Navigation – Plan du site
Dossier : l'animal, enjeu de la recherche

L’éthique animale au croisement des perspectives de recherche entre éthologie et philosophie

Nous proposons de nous interroger non seulement sur nos obligations morales à l’égard des animaux mais surtout sur leurs capacités morales : peuvent-ils porter des évaluations morales et agir moralement ? Il s’agit donc non tant de s’intéresser à la morale pour les animaux qu’à la morale par les animaux.
Animal ethics at the crossing of research perspectives in ethology and philosophy
Mathilde Lalot, Vanessa Nurock et Dalila Bovet
p. 44-49

Résumés

Des recherches conduites récemment en éthologie tendent à considérer les animaux comme des agents moraux. Ils ne concernent que peu d’espèces, primates surtout, et étudient essentiellement les comportements liés à l’empathie et le sentiment d’injustice. Ces deux thématiques coïncident avec certains travaux menés en psychologie et en philosophie morales qui suggèrent que notre capacité morale s’appuie sur au moins deux principales sous-capacités consacrées respectivement à un sens du juste et à un sens du bon. Ces recherches influencent notre manière de concevoir la morale et notre relation avec les animaux.

Haut de page

Texte intégral

Évolution des représentations : l’animal, agent moral

1Notre représentation morale des animaux – voire leur statut moral – a considérablement évolué ces dernières décennies. On a coutume de considérer qu’une première révolution des mentalités s’est opérée au dix-huitième siècle sous l’influence du philosophe utilitariste Jeremy Bentham, en posant la question « peuvent-ils souffrir ? ». Pourtant, un certain nombre de travaux conduits récemment en éthologie tend à déplacer le centre de gravité depuis une conception des animaux comme patients moraux vers une considération de ces derniers comme agents moraux. Il nous faudrait étudier les capacités morales des animaux (Nurock 2013). De quelle « morale » parle-t-on alors ? Se pose ainsi également, en filigrane, la question de savoir quel type de communauté nous formons avec eux. 

  • 1 Flack J., de Waal F., “Any animal whatever: Darwinian building blocks of morality in monkeys and ap (...)

2Ce qui frappe avant tout, lorsque l’on s’intéresse à ces recherches, c’est leur concentration sur deux aspects. Tout d’abord, elles ne concernent qu’un nombre restreint d’espèces animales, essentiellement des primates. Ensuite, elles sont, de fait, centrées autour d’un petit nombre de thématiques. Ces dernières impliquent, à première vue, quatre dimensions principales : la capacité à ressentir de l’empathie pour des congénères ; l’établissement de règles sociales ; le respect d’une certaine équité ou réciprocité ; des comportements visant à maintenir ou à restaurer une bonne entente au sein du groupe, enfin1. Empiriquement, les plus étudiées concernent deux grandes directions : les comportements empathiques et prosociaux d’une part ; la coopération et le sentiment d’injustice de l’autre.

Focalisation du champ de recherches : prosocialité et injustice chez les primates

3Commençons par l’empathie. Celle-ci implique de se préoccuper des états émotionnels d’autrui et de tenter de les améliorer. De nombreux comportements qualifiés d’empathiques ont été observés lorsqu’il s’agit d’aider un congénère en détresse ; que ce soit par exemple chez des éléphants en milieu naturel ou chez des rats au cours d’une situation artificielle en laboratoire dans laquelle les individus ont préféré libérer un congénère plutôt que d’atteindre une source de nourriture appétante – ce qui suggère que ces comportements pourraient exister chez d’autres espèces que les primates.

  • 2 Wilkinson G., “Reciprocal food sharing in the vampire bat”, Nature, n°308, 1984, p.181-184.
  • 3 Péron F., John M., Sapowicz S., Bovet D., Pepperberg I.M., “A Study of Sharing and Reciprocity in G (...)

4L’empathie peut constituer une composante d’un comportement prosocial ou altruiste. Un comportement est considéré comme altruiste s’il entraîne un bénéfice direct pour le receveur et un coût immédiat pour le donneur. Beaucoup d’exemples d’altruisme impliquent une transmission, directe ou indirecte, des gènes de l’individu altruiste ou encore une certaine forme de réciprocité, soit immédiate, soit latente. C’est le cas des chauves-souris vampires qui, quand elles ont effectué une chasse fructueuse, partagent le sang par régurgitation avec celles qui n’ont pas trouvé de nourriture, en particulier lorsque celles-ci ont déjà partagé le fruit de leur chasse précédemment2. Cependant, il arrive que des comportements laissent imaginer un altruisme totalement désintéressé, mais il s’agit plus souvent de cas anecdotiques observés chez des espèces cognitivement avancées telles que certains primates et mammifères marins ou encore chez des éléphants. Pour étudier l’empathie de façon expérimentale, on s’intéresse souvent à la prosocialité. Un comportement prosocial, comme un comportement altruiste, induit un bénéfice pour le receveur mais, à l’inverse de ce dernier, n’implique pas de coût pour l’acteur. L’acteur pourra, par exemple, choisir entre deux actions qui le récompenseront toutes deux, mais l’une de ces deux actions récompensera également un congénère. Une tendance à choisir l’action prosociale a été montrée chez diverses espèces de singes comme les ouistitis, les bonobos ou les capucins, mais des résultats contradictoires ont été obtenus chez d’autres primates tels que les tamarins et les chimpanzés ; en dehors des primates, une seule étude de ce type, menée chez des perroquets gris du Gabon, montre également chez cette espèce des tendances prosociales et à la réciprocité3.

5À côté des études portant sur l’empathie et la prosocialité, d’autres travaux s’intéressent à la coopération et au sentiment d’injustice. La coopération peut être définie comme un ensemble d’interactions bénéficiant aux congénères pour atteindre un but commun et passe parfois par la mise en place de règles sociales, profitables au groupe dans son ensemble – même si l’individu n’y trouve pas forcément son propre bénéfice immédiat. Des expériences ont notamment montré que des animaux étaient capables de coopérer dans une tâche instrumentale, comme tirer ensemble une corde, pour obtenir une récompense alimentaire.

6Cette coopération s’accompagne souvent d’une attente de rétribution et d’autres études montrent la manifestation, chez certains animaux, d’un sentiment d’injustice. Lors d’une expérience dans laquelle des singes capucins entraînés à donner un jeton en échange de concombres voyaient leurs voisins recevoir une nourriture beaucoup plus appréciée (du raisin), pour le même – voire aucun – effort il s’avère que ces singes refusaient de continuer l’exercice, soit en cessant de donner des jetons, soit en refusant le concombre qu’on leur donnait.

La morale animale : une morale naïve ?

7On peut toutefois interroger les deux aspects principaux de ces recherches : d’une part, le nombre, de fait, restreint de thématiques morales prises en compte peut-il se justifier ? D’autre part, comment envisager le nombre limité d’espèces testées à ce jour ?

  • 4 Nurock V., Sommes-nous naturellement moraux?, PUF, Paris, 2011.

8Notons, tout d’abord, que la circonscription du champ des recherches empiriques à deux grandes thématiques coïncide avec certains travaux conduits en psychologie ainsi qu’en philosophie morales, qui incitent à ne pas restreindre la morale à la justice mais à l’élargir au care – que l’on peut caractériser comme notre capacité à nous soucier de nous-mêmes et d’autrui et à en prendre soin. Sur le plan cognitif, ces travaux suggèrent que notre capacité morale s’appuie sur (au moins) deux principales sous-capacités. Elles sont consacrées, d’une part, à ce que l’on peut qualifier de sens du juste, car il évalue les actions intentionnelles selon leurs caractéristiques de réciprocité et de répartition et, de l’autre, comme un sens du bon, en ce qu’il participe du bien-être ou encore du care, qui apprécie les actions intentionnelles en termes de conséquence bénéfique ou dommageable pour le bien-être corporel ou psychologique d’autrui4.

  • 5 Csibra G., Biro S., Koos O., Gergely G., “One-year-old infants use teleological representations of (...)
  • 6 Simner M.L., “Newborn's response to the cry of another infant”, Developmental Psychology n°5, 1971, (...)
  • 7 Smetana J., “Preschool children's conceptions of moral and social rules”, Child Development n°52, 1 (...)
  • 8 Premack D., Premack A.J., “Infants attribute value +/- to the goal-directed actions of self-propell (...)
  • 9 Warneken F., Chen F., Tomasello M., “Cooperative activities in young children and chimpanzees”, Chi (...)

9Ces deux capacités sont attestées chez l’être humain dès son plus jeune âge. D’un côté, de nombreux éléments permettent de suggérer que le sens du care se manifeste très tôt. On sait, par exemple, que le très jeune enfant est à même d’inférer le caractère intentionnel (au sens de dirigé vers un but) d’une action dès neuf mois environ5. Capable de reconnaître les expressions de détresse ou de colère chez autrui, il réagit, de plus, de manière différenciée à celles-ci6. Le jeune enfant est également susceptible d’émettre des évaluations morales sans les confondre avec des conventions variables selon les époques et les cultures7. D’un autre côté, un nombre croissant de données empiriques permet d’étayer l’existence du sous-système naïf du juste car les capacités de réciprocité (ou de compréhension de la réciprocité) et de coopération semblent attestées très tôt chez les bébés. Dès l’âge d’un an8, ils appréhendent les conduites réciproques et s’attendent à ce que la réciprocité ait davantage un rapport avec la valence (positive ou négative) de l’action qu’avec sa forme. Il apparaît également qu’ils aident spontanément un adulte de manière très précoce, au moins dès l’âge de dix-huit mois9, et ne le font que si une personne semble en exprimer le besoin.

  • 10 Spelke E. S., “Core Knowledge”, American Psychologist, 2000, p.1233-1243.

10On peut ainsi proposer l’hypothèse que ces capacités pourraient être comprises comme deux « noyaux cognitifs naïfs », pour reprendre le concept proposé par Carey, Hauser et Spelke10. Ces noyaux, dont l’existence est attestée expérimentalement dans des domaines variés (biologie, arithmétique, etc.) sont partagés avec des animaux non humains. Ils ne désignent pas des structures physiquement identifiées dans le cerveau mais plutôt des mécanismes psychologiques constituant la base instinctive sur laquelle peut éventuellement (mais pas nécessairement) se développer une capacité morale plus réflexive : chez l’être humain, ils perdurent à l’âge adulte et continuent à traiter l’information comme ils le faisaient déjà durant l’enfance. On peut dire que ces noyaux servent ainsi de « briques élémentaires » permettant le développement de nouvelles compétences cognitives et de théories complexes chez les humains.

11Trois arguments au moins sont susceptibles d’être invoqués en faveur d’une extension de cette conception au champ moral et donc en faveur de l’hypothèse d’une « morale naïve » : premièrement, aucune culture n’est dénuée de morale – même si le contenu de la morale peut varier selon les cultures ; deuxièmement, ainsi que l’on vient de le voir, les intuitions morales sont précoces ; troisièmement, comme on l’a souligné, de nombreux comportements d’animaux non humains sont caractérisés par l’altruisme ou le désir de punir les tricheurs et certains types d’agresseurs.

Quelles perspectives ?

  • 11 Bates L.A., Lee, P.C., Njiraini, N., Poole, J.H., Sayialel, K., Sayialel, S., Moss, C. J., Byrne, R (...)

12Répétons toutefois que les données dont on dispose aujourd’hui sur les animaux sont ciblées sur des primates. De sorte que l’on peut s’interroger sur l’utilité de les transposer à d’autres espèces afin, notamment, de tester si le développement de ces capacités a un rapport quelconque avec le sexe – comme on pourrait le conclure de manière peut-être un peu hâtive et schématique – ou encore avec l’accomplissement de certaines tâches – on serait tenté de dire avec le rôle, voire le genre. On remarque en effet que le noyau du care semble davantage développé chez les femelles et le sens de l’injuste chez les mâles. Chez diverses espèces, les femelles montrent en effet plus d’empathie que les mâles11 mais semblent moins sensibles à l’injustice. Ainsi, lorsque des chimpanzés voient leurs voisins recevoir une meilleure récompense pour une tâche similaire, les mâles réagissent davantage que les femelles et refusent de travailler. Or, ces données ont été mises au jour au sein d’espèces où les femelles s’occupent traditionnellement des petits et sont soucieuses de leur bien-être, alors que les mâles sont habitués à aller chasser, notamment de manière coopérative et partagent ensuite la viande – chacun recevant une quantité de nourriture en relation avec sa présence et son efficacité durant la chasse. Si la répartition des tâches était différente, le développement de ces capacités le serait-il également ?

13Ces travaux récents témoignent ainsi d’une évolution singulière des recherches sur l’éthique animale. Non seulement, ils entraînent un renouvellement de nos connaissances relatives aux animaux, mais ils influent également sur notre manière de concevoir la morale et notre relation avec eux. Élargir le champ de recherche à d’autres espèces que les mammifères permettrait d’aller plus loin en affinant notre compréhension des modalités de développement de ces capacités ainsi que des variations éventuelles selon les espèces (plutôt que de parler « des animaux » de manière vague), que ce soit dans l’espace naturel ou dans des conditions expérimentales. Last but not least, un tel élargissement permettrait d’appréhender quel lien existe éventuellement entre le développement de ces capacités et le sexe ou encore le rôle joué par les individus dans la répartition de certaines tâches au sein du groupe.

Haut de page

Bibliographie

Bovet D., « Peut-on étudier la morale chez les animaux ? », Études Rurales, n° 189, 2012, p. 57-74.

Brosnan S.F., de Waal F.B.M., “Monkeys reject unequal pay”, Nature, n° 425, 2003, p. 297-299.

Dawkins M.S., La souffrance animale, Éditions du Point Vétérinaire, Maisons-Alfort, 1983.

de Waal F.B.M., Le bon singe : Les bases naturelles de la morale, Éditions Bayard, Paris, 1997.

de Waal F.B.M., “Putting the altruism back into altruism: The evolution of empathy”, The Annual Review of Psychology, n° 59, 2008, p. 279-300.

Goffi J. Y., Le philosophe et ses animaux, Paris, Jacqueline Chambon, 1994.

Jensen K, Hare B, Call J, Tomasello M., “What’s in it for me ? Self-regard precludes altruism and spite in chimpanzees”, Proceedings of the Royal Society B, Biological Sciences, n° 273, 2006, p. 1013-1021.

Larrère C. & R., « La morale au royaume des animaux » in Cadmos V., Cézilly P., Guenancia P., Sylvestre J-P. (dir), Homme et animal : la question des frontières, 2009, p. 109-128.

Nurock V., « L’animal est-il un être humain sympathique ? Perspectives cognitives sur la question d’une ‘morale animale’« , Revue du MAUSS, 1(31), 2008, p. 397-410.

Proust J., « La Cognition animale et l’éthique », Le Débat, n° 108, 2000, p. 175-183.

Haut de page

Notes

1 Flack J., de Waal F., “Any animal whatever: Darwinian building blocks of morality in monkeys and apes”, Journal of Consciousness Studies, n°7, 2000, p.1-29.

2 Wilkinson G., “Reciprocal food sharing in the vampire bat”, Nature, n°308, 1984, p.181-184.

3 Péron F., John M., Sapowicz S., Bovet D., Pepperberg I.M., “A Study of Sharing and Reciprocity in Grey Parrots (Psittacus erithacus)”, Animal Cognition, n°16, 2013, p.197-210.

4 Nurock V., Sommes-nous naturellement moraux?, PUF, Paris, 2011.

5 Csibra G., Biro S., Koos O., Gergely G., “One-year-old infants use teleological representations of actions productively”, Cognitive Science, n°27, 2003, p.111-133.

6 Simner M.L., “Newborn's response to the cry of another infant”, Developmental Psychology n°5, 1971, p.136-150; Soken N., Pick A., “Infant's Perception of Dynamic Affective Expressions: Do Infants Distinguish Specific Expressions?”, Child Development n°70, 1999, p.1275-1282.

7 Smetana J., “Preschool children's conceptions of moral and social rules”, Child Development n°52, 1981, p.1333-1336.

8 Premack D., Premack A.J., “Infants attribute value +/- to the goal-directed actions of self-propelled objects”, Journal of Cognitive Neuroscience n°9, 1997, p.848-856.

9 Warneken F., Chen F., Tomasello M., “Cooperative activities in young children and chimpanzees”, Child Development, n°77, 2006, p.640-663.

10 Spelke E. S., “Core Knowledge”, American Psychologist, 2000, p.1233-1243.

11 Bates L.A., Lee, P.C., Njiraini, N., Poole, J.H., Sayialel, K., Sayialel, S., Moss, C. J., Byrne, R.W., “Do elephants show empathy?”, Journal of Consciousness Studies, n°15, 2008, p.204-225; Ben Ami Bartal I., Decety, J., Mason P., “Empathy and Pro-Social Behavior in Rats”, Science, n°334, 2011, p.1427-1430; Brosnan, S.F., Talbot, C., Ahlgren, M., Lambeth, S.P., Schapiro, S. J., “Mechanisms underlying responses to inequitable outcomes in chimpanzees, Pan troglodytes”, Animal Behaviour, n°79, 2010, p.1229-1237.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathilde Lalot, Vanessa Nurock et Dalila Bovet, « L’éthique animale au croisement des perspectives de recherche entre éthologie et philosophie », Histoire de la recherche contemporaine, Tome IV-N°1 | 2015, 44-49.

Référence électronique

Mathilde Lalot, Vanessa Nurock et Dalila Bovet, « L’éthique animale au croisement des perspectives de recherche entre éthologie et philosophie », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome IV-N°1 | 2015, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 16 août 2017. URL : http://hrc.revues.org/953 ; DOI : 10.4000/hrc.953

Haut de page

Auteurs

Mathilde Lalot

Mathilde Lalot est doctorante au Laboratoire éthologie, cognition, développement de l’université Paris Ouest Nanterre. Sa thèse porte sur les origines animales de la morale et les différences entre les sexes

Vanessa Nurock

Vanessa Nurock est philosophe, maître de conférences au LabTop-CRESPPA de l’université Paris 8-Saint Denis. Ses recherches portent sur l’éthique et la philosophie politique, notamment les questions liées à la formation des évaluations morales, ainsi qu’à la théorie de la justice et à l’éthique du care.

Dalila Bovet

Dalila Bovet est éthologue, maître de conférences au Laboratoire éthologie, cognition, développement de l’université Paris Ouest Nanterre. Elle étudie la cognition sociale et les comportements moraux chez diverses espèces animales

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org