Navigation – Plan du site
Dossier:un parcours dans les mondes de la recherche agronomique. L'Inra et le Cirad

La recherche agronomique française dans la crise de la rationalité des années soixante-dix : terrains et objets d’émergence de la « systémique agraire »

La recherche agronomique française se trouve à une croisée des chemins dans les années soixante-dix, entre réponse au défi réductionniste de la recherche fondamentale sur le vivant et refondation d’une expertise intégrative sur les processus de production, qui fait de l’Inra un observatoire particulièrement intéressant de la remise en cause de la linéarité et du caractère univoque du « progrès » scientifique dans son rapport au développement.
French agricultural research in the crisis of scientific rationality of the 1970s: fields and issues for the emergence of « agrarian systemics »
Pierre Cornu
p. 154-166

Résumés

Engagé dans la révolution agricole de l’après-1945 par son statut d’organisme de recherche rattaché au ministère de l’Agriculture, l’Inra reçoit de manière très précoce des signaux sur les contradictions et les dysfonctionnements de la vulgarisation du « progrès » scientifique et technique par ses chercheurs de terrain, mais également par les formateurs et conseillers en charge de la pédagogie de la modernité. Ainsi, peu à peu, des interrogations se font jour, des expériences sont échangées, des programmes pluridisciplinaires sont investis, qui mûrissent une réponse holiste aux lacunes du réductionnisme dominant, et qui aboutissent, dans les années soixante-dix, à la formulation d’une « systémique agraire » qui obtient la consécration d’un département de recherche à part entière en 1979, forme originale d’internalisation d’une dissidence épistémologique répondant à la crise de la recherche appliquée.

Haut de page

Texte intégral

  • 2 Bonneuil Christophe et Thomas Frédéric, Gènes, pouvoirs et profits, recherche publique et régimes d (...)
  • 3 Chatriot Alain et Duclert Vincent, « Fonder une politique de recherche : les débuts de la DGRST », (...)
  • 4 Travail fondé sur notre étude : Cornu Pierre, La passion naturaliste. Trois études d'anthropologie (...)

1Les chercheurs de l’Inra les plus directement impliqués dans la relation avec les acteurs de la « révolution silencieuse » de l’agriculture française dans l’après-1945 se trouvent confrontés, après une période d’euphorie finalement assez brève, aux limites économiques, sociales et environnementales du modèle productiviste et doivent, dès lors, affronter un dilemme entre course à l’excellence académique, dans une soumission au paradigme réductionniste dominant, et relégitimation de leur mission d’assistance aux acteurs de la production, dans une conception finalisée et nécessairement plus holistique de la recherche2. De fait, ces années charnières sont animées par des débats scientifiques internes particulièrement vifs et par des expériences novatrices qui remettent en cause, de manière profonde, la division du travail scientifique et la voie descendante de production de l’innovation, notamment à partir des terrains et objets impliquant une large pluridisciplinarité. Les recherches menées à partir des années soixante au sein du Service d’expérimentation et d’information de l’Inra (SEI), au contact de l’enseignement supérieur agronomique (à l’Institut national agronomique de Paris, INA, mais également à l’École nationale supérieure des sciences agronomiques appliquées de Dijon, ENSSAA) ou encore dans le cadre de la Délégation générale à la recherche scientifique et technique (DGRST)3, puis dans les programmes pluridisciplinaires du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), permettent ainsi l’incubation et l’affirmation d’une pratique renouvelée de la recherche agronomique, en résonance avec les inquiétudes de cette période singulière. C’est à en restituer l’univers de sens, la dynamique scientifique originale et les formes de structuration institutionnelle, que nous voudrions consacrer cette étude4.

  • 5 Tirel Jean-Claude, Il était une fois l'Inra, Paris, Inra éditions, 1996, 22 p. ; Cranney Jean, Inra (...)
  • 6 15 tomes parus depuis les premières enquêtes en 1995, disponibles en version numérique à l'adresse (...)
  • 7 Parmi tous les chercheurs, techniciens et personnels administratifs de cette période que nous avons (...)

2Pour ce faire, il convient toutefois d’identifier le matériau documentaire adéquat, tâche difficile dans un univers scientifique qui n’a que tardivement pris conscience de l’intérêt d’une mémoire de sa propre dynamique de développement scientifique. En-deçà d’une histoire institutionnelle ou académique de l’Inra à peu près balisée5, nous aurons recours aux archives des unités et des départements de recherche, et aux témoignages rassemblés dans la base Archorales6 ou collectés en complément7, pour tenter de reconstituer le contexte propre de ces années soixante-dix et quatre-vingt et les conditions d’émergence d’une approche systémique de l’agronomie, dont les héritages sont particulièrement sollicités, mais pas forcément bien identifiés, par exemple dans la tentative actuelle de constitution d’une « agro-écologie » à la fois fondamentale et opératoire.

L’Inra dans la crise de la « vulgarisation du progrès agricole »

  • 8 Nous utilisons ici cette notion dans la définition très opérationnelle qu'elle prend dans cette pér (...)
  • 9 Béranger Claude, « Les représentations de la prairie dans la pensée agronomique du XXe siècle », Co (...)

3La recherche agronomique française s’est développée dans les années d’après-guerre dans un idéal d’appui au « développement »8, en parfaite cohérence avec une politique agricole nationale, puis européenne, fondée sur le transfert descendant de pratiques rationalisées et normalisées de conduite des productions végétales et animales. Comme l’écrira Claude Béranger dans un retour très bien documenté sur sa propre expérience de recherche et de développement9, « dans le contexte de cette période, la diversité est ennemie de la connaissance et de l’efficacité. Il faut l’éliminer, simplifier pour comprendre, mesurer, maîtriser, agir efficacement, enseigner et conseiller. (…) C’est le modèle industriel de l’ingénieur qui est alors dominant, universel et transposable ».

  • 10 Colson François, « Le développement agricole face à la diversité de l'agriculture française », dans (...)
  • 11 Le service d'expérimentation et d'information 1964-1974, Versailles, 1974, 272 p.

4Toutefois, les ambitions affirmées des organismes professionnels sur l’innovation technique, les enjeux de la sélection du bétail ou la production des semences, imposent à l’Inra de repenser le périmètre de son action au lendemain des Lois d’orientation agricole de 1960 et 1962. Établissement sous tutelle du ministère de l’Agriculture, celui-ci ne saurait, en effet, contester les prérogatives d’instances professionnelles installées dans une cogestion de fait des questions agricoles10. Ainsi, la Loi de finances de 1964 supprime la Section d’application de la recherche à la vulgarisation (SARV) et crée en remplacement un assez modeste Service d’expérimentation et d’information (SEI), intégralement rattaché à l’Inra, sous la direction scientifique de Jean Rebischung, chercheur en amélioration des plantes en prise avec les enjeux de la révolution fourragère. De fait, ce service ne garde qu’une partie des ingénieurs de la SARV, les autres étant reversés dans les sections techniques du ministère de l’Agriculture. C’est donc une structure qui ne compte, en tout et pour tout, que trois cadres scientifiques qui se voit chargée d’assurer l’interface entre le laboratoire et le champ11, le Département d’élevage de l’Inra gardant la main sur ses propres pratiques de vulgarisation.

  • 12 Recherche coopérative sur programme du CNRS, impulsée par Georges Henri Rivière et animée par Corne (...)

5à l’Institut national agronomique de Paris, l’heure est également à l’invention d’un nouveau modèle au début des années soixante, avec le travail de fond réalisé par Michel Sebillotte, assistant de Stéphane Hénin (tout comme l’était Jean-Pierre Deffontaines, passé ensuite au SEI), pour refonder l’agronomie comme science de la parcelle, du travail du sol et de la conduite des cultures, contre la division du travail scientifique en sous-spécialités incompréhensibles pour l’exploitant. Mais il faudra une décennie d’efforts à Michel Sebillotte pour conquérir, en 1978, la chaire d’agriculture de l’école et en faire, sous le nom de chaire d’agronomie, le lieu central d’une relégitimation de l’expertise savante sur le « champ cultivé ». À Jouy-en-Josas, la génétique animale, de son côté, s’affirme comme le lieu stratégique de la refonte du cheptel français, maîtrisant à la fois la pratique du laboratoire et de la statistique, la fréquentation des étables et celle des cabinets ministériels, contribuant de manière décisive à la rédaction, puis à la mise en œuvre de la Loi sur l’élevage de 1966. Mais c’est de manière invisible que les chercheurs de ce département sont travaillés par le doute sur l’impact de la standardisation des cheptels à laquelle ils ont si efficacement travaillé, méditant l’exemple de l’Aubrac où, entre 1964 et 1966, à l’instar de Bertrand Vissac et de Claude Béranger, ils ont découvert la problématique des races rustiques et des voies locales du développement12.

6De fait, c’est principalement dans l’expérience du conseil que les agronomes français touchent du doigt, dès la fin des années soixante, les fragilités et les échecs de la révolution agricole, auprès d’une population d’exploitants familiaux qui, malgré leur adhésion sincère au « progrès », commencent à s’inquiéter de ne jamais trouver dans le processus de modernisation un point d’équilibre qui justifierait leurs sacrifices. Trop d’exploitations, trop de régions agricoles, résistent à l’introduction des « paquets techniques » prescrits par la recherche et l’industrie ou sont en situation d’échec après avoir tenté de les introduire. L’innovation doit être repensée, diagnostiquent Pierre-Louis Osty, du Service d’expérimentation et d’information de l’Inra, et les micro-économistes Michel Petit et Jacques Brossier, de l’ENSSAA de Dijon.

  • 13 C'est ce dernier qui pilote la valorisation scientifique du travail du groupe. Gras Raymond et alii (...)

7C’est à l’initiative de Stéphane Hénin que se constitue, en 1969, un groupe de recherches appelé « Analyse et synthèse », animé par Jean-Pierre Deffontaines et ses collaborateurs du SEI, mais également par Raymond Gras du Département d’agronomie13, et que l’on peut analyser comme l’un des lieux de maturation d’une contestation sur le fond de la rationalité industrielle taylorienne appliquée à l’agriculture. L’idée première du groupe est, certes, de former des agronomes de terrain et de fournir des synthèses aux acteurs professionnels mais, en dépassant cette utilité immédiate par une finalité scientifique plus exigeante, nourrie par la conviction qu’il n’y a pas de savoir agronomique possible sans prise en compte du contexte global dans lequel s’opèrent les choix de cultures. La posture peut sembler conservatrice, fidèle à l’agronomie savante héritée du XIXe siècle. Elle est de fait résiliente, cherchant à faire valoir la pertinence inentamée de l’échelle de travail de l’agronome, la parcelle, avec la technique simple et efficace du « profil cultural » mise au point par Stéphane Hénin ; et surtout, à mettre en lumière les possibilités latentes dans les paysages agraires que les économistes ne voient pas ou ne veulent pas voir, par exemple sur les terrains de parcours.

  • 14 Poly Jacques, Pour une agriculture plus économe et plus autonome, Paris, Inra, 1978.

8En 1977, Jean Rebischung meurt brutalement, laissant le SEI sans chef. La direction de l’Inra est alors elle-même en transition entre Raymond Février et Jacques Poly, et se trouve en pleine remise en cause de son propre paradigme, sous l’effet notamment de la prise de conscience des dégâts sociaux et environnementaux du productivisme et de l’entrée dans la crise énergétique et industrielle. Le généticien Jacques Poly, étoile montante de l’Inra depuis sa contribution de spécialiste des ovins à la Loi sur l’élevage de 1966, voit dans le bouillonnement de ces années à la fois le risque d’une remise en cause, et l’occasion d’une révision du métier d’agronome et d’un repositionnement d’une recherche publique malmenée par les arbitrages budgétaires de la présidence Giscard d’Estaing. C’est ainsi qu’il se lance, en 1975, dans la concertation, puis dans la rédaction d’un rapport intitulé Pour une agriculture plus économe et plus autonome14. Se rapprochant de Michel Sebillotte et de Stéphane Hénin, qui commencent eux aussi à considérer d’un œil critique les aberrations du modèle intensif, notamment dans sa gestion de l’eau, et s’appuyant sur les travaux et rapports jusqu’alors négligés des chercheurs investis sur des terrains « marginaux », Jacques Poly tire la sonnette d’alarme sur le caractère incontrôlable et potentiellement aliénant du processus dans lequel est prise l’agriculture nationale. Produire ne suffit plus : le faire de manière compétitive est désormais indispensable, requérant une recherche beaucoup plus fine sur les processus à l’œuvre.

  • 15 Cité dans : Grison Pierre, Déclaration d'intention de l'unité de concertation sur l'écodéveloppemen (...)

9Il y a donc bien, dans cette période de crise des économies industrialisées et de la consommation fordiste, une atmosphère favorable à une remise à plat de la définition du « progrès », au nom d’une éthique ingénieriale qui n’a pas encore rencontré l’écologie ni la sociologie des « dominés », et qui n’est pas exempte de contradictions sur ses propres héritages et sur son rapport à la pratique, mais qui présente des prédispositions manifestes à une nouvelle approche interdisciplinaire. « A-t-on donné assez de poids aux recherches sur les zones en voie de marginalisation ? », s’interroge Jacques Poly en mars 1979. Et d’ajouter : « Nous n’avons peut-être pas une problématique de recherche suffisamment adaptée à ces zones difficiles qui cumulent tous les inconvénients du développement... »15

  • 16 Inra / ENSSAA, Conditions du choix des techniques de production et évolution des exploitations agri (...)

10Bertrand Vissac, chef du Département de génétique animale et homme de confiance de Jacques Poly depuis leur collaboration dans la préparation de la Loi sur l’élevage, est lui-même en pleine introspection, amené à rejeter brutalement le modèle de sélection du cheptel bovin qu’il avait porté jusqu’alors, pour se tourner vers les territoires et les pratiques marginales - le Massif central de son enfance, la Corse qu’il découvre... - provoquant de la sorte un véritable schisme interne dans la recherche en génétique, notamment avec Robert Jarrige, qui règne depuis Clermont-Ferrand sur l’étude de l’élevage et de l’alimentation des herbivores et qui se refuse à confondre les problèmes technoscientifiques de l’amélioration des productions animales avec les difficultés sociales d’une partie du monde de l’élevage. L’équipe pluridisciplinaire, rassemblée autour de Jean-Pierre Deffontaines, Pierre-Louis Osty et des économistes et zootechniciens de l’ENSSAA sur le piedmont sud des Vosges, dans la même période,16 aboutit à une pensée critique similaire, à savoir le besoin de refonder l’approche scientifique des questions agricoles par une attention à la fois aux paysages et aux acteurs, plaçant l’agronome, non plus en position d’expert et de prescripteur, mais d’observateur et d’accompagnateur des rationalités à l’œuvre.

11Par mille canaux, directs et indirects, incluant notamment l’influence directe et indirecte des recherches menées dans les « Suds » nouvellement décolonisés, les conceptions holistiques du savoir, les défis nouveaux de la génétique, les intuitions des pères de la cybernétique, des penseurs du fait technique et des sciences cognitives, viennent ainsi nourrir la réflexion d’une génération de chercheurs travaillés par une anxiété profonde, aussi bien sur le devenir de leur objet de recherche que sur leur propre manière de chercher et de « dire la science ». Une épistémologie nouvelle est en quête d’acteurs, qui va se cristalliser autour de l’idée systémique, et chercher à s’enter dans la culture et l’ethos singuliers du monde des ingénieurs agronomes.

Le temps de l’introspection : la Commission Bouchet au travail

  • 17 La commission, officiellement installée en avril 1977 sous la direction de l'inspecteur général de (...)

12Pour la direction de l’Inra, le moment est donc venu de remettre à plat la vulgarisation agronomique, et notamment le rôle des domaines expérimentaux rattachés au SEI, jugés coûteux et peu adaptés aux besoins de la profession agricole en termes d’expériences et de transfert, mais convoités par les département de recherche pour y développer leurs projets, et fort utiles, à l’occasion, pour leur fonction de vitrine de l’Institut. Un groupe de réflexion stratégique, le comité « Recherche et développement », demeuré dans les mémoires sous le nom de « Commission Bouchet »17, est ainsi constitué dans le but avoué de restructurer ce qu’il reste de la vulgarisation à l’Inra et, dans une période budgétaire peu favorable aux ambitions de l’Établissement, de satisfaire à moyens constants les besoins des différentes composantes de la maison.

  • 18 Béranger Claude, Archorales, vol. 8, p. 30.

13La Commission travaille sérieusement, lit et consulte beaucoup, même si, d’après les souvenirs de Claude Béranger18, les acteurs du développement et les représentants de la « profession » n’ont pas pris une place importante dans les débats qu’elle a initiés. Le fait n’est pas nouveau : les organisations syndicales notamment, mais également les instituts techniques, ont du mal à comprendre la politique scientifique de l’Inra et à développer des synergies avec ce dernier. Malgré tout, les consultations faites auprès des organisations professionnelles et des chambres d’agriculture sont encourageantes : loin de vouloir interdire à la recherche publique l’accès au développement, les responsables interrogés par la Commission se déclarent intéressés à la création de groupes pluridisciplinaires au niveau régional, et pourquoi pas à une implication de l’Inra dans le développement local. La décentralisation est dans l’air du temps.

  • 19 Réflexions et propositions du groupe « Recherche et développement », Rapport interne, juin 1978, 55 (...)

14Le rapport final de la Commission, remis à la direction de l’Institut en juin 197819, permet de se faire une idée assez précise des débats et des décisions. Et si le mot-clé de ce rapport d’orientation, avec l’idée d’un « pari » sur l’avenir de la recherche agronomique, n’apparaît qu’à la page 22 (entre guillemets et anonymement attribué à « des membres du groupe »), c’est bien ce concept qui nous semble guider l’ensemble de la démarche. Un pari pascalien, en quelque sorte, réalisé à une date où il est déjà certain que le modèle productiviste ne pourra être reconduit sans sérieux amendements, mais où l’incertitude est encore très grande sur les lieux d’où surgiront les formes de régénération de l’agriculture. De fait, la scientificité dans son acception positiviste ne peut plus servir de boussole unique, tout simplement parce que les coordonnées de l’horizon à atteindre sont devenues incertaines. Il faut donc mettre plusieurs fers au feu, c’est-à-dire tolérer, sinon encourager, les démarches hétérodoxes plus ou moins liées à l’émergence du constructivisme.

15Ainsi, c’est la figure héroïque de l’ingénieur qui se trouve comme écartelée, entre un horizon de la scientificité inatteignable, et un basculement dans l’encadrement de la rationalisation économique qui ne correspond pas à l’éthique du service à l’agriculture nationale qui imprègne ce monde social. Jacques Poly, d’une certaine manière, incarne cette contradiction dans le dualisme de sa politique scientifique et institutionnelle. La main gauche, les vieilles montagnes, les amitiés, l’intuition, tout cela lui fait regarder l’hétérodoxie avec bienveillance. Tout le reste - et le reste, c’est l’essentiel -, doit aller à la « science normale ».

  • 20 Jacob François, La logique du vivant, une histoire de l'hérédité, Paris, Gallimard, 1970.
  • 21 Béranger Claude, Réflexions sur le SEI, juin 1974, 1 p. dactyl, Archives Inra Alénya.

16Le fait que la question de la pluridisciplinarité à l’Inra soit abordée dans le cadre d’une remise à plat de la vulgarisation indique d’ailleurs les limites du débat : on ne saurait remettre en cause la spécialisation disciplinaire dans la partie amont de la recherche, vitale pour la course à l’excellence scientifique et pour la compétitivité de l’agriculture nationale. Au reste, personne ne conteste le besoin de répondre au défi de la génétique et aux écrits séminaux de François Jacob20. L’idée que la pluridisciplinarité pourrait permettre de retrouver un discours synthétique sans sacrifier la scientificité constitue de fait une clé de compréhension de la nouvelle stratégie de l’Institut. À la fin des années soixante-dix, toutefois, ce n’est qu’une poignée de francs-tireurs engagés dans les programmes de recherche de la DGRST, ou encore un Claude Béranger, plaidant dès 1974 pour une accentuation de la logique pluridisciplinaire des travaux du SEI21, qui sont en pointe dans la demande d’extension et de valorisation de la pluridisciplinarité, voyant en celle-ci non une simple juxtaposition temporaire de compétences, mais bel et bien un principe épistémologique fort.

  • 22 Deffontaines Jean-Pierre et Osty Pierre-Louis, « Des systèmes de production agricole aux systèmes a (...)

17Du côté du Département économie et sociologie rurales (ESR), on trouve certes des chercheurs ouverts à la pluridisciplinarité également, à l’exemple d’André Brun, engagé dans des recherches avec les forestiers comme avec les agronomes du SEI, ou de François Labouesse qui, depuis Montpellier, propose en 1977 ses Réflexions sur le rôle, la place, les conditions de recherches à caractère synthétique à l’Inra. Mais les économistes, notamment, rechignent à se mettre « au service » des sciences biotechniques et préfèrent se concentrer sur la compétition au sein de leur propre monde académique et sur les enjeux macro-économiques de l’intégration européenne. C’est donc au sein du SEI et auprès de ses partenaires de l’enseignement agricole et agronomique que les expériences transversales vont le plus loin, particulièrement autour de Jean-Pierre Deffontaines et de Pierre-Louis Osty, très engagés dans les programmes pluridisciplinaires de l’époque, en Ardèche, en Aunis, sur les grands Causses, en Corse, puis dans les Vosges - aux marges, donc, des espaces de grandes cultures. En tant que membre de la commission Bouchet, le premier est d’ailleurs en mesure de peser directement sur la définition du département de recherche en projet, s’appuyant pour cela sur ses propres publications, principalement un article co-écrit avec Pierre-Louis Osty en 1977 pour la revue L’Espace géographique : « Des systèmes de production agricole aux systèmes agraires »22, qui préfigure la conception de l’innovation et du dialogue avec les acteurs qui prévaudront dans le futur département « Systèmes agraires et développement ».

  • 23 Osty Pierre-Louis, « L'exploitation agricole vue comme un système. Diffusion de l'innovation et con (...)
  • 24 Idem, p. 43.
  • 25 Pays, paysans, paysages dans les Vosges du sud, Paris, Inra, 1977.
  • 26 Osty Pierre-Louis, « L'exploitation agricole vue comme un système... », p. 44.

18Pour Pierre-Louis Osty, agronome originaire de Lozère et stagiaire à l’époque de l’enquête Aubrac, l’année 1978 est celle du passage des expériences de terrain et de dialogue avec les acteurs à la formalisation théorique, avec deux textes importants. Tout d’abord, un article, bref mais dense, sur « L’exploitation agricole vue comme un système »23, qui reprend une communication faite devant la Société française d’économie rurale à l’automne 1976, enrichie d’échanges avec les techniciens agricoles en formation au centre de l’Association permanente des chambres d’agriculture (APCA) de Trie-Château, et qui propose une refonte radicale de l’approche de l’exploitation dans le contexte de la crise de la diffusion de l’innovation. Établissant le constat de l’échec des méthodes réductionnistes à rendre compte du fonctionnement de l’exploitation, « fait d’équilibres imbriqués, toujours précaires et évolutifs », l’auteur propose de « considérer d’abord l’ensemble avant d’étudier à fond les parties que l’on sait aborder »24. Nourri par le travail de terrain réalisé dans le canton de Rambervilliers par les chercheurs du SEI et de l’ENSSAA, prolongé par un programme de la DGRST dans les Vosges, dont les travaux sont synthétisés dans une publication majeure en 1977 et connaissent une réception très positive25, Pierre-Louis Osty propose d’orienter l’agronomie vers une approche systémique, d’oser prendre pour objet le « système famille exploitation »26, en accordant une attention toute particulière à l’articulation des fonctions au sein de l’exploitation, ainsi qu’aux individus et à leurs projets. La thèse est audacieuse dans sa tentative de réhabilitation d’une approche holiste du développement agricole, qui a toutes les chances de passer pour une agromanie dépassée aux yeux des tenants du réductionnisme. Mais elle vaut surtout par les références et les alliances qu’elle mobilise, que ce soit par les noms associés à la publication de l’article ou par ceux cités en références, entre autres de membres de l’enseignement supérieur agricole, comme Jean-Henri Teissier, Joseph Bonnemaire et Michel Petit, tous trois en poste à l’ENSSAA de Dijon. Les enseignants sont en effet directement confrontés à la complexité du développement agricole et à la pertinence des modèles d’analyse qu’ils transmettent à leurs étudiants. La systémique, d’une certaine manière, c’est le désordre de l’objet qui subvertit l’ordre du laboratoire, et lui impose sa propre logique, à la fois biologique et sociale, avec la technique comme charnière et, déjà, une pensée très aboutie du « comportement adaptatif », qui commence à s’ouvrir aussi bien vers l’ethnologie que vers la psychologie du travail.

  • 27 Osty Pierre-Louis, Pour une structure de recherches interdisciplinaires sur l'activité agricole, sl (...)
  • 28 Osty Pierre-Louis, Pour une structure..., p. 1. Souligné par l'auteur.
  • 29 Une histoire des débuts du Département économie et sociologie rurale de l'Inra révélerait sans dout (...)
  • 30 Idem, p. 2.

19Le second texte de Pierre-Louis Osty, daté de 1978 toujours, constitue un prolongement « politique » de son texte épistémologique, proposant à l’intention des membres de la Commission Bouchet27 une esquisse de restructuration de la recherche sur l’activité agricole, qui s’inscrit clairement dans une stratégie de combat pour élargir l’espace de la dissidence anti-réductionniste à l’Inra. Avec, en caution du texte, les noms de Raymond Février et de Jacques Poly, dont les analyses sur le changement de contexte économique valideraient, aux yeux de l’auteur, un changement de ligne politique. « Moins que jamais, en France, on ne peut parler d’une agriculture »28, affirme Pierre-Louis Osty en constat liminaire. Mais dans ce « moins que jamais », il y a l’idée d’une dynamique exactement inverse de celle pronostiquée par la rationalité dominante : l’exploitation n’avance pas vers le modèle de la firme, tout au contraire, elle renforce son identité hétérodoxe dans le paysage économique global, mettant en défaut la conception descendante de l’aide technique. Économistes libéraux et marxistes orthodoxes sont renvoyés dos-à-dos29 : tous négligent le facteur humain, non pas compris dans sa réalité sociologique, mais systémique. Et la recherche agronomique publique elle-même est dénoncée pour ses choix erronés et son obsession de la synthèse, « mot passe partout » sans validité scientifique. Ainsi, « l’’activité agricole’ désigne ce qui apparaît comme un ’creux’ d’ampleur croissante dans le champ des objets de recherche de l’Inra »30.

20Le constat est assurément sévère, et paradoxal sous la plume d’un agronome convaincu de sa mission et à la loyauté institutionnelle incontestable. Si l’on prend en compte toutefois le parcours d’ensemble de Pierre-Louis Osty, on ne peut que constater la permanence du souci d’une recherche au service de l’univers de l’exploitation familiale, partagé au reste par bien des ingénieurs et chercheurs de l’Institut, que cette vocation leur soit venue de leurs origines familiales, d’une expérience de terrain dans les régions en marge de la « révolution silencieuse » ou encore d’un séjour plus ou moins prolongé dans les Suds post-coloniaux. Ainsi, dire que l’Institut « oublie » l’activité agricole, ce n’est pas s’en démarquer, c’est vouloir qu’il soit autre. C’est même, plus justement encore, affirmer que le cœur du « véritable Inra » ne résiderait pas dans les départements de « présynthèse » qui, pour certains, notamment sur les questions animales, mais également d’amélioration des plantes cultivées, commencent à s’engager dans la course à l’excellence académique, mais qu’il se trouverait dans l’espace des praticiens obstinés d’une science au ras du sol et à l’échelle de l’agriculteur, du troupeau et du champ cultivé.

  • 31 Sebillotte Michel, « Agronomie et agriculture. Essai d'analyse des tâches de l'agronome », dans Cah (...)
  • 32 Piaget Jean (dir.), Logique et connaissance scientifique, Paris, Gallimard, Encyclopédie de la Pléi (...)

21« Comment comprendre le rôle de l’agronomie dans la croissance d’une exploitation agricole si l’on ne fait pas appel aux autres disciplines pour étudier son histoire et peser à chaque instant le poids des divers facteurs synchroniquement et diachroniquement ? Comment juger de la possibilité d’application des solutions techniques sans une confrontation avec les psycho-sociologues ? Or, c’est pour avoir négligé cet aspect que de nombreux progrès techniques ne sont guère utilisés par les agriculteurs », écrivait déjà Michel Sebillotte dans un article fondateur de 197431, nourri lui aussi de la fréquentation des travaux et des expériences pédagogiques de l’équipe de l’ENSSAA de Dijon, auxquels il cherche à donner une assise scientifique renouvelée, en s’inspirant notamment de l’épistémologie de Jean Piaget32.

22Dans la connivence comme dans la concurrence, c’est de fait un style scientifique nouveau qui se trouve en gestation dans ces années soixante-dix, dans une nébuleuse qui joint l’Institut national agronomique de Paris-Grignon (INA-PG), Versailles, Dijon et quelques domaines de l’Inra comme Mirecourt en Lorraine. Et l’on mesure l’étroite imbrication entre éthique et heuristique de cette agronomie systémique en devenir, dans l’attention privilégiée de ces acteurs de la recherche pour le « fait technique » comme point nodal de la compréhension de l’exploitation raisonnée du vivant, dans son double rapport à l’espace et à la durée, et comme lieu de confrontation des pratiques de recherche des sciences biotechniques d’une part, et des sciences sociales d’autre part – avec les références hétérodoxes assumées au géographe Georges Bertrand, au sociologue Marcel Jollivet, au biométricien Jean-Marie Legay, à l’anthropologue André Leroi-Gourhan ou encore à l’ethnobotaniste André-Georges Haudricourt...

  • 33 Osty Pierre-Louis, Pour une structure..., p. 14.
  • 34 Vissac Bertrand, Le Département de recherches sur les systèmes agraires et le développement (SAD), (...)

23Ainsi donc, cette intuition de la pertinence d’un renversement holiste de la recherche agronomique, Jean-Pierre Deffontaines l’a explorée dans ses analyses paysagères, les enseignants-chercheurs de l’INA-PG s’en sont emparés pour donner une centralité nouvelle à la discipline agronomique, Bertrand Vissac en nourrit son entreprise de réécriture de la dynamique des sociétés rurales par la systémique, et Pierre-Louis Osty tente d’en formuler le « programme fort » : les convergences sont évidentes, malgré les différences, parfois les oppositions de caractères. Un idéal pluridisciplinaire défendu avec enthousiasme, mais non sans lucidité : « les sciences humaines sont englobantes », prévient Pierre-Louis Osty, et il est donc normal que les « techniciens » en craignent « l’hégémonie »33. Bertrand Vissac ne dit pas autre chose lorsque, appelant à l’interdisciplinarité la plus large pour l’étude des systèmes agraires, il distingue soigneusement les apports des historiens et des géographes d’une part, utiles et éclairants certes, de la contribution propre de l’agronome d’autre part, le « plus apte » à saisir dans le même temps les « bases biologiques et socio-culturelles » des systèmes34. Il saura défendre ce point de vue « agro-centré » et somme toute très ingénierial dans sa direction du nouveau département à partir de 1980.

  • 35 Avant-projet de rapport, 17 mai 1978, p. 3. Archives Inra Alénya.

24En cohérence avec ces prises de position pionnières, l’argumentaire du rapport de la Commission Bouchet est particulièrement clair sur l’exigence de complémentarité des discours scientifiques : « L’agriculteur est un décideur (technique et économique) quotidien, confronté à de multiples paramètres pour réaliser son projet. Ces paramètres très variés (physiques, biologiques, techniques, socio-économiques...) concernent aussi bien son exploitation que ceux relatifs à ses relations avec son environnement plus ou moins lointain (région, nation). L’innovation, même établie, constitue un élément perturbateur dans les interactions entre ces paramètres. La conséquence essentielle pour le groupe est que la réussite de l’introduction d’une novation passe obligatoirement par la mise en œuvre de connaissances pluridisciplinaires et fait intervenir ’l’homme décideur’ comme unité de base »35.

  • 36 Rapport final, p. 22.
  • 37 Cette « vigie scientifique » ne sera jamais créée, au grand regret de Bertrand Vissac.

25D’une certaine manière, l’architecture du projet final de la commission correspond à une tentative d’internaliser les acquis des expériences pluridisciplinaires et pluri-institutionnelles des années soixante et soixante-dix, en faisant en sorte que l’Inra soit en mesure d’assumer la totalité de tels programmes, tout en évitant de reproduire les erreurs des expériences pionnières : « thèmes hétéroclites, absence de priorités, méthodologies trop marquées par une discipline, manque de moyens humains et matériels »36. Ainsi, la proposition de créer une Commission des recherches intégrées en vue du développement (CRID)37, avec un pari sur la mobilisation de chercheurs « double-appartenants », à la fois au cœur du dispositif réductionniste et capables de penser la recherche en termes stratégiques larges, ressemble assez à une réduction interne de la DGRST elle-même ; avec l’ambition affichée de contrôler la mise en forme scientifique de la demande sociale et de préempter, avant délégation aux départements de recherche, les enjeux de connaissance – et les occasions de financement - susceptibles d’intéresser l’organisme. Quant au nouveau « Département de recherche sur les systèmes agricoles », il doit permettre de pérenniser les acquis des participations des chercheurs de la maison-mère aux chantiers régionaux d’accompagnement de la politique des structures issue des lois Pisani-Debré de 1960 et 1962.

  • 38 Rapport de la Commission Bouchet, 1978, p. 8.
  • 39 Grison Pierre, L'unité de concertation sur l'écodéveloppement, mai 1977, document dactylographié, 1 (...)

26Au total, on doit reconnaître l’importance et l’ouverture d’esprit du travail accompli par la Commission Bouchet, preuve incontestable de la vitalité de la recherche agronomique et de la résonance sociale et politique très forte de ses productions. Au reste, le rapport réaffirme des principes qui ne valent pas seulement pour le nouveau département envisagé : l’Inra est au service de l’agriculture française dans la complexité de ses héritages et de ses formes d’intégration à la modernité, et ses signataires s’inscrivent explicitement dans une « perspective anti-Mansholt »38. Contre le modèle dominant d’une spécialisation à outrance et d’un abandon des espaces contraints, le rapport fait siens les objectifs défendus par l’écologue Pierre Grison dans son rapport sur l’unité d’Écodéveloppement en 1977 : défendre et promouvoir un « développement harmonieux de l’ensemble de l’espace national »39. En légitimant le concept de « système agraire », on admet de fait l’échec de la liquidation de ce qu’il représente - ou du moins, le besoin d’en requalifier le sens pour la part du territoire et de l’agriculture nationale qui ont de « bonnes raisons » de refuser le fordisme aux champs.

Le département « Systèmes agraires et développement » (SAD) sur les fonts baptismaux

27Une fois le rapport de la Commission Bouchet publié et approuvé par la direction de l’Inra, les perspectives sont assez claires : il faut constituer, doter et orienter le nouveau département, et prolonger les consultations sur le projet de création de la CRID, bien moins abouti que le précédent, et surtout privé de porteur motivé. On ne saurait toutefois analyser cette phase sans tenir compte du contexte de tensions croissantes au sein de l’Institut, consécutives à une série d’arbitrages budgétaires décevants et au projet gouvernemental de le transformer en « établissement public à caractère industriel et commercial » (Epic), dans une négation de ses aspirations académiques, jugée humiliante par une partie des cadres scientifiques. Dès lors, Jacques Poly est obligé de mener une politique délicate d’arbitrages internes, tout en plaçant l’Institut en position de répondre aux sollicitations extérieures de plus en plus nombreuses et pressantes, aussi bien sur des questions agroalimentaires que de développement régional - pour lequel, justement, les « systémiciens » font des propositions séduisantes.

  • 40 Témoignage de Jean-Claude Tirel, extrait de : Dans les pas de Bertrand Vissac, un bâtisseur, Paris, (...)
  • 41 Vissac Bertrand , Le département de recherches..., p. 2.

28Le travail intellectuel préparatoire au lancement du nouveau département est certes pluriel, mais c’est essentiellement Bertrand Vissac qui, prenant au sérieux les responsabilités qui lui sont confiées, et tout sauf convaincu de la pertinence de la forme « départementale » à donner au projet40, en assume la synthèse. Un rapport daté de juin 1979 présente sous sa signature une version déjà très aboutie des orientations du nouveau département. « Le système agraire sera considéré comme l’organisation des facteurs de production (terre, capital, travail) mise en œuvre par une société pour subvenir à ses besoins sur un territoire donné. Cela concerne le matériel biologique utilisé, les travaux d’aménagement, les pratiques et associations culturales ou d’élevage, les voies de transformation et de distribution des produits. Un système agraire représente, en fait, l’interaction entre un système biologique constitué par l’ensemble des éléments de la biosphère présents sur le territoire et ceux que l’homme y a introduits et un système socio-culturel inhérent au groupe humain qui pratique le système agraire »41.

  • 42 Poly Jacques, ouv. cité, 1978.

29De fait, cette idée d’une « France carrefour », riche de sa diversité régionale, est fondamentale pour comprendre le glissement depuis un SEI construit sur l’idée d’une vulgarisation allant vers les agricultures régionales pour tenter de leur démontrer la validité des innovations agronomiques et zootechniques produites par une science déterritorialisée, vers un Département SAD qui, à rebours, cherche dans les agricultures régionales des éléments permettant de démontrer à ceux qui pilotent et qui évaluent la recherche la validité d’une prise en compte de la diversité et des leçons de la longue durée, lisibles dans les paysages légués par l’histoire agraire. Avec un objectif majeur : aboutir à des systèmes agraires stabilisés après la révolution des décennies passées, et, selon le nouveau mot d’ordre de l’Inra, « économes » et « autonomes »42.

  • 43 Vissac Bertrand, Le département de recherches..., p. 10.

30Quels chercheurs pour un tel programme ? Bien conscient des risques d’une dissidence insignifiante par illégitimité scientifique, Bertrand Vissac entend recruter « parmi les meilleurs d’une discipline plus analytique »43, ouverts au dialogue avec le CNRS et les universités, et capables aussi de fonctionner en autonomie, voire en forteresse assiégée. Fort de ses expériences au sein des programmes de la DGRST, il est intimement convaincu de ce que l’ingénieur agronome, dans ses déclinaisons d’homme des cultures ou d’homme des troupeaux, est le seul véritable spécialiste de l’étude de l’exploitation dans les dimensions de l’espace et du temps, une exploitation qui est pour lui l’unité analytique fondamentale de la relation société-nature. La conception profonde de la pluridisciplinarité chez lui, c’est en fait la transdisciplinarité d’une science totale, science agraire de synthèse, de type ingénierial, centrée sur les pratiques et fondée sur une conception anthropologisante de la « technè » très inspirée d’André Leroi-Gourhan. C’est bien l’agronome qui doit se faire le réceptacle de toutes les influences et intuitions, et les mobiliser dans sa pratique, c’est-à-dire dans une relation avec l’agriculteur et son exploitation qui, en termes philosophiques, a tout d’une herméneutique, et dont la finalité véritable est le réencastrement de la nature et de la culture, non dans l’espace des idées, mais dans celui des pratiques situées - là où justement la déchirure est la plus vive, et le soin le plus urgent.

  • 44 Vissac Bertrand, Orientations, organisation et problèmes du département des systèmes agraires et du (...)
  • 45 Idem, p. 2.

31Dès l’automne 1979, l’essentiel de l’architecture est en place et les rôles distribués. C’est lors de la réunion des chefs de département de l’Inra du 10 septembre 1979 que Bertrand Vissac siège pour la première fois au nom du SAD et en présente, devant ses collègues, les champs de recherche et la programmation initiale44. Et pour mieux faire comprendre à ses égaux qu’il n’est pas là pour corriger à la marge les défauts du modèle dominant, il fixe d’emblée le niveau de ses ambitions : aborder les systèmes agraires « dans leur globalité, c’est-à-dire dans leurs composantes bio-écologiques et socio-économiques et ce à divers niveaux d’échelle, de la parcelle à la nation »45. Dans un univers scientifique qui regarde le passé comme le musée des archaïsmes et des théories dépassées, Bertrand Vissac ne craint pas de convoquer l’histoire des systèmes agraires, l’avant-productivisme servant de matrice à l’après, et le modèle corse étant mis en avant pour démontrer l’inanité, voire la dangerosité des conceptions descendantes du développement. C’est bien une dissidence épistémologique qui se développe ici, un acte de foi dans la pérennité d’une agronomie inscrite dans la dynamique longue des systèmes.

32C’est une originalité du SAD, et non des moindres, d’avoir choisi la forme d’une assemblée générale pour se fonder comme collectif scientifique. Non que les présents aient « créé » le SAD du fait de leur rassemblement, mais parce que c’est lors de cette « AG » qu’ils se déclarèrent prêts ou non à faire vivre ce département, marquant pour longtemps le mode de relations horizontal et l’idéal d’engagement scientifique militant prévalant en son sein. Le lieu de cette « assemblée constituante » est tout sauf anodin : Toulouse, centre Inra en pleine expansion, c’est le lieu de la rupture, surtout en génétique animale, avec la figure de Jean-Claude Flamant, spécialiste des ovins, héritier de Jacques Poly, sorti de la discipline interne de l’Institut grâce à ses travaux pour la DGRST sur les Causses et dans les Pyrénées, et entré en dissidence face à la génétique normative à la suite de Bertrand Vissac. Réunir les fondateurs du SAD à Toulouse, c’est donc provoquer sciemment les principaux départements de l’Institut, malgré la modestie objective des troupes débauchées. C’est également, en rupture avec l’esprit de hiérarchie très puissant à l’Inra (comme dans tous les organismes constitués d’ingénieurs pétris de saint-simonisme), signifier, via des chercheurs qui auraient pu prétendre à une reconnaissance et à une ascension « normales », que la recherche « système » se constitue dans une logique ouvertement subversive.

  • 46 Idem, p. 10.

33Le texte de cadrage des débats de Toulouse, intitulé « Présentation du département de recherches », est cosigné par le nouveau chef de département et son adjoint, André Hentgen, ancien du SEI, dans un discours qui prend la forme d’un inventaire des héritages et d’une redéfinition des concepts-clés. « Systèmes agraires », « développement », « approche systémique » trouvent ici des définitions concises, destinées à faciliter le dialogue entre des chercheurs de générations et d’horizons différents, mais également à faire image auprès des techniciens mobilisés dans une approche très égalitariste de l’acte de recherche. Mais ce texte est également l’occasion d’affirmer la dimension résolument hétérodoxe du nouveau département : Descartes y est explicitement répudié comme père des approches mécanistes honnies. De fait, les ambitions affichées sont élevées : « Le champ d’action du département s’étendra depuis les aspects d’instrumentation adaptés à des approches intégrées jusqu’à ceux d’expression de paramètres et de modélisation » - même si l’on se défend de vouloir établir « quelque monopole que ce soit »46.

34L’Assemblée générale de Toulouse permet ainsi de mettre en lumière les dynamiques et synergies, mais également les ambiguïtés et incompréhensions à l’œuvre au sein de cette nébuleuse dissidente. Vision des enjeux, autorité intellectuelle, charisme et influence ne manquent pas au nouveau département. Mais si l’on considère la virulence des oppositions de doctrines et de personnes, patentes dès le début des années quatre-vingt, il est évident que les synergies attendues ne pourront toutes se développer, notamment en direction des sciences économiques et sociales, et que bien des chercheurs se préparent des années difficiles en osant afficher leur hérésie.

Conclusion

  • 47 Osty Pierre-Louis, Pour une structure de recherches interdisciplinaires..., p. 10.

35Au 1er janvier 1980, l’Inra dispose officiellement d’un nouveau département de recherches, de statut équivalent à ceux existants, avec un chef de département, Bertrand Vissac, et placé sous la tutelle bienveillante de l’économiste Jean-Claude Tirel au titre des sciences sociales. Ainsi, d’une certaine manière, l’appel de Pierre-Louis Osty à une « protection institutionnelle »47 des pionniers de l’approche système de l’activité agricole a bien été entendu et, en apparence, l’institutionnalisation de la systémique agraire est désormais de l’ordre de l’acquis dans la « maison Inra ». Rien, pourtant, n’est « normal » dans cette création, et rien ne le sera jamais. Comme tout pari pascalien, celui opéré par la direction de l’Institut est voué à être réitéré sans fin, la perspective épistémique du parieur étant à la fois différente et identique à chaque nouvelle configuration – seule la mise augmentant au fur et à mesure du développement de cette création improbable, jusqu’aux débats les plus contemporains sur « l’échelle du monde » des questions agricoles, environnementales et alimentaires, dans lesquels les héritiers de la systémique agraire entendent bien faire entendre la singularité et la pertinence de leur « style scientifique ».

Haut de page

Notes

2 Bonneuil Christophe et Thomas Frédéric, Gènes, pouvoirs et profits, recherche publique et régimes de production des savoirs de Mendel aux OGM, Paris, Quae, 2009 ; Bonneuil Christophe, Denis Gilles et Mayaud Jean-Luc (dir.), Sciences, chercheurs et agriculture. Pour une histoire de la recherche agronomique, Versailles / Paris, Quae / l'Harmattan, 2008.

3 Chatriot Alain et Duclert Vincent, « Fonder une politique de recherche : les débuts de la DGRST », dans Bezes Philippe et alii (dir.), L'État à l'épreuve des sciences sociales. La fonction recherche dans les administrations sous la VRépublique, Paris, éditions La découverte, 2005, p. 23-36.

4 Travail fondé sur notre étude : Cornu Pierre, La passion naturaliste. Trois études d'anthropologie historique de la « question agraire » à l'époque contemporaine, Mémoire original pour l'habilitation à diriger des recherches, université Lyon 2, 2012.

5 Tirel Jean-Claude, Il était une fois l'Inra, Paris, Inra éditions, 1996, 22 p. ; Cranney Jean, Inra. Cinquante ans d'un organisme de recherche, Paris, Inra éditions, 1996.

6 15 tomes parus depuis les premières enquêtes en 1995, disponibles en version numérique à l'adresse http://www7.inra.fr/archorales/

7 Parmi tous les chercheurs, techniciens et personnels administratifs de cette période que nous avons interrogés, nous tenons à adresser des remerciements particuliers à Claude Béranger, Joseph Bonnemaire et Michel Petit, pour leur grande disponibilité et la richesse de leurs apports sur ces années fondatrices. Nos remerciements vont également à Jean-Marc Meynard, chef du département SAD de l'Inra, pour le soutien qu'il a apporté à ce projet de recherche historique.

8 Nous utilisons ici cette notion dans la définition très opérationnelle qu'elle prend dans cette période, associant à la fois un processus et les organismes responsables de sa conduite.

9 Béranger Claude, « Les représentations de la prairie dans la pensée agronomique du XXe siècle », Comité d'histoire de l'Inra, avril 2012, document de travail.

10 Colson François, « Le développement agricole face à la diversité de l'agriculture française », dans Économie rurale, n°172 1986, p. 3-9 ; Bruneteau Bernard, Les paysans dans l’État. Le gaullisme et le syndicalisme agricole sous la Ve République, Paris, L'Harmattan, 1994, 282 p. ; Evrard Philippe et Vedel Georges, Développement agricole : réinventer le modèle à la française, Club Demeter, Cahier n°11, 2003, 69 p.

11 Le service d'expérimentation et d'information 1964-1974, Versailles, 1974, 272 p.

12 Recherche coopérative sur programme du CNRS, impulsée par Georges Henri Rivière et animée par Corneille Jest à partir de 1963. Les publications s'étalent de 1970 jusqu'en 1986.

13 C'est ce dernier qui pilote la valorisation scientifique du travail du groupe. Gras Raymond et alii, Le fait technique en agronomie. Activité agricole, concepts et méthodes d'étude, Paris, Inra / L'Harmattan, 1989, 183 p.

14 Poly Jacques, Pour une agriculture plus économe et plus autonome, Paris, Inra, 1978.

15 Cité dans : Grison Pierre, Déclaration d'intention de l'unité de concertation sur l'écodéveloppement, 8 p. dactyl., 15 novembre 1979, Archives Grignon.

16 Inra / ENSSAA, Conditions du choix des techniques de production et évolution des exploitations agricoles. Région de Rambervilliers, Versailles, SEI, 1973.

17 La commission, officiellement installée en avril 1977 sous la direction de l'inspecteur général de l'Inra Roger Bouchet, se réunit au total six fois en séance plénière, mais des sous-groupes de travail et de visite se montrent très actifs sur la période, avec des contacts à l'extérieur du monde de la recherche, notamment en direction des organisations et institutions du développement, ANDA, FNGDA et APCA.

18 Béranger Claude, Archorales, vol. 8, p. 30.

19 Réflexions et propositions du groupe « Recherche et développement », Rapport interne, juin 1978, 55 p., Archives Inra Grignon.

20 Jacob François, La logique du vivant, une histoire de l'hérédité, Paris, Gallimard, 1970.

21 Béranger Claude, Réflexions sur le SEI, juin 1974, 1 p. dactyl, Archives Inra Alénya.

22 Deffontaines Jean-Pierre et Osty Pierre-Louis, « Des systèmes de production agricole aux systèmes agraires », L'Espace géographique, n°3, 1977, p. 195-199.

23 Osty Pierre-Louis, « L'exploitation agricole vue comme un système. Diffusion de l'innovation et contribution au développement », BTI n°326, 1978, p. 43-49.

24 Idem, p. 43.

25 Pays, paysans, paysages dans les Vosges du sud, Paris, Inra, 1977.

26 Osty Pierre-Louis, « L'exploitation agricole vue comme un système... », p. 44.

27 Osty Pierre-Louis, Pour une structure de recherches interdisciplinaires sur l'activité agricole, sl, février 1978, 22 p. dactyl. Archives Alénya.

28 Osty Pierre-Louis, Pour une structure..., p. 1. Souligné par l'auteur.

29 Une histoire des débuts du Département économie et sociologie rurale de l'Inra révélerait sans doute un paysage plus nuancé, avec un intérêt véritable pour la définition d'une rationalité économique qui respecte la forme « familiale » de l'agriculture. Mais l'histoire de l'Inra est aussi faite d'incompréhensions et de rencontres manquées, notamment sur les points de basculement entre pratique analytique et pratique normative du discours scientifique.

30 Idem, p. 2.

31 Sebillotte Michel, « Agronomie et agriculture. Essai d'analyse des tâches de l'agronome », dans Cahiers de l'Orstom, n°24, 1974, p. 3-25.

32 Piaget Jean (dir.), Logique et connaissance scientifique, Paris, Gallimard, Encyclopédie de la Pléiade n°27, 1967.

33 Osty Pierre-Louis, Pour une structure..., p. 14.

34 Vissac Bertrand, Le Département de recherches sur les systèmes agraires et le développement (SAD), juin 1979, rapport dactylographié, 17 p., Archives Inra Grignon.

35 Avant-projet de rapport, 17 mai 1978, p. 3. Archives Inra Alénya.

36 Rapport final, p. 22.

37 Cette « vigie scientifique » ne sera jamais créée, au grand regret de Bertrand Vissac.

38 Rapport de la Commission Bouchet, 1978, p. 8.

39 Grison Pierre, L'unité de concertation sur l'écodéveloppement, mai 1977, document dactylographié, 11 p., Archives Inra Grignon.

40 Témoignage de Jean-Claude Tirel, extrait de : Dans les pas de Bertrand Vissac, un bâtisseur, Paris, Inra, 2009, p. 281. Il est vraisemblable qu'à cette date, Bertrand Vissac n'a pas renoncé à conduire la transformation de la génétique animale à l'Inra, et préfère voir dans le nouveau dispositif un espace de débat et d'expérimentation.

41 Vissac Bertrand , Le département de recherches..., p. 2.

42 Poly Jacques, ouv. cité, 1978.

43 Vissac Bertrand, Le département de recherches..., p. 10.

44 Vissac Bertrand, Orientations, organisation et problèmes du département des systèmes agraires et du développement (SAD), réunion des chefs de département de l'Inra (10 septembre 1979), texte dactylographié, 5 p., Archives Inra Grignon.

45 Idem, p. 2.

46 Idem, p. 10.

47 Osty Pierre-Louis, Pour une structure de recherches interdisciplinaires..., p. 10.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Cornu, « La recherche agronomique française dans la crise de la rationalité des années soixante-dix : terrains et objets d’émergence de la « systémique agraire » », Histoire de la recherche contemporaine, Tome III - N°2 | 2014, 154-166.

Référence électronique

Pierre Cornu, « La recherche agronomique française dans la crise de la rationalité des années soixante-dix : terrains et objets d’émergence de la « systémique agraire » », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome III - N°2 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2016, consulté le 16 août 2017. URL : http://hrc.revues.org/822 ; DOI : 10.4000/hrc.822

Haut de page

Auteur

Pierre Cornu

Professeur d’histoire contemporaine à l’université Lumière – Lyon 2, Laboratoire d’études rurales de Lyon1

Cet article a bénéficié du témoignage, des riches archives personnelles et de la très grande disponibilité, jusque dans l'exercice de la relecture, de Pierre-Louis Osty. Qu'il trouve ici l'expression de notre gratitude. Tous nos remerciements également à Joseph Bonnemaire, membre du Comité d'histoire de l'Inra et du Cirad, pour sa relecture attentive et ses conseils.

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org