Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Quelles relations l’homme entretient-il avec l’animal, et réciproquement ? Cette question a traversé les siècles, voire les millénaires, en s’inscrivant dans l’enchevêtrement et les vicissitudes des pensées et des approches mythologiques et philosophiques. On se rappelle des animaux machines de René Descartes pour ne citer qu’un exemple.

2Le temps a passé depuis le XVIIe siècle et, progressivement, non sans peine, l’animal est redevenu doué de sensibilité. En témoigne, en particulier, l’amendement adopté le 11 avril 2014 à l’Assemblée nationale dont l’ « exposé sommaire » précise avec netteté : « Cet amendement a pour objet de consacrer l’animal, en tant que tel, dans le code civil afin de mieux concilier sa qualification juridique et sa valeur affective. Pour parvenir à un régime juridique de l’animal cohérent, dans un souci d’harmonisation de nos différents codes et de modernisation du droit, l’amendement donne une définition juridique de l’animal, être vivant et doué de sensibilité, et soumet expressément les animaux au régime juridique des biens corporels en mettant l’accent sur les lois spéciales qui les protègent ».

3Ce texte est l’aboutissement de multiples discussions et travaux menés depuis plusieurs décennies et dont ce nouveau numéro de la Revue souhaite rendre compte. S’y trouve en effet abordé dans une série d’articles réunis par Georges Chapouthier, un ensemble de questions dessinant une sorte de cartographie des recherches portant sur la relation de l’homme et de l’animal. D’un bout à l’autre du champ, si je puis dire, on y traite de l’animal assimilé ou réduit à un modèle pour l’étude des pathologies humaines, de la pharmacopée ou des processus neurologiques comme des questions portant sur l’éthique animale et le droit des animaux, en passant par les nouvelles approches et avancées développées en éthologie.

4Que penser, cependant, dans ce cadre éthique du projet d’une ferme (un camp ?) de mille vaches ?

5Cette perspective d’ensemble permet de faire le point sur un domaine de la recherche à la charnière de la biologie, des sciences humaines et sociales et de la philosophie. C’est là un dossier, à bien des égards, exceptionnel !

6Ce nouveau numéro ouvre également ses pages à une controverse relative à la log-périodicité dans ses rapports avec la recherche scientifique.

7Bonne lecture à tous.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Blay, « Éditorial », Histoire de la recherche contemporaine, Tome IV-N°1 | 2015, 4-5.

Référence électronique

Michel Blay, « Éditorial », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome IV-N°1 | 2015, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://hrc.revues.org/888

Haut de page

Auteur

Michel Blay

Président du Comité pour l’histoire du CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org