Navigation – Plan du site
Analyses d’ouvrages

Philip Kitcher, Science, vérité et démocratie

Bernard Valade
p. 94
Référence(s) :

Philip Kitcher, Science, vérité et démocratie, Paris, Presses Universitaires de France, 2010, 346 p.
ISBN 978-2-13-056990-9

Texte intégral

1Professeur de philosophie à l’université Columbia, Philip Kitcher poursuit dans le présent ouvrage l’enquête ouverte en 1993, – avec The Advancement of Science –, sur les problèmes que pose le développement des sciences. Il s’attache plus précisément ici aux rapports qu’entretiennent la recherche et l’éthique, le choix de programmes scientifiques et les orientations politiques. Il s’y emploie à partir d’une conception de la science, exposée dans la première partie, qui passe outre aux antagonismes mis au jour par la « guerre des sciences » opposant « croyants » et « détracteurs ». Contre les uns, qui hypostasient la science et réifient des classifications artificielles, et les autres, – empiristes sceptiques et surtout constructivistes, tenants d’un relativisme intégral –, il défend un réalisme scientifique bien tempéré, une « thèse réaliste minimale », sauvegardant les idées de vérité et d’objectivité, mais débarrassée de toute « excroissance métaphysique ».

2Pour Kitcher, nous focalisons notre attention sur certains aspects de la nature qui nous intéressent ; nous distribuons les choses en catégories correspondant à nos objectifs. Mais nous ne « construisons » pas pour autant le monde : une chose est d’organiser conceptuellement la nature, d’élaborer des représentations, une autre, de créer la réalité. On trie, on range, on classe ; on hérite de classifications issues de critères (par exemple celui de race) que nous souhaiterions aujourd’hui répudier. L’analogie cartographique (chap.V) montre que les conventions de lecture et les divisions représentées se modifient en fonction des besoins, de l’époque et du contexte. De même qu’il n’existe pas d’atlas idéal, de même il n’est point de projet scientifique général. Les intérêts changent, et avec eux les relations de pertinence, – entre le sujet de la question et la réponse objective requise. L’unité de la science est finalement une illusion. De multiples contingences engendrent un patchwork d’études qui fait ressembler le cadastre d’un domaine de recherche beaucoup plus à un écheveau emmêlé qu’à une structure hiérarchisée.

3Après avoir rapporté les théories scientifiques à des « graphes de signification », déliés de ‘lois universelles’, qui évoluent sous l’effet de notre curiosité et de nos besoins (chap.VI), Philip Kitcher invalide la thèse qui fait de la science une recherche pure en soumettant la seule technique à l’évaluation morale : partout et toujours l’épistémique et le pratique d’entremêlent. Il rejette aussi l’idée d’une science moralement et politiquement neutre, en observant que « Nous ne sommes pas habitués à penser la manière dont les efforts que nous déployons pour acquérir des connaissances (…) affectent les valeurs et les intérêts des gens », et ceci en raison d’une tension entre la science telle qu’elle est pratiquée dans les sociétés démocratiques et les idéaux des dites sociétés : la science n’y est pas bien ordonnée. On s’occupe de la bonne méthode à appliquer et de la logique de la justification, sans égard aux questions de savoir quel est le bien collectif que la recherche doit promouvoir, et de quelle façon organiser la recherche à cette fin. Dans l’idéal de la science bien ordonné qui est proposé, « la vérité conserve sa place, mais elle s’inscrit dans un cadre démocratique qui prend comme notion correcte de signification scientifique celle qui émergerait d’une délibération idéale entre agents idéaux » (p. 304).

4Sans doute portera-t-on une attention particulière au dernier chapitre consacré à « La recherche dans un monde imparfait ». Le séquençage du génome humain et les tests génétiques prénatals, – qui sont moins à considérer comme « forme bénigne d’eugénisme » que source de possibles discriminations –, donnent lieu à débats sur la nécessité de connaître les pièges potentiels pour mettre en place des protections efficaces, la responsabilité des scientifiques dans la poursuite ou l’abandon d’un programme de recherche, les attitudes (dont une typologie est esquissée) susceptibles d’être adoptées par ces derniers en tant que citoyens. Ces discussions ne sont cependant pas séparables de considérations antérieures qui concernent la controverse élitisme / démocratie vulgaire / démocratie éclairée, l’opportunité de faire une place plus grande à la participation publique tout en confiant aux scientifiques la prise de décision, les gains et les pertes inhérents à la recherche, les aspects bénéfiques et nocifs du savoir (désenchantement et déshumanisation du monde), le traitement, enfin, des vérités dérangeantes. On retiendra, avec le « bilan mitigé », l’attente d’informations que pourraient fournir des enquêtes en sciences sociales : « Nous savons peu de choses sur les effets de la recherche sur la qualité de nos vies ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Valade, « Philip Kitcher, Science, vérité et démocratie », Histoire de la recherche contemporaine, Tome I-N°1 | 2012, 94.

Référence électronique

Bernard Valade, « Philip Kitcher, Science, vérité et démocratie », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome I-N°1 | 2012, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 16 août 2017. URL : http://hrc.revues.org/83

Haut de page

Auteur

Bernard Valade

Historien des idées, Paris V-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org