Navigation – Plan du site
Analyses d'ouvrages

Gabriel Gohau, Histoire de la Tectonique

Michel Morange
p. 188
Référence(s) :

Gabriel Gohau, Histoire de la Tectonique. Des spéculations sur les montagnes à la tectonique des plaques, Vuibert/ADAPT-SNES, 2010.

Texte intégral

1Scientifique et historien naïf en ce qui concerne l’histoire des sciences de la Terre, je m’attendais en ouvrant les pages de cet ouvrage à découvrir l’histoire de la tectonique des plaques.

2 Tel n’est pas le contenu du livre. La tectonique est la science qui s’interroge sur la formation des paysages terrestres, et en particulier sur l’origine des montagnes. Dès l’Antiquité, il était clair que l’érosion tendait à faire disparaître les montagnes. Leur existence était donc le résultat, soit d’une création récente mais elles étaient appelées à se dégrader irrémédiablement ; ou bien il existait des processus contraires qui de manière continue ou catastrophiste en restauraient les caractéristiques originelles.

3Cette histoire de la tectonique est longue, et quelques contributions majeures, souvent oubliées, émergent : celles de Buridan, Léonard de Vinci, Descartes, Hutton, et Élie de Beaumont qui en signe l’acte officiel de naissance. Gabriel Gohau prend plaisir à extirper des contributions passées inaperçues de la plupart des historiens ; au prix d’allers-retours dans le temps, et au risque parfois d’égarer le lecteur peu familier avec cette histoire.

4 Cet ouvrage est aussi un ouvrage d’épistémologie au sens français du terme. Gabriel Gohau teste les nombreux modèles d’évolution des connaissances scientifiques élaborés au XXe siècle. Sa préférence va au modèle proposé par Gaston Bachelard : la connaissance scientifique progresse en surmontant des obstacles épistémologiques, souvent de nature psychologique ou psychanalytique. L’idée de révolution scientifique convient moins bien à cette histoire, tant les continuités y semblent fortes. J’ai le sentiment que l’hypothèse de l’historien Gerald Holton selon laquelle la science progresse en oscillant entre des « themata » opposés trouve aussi de nombreuses illustrations dans cette histoire des théories sur l’origine des montagnes.

5 De longues citations des principaux auteurs sont données ; accessibles sur le web, elles représentent un matériel important, en particulier pour les enseignants. Il en est de même des illustrations, elles aussi souvent originales.

6 Malgré son intérêt, le livre n’a pas comblé mon attente sur deux points. J’ai trouvé cette histoire trop « internaliste ». Les évolutions de la Société, les révolutions politiques ne semblent guère avoir d’impact. Plus étrange encore, ce n’est que très indirectement que l’on se rend compte que les grandes explorations ou la révolution industrielle ont pu concourir à une interrogation croissante sur la genèse des montagnes.

7 Une des raisons est sans doute que l’auteur a écrit en 2003, chez le même éditeur, un ouvrage intitulé Naissance de la géologie historique. Ne voulant pas répéter ce qu’il a déjà écrit, il a omis du présent ouvrage tout ce qui relevait du temps et de la durée. Si l’intention est louable, il est évident cependant que l’absence de cette dimension temporelle enlève aux débats qui sont décrits un de leurs enjeux majeurs.

8 L’auteur a raison de montrer que les interrogations sur l’origine des montagnes sont anciennes, et de nous faire découvrir l’extraordinaire richesse des explications qui ont été proposées au cours des siècles pour en rendre compte. J’ai néanmoins eu le sentiment, en refermant le livre, que le développement de la tectonique des plaques n’avait pas la place qui lui revenait. La dérive des continents n’apparaît que vingt pages avant la fin de l’ouvrage, et ses mécanismes sont très brièvement décrits dans l’épilogue. C’est dommage car la nouvelle vision me semble mériter mieux. C’est regrettable aussi car de nombreux lecteurs risquent de ne pas trouver dans l’ouvrage ce qu’ils pouvaient légitimement en attendre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Morange, « Gabriel Gohau, Histoire de la Tectonique », Histoire de la recherche contemporaine, Tome I-N°2 | 2012, 188.

Référence électronique

Michel Morange, « Gabriel Gohau, Histoire de la Tectonique », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome I-N°2 | 2012, mis en ligne le 12 février 2013, consulté le 25 mai 2017. URL : http://hrc.revues.org/95

Haut de page

Auteur

Michel Morange

Professeur de biologie à l’Ens et à l’Université Paris 6, Directeur du Centre Cavailles d’histoire et de philosophie des sciences de l’Ens.

Articles du même auteur

  • Commentaire sur l’article d’Ivan Brissaud [Texte intégral disponible en juin 2017]
    Ivan Brissaud propose dans son article que la Théorie de la relativité d’échelle (appelée TRE dans la suite de ce texte) et les modèles log-périodiques qui en découlent soient utilisés en histoire des sciences. Élaborés par Laurent Nottale, ils ont été appliqués jusqu’à présent à des phénomènes physiques (en astronomie, géophysique), biologiques, économiques et même artistiques. Les deux exemples discutés dans la contribution d’Ivan Brissaud sont celui de la découverte des éléments chimiques, et du développement des accélérateurs de particules. Les résultats ont été déjà présentés dans deux articles (1, 2).
    Paru dans Histoire de la recherche contemporaine, Tome IV-N°1 | 2015
  • Un retour du vitalisme ? [Texte intégral]
    Analyse et réflexions suggérées par la lecture de deux ouvrages :Nouvel Pascal, Repenser le vitalisme, Presses universitaires de France, Paris, 2011 et Normandin Sebastian and Wolfe Charles T. (eds), Vitalism and the Scientific Image in Post-Enlightment Life Science, 1800-2010, Springer, New York, 2013.
    Paru dans Histoire de la recherche contemporaine, Tome II - N°2 | 2013
Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org