchaînent les imaginations tant dans des laboratoires(7) de recherche que dans des milieux industriels et financiers. Les biotechnologies semblent devenir un nouveau Graal et l’idée semble s’imposer que ceux qui ne participent pas à sa quête, vont passer à côté de l’Histoire (8,9,10,11) ! Un mouvement de grande ampleur, principalement aux États-Unis, voit des chercheurs créer, ou rejoindre, des sociétés de biotechnologie(12,13). De la même façon, dans les milieux industriels et financiers l’idée dominante qui s’installe est que les biotechnologies vont transformer et unifier tous les secteurs industriels liés aux sciences la vie et, par conséquent, en maximiser les profits. Un important processus de fusions-acquisitions est ainsi observé, et des entreprises complètement étrangères au domaine des semences, considéré comme le premier domaine d’application des biotechnologies, font leur entrée, telles que Shell, Lubrizol, Kodak, Volvo, Lafarge ou Elf. Cependant « les espoirs de changements rapides laissent souvent la place à des désillusions »(11), et certaines de ces entreprises en sortent aussi rapidement qu’elles y étaient entrées. En revanche les entreprises de l’agrochimie et de la pharmacie (DuPont de Nemours, Dow, Monsanto, ICI, Rhône Poulenc, Roussel UCLAF, Bayer ou Sandoz) sont les plus actives, dans les années quatre-vingt-dix, pour constituer de grands ensembles industriels des « Sciences de la vie » visant à englober les secteurs des semences, de l’alimentation et de la pharmacie (12-13). Là aussi, la désillusion conduit, dès la fin de cette même décennie, au démantèlement de ces ensembles et impose aux entreprises concernées de se recomposer (ex : ICI, RP, Roussel, Hœchst…)(14,15), ou de se repositionner (ex : Monsanto)(16).

6Ce développement des biotechnologies n’est certainement pas indépendant de la forte progression d’un libéralisme économique qui, schématiquement, se caractérise par une logique la rentabilité rapide et maximale du capital investi et qui pousse à avoir une vision utilitariste de la recherche. En France, Georges Pompidou puis Valéry Giscard d’Estaing incarnent cette logique qui s’inscrit en rupture avec celle mise en œuvre par le général de Gaulle. Au niveau mondial ce sont surtout Margaret Thatcher et Ronald Reagan qui marqueront le plus cet antagonisme entre la logique libérale de la « rentabilité immédiate » et la logique scientifique qui vise, sans contrainte de temps et de moyen, à la seule « progression des connaissances ».

7Pour ce qui concerne la France de la fin des années soixante-dix, la prise de position de Pierre Aigrain(17) lors d’une conférence de presse le 13 septembre 1978 définit clairement le contexte dans lequel vont s’élaborer les politiques de recherche dans les domaines des biotechnologies : « Pour démontrer que l’effort important que la collectivité nationale consacre à la recherche mérite d’être poursuivi, il convient que le potentiel de recherche français sache s’adapter aux exigences socio-économiques actuelles, que les laboratoires publics puissent collaborer avec les entreprises, dans le double souci de valoriser leur effort de recherche fondamental et d’en orienter la qualité vers des objectifs utiles à la société. L’accroissement de notre capacité innovatrice, auquel doit contribuer la recherche, est devenu un objectif prioritaire. Pour cela la réorientation de l’activité de recherche n’est qu’amorcée, elle doit être poursuivie. Il y aura des réformes de structures : il faut noter l’insuffisance des mécanismes de pilotage des organismes de recherche. Une nouvelle politique de l’emploi scientifique passe par une obligation de mobilité qui est déjà en vigueur pour les carrières des administrateurs civils, et de disponibilités pour les affectations. Enfin, une nouvelle conception du financement de la recherche passe par des procédures de financement contractuel ».

8L’élection de François Mitterrand le 10 mai 1981, marque un arrêt de cette politique utilitariste de la recherche. En nommant Jean-Pierre Chevènement au rang de « ministre d’État » à la tête du nouveau « ministère de la Recherche et de la Technologie », il redonne à l’État un rôle primordial dans les choix scientifiques et technologiques(18).

9Une autre mutation marque cette décennie soixante-dix et interpelle directement l’Inra : la première grande crise agricole postérieure à la mise en place de la Politique agricole commune (PAC) (19,20,21). L’Inra devient un « problème » pour le pouvoir politique dans la mesure où les résultats de ses recherches contribuent à accentuer, tout à la fois, la surproduction agricole, la concentration des exploitations et l’exode rural. L’objectif du gouvernement devient donc de réorienter la politique de l’Institut vers une autre « cible », l’agro-alimentaire, avec un argumentaire qui focalise sur les évolutions rapides des sciences biologiques. C’est avec ces préoccupations que, simultanément à la nomination de Jacques Poly à la direction de l’Inra en juillet 1978, Pierre Méhaignerie, ministre de l’Agriculture, met en place une commission d’audit, présidée par Jacques Pélissier. La position du ministre de l’Agriculture est claire et il la traduit dans une lettre(22) au directeur général de l’Inra avant même la publication officielle du rapport « Pélissier » : « La valorisation des recherches est un des aspects majeurs de la réforme de l’INRA, car la rapidité de la diffusion des innovations sera dans les 10-20 prochaines années un atout essentiel pour assurer le développement d’une agriculture et d’une industrie agro-alimentaire puissantes » ; « …je retire la conviction (du rapport) qu’une transformation du statut de l’Inra en Epic (Établissement public à caractère industriel et commercial) est indispensable pour donner à l’Inra des moyens et les capacités d’action élargis, et lui permettre de jouer un rôle très actif dans la valorisation de ses recherches, et au-delà dans le développement en France de technologies nouvelles génératrices d’emplois » ; l’Epic, c’est « la possibilité d’obtenir des ressources propres et de recruter du personnel sur ces ressources, de contracter des emprunts et avoir recours au leasing, disposer d’une réglementation particulière des marchés, prendre des participations financières, disposer des fonds en banques… ». Pour être sûr d’avoir été bien compris le ministre ajoute : « …et si tout va bien, les sociétés de valorisation pourront financer des recherches qui seront, de ce fait, bien orientées vers les besoins des utilisateurs ». On ne saurait être plus clair sur les objectifs à atteindre.

10L’opposition à la transformation de l’Inra en Epic, symbole du « pilotage par l’aval » que dénoncent les personnels de tous les instituts publics, mobilisera fortement le personnel de l’Institut pendant une grande partie de l’année 1979 et le début de 1980. Finalement, après plus d’un an de tergiversations et de conflits internes, l’Inra devient un « Établissement public » par décret du 5 septembre 1980. En conformité avec la Loi d’orientation et de programmation pour la recherche et le développement technologique du 15 juillet 1982, l’Institut devient un « Établissement public à caractère scientifique et technologique » (EPST) le 14 décembre 1984(23).

Biologie moléculaire et biotechnologies : des axes stratégiques dans les recherches du secteur végétal de l’Inra

11En cette fin des années soixante-dix, l’Inra se trouve à la convergence de trois grandes influences : une révolution scientifique, une crise agricole et le développement du libéralisme économique. Jacques Poly, nommé à la direction de l’Inra depuis le 26 juillet 1978, se doit de prendre des décisions qui aillent dans le sens des exigences exprimées par les pouvoirs publics, avec une insistance particulière pour que les efforts soient ciblés sur l’agroalimentaire et les biotechnologies. Dès sa nomination il s’est quelque peu démarqué du ministère de tutelle en publiant un rapport, « Pour une agriculture plus économe et plus autonome »(24), dans lequel il affirme que la recherche sera le moteur des changements à venir en agriculture et que ceux-ci passeront par les industries de l’agrochimie et des semences, et non par celles de l’agroalimentaire. Mais à l’intérieur de l’Inra, il existe un décalage avec les orientations gouvernementales et une forte dichotomie entre deux orientations qui se révèleront conflictuelles : d’une part, ceux qui sont mobilisés par les perspectives ouvertes par l’émergence de la biologie moléculaire, tant au niveau de la recherche que de ses applications et, d’autre part, ceux qui estiment que les questions agricoles doivent rester les références dans la motivation et la définition des programmes de recherche. Les premiers sont principalement des chargés de recherche sans responsabilités d’orientation scientifique, mais qui défendent l’idée que l’Inra ne peut pas rester en marge de la révolution scientifique en cours. Alors que les seconds, qui sont aux responsabilités, sont encore dans la logique qui prévalait dans la perspective du redressement de l’agriculture et de la satisfaction des besoins alimentaires du pays, mais qui semblent ne pas savoir comment répondre aux nouvelles réalités politiques et économiques de la période.

12Dans ce contexte, où de multiples influences vont interférer, la direction de l’Inra va mettre en place une politique qui aboutira à faire de la biologie moléculaire, et plus largement les biotechnologies, des axes stratégiques. Mais il ne sera ici question que du « secteur végétal » qui regroupe les disciplines scientifiques concernant la plante (et l’arbre) en tant que telle (génétique, physiologie) et ses relations avec son environnement (pathologie, zoologie des invertébrés).

13Jacques Poly, en avril 1979, demande à Henri Heslot, professeur à l’Institut national agronomique Paris-Grignon (INA-PG) un rapport sur les travaux en cours à l’Inra dans le domaine du « génie biologique »(25). Ce rapport n’apporte pas d’éléments permettant de définir une politique volontariste en matière de biologie moléculaire et de biotechnologies chez les végétaux. Il reste centré sur l’Inra et n’identifie que deux équipes du secteur végétal (celles de Jacques Tempé et de Pierre Boistard, toutes deux sur le site de Versailles), sans évoquer les tentatives de certains chercheurs de développer des activités dans ces domaines, pas plus qu’il ne mentionne les recherches conduites à l’université ou au CNRS.

14Ce sont finalement trois initiatives distinctes de chercheurs qui fournissent opportunément à la direction générale les projets qui lui permettent de mettre en œuvre la politique scientifique souhaitée. Pour ce faire, elle court-circuite la hiérarchie intermédiaire - directeurs de laboratoires et de stations, chefs de département - voire se met en opposition avec elle.

15C’est tout d’abord l’expérience de Josef Bové qui, en 1974, préfèrera quitter la direction de la station de pathologie végétale du centre de Bordeaux, pour l’université au motif que le centre Inra est « totalement refermé sur lui-même et à l’écart de la révolution scientifique qui avait cours de l’autre côté de l’Atlantique »(26). En 1983, c’est soutenu directement par le directeur général, Jacques Poly, qu’il réintègre formellement l’Inra en tant que président de centre, avec l’engagement de la construction d’un « Institut de biologie végétale moléculaire » qui regroupera des chercheurs de l’Inra, du CNRS ainsi que des enseignants-chercheurs.

16La seconde initiative est celle de Jean Dénarié et de Pierre Boistard, le premier en poste à la station de microbiologie des sols à Dijon, le second à la station de pathologie végétale de Versailles. Dès 1973-1974, ces deux chercheurs commencent à élaborer un projet visant à « rassembler dans un même site les gens qui font des études de génétique au niveau moléculaire, que ce soit sur les cellules animales, végétales ou microbiennes »(27). Le centre de Toulouse, avec son environnement universitaire et ses laboratoires CNRS, leur paraît parfaitement adapté à leurs objectifs. Un projet est élaboré avec Michel Gillois, le directeur du Laboratoire de génétique cellulaire, dédié aux cellules animales. Une présentation de leur projet aux chefs de département ne suscite que peu d’intérêt, si ce n’est celui de Jacques Poly, alors directeur général adjoint chargé des questions scientifiques (DGAS). Il faut attendre juillet 1978 et la nomination de Jacques Poly comme directeur général pour que la décision d’aller de l’avant soit prise. Avec le soutien d’André Berkaloff, le directeur des sciences de la vie au CNRS, c’est une unité mixte Inra-CNRS qui, au printemps 1981, s’installe à Toulouse dans un bâtiment nouvellement construit.

17Le développement du Laboratoire de biologie cellulaire (LBC) de Versailles constitue un troisième exemple mettant en évidence les carences scientifiques et les inerties administratives de cette hiérarchie intermédiaire. Depuis la mort de Georges Morel, en 1973, c’est Jean-Pierre Bourgin qui assume, officiellement à partir de 1976, la direction de ce laboratoire dépendant du Département de physiologie végétale. Dans le même bâtiment, au même étage, se trouve celui de Jacques Tempé qui poursuit le travail de Georges Morel sur le crown gall, une sorte de cancer végétal. Le laboratoire de Jacques Tempé faisait partie du LBC jusqu’à ce que la controverse avec Jacques Tourneur sur l’origine bactérienne ou virale du crown gall, conduise Claude Martin, chef du Département de physiologie végétale et basé à Dijon, à demander son transfert au Département de génétique et amélioration des plantes (DGAP) afin d’apaiser les tensions. En 1979, le LBC est composé d’une vingtaine de personnes, tous personnels confondus, et il doit sa renommée tout à la fois aux études sur Agrobacterium tumefaciens, agent du crown gall, et aux résultats obtenus par Claude Martin, Jean-Pierre Bourgin et Yves Chupeau en matière de culture in vitro de cellules et de tissus végétaux. En 1978, Michel Caboche, attiré par le végétal, qui permet le passage de la cellule à la plante, avait quitté la génétique des cellules animales et l’équipe de Michel Gillois et rejoint le LBC ; mais il avait fallu une intervention de Jacques Poly pour lever la résistance du Département de génétique animale. C’est au cours de différentes rencontres, à l’occasion de réunions scientifiques, qu’en 1979 des scientifiques soucieux d’introduire les outils de la biologie moléculaire et du génie génétique dans les programmes de génétique végétale de l’Inra commencent à évoquer entre eux l’idée d’un regroupement à Versailles. Ces réflexions, initialement réduites à un petit groupe de quatre ou cinq scientifiques, sont mises en sommeil pendant le temps d’un séjour aux États-Unis pour Michel Caboche et moi-même. C’est donc véritablement en septembre 1980 qu’avec le soutien explicite de Jacques Poly, de Jean Marou, directeur scientifique du secteur des productions végétales (DSPV), et d’André Berkaloff, que commence l’élaboration d’un projet collectif. La pertinence de la réflexion est venue de la volonté de chercheurs qui se sont mobilisés pour participer à cette aventure afin d’ouvrir de nouvelles voies de recherches, mais aussi, et peut-être surtout, de la diversité de leurs compétences scientifiques (génétique végétale, génétique cellulaire, microbiologie, immunologie…). Selon le principe adopté, c’est JP. Bourgin qui, en décembre 1980, présente, au nom de tous, un projet unique à la direction générale(28).

18Ces trois exemples illustrent, sous des formes différentes mais de manière claire, que c’est grâce à la volonté et à la détermination de la direction générale que des voies d’adaptation aux mutations en cours sont mises en œuvre à l’Inra. L’avenir a montré que les choix effectués étaient pertinents, au moins sur le plan scientifique, car quatre scientifiques issus de ces laboratoires ont été élus à l’Académie des sciences.

Le poids du Département de génétique et d’amélioration des plantes (DGAP)

19Dans le domaine végétal, le domaine d’application logique du génie génétique est l’amélioration des plantes, l’attitude du DGAP à cet égard est donc déterminante.

20À l’occasion du quarantième anniversaire de l’Inra(29), André Cauderon qui, d’une certaine façon, incarne les succès de la recherche agronomique, exprime avec force la place centrale de l’amélioration des plantes dans l’évolution agricole du pays et son positionnement de « discipline carrefour » au sein de l’Institut. Mais, tout en mettant en garde contre « l’évolution vers le réductionnisme » qui, « bien que naturelle, est dangereuse pour un organisme orienté », il intègre parfaitement, et de manière positive, l’importance des progrès récents de la biologie dans sa vision de ce que doit être le DGAP.

21Toute autre est la vision de Max Rives qui est, en 1980, le chef du DGAP. Non seulement il use de toute son autorité pour tenter de s’opposer à ce que des chercheurs de son département rejoignent le LBC (en l’occurrence Georges Pelletier et moi-même), mais il s’oppose aussi conceptuellement au « remue-ménage »(30) de Versailles, ce qui amènera Jacques Poly à s’en séparer(21). Le paradoxe voudra que Max Rives rejoigne Pierre Feillet chez Sanofi, et qu’ensemble ils viennent à Versailles, fin 1981, pour proposer aux scientifiques de l’équipe du LBC de rejoindre le centre de recherche de Sanofi, en cours de développement à Labège. Mais en mai 1984, il a quitté Sanofi et, de manière surprenante, il expose dans un article de La Recherche(30) les raisons de son opposition à la biologie moléculaire et au génie génétique, comme outils de l’amélioration des plantes. Dans cette communication, il fait un plaidoyer pertinent en faveur des problématiques et des méthodes de l’amélioration des plantes, mais, d’une manière ressentie par beaucoup comme assez hautaine et méprisante, il en fait également « un domaine extrêmement complexe, et, il faut le reconnaître, bien difficile à pénétrer. Le travail de tous les jours a l’air très simple, c’est du “boulot d’ingénieurs” disent avec mépris les biochimistes attardés (…) sans se rendre compte de la somme d’expérience et de réflexion sur lequel il est basé ». C’est sans doute au nom de cette « somme d’expérience et de réflexion » qu’il affirme que le génie génétique « ne servira sans doute pas à grand-chose dans le domaine appliqué ». Ainsi, à « l’utopie » du génie génétique(31) il oppose la « génétique de la plante entière » et la génétique quantitative.

22En 1989, il lui faudra toutefois faire certaines contorsions pour « proclamer sa foi dans une utilisation rationnelle et raisonnée des outils nouveaux que constituent ces technologies nouvelles par ceux qui sont les mieux à même de le faire, c’est-à-dire les sélectionneurs, et les semenciers ou pépiniéristes »(31). La raison de ce revirement s’expliquerait par le fait qu’« une seconde génération de biologistes moléculaires est en train d’émerger : ils ont appris les éléments de l’amélioration des plantes et mesuré combien l’approche de la précédente génération était naïve dans sa méconnaissance des vrais problèmes. Des idées originales remplacent le schéma simpliste qui consistait à tout résoudre par le transfert du gène responsable, comme s’il existait et comme si on savait le trouver, et sans tenir compte des bouleversements qu’il risquait d’introduire dans le fonctionnement de l’organisme entier »(32).

23Sans doute faut-il voir dans ces multiples changements d’attitude de « la peur d’une prise du pouvoir du laboratoire sur l’agronome, qui n’occuperait plus la position centrale d’intégration entre l’amont et l’aval, entre le laboratoire et les besoins de l’agriculteur »(33). Mais en ce cas, il faudrait admettre que les termes de l’argumentation scientifique contre le génie génétique n’auraient été que des prétextes. Ce qui est sûr par contre c’est que, quelques années auparavant - et quatre ans après la réception du prix Nobel - François Jacob(1) avait déjà mis en évidence les difficultés de l’étude des organismes complexes et la nécessité « de juxtaposer analyse génétique de l’organisme entier et analyse de ses cellules somatiques ».

24Aussi incompréhensible qu’aient été les attitudes successives de Max Rives, ses successeurs ont persisté, au moins jusqu’à la fin des années quatre-vingt, dans une attitude de résistance à l’introduction de la biologie moléculaire dans les programmes du DGAP. Par exemple, Bertrand Schweisguth n’hésitera pas à m’écrire, en réponse à une de mes sollicitations : « ces techniques (de marquage moléculaire des génomes) n’ont aucun intérêt pour les programmes d’amélioration des plantes ».

25La direction générale, après avoir développé les laboratoires de Versailles et de Toulouse et fait de la biologie moléculaire et des biotechnologies des axes stratégiques, met en avant une stratégie de diffusion de ces technologies dans les laboratoires plus « finalisés »(34). S’agissant du DGAP, l’analyse précédente permet de comprendre qu’une démarche volontariste s’imposait. C’est ainsi que des affectations de chargés de recherche ont bénéficié aux laboratoires du Moulon, à Orsay, et de Clermont-Ferrand, afin de développer les techniques d’analyse moléculaire des génomes du maïs et du blé. Analyse dont on mesure aujourd’hui toute l’importance, tant pour l’approfondissement de la connaissance du mode de fonctionnement des organismes que dans une perspective d’amélioration des potentialités agronomique des plantes cultivées.

La « Commission génie génétique et environnement »

26Au printemps 1986, la société californienne AGS effectue un épandage de bactéries Pseudomonas syringae sur des plants de fraisiers. Ces bactéries possèdent un gène de poisson des mers arctiques et sont censées protéger les plants de fraisiers contre le gel en cas de températures négatives, d’où le nom de « bactéries antigel » qui leur a été attribué. Les controverses qu’ont suscité cette expérimentation aux USA(35,36) avaient montré que l’on ne pouvait négliger les réactions sociétales face à ce type d’approche ; et cela, même si la société californienne avait exagérément dramatisé les conditions de l’expérience en habillant ses expérimentateurs de protections qui s’apparentaient à des « combinaisons lunaires ».

27Dans le cadre du mandat qui m’avait été défini au sein de la direction scientifique des productions végétales(37), et en concertation avec Patrick Legrand, le responsable de la cellule environnement de l’Inra, je crée une commission composée de scientifiques afin d’anticiper les questions qui risquaient de se poser aux premières mises en champs de plantes GM (génétiquement modifiées). Cette commission fonctionne « officieusement » à partir de novembre 1986, et traite des expérimentations des deux premiers essais en France, et en Europe, l’un à La Minière avec des plants de tabac(38,39), l’autre à Dijon avec des bactéries du type Rhyzobium(40). La « Commission génie génétique et environnement » (CGGE) est officiellement créée le 18 juin 1987 (41) ; elle est placée auprès du DGAS qui en assure la présidence et j’en assure le secrétariat général. La commission est chargée de « l’approche scientifique et prospective des conséquences de toute nature de la construction et de l’emploi d’organismes modifiés génétiquement, ainsi que de la réflexion méthodologique préalable sur les conditions de leur expérimentation au sein de l’Institut. Elle doit à ce titre susciter et faciliter, dès la conception de projets et des actions incitatives programmées, toute démarche d’identification, d’évaluation et de gestion des risques pour l’environnement consécutifs à l’exécution des recherches ou à l’exploitation de leurs résultats ».

28Lors de « l’installation officielle » de la CGGE, le 23 octobre 1987, Guy Paillotin, le DGAS, réaffirme clairement que « l’évaluation des impacts et la sécurité de l’expérimentation font partie intégrante du travail de recherche » et que « cette responsabilité est notamment du ressort de chaque chercheur et des instances de direction de la recherche ». Enfin, Guy Paillotin confirme que « la compétence de la Commission touche tous les secteurs scientifiques de l’Institut »(42), ce qui signifie que tous les projets d’expérimentation en milieu ouvert doivent lui être présentés avant qu’ils ne soient soumis à la « Commission du génie biomoléculaire » (CGB), seule instance habilitée à donner les autorisations d’expérimentation. La CGB, créée par arrêté du 4 novembre 1986, est placée auprès du ministre de l’Agriculture. Elle ne tiendra sa première réunion que le 3 février1987.

29A priori, on pouvait postuler que tous les scientifiques qui avaient été nommés dans la CGGE(43) étaient favorables, ou pour le moins « non hostiles », au génie génétique et à ses applications. Or, l’expérience a montré que l’évaluation des risques potentiels, liés à telle ou telle expérimentation soumise à la Commission, pouvait engendrer des discussions vives et faire apparaître des différences d’appréciation significatives. Ainsi, au fil des années, les positions des uns et des autres ont évolué, mais avec la prise de conscience qu’en matière d’évaluation des risques il ne pouvait y avoir de position univoque et que des expérimentations spécifiques étaient nécessaires. De ce point de vue, il est utile de mentionner que la CGGE a joué un rôle stimulateur dans la mise en place de certains projets de recherche sur l’évaluation du niveau des risques, concernant, par exemple, le taux de fécondation croisée en fonction de la distance du « donneur » chez le colza(44), ou le flux de gènes dans les croisements interspécifiques entre le colza et la ravenelle(45). D’autres questions n’ont, aujourd’hui encore, faute d’expérimentations appropriées, pas de réponse adéquate.

30Quels qu’aient été les aspects positifs du travail de la CGGE, on peut regretter que la Commission n’ait pas davantage fait connaître, à l’intérieur comme à l’extérieur de l’Inra, le contenu et la nature de ses travaux et réflexions. Il serait possible aujourd’hui de constater que toutes les questions qui ont fait l’objet de controverses sociétales dans les années quatre-vingt-dix, et au-delà, avaient été abordées. Cela permettrait de montrer qu’en matière de risques technologiques, les scientifiques sont souvent les premiers à en discerner la réalité, contredisant ainsi une idée communément répandue. De ce point de vue, il n’est d’ailleurs pas inutile de mentionner qu’entre 1983, année d’obtention des premières plantes GM, et 1996, première année des cultures commerciales de variétés végétales GM, un nombre très importants de réunions scientifiques, de séminaires et de colloques se sont tenus de par le monde, afin de débattre de l’évaluation des risques biotechnologiques et des réglementations à mettre en œuvre. Peu de français ont participé à toutes ces manifestations et les initiatives françaises ont été peu nombreuses, mais ce sont les conclusions de toutes ces rencontres qui ont été utilisées par les législateurs des différents pays et par les organisations internationales pour décider des règlementations en vigueur aujourd’hui.

31En 1990, dans un rapport pour l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologies, je préconisais « la création d’une structure publique de suivi et d’évaluation de tous les essais en milieu ouvert »(46). Le rapporteur, le député Daniel Chevalier reprenait bien cette idée, mais bottait en touche en préconisant que « le gouvernement français propose que soit créé dans le cadre de l’Onu un observatoire des équilibres biologiques »(47)…proposition qui, bien sûr, n’a jamais fait l’objet de la moindre discussion concrète. Cela est d’autant plus regrettable qu’une telle structure aurait pu aisément montrer que ne pas autoriser les expérimentations au champ des plantes génétiquement modifiées ayant une destination agronomique et en limiter l’étude en milieu confiné, est absurde tant il peut y avoir de différences quant aux phénotypes exprimés dans les deux conditions de culture.

Le mirage de la création d’une structure financière/industrielle de valorisation des travaux de l’Institut

32Depuis 1979, et durant toute la décennie qui suivit l’idée de créer des sociétés de droit privé pour valoriser la recherche publique reste, malgré les changements de majorité, une volonté politique forte, et revient de manière récurrente dans les affichages de la direction de l’Institut.

33En 1982, l’Inra créé une « Direction de l’information et de la valorisation » (DIV), (qui devient, en 1986, la « Direction des relations industrielles et de la valorisation » (DRIV) (48)). Puis, en 1984, « Agri-Obtention SA », société de droit privé, filiale à 100 % de l’Inra, est créée afin d’assurer la valorisation des obtentions végétales de l’Institut(49).

34En 1984, la direction de l’Institut créé une structure, la « Cellule d’analyse, de prospective et de coordination » dédiée aux biotechnologies végétales, dont la seule action marquante est de répondre, par la négative, à une sollicitation de « Calgene », une société californienne de biotechnologie végétale, pour créer en France une société commune de valorisation(50).

35Dans le courant de l’année 1985, la direction générale me demande d’élaborer, avec Pierre-Louis Lefort du DGAP et Jean-François Quillen de la DIV, un projet de création d’une société de biotechnologie végétale. Un projet, intitulé « Bioplante »(51), est ainsi conçu, mais, de qualité médiocre, au moins sur le plan financier, il n’a pas de suite. En 1988, Jacques Poly fera une proposition de création de société au Conseil d’administration de l’Inra qui la validera, mais le projet n’ira pas plus loin

36Lorsqu’en 1986 je rejoins la direction scientifique des productions végétales, je tente, en relation avec la DRIV, de resserrer les contacts avec la société Plant Genetic System (PGS), créée en 1982 à Gand par Marc Van Montagu. Des relations personnelles existaient avec l’équipe des professeurs Marc Van Montagu et Jeff Schell qui était l’une des trois équipes qui, simultanément, en janvier 1983 lors d’un congrès à Miami, annoncèrent les premiers résultats concernant l’obtention de plantes génétiquement modifiées par la bactérie Agrobacterium tumefaciens(52). Mais, l’idée d’un rapprochement avec PGS est qu’une coopération avec cette société pourrait constituer une alternative à la création, par l’Inra, d’une société autonome de biotechnologie végétale. Une rencontre entre les directions générales de l’Inra et de PGS a bien lieu, mais la vision de l’agriculture de l’agronome qu’était Jacques Poly ne s’est pas accordée avec celle du biotechnologue Marc Van Montagu !

37En 1989, Pierre Douzou, l’ancien président du Comité pour les biotechnologies, mis en place par Jean-Pierre Chevènement dans le cadre des programmes mobilisateurs, prend la succession de Jacques Poly. Il relance l’idée de chercher des coopérations avec PGS, mais par le biais de l’industrie. C’est dans cet esprit qu’il prend des contacts avec Rhône-Poulenc Agro pour suggérer l’achat de PGS. C’est finalement Agrevo, filiale commune de Hoechst (qui avait absorbé les activités « crop science » de Roussel et de Rhône Poulenc) et de Schering, qui prend le contrôle de PGS en 1996(53). Quant à Pierre Douzou, il signe, le 18 juin 1990, un accord avec l’université de Gand qui fait du Laboratoire de génétique dirigé par Marc Van Montagu, un « laboratoire associé » à l’Inra et rattaché au Département de physiologie végétale. Deux concours sont alors organisés par l’Institut pour recruter deux chercheurs de Gand qui sont affectés sur place et, du côté de l’Inra, un seul scientifique, Pierre Rouzé, issu du Laboratoire de biologie cellulaire de Versailles, rejoint, en 1994, le laboratoire de Gand.

38Il serait intéressant de faire le bilan de ces relations, mais il ne semble pas que la France - et l’Inra en particulier - en aient tiré un réel bénéfice ; en tout état de cause, elles closent toute tentative de création d’une société de valorisation des activités de l’Inra dans les domaines des biotechnologies végétales.

39Cependant, dans la logique de sa mission, la DRIV développe, ponctuellement et avec succès, des contrats de coopération avec quelques sociétés équivalentes à PGS, mais elle persiste dans l’idée de favoriser l’éclosion de sociétés de type « capital-risque » à partir de résultats obtenus dans des laboratoires de l’Inra. Ainsi, à partir des travaux de l’équipe de Gérard Devauchelle (unité mixte Inra-CNRS) sur la production de protéine recombinante par des baculovirus dans des cellules d’insecte, « Protéine performance » est créée en 1991 sur le site Inra de Saint-Christol-lès-Alès, avec la participation financière de deux sociétés de capital-risque, Sofinnova et Innolion(54). Mais la société peine à surmonter les premières difficultés financières en 1993-1994 et elle est finalement vendue, en 1996, à une société canadienne avec tous les brevets Inra. Il n’y a aujourd’hui plus aucune activité à Saint-Christol-lès-Alès, ni à l’Inra, sur les baculovirus. Par contre, en 2013, Sanofi produit des protéines recombinantes dans des cellules d’insectes avec des baculovirus (en particulier des vaccins animaux) mais aux Pays-Bas et en Grande-Bretagne ! Cet exemple illustre parfaitement, tout à la fois les difficultés inhérentes à la création d’une start up et les lourdeurs d’une administration (en l’occurrence l’Inra) qui a montré son incapacité à réagir rapidement à des contingences légales et économiques.

40Finalement les années quatre-vingt-dix s’achèvent sur un bilan mitigé concernant les perspectives de valorisation industrielle des biotechnologies végétales. Les grands ensembles des « sciences de la vie » se sont défaits aussi vite qu’ils s’étaient formés, et les sociétés de biotechnologies portés par des fonds de « capital-risque » n’ont eu qu’un développement limité et souvent éphémère car elles ont le plus souvent été rachetées par des grands groupes, quand elles n’ont pas tout simplement disparu.

Le retournement de tendance

41Tout au long des années quatre-vingt, Jacques Poly, soutenu par Guy Paillotin, d’abord depuis le ministère de la Recherche puis à l’Inra à partir de 1984, a dépensé une énergie importante à développer et à structurer les actions dans les domaines de la biologie moléculaire et du génie génétique, au sein du secteur végétal. Quelques mois encore avant de quitter l’Inra il réaffirme que pour « produire mieux » et « produire différemment » il importe de s’appuyer sur la science et de « valoriser au maximum le stock considérable de compétences et de connaissances que représente l’Établissement »(55). Or on ne peut que s’interroger sur les raisons qui ont conduit à ce qu’en 2013, il n’y ait plus, dans notre pays, que ce soit dans la recherche publique ou dans le secteur privé, aucune activité d’amélioration des variétés végétales qui utilise la technologie de la transgenèse. Et cela, alors que la France avait acquis une position internationalement reconnue.

42Trois « marqueurs » permettent en tout cas, à défaut d’être une explication, de jalonner cette inversion de tendance.

43À la suite de la conférence de presse du député européen du groupe « Arc-en-ciel », Benedict Haerlin, qui, le 9 juillet 1987, met en cause la légalité et la légitimité des essais en champ réalisés à Dijon (Rhizobium leguminosarum) et à Versailles (tabac), l’Inra doit faire face à une offensive médiatique de grande ampleur. L’Inra conteste vigoureusement les allégations du député européen(56) et une note est adressée au cabinet du ministre de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur. Formellement, cette campagne n’a pas d’effet sur les décisions de l’Institut, mais elle révèle l’existence, dans le pays, d’une opposition latente, et potentiellement vigoureuse, aux organismes génétiquement modifiés.

44En janvier 1992, soit quelques mois après son retour à l’Inra en tant que président, Guy Paillotin charge Michel Sebillote, professeur d’agronomie à l’INA-PG, d’une mission relative à l’avenir de l’agriculture et à ses implications sur les recherches de l’Inra. Ce rapport intitulé « Avenir de l’agriculture et futur de l’Inra »(57) fait partie intégrante du projet d’établissement « Inra 2000 » élaboré par Bernard Chevassus-au-Louis, directeur général, présenté à la presse le 20 janvier 2013(58). L’approche socio-économique adoptée par Michel Sebillote conduit à un ensemble de réflexions et de propositions qui apparaissent comme un fil conducteur des orientations de l’Institut au cours des années suivantes. Ce rapport marque le virage politique de l’Inra à l’égard des biotechnologies végétales par l’insistance qui est mise sur la nécessité pour l’Institut de mettre en œuvre une « recherche beaucoup plus en symbiose avec le tissu social » en raison du poids croissant des « consommateurs » de plus en plus exigeants sur le concept de « qualité » et de la préoccupation de plus en plus forte des « citoyens » pour les questions « d’environnement ». On trouve dans ce « concept » et ces quatre « mots » les prémices de toutes les controverses sur les OGM qui vont marquer les années ultérieures. Les interventions du président de l’Inra, tant en interne qu’en externe, vont progressivement s’installer dans une posture qui, dans les faits, apparaît de plus en plus en phase avec les discours écologistes(59). D’ailleurs le président affirmera clairement qu’il estimait avoir été « nommé par le conseil des ministres pour représenter les citoyens et les contribuables »(60) !

45Le marqueur qui marque véritablement le « basculement » se produit en octobre 1996 avec l’arrivée en Europe des premières cargaisons de soja GM en provenance des États-Unis. Libération titre, en première page : « Alerte au soja fou » et consacre deux pleines pages à l’événement(61) ! À partir de là, le président de l’Inra, qui a « anticipé la crise des OGM »(60), recommande au ministre « d’être extrêmement prudent sur la mise en œuvre des OGM »(60), il exprime sa solidarité avec « les consommateurs qui ont des doutes sur l’utilisation de certaines innovations par rapport à des problèmes d’environnement »(62) et il affirme que les scientifiques doivent « être éduqués par le consommateur »(62). L’ensemble des prises de positions successives de l’Institut confèrent une logique à la décision qui sera prise par l’Inra, au printemps 1998, de stopper le processus d’homologation d’une variété de colza GM, qui avait été développée en coopération avec SERASEM (Société spécialisée dans les travaux d’amélioration des céréales et des plantes oléagineuses).et PGS.

46La réaction de l’Inra à l’évolution des controverses sur le génie génétique a été, en 1997, de créer le Comité d’éthique et de précaution pour les applications de la recherche agronomique(63) (Comepra). Cette initiative n’est pas en soi critiquable (encore que l’on puisse s’interroger sur la notion « d’éthique » appliquée à la recherche agronomique en amélioration des plantes(60)), mais l’observation montre qu’elle n’a pas contribué à consolider les capacités, tant revendiquées, d’expertise de l’Inra quant à l’évaluation des risques pour l’environnement et la santé humaine consécutifs à la culture et la consommation de variétés végétales GM.

47Depuis sa création en 1946, l’Inra se définissait de manière dynamique par rapport à des préoccupations économiques, agronomiques, alimentaires et environnementales sur la base des progrès scientifiques. Mais en cette fin d’année 1996, l’Inra apparaît davantage en phase avec les acteurs d’un mouvement sociétal qui, sous couvert d’une opposition aux OGM, remet en cause la notion de progrès, aspire à redéfinir les rapports entre l’homme et la nature et revendique l’égalité de valeur de toutes les opinions.

Conclusion

48Les années quatre-vingt ont donc été marquées, en France et dans l’Union européenne, par l’introduction des techniques de la biologie moléculaire et des biotechnologies, du génie génétique en particulier, dans la boîte à outils des améliorateurs des plantes. Et dans ces deux domaines, la France avait acquis une position reconnue au niveau mondial.

49Mais à partir de cette date symbolique du 10 octobre 1996, qui correspondait à l’arrivée, en Europe, des premières livraisons de soja GM destiné à l’alimentation animale, la position de notre pays n’a cessé de se dégrader. Et cela, au point que, depuis la « dévitalisation » des peupliers GM à Orléans, le 13 juillet 2013, par décision de la direction générale(64), l’Inra n’a plus un seul programme qui utilise la transgénèse dans une perspective d’amélioration des plantes. D’une manière générale, c’est l’ensemble de l’Union européenne qui se trouve marginalisée au regard des développements importants qui continuent à se produire en Amérique du Nord et du Sud, ainsi que dans nombre de pays d’Asie et même d’Afrique(65) : toutes les industries semencières, à l’exemple de Limagrain(66), de BASF(67), de Monsanto(68) ou de Florimont-Desprez(69), ont aujourd’hui délocalisé leurs recherches en biotechnologies vers des pays plus tolérants quant à leur utilisation.

50Cette situation est la conséquence directe des pressions sociétales exercées par un ensemble de mouvements écologiques et de protection de la nature(70). Or, un mouvement sociétal, quel qu’il soit, ne naît pas de « rien » : il est, tout à la fois, l’expression d’une protestation en réaction à une situation donnée, du refus d’une évolution ressentie comme imposée et, néanmoins, d’une volonté de changement. Il trouve donc sa signification profonde dans les évolutions de la société, dont les conséquences concrètes sont mises en cause, ainsi que dans l’aspiration à d’autres perspectives, qui pour autant ne sont pas toujours claires.

51En opposition à tout l’héritage des « Lumières », les progrès des sciences et des technologies ne sont plus aujourd’hui considérés comme devant automatiquement conduire à une amélioration des conditions de la vie humaine. Certains estiment même qu’ils sont la cause de nombreux maux de la société, qu’ils tendent à accentuer les inégalités sociales, ou qu’ils mettent en cause l’avenir même de la planète.

52Il apparaît surprenant aujourd’hui que, collectivement, « les » scientifiques, « les » ingénieurs et « les » responsables politiques n’aient pas perçu, n’aient pas compris, les préoccupations profondes que recouvrait cette évolution. Tous les débats sur le génie génétique et ses applications aux végétaux qui ont marqué ces années n’auraient-ils été que des débats de dupes(71) ?

53Le rapport du Club de Rome(72), la Conférence de Stockholm(73), les apports de certains philosophes comme Hans Jonas(74) et Arne Naess(75) ainsi que la structuration d’un mouvement politique écologique constituent pourtant des « repères » qui ont marqué les années soixante-dix et quatre-vingt ; leur l’analyse donnerait certainement du sens au décalage qui s’est instauré entre la montée de cette conscience écologique et la révolution biologique. Cette analyse, à n’en pas douter, renforcerait les propos d’Edgard Pisani « à une assemblée de chercheurs » (de Versailles !)(76) : « Quittez le domaine qui est le vôtre, discuter, bavarder, lisez hors de votre univers de spécialistes et vous le comprendrez mieux. Vous communiquerez mieux avec l’opinion, que votre science fascine et effraie ».

Haut de page

Bibliographie

1- Jacob François, « Biologie moléculaire : la prochaine étape », In : La Recherche en Biologie moléculaire, 1975, p. 56-62. Article original publié dans Atomes en décembre 1969.

2- Thuillier Pierre, « Comment est née la biologie moléculaire », In : La Recherche en Biologie moléculaire 1975, p. 13-36. Article original publié dans La Recherche en 1972.

3- Watson James D. and Crick Francis H.C., « Molecular Structure of Nucleic Acids : A Structure for Deoxyribose Nucleic Acid », Nature, 171, 1953, p. 737-738.

4- Jacob François and Monod Jacques, « Genetic regulatory mechanisms in the synthesis of proteins », J. Mol. Biol. 3, 1961, p. 318-356.

5- Singer Maxim F., « Introduction and historical back ground », In Jane K. Setlow and Alexander Hollaender (ed): Genetic Engineering. Principles and methods, Plenum Press New York and London, 1979, p. 1-14.

6- Cohen Stanley N., Chang Alex C.Y., Boyer Herbert W. and Helling Robert B., « Construction of a biologically functional bacterial plasmids in vitro », Proc. Natl. Acad. Sci. USA 70, 1970, p. 3240-3244.

7- Barinaga Marcia, « Asilomar vingt-cinq ans après », La Recherche, 332, 2000, p. 82-84.

8- Sautier René, « Les biotechnologies », 1988, Rapport établi pour le Premier ministre J. Chirac.

9- Ducos Chantal et Joly Pierre-Benoît, « Les conséquences économiques de l’essor des biotechnologies ». Rapport de l’OPECST sur les applications biotechnologiques à l’agriculture et à l’industrie agro-alimentaire, Tome II, 1991, Annexes, présenté par Daniel Chevalier.

10- Nomine Gérard, « Le développement industriel des biotechnologies dix ans après », Biofutur 90, 1990, p. 33-41.

11- Davis Julian, « Le génie génétique », La Recherche, 188, 1987, p. 572-583.

12- Kempf Hervé, La guerre secrète des OGM, Seuil, Collection « L’histoire immédiate », Paris, 2003.

13- Joly Pierre-Benoît et Ducos Chantal, Les artifices du vivant. Stratégies d’innovation dans l’industrie des semences, Inra, Ed. Economica, 1993.

14- Varchavsky Marc, « L’évolution des groupes semenciers de 1993 à 1995. La semence revient chez les semenciers », Bulletin Semences, n° 133, 1995, p. 6-8.

15- Duval Jean-Louis, « Les semenciers de plus en plus dans l’orbite des firmes phytosanitaires », Agra Presse, 20 mai 1996.

16- Agra Presse, « Le groupe agrochimique américain mise sur les biotechnologies végétales », 30 septembre 1996.

17- Cranney Jean, « Un Audit préalable au renouveau », In : Inra, 50 ans d’un organisme de recherche, Ed. Inra, 1996, p 361.

18- Bonneuil Christophe, « Science et société depuis 1945 en France », in Les États-Généraux de la Recherche, Paris, Tallandier, 2005, p. 49-69.

19- Mazoyer Marcel et Roudart Laurence, Histoire des agricultures du monde. Du néolithique à la crise contemporaine, Points Histoire. Seuil, Paris, 1993.

20- Lefèvre Denis, Le retour des paysans, Le cherche midi, Paris, 1993.

21- Pisani Edgard, Un vieil homme et la terre. Neuf milliards d’êtres à nourrir. La nature et les sociétés rurales à sauvegarder, L’histoire immédiate, Ed. Seuil, Paris, 2004.

22- Cranney Jean, « Un Audit préalable au renouveau », In : Inra, 50 ans d’un organisme de recherche, Éditions Inra, 1996, p 359.

23- Loi n° 82.610 du 15/07/1982, JO 16/07/1982. Décret n° 841120 du 14 décembre 1984, JO du 12 décembre 1984.

24- Poly Jacques, Pour une agriculture plus économe et plus autonome, Inra, Juillet 1978.

25- Heslot Henri, Rapport sur les recherches de génie biologique à l’Inra, avril 1979.

26- Bové Josef, Archorales Inra, Les métiers de la recherche, Témoignages 11, 1998, p. 5-14.

27- Boistard Pierre, Archorales Inra, Les métiers de la Recherche, Témoignages 12, 2005, p. 61-74.

28- Bourgin Jean-Pierre, « Proposition pour le développement d’un groupe de biologie cellulaire et moléculaire végétal à Versailles », novembre 1980.

29- Cauderon André, « Amélioration des plantes et productions végétales », In : 40 ans de recherche agronomique, 1946-1986, Ed. Inra, 1986, p. 59-75.

30- Rives Max, « L’amélioration des Plantes », La Recherche, 155, 1984, p. 760-764.

31- Rives Max, « Conséquences des techniques nouvelles dans le secteur des semences », Economie Rurale, n° 192-193, 1989, pp. 29-34. In : Les nouvelles technologies : quels impacts sur l’agriculture et l’agro-alimentaire ? Colloque des 21 et 22 septembre 1988 par S. Bonny et JP. Roubaud.

32- Rives Max, « Les pistes d’avenir grâce aux progrès biologiques » Cultivar, 2000.

33- Thomas Frédéric et Bonneuil Christophe, « La génétique et l’amélioration des plantes à l’Inra : une histoire en contexte », Rapport de recherche pour la direction « Plantes et produits du végétal » de l’Inra. Mars-septembre 2002.

34- Paillotin Guy, « La politique scientifique de l’Inra », Inra Mensuel, octobre 1986, p. 39-40.

35- Baum Rudy M., « Biotech firm fiasco clouds future of gene-altered bacteria tests », C&EN, march 24 1986, p. 17-20.

36- Girardon Jacques, « La bataille des bactéries antigel », Express Science Technologie Santé, n° 2, nov. 1986, p. 6.

37- Service Juridique et du Contentieux, « Mission de M. Alain Deshayes », Note de service n° 87-76 du 5 août 1987

38- Deshayes Alain, Herrera-Estrella Luis, et Caboche Michel, « Liposome-mediated transformation of tobacco mesophyll protoplasts by an Escherichia coli plasmid », EMBO.J., 4, (11), 1985, p. 2731-2737.

39- Lefol Eric, « Etude génétique, agrophysiologique et écophysiologique de plantes de Nicotiana tabacum transgéniques », DAA, INA-PG, 1987.

40- Catroux Gérard et Amarger Noëlle, « Rhizobia as soil inoculants in agriculture », In M.J. Day and J.C. Fry (ed.): Environmental release of genetically engineered and other micro-organisms, Cambridge University Press, 1992, p. 1-13.

41- Service Juridique et du Contentieux, « Commission "Génie Génétique et Environnement" » Instruction n° 87-64 du 18 juin 1987.

42- Legrand Patrick, « L’Inra l’environnement et le génie génétique », Le Courrier de l’environnement, n° 3, janvier 1988.

43- Service juridique et du contentieux, « Commission "Génie génétique et environnement", nomination des membres », Instruction n° 87-94 du 6 octobre 1987.

44- C Lavigne, E Klein, P Vallée, Pierre Jacqueline, B Godelle, Renard Michel, « A pollen dispersal experiment with transgenic oilseed rape. Estimation of the average pollen dispersal of an individual plant within a field », Theor. appl. Gen., 96, 1998, p. 886-896.

45- Darmency Henri, Lefol Eric, Fleury André, « Spontaneous hybridizations between oilseed rape and wild radish », Mol. Ecol., 7, 1998, p. 1467-1473.

46- Deshayes Alain, « Les risques présentés pour l’environnement par les plantes transgéniques », Rapport sur les applications des biotechnologies à l’agriculture et à l’industrie agro-alimentaire. OPECST, Tome II, 1990, Annexes, p. 439-478.

47- Chevallier Daniel, « Les risques présentés pour l’environnement par les plantes transgéniques. Rapport sur les applications des biotechnologies à l’agriculture et à l’industrie agro-alimentaire », OPECST, Tome I, Conclusions du rapporteur, 1990.

48- Service juridique et du contentieux, « La Direction de l’information et de la Valorisation (DIV) est scindée en : Direction de l’information et de la communication (DIC) et Direction de la valorisation et des relations industrielles (DRIV) », Note de service n° 86-118 du 2 décembre 1986.

49- Bezot Pierre, « Agri-Obtention SA, filiale de l’Inra pour la valorisation de variétés » In : Compte Rendu du séminaire du Département de génétique et d’amélioration des plantes, Vaison-la-Romaine, 25-27 octobre 1983, p. 81-102.

50- Collectif, « Biotechnologies ; Structures de Valorisation », Réunion du 11 septembre 1984.

51- Deshayes Alain, Lefort Pierre-Louis et Quillien Jean-François, Création d’une société de biotechnologie végétale : Bioplante, 1986, 22 pages.

52- Herrera-Estrella Luis, Depicker Anne, Van Montagu Marc and Schell Jeff, « Expression of chimaeric genes transferred into plant cells using a Ti-plasmid-derived vector », Nature, 303, 13 may 1983, p. 209-213.

53- Les Echos, « Hœchst et Schering prennent le contrôle de Plant Genetic Systems » n° 17212, 19 Aout 1996, p. 7.

http://www.lesechos.fr/19/08/1996/LesEchos/17212-29-ECH_hoechst-et-schering-prennent-le-controle-de-plant-genetic-systems.htm

54- Devauchel Gérard et Brossard Muriel, « Une opération de valorisation originale pour le système « Baculovirus/cellules d’insecte » : la création d’une société », Inra Mensuel, n° 56, juin 1991, p. 11-12.

55- Poly Jacques, « Une nouvelle charte de développement », Inra, juin 1988.

56- Direction de l’information et de la communication, « Débat autour des expérimentations sur l’évaluation du risque en génie génétique » Inra Mensuel, n° 32, aout-septembre 1987, p. 7-8.

57- Sebillotte Michel, « L’avenir de l’agriculture et le futur de l’Inra », Bilan et Prospectives, Inra, janvier 1993.

58- Paillotin Guy et Chevassus au Louis Bernard, « Inra 2000, nouvelles stratégies », Inra Mensuel, n° 67, février 1993, p. 2-17

59- Paillotin Guy, « La recherche doit déboucher sur une agronomie nouvelle », Interview par J. Magimel, L’information agricole, n° 645, mai 1992, p. 48-50.

60- Paillotin Guy, Archorales INRA, Les métiers de la Recherche, Témoignages 14, 2010, p. 79-108.

61- Libération, « Alerte au soja fou », n° 4806, 1er novembre 1996, Dossier, p. 1-3.

62- Paillotin Guy, « Laissons faire le marché », Libération, 3 décembre 1996.

63- Direction de l’information et de la communication, « Un Comité d’éthique et de précaution à l’Inra », Inra Mensuel, n° 100, Janvier-Mars 1999. Service juridique et du contentieux, Note de Service 98-83 du 24 décembre 1998.

64- Inra, « L’Inra met fin à un essai OGM en plein champ », Communiqué de Presse du 13 juillet 2013.

http://presse.inra.fr/Ressources/Communiques-de-presse/Inra-essai-peupliers-OGM-dans-le-Loiret

65- James Clive, « Les cultures mondiales de semences OGM issues des biotechnologies, ont été multipliées par 100 depuis 1996 », ISAAA press release, 2012. http://www.isaaa.org

66- Armand Manuel, « Limagrain renonce à expérimenter ses maïs transgéniques en France », Le Monde, 20 mai 2008.

67- « BASF va concentrer ses activités biotechnologiques végétales sur les principaux marchés d’Amérique du Nord et du Sud », Communiqué de Presse, 16 janvier 2012.

68- Garric Audrey, « Monsanto recule sur les OGM en Europe », Le Monde, 18 juillet 2013.

69- Rivière-Wekstein Gilles, « La recherche française délocalisée », Agriculture Environnement, 18 juin 2013.

http://www.agriculture-environnement.fr/actualites,12/la-recherche-francaise-delocalisee,876.html

70- Debourdeau Ariane, Les grands textes fondateurs de l’écologie, Flamarion, Paris, 2013, Champs classiques. Pour une analyse de ce livre et pour trouver plus d’informations sur les penseurs de l’écologie, consulter le site grands textes de l’écologie et http://biosphere.ouvaton.org/

71- Deshayes Alain, Humanisme, biotechnologie et éthique de la science, 2003. http://www7.inra.fr/dpenv/p-rotili03.htm

72- Meadows Donella H., Meadows Dennis L., Randers Jorgen et Berehens III William W., « The limit to growth », Rapport sur les limites de la croissance, Fayard, 1973. Voir aussi : Donella Meadows, Jorgen Randers and Dennis Meadows, Synopsis, Limits to growth, The 30-years Update, 1972, et 1972-2012 : le Club de Rome persiste et signe : http://www.dedefensa.org/article-1972-2012_le_club_de_rome_persiste_et_signe_06_04_2012.html

73- Conférence des Nations unies sur l’environnement, « Déclaration de Stockholm » 5-16 juin 1972.

74- Jonas Hans, Das Prinzip Verantwortung, Insel Verlag, Frankfurt a. M., 1979. Pour la traduction française : H. Jonas, Le principe de responsabilité, Les Éditions du Cerf, 1990.

75- Naess Arne, Ecology, community and life style: outline of an ecosophy, Cambridge University Press, 1976. (1971 pour l’édition norvégienne). Pour la traduction française : Arne Naes, Écologie, communauté et style de vie, Éditions MF, collection « Dehors », 2009.

76- Pisani Edgard, « Versailles : A une assemblée de Chercheurs », In : Un vieil homme et la terre. Neuf milliards d’êtres à nourrir. La nature et les sociétés rurales à sauvegarder, L’histoire immédiate, Ed. Seuil, 2004, p. 189-199.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Deshayes, « Biologie moléculaire et biotechnologie dans les recherches végétales à l’Inra 1979-1996 », Histoire de la recherche contemporaine, Tome III - N°2 | 2014, 137-153.

Référence électronique

Alain Deshayes, « Biologie moléculaire et biotechnologie dans les recherches végétales à l’Inra 1979-1996 », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome III - N°2 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2016, consulté le 24 juin 2017. URL : http://hrc.revues.org/812 ; DOI : 10.4000/hrc.812

Haut de page

Auteur

Alain Deshayes

Ingénieur agronome et ancien directeur de recherche à l’Inra. Adjoint au directeur scientifique des productions végétales de 1986 à 1993. Après une année à la direction des stratégies industrielles au ministère de l’Industrie, rejoint la R&D d’un grand groupe de l’agroalimentaire.

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org