Navigation – Plan du site
Dossier:un parcours dans les mondes de la recherche agronomique. L'Inra et le Cirad
Varia

Les archives de l’Institut Michel Pacha ou l’occasion, pour une archiviste, de découvrir un scientifique humaniste.

La collecte des archives de l’Institut Michel Pacha ou la rencontre de l’archiviste et du savant humaniste. Les écrits de Raphaël Dubois sur libre arbitre et déterminisme, migrations et émigrations, l’Europe, la monnaie européenne, reflètent déjà les questionnements de nos sociétés.
The archives of the Michel Pacha Institute or an opportunity for the archivist to discover a humanist scientist
Pascale Bugat
p. 185-189

Résumés

Après la fermeture en 2008 de l’Institut Michel Pacha implanté depuis 1890 à la Seyne-sur-Mer, Pascale Bugat, directrice adjointe des Archives départementales du Var rend compte de la collecte des archives de ce laboratoire opérée en 2009. Elle souligne l’intérêt de ce fonds pour l’histoire des sciences et l’existence d’un matériau exceptionnel : les papiers de Raphaël Dubois. Au-delà du chercheur scientifique, les documents recueillis révèlent un savant humaniste dont les écrits reflètent des questionnements toujours d’actualité.

Haut de page

Texte intégral

1Comme l’exprime Nicole Hulin, dans Diffuser la culture scientifique (XIXe-XXe), « l’intégration des sciences dans la culture générale constitue un objectif conforme aux nouvelles exigences de l’humanisme, générées par le développement de la connaissance scientifique et son impact sur la vie économique et sociale. Si, dans une conception courante, “l’homme cultivé” est celui qui fait preuve de “ goût judicieux et de connaissances précises sur les choses de la littérature et de l’art ”, l’extension rapide du domaine des sciences et leur place accrue dans la vie quotidienne impliquent qu’elles doivent avoir leur place dans la culture générale »... L’histoire des sciences permet de montrer leur rôle dans l’histoire de la pensée, de faire réfléchir aux fondements de la science, à la progression des idées et à leur répercussion philosophique. L’archiviste en charge du traitement et de la collecte des fonds publics en département, n’a que rarement la chance de classer un fonds d’archives scientifiques et de découvrir, à cette occasion, la richesse de contenu de ces papiers, leur intérêt pour l’histoire des sciences mais aussi pour l’histoire des hommes. Ayant eu cette opportunité, je souhaite aujourd’hui partager une expérience qui m’a aidée à prendre conscience que le scientifique, le chercheur, est aussi un philosophe et un humaniste.

Le contexte de notre intervention

2L’institut Michel Pacha, installé dans la baie du Lazaret à la Seyne-sur-Mer, département du Var, doit sa création, en 1890, à la rencontre de Marius Michel Pacha (1819-1907), comte de Pierredon, homme d’affaire ayant fait fortune comme directeur général des phares et balises de l’Empire ottoman et négociant avisé de la Corne d’Or, et de Raphaël Dubois (1848-1929), titulaire de la chaire de physiologie générale à l’université de Lyon. Ce dernier, médecin et pharmacien, disciple de Paul Bert, dans le cadre de ses travaux sur la bioluminescence, cherche à établir un laboratoire de recherches sur cette côte. Michel Pacha, mécène, fait don en 1890, par acte notarié au département de biologie de l’université de Lyon, d’un terrain de 2715 m2 en bord de mer et de 1000 m3 de pierres pour la construction de la future station marine de physiologie portant son nom qui sera dirigée par Raphaël Dubois. Un décret ministériel entérine cette donation.

3Œuvre maîtresse de l’architecte Paul Page, l’édifice de style oriental est construit face à la mer. Raphaël Dubois, partage ses activités entre Lyon où il ne cesse de donner des cours, de réaliser des expériences et le laboratoire de physiologie de la Seyne-sur-Mer où il décède en janvier 1929. Lui succèdent à la direction de l’Institut, Edmond Couvreur (1924-1926), Henri Cardot (1926-1941) qui y attirent des chercheurs français de haut niveau. Le bâtiment est fortement endommagé pendant la seconde guerre mondiale et c’est Daniel Cordier (1948-1960) qui obtient difficilement les fonds pour le sauver. Son successeur, Gabriel Pérès (1961-1987) en fait enfin une station pérenne. Il réussit à convaincre la faculté de Lyon de réaliser des travaux d’aménagement et même de financer la construction d’un nouveau bâtiment inauguré le 28 décembre 1968.

4Y sont abrités un grand laboratoire équipé de tous les appareils nécessaires en particulier à la chromatographie, un vivier ainsi que de nombreuses chambres pour de jeunes stagiaires chercheurs. L’Institut acquiert alors une notoriété internationale que manifestent ses nombreuses publications, colloques, rencontres, stagiaires et chercheurs étrangers. Les programmes de recherches s’orientent vers l’écotoxicologie aquatique. Au financement public, s’ajoutent de nombreux contrats de recherche appliquée (par exemple : sur les effets des rejets des centrales nucléaires pour EDF). Son élève et successeur, Gérard Brichon, (1988-2008) poursuit son enseignement et ses travaux.

5En mai 2008, l’université Claude Bernard Lyon I dont dépend l’institut décide de le fermer pour répondre à la réduction des crédits de la recherche État dans le cadre du programme d’autonomie des universités. Elle envisage alors de vendre la propriété. Suite au rapatriement rapide des appareils de laboratoire sur Lyon, le directeur de l’Institut s’inquiète du devenir des archives de l’Institut. À l’automne 2008, le professeur Gérard Brichon contacte la direction des archives départementales du Var.

La collecte des archives de l’Institut

6Nous nous rendons sur place en novembre et constatons que les archives de l’Institut, très nombreuses et très riches, sont réparties sur la totalité du site. Elles sont hébergées, tant dans les pièces et placards de l’édifice originel construit par Michel Pacha, que dans le bâtiment achevé dans les années soixante. Elles représentent plus de trente-cinq mètres linéaires, sans compter les collections documentaires évaluées à quatre-vingt-deux mètres linéaires. Le fonds comprend des documents concernant la vie administrative de l’Institut avec ses conseils d’administration, ses budgets ; l’entretien des bâtiments mais aussi toutes les pièces comptables (onze mètres linéaires). Cette partie est conservée au secrétariat, dans les différents bureaux mais également dans diverses armoires et placards. Nous trouvons également sur place, dans la bibliothèque, les archives scientifiques de Raphaël Dubois, qui avaient été précieusement mises en boîtes ainsi que ses cours (neuf mètres linéaires). Dispersés dans plusieurs pièces du premier étage, se trouvent quarante mètres linéaires de thèses et mémoires réalisés sous le patronage de l’Institut. Dans le bâtiment annexe, sont restés les dossiers de l’époque de Gabriel Pérès : papiers du chercheur, contrats de recherches, documentation et autres travaux de recherches (seize mètres linéaires) ainsi que de nombreuses revues et tirés à part, le tout occupant vingt-cinq mètres linéaires.

7Après de longues négociations (novembre 2008 – juin 2009) avec la faculté de Lyon et en accord avec notre collègue des Archives départementales du Rhône, le versement des archives de cet établissement public est réalisé à l’été 2009. Il est plus que temps pour la conservation de ces documents précieux pour l’histoire des sciences. En effet, les bâtiments ne sont plus entretenus ni chauffés. Les toitures commencent à laisser passer des infiltrations. La collecte dure trois jours. Sur place, j’effectue avec Julie Rouand, adjoint du patrimoine, en poste à la cellule de préarchivage de Toulon, une première évaluation. Nous encartonnons les documents retraçant l’histoire de l’administration de l’Institut, vouant à la destruction les nombreuses factures, les doubles, les dossiers administratifs des enseignants-chercheurs (pas moins de soixante mètres linéaires). Nous cherchons dans toutes les pièces les archives scientifiques ainsi que la documentation qui les complète, les thèses et les mémoires. N’étant pas habilités à les conserver et faute de place, nous abandonnons dans la bibliothèque la collection de coquillages et de poissons de même que les séries de périodiques scientifiques (Natura) ou d’ouvrages imprimés. Ce sont finalement cinquante-six cartons de déménagement qui rejoignent les fonds des archives départementales du Var à Draguignan en août 2009. Les documents sont désormais à l’abri dans des locaux de conservation adaptés. Ultérieurement, dans son jugement du 17 novembre 2011, le tribunal de grande instance de Toulon révoque l’acte de donation effectué par Michel Pacha en 1890 pour cause d’inexécution des conditions sous lesquelles elle avait été faite (article de Var-Matin du 12 décembre 2011). Le terrain et les bâtiments de l’Institut reviennent dans le giron des héritiers qui sont au nombre de dix-huit.

Le classement du fonds

8Faute de temps et de moyens humains, seul un premier repérage est alors effectué lors de la mise en rayon des quarante mètres linéaires. Les années 2010 et 2011 ne sont pas propices à entreprendre cet inventaire et c’est seulement au printemps 2012, grâce à l’arrivée d’un jeune stagiaire du master d’archivistique de la faculté d’Aix-en-Provence, Baptiste Legeay, qu’un instrument de recherche normalisé et un conditionnement approprié peuvent être enfin réalisés sous ma direction. L’analyse du fonds permet d’établir un plan de classement cohérent, mettant en valeur, d’une part le fonds proprement dit de l’Institut et, d’autre part, les fonds des deux principaux directeurs, à savoir Raphaël Dubois et Gabriel Pérès. Le fonds de l’Institut se répartit en trois grandes parties soit : l’organisation administrative, l’activité scientifique et la bibliothèque. L’organisation administrative comprend les conseils d’administration, les budgets, les bâtiments et les moyens. L’activité scientifique regroupe la partie enseignement et recherches avec l’organisation des enseignements, tant pour les contenus théoriques que pour les aspects pratiques, et les travaux de recherche, les contrats de recherche appliquée, l’activité éditoriale, l’organisation et la participation aux congrès et aux associations, la documentation scientifique. Enfin, une dernière partie, et non des moindres, concerne l’ensemble des thèses et mémoires de recherche réalisés à l’Institut ou sous la conduite de ses directeurs ainsi que les publications de l’Institut. Nous nous sommes efforcés de préserver et de mettre en valeur les fonds de Raphaël Dubois et de Gabriel Pérès. Les archives de Gabriel Pérès comprennent à la fois ses travaux de recherche et la préparation de ses publications mais également ses papiers privés (correspondances, notes de cours, travaux pratiques en tant qu’étudiant de Daniel Cordier).

9Quant aux archives de Raphaël Dubois, elles sont révélatrices d’un homme de sciences qui fut non seulement, comme le qualifiait Gabriel Pérès, « un précurseur », « un savant à l’imagination fertile », mais aussi un humaniste.

Les archives de Raphaël Dubois

10Les papiers Raphaël Dubois avaient fait l’objet d’un premier inventaire de la part du professeur Christian Bange, inventaire très détaillé qu’il a accepté de m’envoyer. Il n’avait, lors de ce travail, pas modifié l’état où il avait trouvé les documents et reconnaissait qu’il était indispensable de les reclasser. Il me fallait néanmoins m’approprier le fonds pour essayer de retrouver un mode de classement légitime, sachant que les dossiers initialement constitués par le chercheur avaient été totalement mélangés à un moment de leur histoire. Ces cartons comprennent notes et manuscrits, références bibliographiques et de nombreux tirés à part d’articles scientifiques, parfois recopiés de la main même du chercheur, parfois imprimés. Leur examen, pièce à pièce, permet de découvrir des domaines comme la bioluminescence, la thermogénèse, mais aussi le comportement animal, la production de la soie, celle de la nacre et des perles par les organismes marins, l’influence exercée par les facteurs du milieu ambiant sur les êtres vivants. De nombreuses illustrations, dessins aquarellés, croquis explicitent ou reproduisent les expériences de Raphaël Dubois dans des domaines variés comme le sommeil et la machine à anesthésier (dans la suite des expériences de Paul Bert) ou la thermogenèse et la bioluminescence. La présence de nombreuses photographies démontre l’usage que les chercheurs commencent à faire de cet outil pour témoigner de la réalité et documenter leurs expérimentations.

11L’inventaire propose une organisation de ces papiers selon les thématiques de recherche abordées par Raphaël Dubois. Dans une première partie, sont regroupés ses grandes recherches sur la bioluminescence et la biophotogènèse ou production de la lumière chez les végétaux et les animaux ; sur le sommeil et sur la production de la chaleur par les êtres vivants ou biothermogénèse ; l’étude des phénomènes d’hibernation (marmotte) ; ses travaux sur l’anesthésie et la narcose ; des expériences sur l’électricité et les influx nerveux ; enfin des analyses sur les problématiques d’intoxication alimentaire. Puis suivent ses réflexions humanistes et philosophiques sur des questions aussi diverses que l’alimentation en temps de guerre, l’allaitement maternel, une analyse économique et scientifique sur l’industrie perlière. Il traite aussi de l’embaumement, aborde des thèmes tels que l’enfance et l’enseignement, la création de l’être vivant, les thèses pacifistes, on trouve ensuite ses travaux de vulgarisation. Enfin, dans une dernière partie, se trouvent classés les manuscrits et imprimés de ses cours, ainsi que sa bibliothèque personnelle. Comme il se doit, une table de concordance est établie entre le classement choisi et l’ancien mode de rangement.

Un scientifique humaniste

12Raphaël Dubois, né le 20 juin 1849 au Mans, commence sa carrière scientifique comme préparateur de botanique et de chimie à l’École de médecine et de pharmacie de Paris. Il participe à la guerre de 1870 comme médecin aide-major, puis revient continuer ses études à la Sorbonne où il sera reçu docteur es-sciences naturelles en 1886. Il est alors préparateur de physiologie au laboratoire de Paul Bert et sous-directeur du laboratoire d’optique physiologique des Hautes études, toujours à la Sorbonne. Il devient professeur de physiologie générale et comparée à la faculté des sciences de Lyon en 1887 et, en 1890, le premier directeur du laboratoire maritime de physiologie (Institut Michel Pacha).

  • 1 Article de Jacques Hotton, médecin anesthésiste à Remiremont sur la machine à anesthésier de Dubois (...)
  • 2 Voir discours d’inauguration de Gabriel Pérès en 1968 ou plus récemment en 2005 l’article de Kamil (...)

13Les travaux scientifiques de Raphaël Dubois sont bien connus et je ne saurais plagier les écrits et interventions réalisés par Christian et Renée Bange, tous deux physiologistes, grands universitaires, que l’histoire et la longue durée intéressent et qui s’impliquent dans de nombreuses sociétés d’histoire des sciences ou Jacques Hotton1 , médecin anesthésiste à Remiremont. Comme l’exprime Gabriel Pérès en 1968 « ce qui de prime abord frappe dans l’œuvre scientifique de Raphaël Dubois, c’est d’une part la diversité des thèmes et d’autre part un attrait singulier pour les phénomènes biophysiques ». De l’avis de ses pairs2, le scientifique est un précurseur de la biophysique et de la photo-biologie.

14Mais il fait également partie de ces savants qui, comme Léonard de Vinci, Pascal, Teilhard de Chardin ou, plus tard, Paul Langevin, sont des philosophes, des scientifiques humanistes. Sachant que « science sans conscience n’est que ruine de l’âme », Raphaël Dubois s’interroge sur le monde où il vit, sur l’origine des guerres, il croit dans les bienfaits de la science et du progrès, il cherche le « secret de la vie ». Une partie de ses dossiers retrace sa recherche permanente de « Qu’est-ce que la vie ? », son credo pacifiste, sa vision d’économiste, son souci de partager ses découvertes avec le plus grand nombre.

15Ces documents, peut-être plus facilement abordables pour l’archiviste que je suis, ont retenu toute mon attention. Les idées qui y sont développées semblent encore d’actualité aujourd’hui : l’homme entre libre arbitre et déterminisme, les migrations et émigrations, l’Europe, la monnaie européenne, l’économie et la conchyliculture, la diffusion de la culture scientifique. J’ai rencontré, à travers les écrits de Raphaël Dubois, tous les questionnements de notre société.

L’homme entre libre arbitre et déterminisme

16Dans l’introduction de son ouvrage La vie et la lumière : biophotogénèse ou production de la lumière par les êtres vivants, action de la lumière visible, des radiations ultra-violettes, infra-rouges, fluorescentes, des rayons X, du radium et des ondes hertziennes sur les animaux et sur les végétaux, photothérapie, paru en 1914 à Paris, librairie Félix Alcan, Raphaël Dubois nous interpelle : « Et sans la radiation solaire, que serait la vie à la surface du globe ? Il est vrai qu’il est fort difficile de définir ce qu’est la vie et pourtant ce mot figure en tête de notre ouvrage ». Plus loin dans la conclusion du même ouvrage, il nous affirme : « Mais ce n’est pas l’espoir de doter l’humanité d’un nouveau procédé usuel d’éclairage qui m’a guidé et soutenu dans mes recherches : c’est le désir de pénétrer plus avant dans la connaissance du secret de la vie. Il m’avait semblé que, de toutes les manifestations énergétiques des êtres vivants : mouvement, chaleur, électricité, la production de la lumière était celle qui devait me conduire plus directement aux sources mêmes de ce qui fait la vie. Mon attente n’a pas été trompée puisque c’est à l’étude de la biophotogénèse que je dois la découverte de la théorie vacuolidaire et la conception du Protéon ».

  • 3 Extrait de bulletin n°4, 1909.

17Il croit au progrès de la science, il défend la psychophysiologie comparée « car l’étude de ces questions est de la plus haute importance au point de vue social, car elle conduit immédiatement à rechercher si la liberté humaine, le libre arbitre existent réellement, s’ils sont absolus ou seulement relatifs, même à l’état normal3 ».

La paix par la science : migrations et émigrations, l’Europe

18Dès 1904, il développe l’idée que la science peut apporter la paix au monde. Il analyse les flux migratoires historiques et développe une théorie de « l’influence cosmique », bref de la coïncidence des guerres avec les phénomènes cosmiques (courants magnétiques du globe, taches solaires, aurores boréales...). Il s’interroge sur l’idée de « l’anticinèse rotatoire » ou théorie sur les migrations humaines et souligne combien sont liés intimement les questions de pacifisme et d’émigration. Il prône, dans ces écrits pacifistes, de 1904 à 1926, l’ouverture des frontières, la mondialisation des échanges, la mise en place d’ « écoles pour la paix » afin de favoriser une « meilleure compréhension des choses et des êtres ». Dans ces « retraites plus tranquilles, plus favorables au travail scientifique … on pourrait préparer de belles choses, par exemple les États-Unis d’Europe ». En 1926, il appelle à l’entente cordiale franco-allemande et à la création d’une monnaie européenne dans ses Lettres sur le pacifisme scientifique et l’anticinèse dont la deuxième édition paraît en 1927 chez André Delpeuch, éditeur à Paris. » Cet ouvrage est numérisé et mis en ligne par la Bibliothèque nationale de France sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k39769n.

L’économiste

  • 4 Compte-rendu des séances de la Société de biologie, 19 octobre 1903.

19Outre ses théories du libre-échange développées dans ses écrits pacifistes comme outil de la paix et son appel à des « relations commerciales honnêtes », « à l’annulation de toutes les dettes internationales et à la suppression du change par l’adoption d’une monnaie universelle », il propose également des actions concrètes. Le chercheur étudie la possibilité d’implanter la culture des huîtres perlières en Méditerranée et plus précisément dans la baie du Lazaret. Il recueille des informations à ce sujet de tous les endroits de production, articles, tirés à part, journaux des marins, iconographie. Ses expériences sur la pintadine de Gabès (Tunisie) vérifient la possibilité d’acclimater ces huîtres sur les côtes de France et de provoquer chez ces mollusques la production de perles fines. Il affirme, en 19034, à la société de biologie : « J’arriverai à acclimater, sur les côtes de France et de nos colonies méditerranéennes, des espèces de pintadine, si l’on veut bien seconder mes efforts pour doter mon pays d’une industrie nouvelle ». Sa recherche sur l’huître perlière est réalisée dans une perspective économique d’implantation de culture productrice en Méditerranée.

La science pour tous

20Son souci de partager ses découvertes et ses connaissances avec le grand public se révèle par le grand nombre de conférences qu’il assure tout au long de sa vie mais également par sa participation au mensuel « La Science et la Vie ». Le magazine, lancé par Jean Dupuy en 1913, avait pour objectif de mettre à portée du grand public les découvertes scientifiques de l’époque. Dans les archives de Raphaël Dubois, nous découvrons les numéros de mars et août 1923, ainsi que ceux de juillet et décembre 1924 auxquels il participe avec un article sur la culture des éponges sur le littoral méditerranéen, puis sur les animaux « qui voient sans yeux et qui écrivent ceux qu’ils voient », sur la production de l’électricité par les plantes ou bioélectrogénèse végétale, enfin sur la veille et le sommeil des plantes. Membre d’honneur de l’Académie du Var jusqu’en 1923, il y réalise de nombreuses causeries scientifiques où il aborde ses sujets de recherche.

21Les problèmes de société ne changent guère d’un siècle à l’autre et le scientifique d’hier comme celui d’aujourd’hui s’efforce d’y répondre, s’inscrivant dans une démarche philosophique. Les papiers des scientifiques des siècles passés peuvent nous apporter également des réponses ; aussi la préservation de ces écrits est indispensable. Nous avons pu participer à ce sauvetage et, désormais, les archives de l’Institut Michel Pacha sont à la disposition des chercheurs aux Archives départementales du Var sous la référence 5 ETP. Leur inventaire sera bientôt en ligne sur notre site internet www.archives.var.fr pour contribuer à l’écriture de l’histoire des sciences.

Haut de page

Notes

1 Article de Jacques Hotton, médecin anesthésiste à Remiremont sur la machine à anesthésier de Dubois en 2009 dans http://www.jlar.com/Congres_anterieurs/JLAR2006/Cazalaa.pdf

2 Voir discours d’inauguration de Gabriel Pérès en 1968 ou plus récemment en 2005 l’article de Kamil Fadel, chef du département de physique au Palais de la découverte, sur la bioluminescence.

3 Extrait de bulletin n°4, 1909.

4 Compte-rendu des séances de la Société de biologie, 19 octobre 1903.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Bugat, « Les archives de l’Institut Michel Pacha ou l’occasion, pour une archiviste, de découvrir un scientifique humaniste. », Histoire de la recherche contemporaine, Tome III - N°2 | 2014, 185-189.

Référence électronique

Pascale Bugat, « Les archives de l’Institut Michel Pacha ou l’occasion, pour une archiviste, de découvrir un scientifique humaniste. », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome III - N°2 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2016, consulté le 28 avril 2017. URL : http://hrc.revues.org/858 ; DOI : 10.4000/hrc.858

Haut de page

Auteur

Pascale Bugat

Conservateur en chef du patrimoine (2012), directrice des Archives départementales de la Creuse depuis juillet 2013, a assuré auparavant les fonctions de directrice adjointe des Archives départementales du Var comme chargé d’études documentaires de 1983 à 2012. Elle avait intégré le ministère de la Culture en 1981 après avoir soutenu une maitrise d’histoire moderne à La Sorbonne-Paris I, sous la direction de Monsieur Daniel Roche en 1980.

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org