Navigation – Plan du site
Dossier : Chimie, comment se font les découvertes

Introduction

Jacqueline Belloni-Cofler et René Bimbot
p. 106-107

Texte intégral

1Les publications scientifiques actuelles, et même les rapports internes d’activité, sont généralement rédigés sur un mode aussi impersonnel que possible. Les propos se focalisent sur l’état antérieur du sujet, sur les nouvelles observations venant des expériences ou du calcul, et sur la logique de leurs interprétations, l’essentiel étant la validité immuable des faits exposés, qui implique l’absence de toute influence de l’observateur. Ces écrits omettent ainsi les motivations personnelles, les circonstances qui ont conduit à certains choix de recherche et à un cheminement plus au moins long et tortueux avant d’atteindre le but visé. En général, ils passent également sous silence les péripéties, les tentatives vaines, la pression de la compétition internationale, l’influence des savoirs acquis, de la maîtrise technique nécessaire et de l’accès à une instrumentation de pointe qui pourrait valider une hypothèse. Par souci de plus grande clarté et pour des raisons pédagogiques, l’ordre de l’exposé diffère assez souvent aussi de la chronologie réelle des travaux. Enfin, nul n’est censé ignorer les résultats publiés antérieurement et les rapporteurs des manuscrits tentent d’y veiller. Cependant, un rapporteur ne peut pas détecter l’oubli de bonne foi d’une inspiration puisée dans une lecture ancienne, alors que par une analyse de ses propres travaux un chercheur peut retrouver ce détail important, susceptible d’éclairer aussi les mécanismes qui l’ont conduit à sa découverte.

2Dans sa mission consistant à reconstituer l’histoire de la recherche contemporaine et à l’occasion de l’Année internationale de la chimie 2011 et du centenaire du prix Nobel de chimie de Marie Curie, le comité de rédaction de la revue a souhaité consacrer un numéro spécial à une telle analyse de quelques grandes avancées récentes de la chimie. Cinq chimistes ont été invités à relever le défi de replacer leurs travaux dans les contextes décrits plus haut afin de mieux faire comprendre les processus de leur réflexion scientifique.

3Le premier article de ce dossier est un témoignage de Gérard Férey, membre de l’Académie des sciences, qui fut sollicité peu avant qu’il ne reçoive en 2010 la médaille d’or du CNRS pour ses travaux sur les solides hybrides poreux. Au-delà de l’intérêt fondamental qu’a représenté la mise au point de la synthèse de la grande famille de ces matériaux nouveaux, ceux-ci se distinguent par leur très large gamme d’applications, qui provient du fait qu’ils sont susceptibles d’accueillir dans leurs pores toutes sortes de molécules, spécifiquement selon leur structure.

4Le deuxième article est une interview de Bruno Chaudret, membre de l’Académie des sciences, interview qui permet de revivre avec ce chimiste organicien une longue et riche carrière mise au service de la recherche. Initialement consacrés à la synthèse de polyhydrures, les travaux développés par ce spécialiste de la chimie de coordination ont abouti à la synthèse de nanoparticules aux propriétés strictement contrôlées, ce qui leur confère des applications remarquables, notamment en tant que catalyseurs.

5Jean-Christophe Plaquevent est l’auteur du troisième article. Celui-ci traite de l’émergence récente et du développement de nouveaux solvants, les liquides ioniques, qui sont peu volatiles, respectueux de l’environnement, et qui dissolvent tant le minéral que l’organique. L’emploi de ces solvants par l’auteur a révolutionné la synthèse organique en permettant des synthèses extrêmement ciblées, telles que la production spécifique d’un seul des deux isomères chiraux (éniantomères) d’une molécule donnée, notamment de biomolécules, pour de nombreuses applications pharmaceutiques.

6En même temps qu’il lui confiait la coordination de ce dossier, le comité de rédaction de la revue a demandé à Jacqueline Belloni d’y intégrer un article personnel relatant le cheminement qui lui permit, à partir de ses travaux sur la radiolyse (coupure de molécules sous l’effet de rayonnements) de montrer que les agrégats métalliques possédaient des propriétés chimiques radicalement différentes de celles des mêmes métaux à l’état massif. Cette nouvelle thermodynamique permet d’expliquer leur comportement spécifique dans nombre de phénomènes, tels que la catalyse, la transition de phase ou le mécanisme du développement photographique, mais aussi d’accroître la sensibilité en photographie. C’est le quatrième article de ce dossier.

7Le cinquième article est intimement lié au précédent. Il s’agit de la relation d’un travail exceptionnel de reconstitution scientifique et historique, la redécouverte du premier procédé photographique mis au point par Nicéphore Niépce vers 1826-1827. Cette recherche ne pouvait être menée que par un chimiste passionné de photographie, Jean-Louis Marignier. Son article, qui décrit très bien le cheminement des travaux et leur enchaînement jusqu’à leur aboutissement, clôture cette remarquable série.

8En suivant ces chercheurs à travers leur démarche telle qu’ils l’ont décrite parfois avec humour dans ce dossier, nous constatons que, bien sûr, chacun hérite de traditions d’un laboratoire, possède sa propre histoire, des motivations variées, y compris esthétiques, et une stratégie personnelle. Mais nous pouvons aussi reconnaître qu’il existe entre eux des similitudes de caractère, comme leur extrême curiosité, une certaine attirance pour des sujets risqués et le courage d’y investir des efforts sans certitude de réussite. Ce panorama se complète par une probité intellectuelle sans faille, et finalement par une conviction basée sur de premiers succès, conviction qui inspire confiance à ceux qui s’associent à leurs travaux. Comme nous le constatons aussi sur ces exemples de démarches scientifiques, et contrairement à une vision raccourcie de la recherche trop courante dans le grand public, les avancées que nous leur devons ne sont pas le fruit d’un hasard heureux. L’intuition qui les guide résulte de la mémoire accumulée de multiples savoirs et de situations déjà rencontrées, confrontée à la détection de faits nouveaux qu’ils ont su reconnaître comme ne correspondant plus aux schémas connus et qu’ils ont habilement exploités.

9Enfin, tantôt en filigrane derrière la narration, tantôt directement exprimé, l’aspect collectif de la recherche est omniprésent dans ce dossier. En effet, hormis la démarche très personnelle développée par Jean-Louis Marignier qui est liée à la nature historique de sa recherche, les remarquables parcours de chercheurs qui illustrent ce dossier impliquent toujours la présence d’autres personnes. Celles-ci sont au début les responsables de leur formation de chimiste et de leurs premiers travaux de recherche, plus tard les membres de l’équipe qu’ils dirigent lorsqu’ils atteignent la maturité, et les collègues qu’ils rencontrent lors de colloques de spécialité. Les auteurs des articles concernés ne manquent d’ailleurs pas de remercier ces collègues pour conclure leur contribution.

10Ce dossier sur le rôle de chercheurs français dans quelques grandes avancées de la chimie au cours des dernières décennies est finalement complété par l’analyse de deux numéros spéciaux de l’Actualité chimique publiés au cours de cette année 2011. Sous le titre de « La chimie prépare notre avenir », la Société chimique de France, qui édite cette revue, a ainsi voulu présenter une sélection des recherches actuelles développées dans les laboratoires de chimie français. Le premier s’attache à leurs aspects fondamentaux (nouveaux objets, nouveaux concepts) et le second à la façon dont la chimie apporte des réponses aux demandes de la société. Ces deux numéros spéciaux réalisent ainsi une remarquable photographie de cette science en mouvement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacqueline Belloni-Cofler et René Bimbot, « Introduction », Histoire de la recherche contemporaine, Tome I-N°2 | 2012, 106-107.

Référence électronique

Jacqueline Belloni-Cofler et René Bimbot, « Introduction », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome I-N°2 | 2012, mis en ligne le 01 février 2013, consulté le 26 mai 2017. URL : http://hrc.revues.org/89

Haut de page

Auteurs

Jacqueline Belloni-Cofler

Directeur de recherche émérite au CNRS. Coordinatrice du dossier.

Articles du même auteur

René Bimbot

Physicien, directeur de recherche honoraire au CNRS. Rédacteur en chef d’Histoire de la recherche contemporaine.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org