Navigation – Plan du site
Dossier:un parcours dans les mondes de la recherche agronomique. L'Inra et le Cirad
Analyses d'ouvrages

Françoise Tristani-Potteaux et Georges Chapouthier, Le chercheur et la souris

David Viterbo
p. 190-192
Référence(s) :

Françoise Tristani-Potteaux, Georges Chapouthier, Le chercheur et la souris, Paris, CNRS Éditions, 2013, 208 p.

ISBN 978-2-271-07818-6

Texte intégral

1L’ouvrage de Françoise Tristani-Potteaux est un livre à lire absolument pour plusieurs raisons : d’abord, sur le fond, parce qu’il s’agit du récit de la vie de Georges Chapouthier, docteur en neurobiologie dont la carrière foisonnante nous permet de découvrir certains rouages de la mémoire. Ensuite parce que George Chapouthier est aussi docteur en philosophie, ce qui fut fort utile à cet amoureux des animaux pour établir un lien entre son métier de scientifique et son souhait de défendre la cause animale. Enfin dans la forme car ce recueil est à la fois pédagogique, clair et agréable à lire.

2Georges Chapouthier est biologiste ET philosophe. Biologiste car, depuis toujours attiré par les sciences naturelles, il est devenu un brillant chercheur essayant tout au long de sa vie de décrypter les coulisses du fonctionnement cérébral ; philosophe car sa pratique quotidienne de la recherche l’a amené à s’interroger sur les rapports entre l’homme et l’animal.

3En six chapitres, le lecteur est plongé dans la vie mouvementée du scientifique : le premier nous présente son enfance et ses débuts dans la biologie, deux autres chapitres sont consacrés à son activité de neurobiologiste, deux autres à celle de philosophe et de militant et, enfin, le dernier nous présente ses théories sur le monde vivant.

4L’expérimentation animale questionne sur la souffrance des animaux en soulevant un problème éthique majeur. Ceci n’a pas toujours été le cas. L’étude de l’anatomie et de la physiologie est pratiquée, depuis fort longtemps, à partir d’animaux voire, à certaines époques et dans certaines circonstances, sur des humains. L’introduction de la médecine expérimentale, au XIXe siècle, par Claude Bernard, se justifiait d’elle-même par la nécessaire compréhension de nombreux mécanismes physiologiques. Depuis la diversification des modèles et la prise en compte du statut de l’animal, la problématique a été remodelée. L’exonération d’une réflexion sur ces pratiques a longtemps été alimentée par la certitude d’une absence de sensibilité, de conscience et de souffrance chez les animaux. Une réelle méconnaissance biologique, étayée notamment par le traditionnel dualisme corps/esprit et relayée par Descartes a placé, d’office, les animaux dans une position qui les exemptait d’un quelconque langage, de souffrance ou de conscience.

5Georges Chapouthier est né en 1945. De sa jeunesse, on retiendra son amour profond pour les animaux, le drame de la mort de son père alors qu’il n’était âgé que de quatre ans, son inclination pour les sciences naturelles et puis les études à Normale sup’. Sorti du giron de la rue d’Ulm, son apprentissage du métier de biologiste sera fait de rencontres. À Strasbourg tout d’abord, sous la houlette de Rémy Chauvin, biologiste, (entomologiste) et fervent défenseur des animaux, il obtient, à vingt-deux ans, son doctorat de troisième cycle. La biologie moléculaire est alors en plein développement et il paraît séduisant de trouver, dans les acides nucléiques, une fonction de support de l’information mnésique. Chapouthier tentera de confirmer certaines expériences déjà effectuées outre-Atlantique. En 1967, après sa thèse, il part aux États-Unis, chez George Ungar, qui conçut le premier antihistaminique synthétique et collabora avec le Pasteurien Daniel Bovet, prix Nobel 1957. Il y observe comment l’américain arrive à isoler un peptide fortement impliqué dans la peur du noir : la scotophobine. De retour en France, il prépare, chez Philipe Ropratz, une thèse d’État intitulée : Essais sur les transferts par voix chimiques d’informations acquises par le cerveau : étude critique. Il y expose tous ses résultats relatifs aux expériences menées sur les transferts cérébraux qui modifient l’apprentissage. Malgré des résultats encourageants, la difficulté est d’isoler et de caractériser formellement des molécules spécifiques de ce mécanisme.

6Puis, en 1973, il part pour Gif-sur-Yvette, chez Vincent Bloch, dans un laboratoire de physiologie nerveuse. Le concept d’empreinte, introduit par Konrad Lorentz, illustre le lien entre un animal et son environnement. Le mécanisme doit passer par l’apprentissage et donc par un modelage de la mémoire spécifique. George Chapouthier va s’atteler à en préciser le mécanisme biochimique en étudiant l’incidence d’un neuromédiateur excitateur sur le fonctionnement cérébral, l’acétylcholine.

7L’arrivée de Jean Rossier au laboratoire va réorienter les travaux vers l’étude de la relation mémoire-épilepsie-anxiété. Pour cela des études vont être menées sur le GABA, neuromédiateur inhibiteur, et sur la β-CCM (une béta-carboline) se liant sur les récepteurs des benzodiazépines mais ayant un effet différent (épileptogène, à haute dose). L’incidence et les interactions de ces molécules sur le cerveau vont permettre d’émettre l’hypothèse « qu’un mécanisme biochimique unique serait à l’origine de la mémorisation, de l’anxiété, de la convulsion […], tout serait une question de dosage ».

8En 1985, Chapouthier est contacté par Roland Jouvent pour constituer une équipe à la Salpêtrière : les travaux aboutiront à établir une relation entre mémoire, anxiété et certaines épilepsies. Les molécules peuvent faire passer d’un état à un autre en fonction de la dose. Ainsi, une petite anxiété favorisera la mémoire et une forte anxiété la perturbera.

9Après une période dédiée à la biochimie, il arrive, en 1989, rue des Saints-Pères dans le laboratoire de Robert Robertourox et explore la voie génétique de l’anxiété : les expériences montreront, comme le résume Robertouroux : « qu’il n’y a pas un gène mais “un circuit de gènes” » qui peut modifier le comportement.

10Chapouthier continuera avec brio sa carrière de neurobiologiste et, en 1986, il présente sa thèse de doctorat en philosophie : Essai de définition d’une éthique de l’homme vis-à-vis de l’animal sous la direction de François Dagognet qui fut, en son temps, élève de Georges Canguilhem. Cette date charnière officialisera ses vieilles amours cachées que sont la philosophie et la défense des animaux.

11Déjà, en 1976, à la suite d’un vol de chats dans un laboratoire de recherche à Gif-sur-Yvette et à son retentissement médiatique, Chapouthier se désolait et commençait à s’interroger sur certains comportements : « Cette affaire du vol des chats, me paraît exemplaire du dialogue de sourds qui existait, à cette époque entre, d’une part, des chercheurs uniquement préoccupés par leurs résultats scientifiques et fort peu par une réflexion éthique sur leurs animaux et, d’autre part, des opposants à l’expérimentation animale, mus par des émotions, et manifestant une incompréhension totale pour ce qu’était la recherche ».

12En 1986, un autre événement marque le chercheur : l’enlèvement de babouins au centre de Gif-sur-Yvette qui fait la une de l’actualité. La journaliste Karine Lou fait le commentaire suivant : « Le chercheur a toujours été confronté à un paradoxe majeur : d’un côté il n’a cessé de nier nos ressemblances avec l’animal pour justifier le droit de la science à l’utiliser ; de l’autre, il revendique ces ressemblances pour donner un sens à ses expériences ».

13Désormais le scientifique ne se cachera plus. D’autres rencontres essentielles vont consolider ses convictions : avec Elizabeth de Fontenay, philosophe, qui dénonce le discours « anthropomaniaque » qui soutient une discontinuité entre les animaux et les hommes, ou avec Jean-Louis Nouët, professeur de médecine, déplorant notamment l’utilisation des animaux par le cirque.

14Au discours scientifique sensé et pertinent illustré par Pierre Tambourin pour qui « L’histoire de la biologie et de la médecine montre que leur développement est indissociable de la pratique de l’expérimentation animale », Chapouthier préférera citer Montaigne, Schopenhauer ou Schweitzer et dénoncer l’héritage d’un cartésianisme exagéré et galvaudé par Nicolas Malebranche. Il prône une éthique inspirée du philosophe Bentham et de l’éthologue Peter Singer qui doit absolument respecter l’animal. Dès lors, il va se lancer dans un engagement de militant et entreprendre une réflexion approfondie. Ainsi, réfléchir sur l’animalité revient à s’interroger sur la nature entre l’homme et l’animal : Sommes-nous différents par nature ? Ou s’agit-il d’un simple degré de différence ?

15Le dualisme cartésien reposait sur un socle commun mécanique où un marqueur ontologique (la conscience) discriminait l’homme des animaux. Mais la frontière est ténue ; Darwin est passé par là et a perméabilisé la ligne de démarcation entre les espèces.

16Certains travaux de l’éthologue et psychiatre Albert Demaret ou de l’équipe de Bruno Giros et Marika Nosten-Bertand « évoquent une continuité psychopathologique entre animaux et humains ». Chapouthier, à partir d’exemples, s’interroge sur l’existence de certaines proto-culture animales, sur la capacité de certains animaux à transmettre des savoirs, à communiquer.

17Dès lors et quand bien même des éléments de langage ou de communication se retrouvent chez les animaux, le problème n’est pas la conscience ou le langage mais, comme le dit le théoricien de l’utilitarisme Jeremy Bentham : « La question n’est pas peuvent-ils raisonner, peuvent-ils parler, mais peuvent il souffrir ? »

18Par conséquent Chapouthier s’intéresse au mécanisme afférent à la douleur. La perception d’une agression extérieure (nociception), associée à une émotion, provoque une douleur. Si la douleur est perçue par une conscience, on parlera de souffrance. Or le cortex cérébral gère la souffrance chez les vertébrés.

19Le problème s’éclaircit : l’indifférence liée à la rigueur et à la nécessité scientifique laisse place à la responsabilité, à une démarche nécessairement et absolument éthique. L’homme de science s’inscrit dans cette approche en adhérant à la LFDA (La fondation droit animal, éthique et sciences). En ce qui concerne l’expérimentation animale « indispensable », il propose de réfléchir sur les conditions d’élevage, les normes scientifiques expérimentales, tout en imaginant d’autres outils, en évitant la souffrance des animaux et en responsabilisant les chercheurs par une formation ad hoc.

20Le dernier chapitre est une ouverture, une invitation faite par le chercheur. Revisitant l’entropie au niveau du vivant, Chapouthier propose une définition de ce concept qualifié de mosaïque et reposant sur deux notions qui charpentent les mécanismes biologiques : la juxtaposition et l’intégration. Cette théorie permet, non seulement, de comprendre la construction et la complexité du vivant mais peut aussi s’appliquer au langage à l’art, à l’éthique.

21L’ouvrage, rythmé par le récit de la double activité de cet homme de science, reflète les tensions qui traversent une société soucieuse, d’une part, d’une recherche rigoureuse avec ses exigences expérimentales mais qui, d’autre part, demande aux scientifiques un respect des animaux de laboratoire.

22Ces questions prises séparément amènent des réponses apparemment claires : l’expérimentation animale est nécessaire pour la recherche de nouvelles thérapeutiques. Or faire souffrir les animaux ne présente aucun intérêt et est condamnable. Réunies elles semblent insolubles.

23Mais la manière dont la philosophe Françoise Tristani-Potteaux nous montre comment George Chapouthier aménage et résout cette ambivalence nous saisit. Elle peut nous fait adhérer à sa thèse, nous interroger voire même nous irriter mais ne nous laisse pas indifférents.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Viterbo, « Françoise Tristani-Potteaux et Georges Chapouthier, Le chercheur et la souris », Histoire de la recherche contemporaine, Tome III - N°2 | 2014, 190-192.

Référence électronique

David Viterbo, « Françoise Tristani-Potteaux et Georges Chapouthier, Le chercheur et la souris », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome III - N°2 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 28 avril 2017. URL : http://hrc.revues.org/878

Haut de page

Auteur

David Viterbo

Institut Pasteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org