Navigation – Plan du site
Dossier : l'animal, enjeu de la recherche

Les modèles animaux et leur limites

Le plus souvent la présentation des résultats scientifiques obtenus se fait sans replacer le cadre de l’ensemble de l’expérimentation. On énonce les données sans citer le ou les modèles animaux utilisés. Cette lacune est grave comme nous tenterons de le montrer dans cette contribution.
Animal models and their limits
François Clarac
p. 15-22

Résumés

L’humanité, pour se mieux connaître, a étudié le monde animal en mettant en place des modèles d’animaux choisis pour permettre l’analyse et la compréhension de nombre de fonctions particulières. Les résultats obtenus ont permis de comprendre, non seulement leurs anatomies, physiologies ou comportements mais aussi, par un simple transfert, d’aborder les fonctions de l’espèce humaine.
Cette approche a donné lieu à des modèles fructueux malgré l’écart existant entre l’animalité et l’humanité.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2017.

Plan

Les neurosciences : unicité et diversité
L’axone géant de calmar :
Programmation centrale du mouvement :
Histoire de l’hippocampe : les travaux de Bliss et Lomo :
Les modèles animaux :
L’écrevisse
La drosophile
L’aplysie
L’oiseau et le chant
Le rat et la souris transgéniques
Le lapin
Le chat
Le singe
Le Parkinson
La connaissance des activités cérébrales
La découverte des « neurones miroirs »
Avantages et inconvénients des animaux
Avantages
Inconvénients

Aperçu du texte

La recherche, si elle existe depuis le XVIIIe siècle, s’est formalisée en France avec la création des grands organismes comme le CNRS, l’Inserm, l’Inra… qui ont pour but d’analyser le monde biologique, essentiellement l’ensemble du monde animal. Pour en faire une étude approfondie il a fallu mettre en place des préparations d’animaux choisis pour explorer certaines fonctions particulières. Les résultats ont permis de beaucoup mieux comprendre, non seulement leurs propres anatomies, physiologies ou comportements mais aussi, par un simple transfert, celles et ceux de l’espèce humaine. Nous limiterons notre propos au domaine des neurosciences, en montrant l’apport inestimable des modèles animaux. Entre les années cinquante et quatre-vingt, les sciences neurologiques se sont regroupées en une seule, les neurosciences (Brazier 1959, Clarac 2008).

La réussite de cette thématique est due en grande partie aux animaux utilisés. On ne dit jamais assez que, souvent, c’est le modèle qui a été à...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Clarac, « Les modèles animaux et leur limites », Histoire de la recherche contemporaine, Tome IV-N°1 | 2015, 15-22.

Référence électronique

François Clarac, « Les modèles animaux et leur limites », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome IV-N°1 | 2015, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 26 avril 2017. URL : http://hrc.revues.org/906 ; DOI : 10.4000/hrc.906

Haut de page

Auteur

François Clarac

Chercheur émérite au CNRS en neurosciences, François Clarac a analysé le comportement d’invertébrés comme de vertébrés. Son travail majeur a montré comment la maturation du système nerveux assure le développement du comportement moteur du rat nouveau-né au cours de sa première semaine post-natale.

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org