Navigation – Plan du site
Dossier : l'animal, enjeu de la recherche

Les trois âges de l’éthique animale.

L’éthique animale en France après la seconde guerre mondiale reste en grande partie à écrire. Nous tentons dans cet article de formuler les grandes lignes qui la caractérisent pour en distinguer trois grandes époques : la première correspond à la réception de l’éthique animale anglophone dont les plus importants ouvrages ont tardé à être reçus en France comme il aurait été souhaitable. La deuxième est celle de la découverte de ce qu’on appelle les « Cultural Studies », nouveau domaine de connaissance bien représenté par la philosophe américaine Donna Haraway dont les idées intéressent de plus en plus l’éthologie principalement. Enfin, la troisième permet de rendre compte des travaux éthiques de l’un des plus importants philosophes français contemporains, Jacques Derrida, dont les idées pourraient constituer un nouveau départ pour l’éthique animale ouverte dorénavant sur la question politique.
The three ages of animal ethics
Patrick Llored
p. 50-53

Résumés

L’histoire de l’éthique animale française ne peut être décrite sans prendre en compte la révolution qu’a été la découverte de l’éthique animale anglophone, et tout particulièrement celle des philosophes Peter Singer et Tom Regan. Mais écrire cette histoire oblige à aller plus loin et à comprendre qu’il y a plusieurs conceptions de l’éthique animale qui ne peuvent être réduites au seul volet normatif dont les philosophes ci-dessus cités sont les plus importants représentants. Deux autres noms dominent ce nouveau domaine de la connaissance : la philosophe-biologiste américaine Donna Haraway et le père de la déconstruction du propre de l’homme, Jacques Derrida.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 C’est le cas du travail pionnier du philosophe Jean-Baptiste Jeangène Vilmer dont l’ouvrage, Éthiqu (...)
  • 2 Signalons le remarquable travail d’historienne de l’éthique animale fait par Élisabeth de Fontenay (...)

1L’histoire de l’éthique animale en France reste en grande partie à écrire non pas parce qu’il n’existerait pas de livres qui lui sont consacrés mais plutôt parce que l’avènement de cette éthique n’a pas fait, pour le moment, l’objet d’études historiques. Nous pouvons donc faire l’histoire des textes qui ont été publiés en France sur le sujet mais nous ne pouvons pas, pour le moment, expliquer historiquement comment cette éthique a été reçue par les différents milieux auxquels elle était destinée. Il existe donc des ouvrages qui font le bilan de celle-ci, mais ils en restent, la plupart du temps, à une analyse théorique du contenu de cette éthique sans pouvoir, pour le moment, préciser les raisons politiques, sociales et culturelles pour lesquelles elle a, au fond, très peu pénétré dans les différents domaines qu’elle cherchait à toucher1. Nous allons décrire et analyser cette histoire de l’éthique animale en France après 1945 en défendant la thèse qu’elle a connu trois âges historiques clairement identifiables. Le premier pourrait être celui de la découverte de cette éthique animale dans les années quatre-vingt en France, découverte qui se poursuit toujours puisque cette première éthique est principalement d’origine anglophone2. Le deuxième serait celui qui correspond à ce qui s’est passé dans les années 2000, à savoir la découverte d’une autre éthique que celle évoquée précédemment, une éthique plus ouverte, moins théorique et moins normative, puisque prenant en compte la dimension culturelle, sociale et politique des problèmes qu’elle soulève. On parle le plus souvent, pour nommer cette éthique élargie, de « cultural studies » car elle provient d’une nouvelle connaissance pour laquelle les sciences sont, d’abord et avant tout, une pratique sociale qui ne peut pas se comprendre sans prendre en compte le contexte culturel dans lequel elles trouvent leur légitimation.

2La philosophe qui illustre le mieux cette éthique animale d’un genre nouveau, sensible aux relations entre celle-ci et la science donc, est Donna Haraway, qui est à la fois une scientifique et une philosophe qui a fait de la question animale un des thèmes majeurs de sa pensée en proposant une éthique animale non normative mais ouverte sur la société. Il existe enfin un troisième âge de la réflexion éthique sur l’animal qui prend forme dans la philosophie française contemporaine et dont la philosophie de Jacques Derrida pourrait bien être le meilleur exemple. Il s’agit d’une réflexion éthique sur la condition animale mais à partir de concepts très différents de ceux qui fondent l’éthique animale de langue anglaise qui est principalement normative. Cette toute autre éthique est probablement le dernier grand événement dans le domaine de la philosophie animale et la déconstruction, autre nom de la pensée de Jacques Derrida, pourrait redonner à l’éthique animale une nouvelle vie puisque les éthiques animales de langue anglaise continuent à faire l’objet d’un rejet massif de la part de la communauté intellectuelle française, tant du côté des scientifiques que de celui des juristes.

L’éthique animale de langue anglaise : une reconnaissance française encore à venir.

  • 3 Un important colloque international se tiendra en mai 2015 à Rennes, en présence de Peter Singer, à (...)
  • 4 Peter Singer, La Libération animale, Paris, Grasset, 1993.
  • 5 Peter Singer, La Libération animale, p.56.

3L’ouvrage qui va introduire de manière radicale l’éthique animale en France est celui du philosophe australien Peter Singer, Animal liberation, publié en langue anglaise en 19753 et traduit seulement en 19934. Dans notre pays, ce livre est un événement à plus d’un titre car il permet aux lecteurs français de découvrir une tradition philosophique méconnue qui s’est souvent préoccupée du sort des animaux : l’utilitarisme philosophique et, tout particulièrement, l’utilitarisme anglais de Jérémy Bentham qui est l’un des premiers penseurs européens à avoir inscrit le problème de la souffrance animale dans la philosophie et, par conséquent, à proposer les prémisses d’une éthique animale en formation, laquelle influencera Peter Singer qui la radicalisera pour en faire ce qu’on pourrait appeler une philosophie de la libération animale. La radicalité de la thèse singerienne est de penser que « s’il faut choisir entre la vie d’un être humain et celle d’un autre animal, nous devons sauver celle de l’humain ; mais il peut y avoir des cas particuliers où l’inverse sera vrai, quand l’être humain en question ne possède pas les capacités d’un humain normal5 » ! Autrement dit, ce ne sont ni la vie qui a de la valeur en elle-même ni celle d’aucune espèce, mais fondamentalement l’individu vivant qui doit servir de norme à tout jugement en matière d’éthique animale. C’est ce qui s’appelle un antispécisme, à savoir l’idée qu’il ne faut pas privilégier, à n’importe quelle condition, la seule vie humaine mais toute vie à partir du moment où elle est conduite à se réaliser selon des critères biologiques intrinsèques. On peut donc parler d’un profond individualisme biologique qui dépasse la distinction classique entre humains et non humains. Or cette thèse radicale qui établit une égalité ontologique entre vivants humains et non humains sera reçue avec la plus grande résistance par le champ philosophique français qui y verra un danger mettant en question les valeurs humanistes qui fondent notre société. C’est la raison pour laquelle Singer reste encore un auteur très peu commenté et très peu lu en France jusqu’à aujourd’hui.

  • 6 Florence Burgat, Liberté et inquiétude de la vie animale, Paris, Kimé, 2005.

4L’accueil des plus prudents qui a été réservé à son éthique animale a néanmoins offert la possibilité à certains philosophes français de préciser les enjeux de sa philosophie mais toujours de façon très timorée, comme si cette égalité de traitement moral entre humains et animaux déplaçait avec trop de radicalité philosophique des frontières sacrées et intouchables. C’est pourquoi, même chez des auteurs engagés en éthique animale, cet utilitarisme ne sera jamais vraiment développé et approfondi en France. Ce sera le cas de la philosophe Florence Burgat qui, même si elle partage cette égalité de traitement, ne s’inscrira jamais dans une perspective utilitariste radicale à la Singer. Ses ouvrages importants6 et novateurs témoignent d’un intérêt explicite pour cette éthique, mais cette philosophe animaliste de premier plan, à la pointe de la réflexion éthique en France, préférera conduire ses recherches vers une autre tradition philosophique très éloignée de l’utilitarisme : la phénoménologie animale qui est moins une éthique qu’une interprétation du comportement animal avant tout réductionnisme scientifique.

  • 7 Tom Regan, Les droits des animaux, traduction d’Enrique Utria, Paris, Hermann, 2013.
  • 8 Jean-Yves Goffi, le Philosophe et ses animaux : du statut éthique de l’animal, Nîmes, Chambon, 1994
  • 9 Citons enfin un éminent théoricien de l’éthique animale, encore peu connu en France, Gary Francione (...)
  • 10 Signalons le remarquable travail du juriste Jean-Pierre Marguenaud, créateur de la Revue semestriel (...)

5Il est intéressant de constater qu’un phénomène de même nature s’est produit assez récemment avec la parution d’un autre ouvrage phare de l’éthique animale de langue anglaise, le grand livre du philosophe américain Tom Regan, Les Droits des animaux dont la traduction a été publiée en français en 2013 seulement7. Ce livre, important pour la philosophie des droits des animaux et édité initialement en 1983, aura donc mis trente ans à être diffusé en France ! Cet ouvrage majeur a certes fait l’objet d’une valorisation, avant même sa publication, par des auteurs français dont le philosophe Jean-Yves Goffi qui, dans son livre novateur Le philosophe et ses animaux : du statut éthique de l’animal, paru en 19948, fait ainsi découvrir aux lecteurs français des pans entiers de l’éthique animale de langue anglaise. Mais force est de constater de manière objective que ce chef-d’œuvre de la philosophie des droits animaux n’a pas encore fait l’objet de discussions approfondies de la part de la communauté philosophique et juridique, comme si de telles idées des plus novatrices rencontraient des difficultés à être partagées en raison de leur supposée trop grande radicalité intellectuelle qui conduit à un abolitionnisme explicite et revendiqué de toutes les formes d’exploitation actuelle de la vie animale9. On ne peut comprendre que de cette manière sa réception plus que prudente tout en espérant un accueil vraiment critique et d’envergure de cette œuvre marquante de l’éthique et du droit animal10.

L’éthique animale de Donna Haraway : une éthique animale ouverte sur la culture.

  • 11 Donna Haraway, Manifeste des espèces de compagnie. Chiens, humains et autres partenaires, Paris, Éc (...)

6Les travaux de cette philosophe américaine, Donna Haraway, dont quelques ouvrages ont été traduits en français ces dix dernières années11, inscrivent l’éthique animale dans une toute autre perspective que celle de l’antispécisme dont nous venons d’évoquer les noms des deux principaux représentants, Peter Singer et Tom Regan. Ses travaux constituent un profond et radical travail de sape de nombreuses croyances philosophiques et culturelles quant à un supposé propre de l’homme. La dimension transgressive de son éthique animale la conduit à destituer l’humain de sa prétendue exception culturelle en allant jusqu’à prêter aux animaux des qualités censées constituer le fameux propre de l’homme : l’amour, l’invention de soi et la culture ! Mais surtout, et tel est l’intérêt de son éthique ainsi que son originalité, pour cette biologiste-philosophe, à l’origine des « Cultural Studies » en matière animale, toute l’histoire humaine n’a et ne prend sens que par rapport aux liens complexes et riches que les hommes et les animaux ont su créer entre eux, installant ainsi au cœur de cette histoire une hétéronomie radicale qui subvertit l’opposition métaphysique qui guide encore en profondeur notre conception de l’animalité, à savoir le dualisme entre la nature et la culture.

  • 12 Vinciane Despret, Que diraient les animaux… si on leur posait les bonnes questions, Paris, La Décou (...)

7Ce geste de grande importance philosophique est ainsi mis au service d’une dimension critique forte car il permet de déconstruire les différentes formes de domination qui s’exercent sur les animaux au nom d’une conception absolutiste de la culture humaine. D’où son concept de « natureculture » aux effets critiques importants pour l’éthique puisqu’il permet de penser autrement le rapport de connaissance qui se crée entre hommes et animaux. C’est ce point précis qui touche à la question de la recherche scientifique sur l’animal qui a intéressé la philosophe et éthologue Vinciane Despret qui en appelle en permanence dans ses livres à une remise en question du rôle dévolu par la science à l’animal de laboratoire. La question radicale qu’elle se pose et pose aux scientifiques à partir d’une éthique animale en situation, inspirée de celle de Donna Haraway, est celle de savoir comment poser aux animaux les bonnes questions, celles donc qui les intéresseraient réellement et dont ils auraient à attendre un intérêt pour leur propre existence. Son livre majeur, Que diraient les animaux…si on leur posait les bonnes questions12 est une véritable déconstruction des pratiques scientifiques actuelles qui, pour beaucoup d’entre elles, mettent de côté l’idée même de point de vue animal. Cet intérêt éthique pour la réponse animale, qui fait que l’animal n’est plus ainsi réduit à sa réaction, a pour origine la pensée du philosophe Jacques Derrida dont l’éthique vise à inscrire les animaux dans une communauté politique et morale en lien étroit avec l’homme. Sa déconstruction du propre de l’homme est inséparable de l’éthique animale singulière qu’il défend tout au long de son œuvre philosophique.

L’éthique animale de Derrida : une éthique ouverte sur la politique.

  • 13 Jacques Derrida, L’Animal que donc je suis, Paris, Galilée, 2006.
  • 14 J’ai tenté, dans un ouvrage d’introduction à sa pensée, de restituer les principaux concepts de cet (...)
  • 15 Signalons l’ouvrage récent et très novateur de la philosophe Corine Pelluchon sur la nécessaire ent (...)

8L’éthique animale derridienne repose sur l’idée que l’opposition qui fonde notre relation aux animaux, à savoir le dualisme entre la réponse, qui serait le propre de l’homme, et la réaction, celui de l’animal, doit être déplacé pour faire en sorte que tous les êtres vivants soient considérés comme des animaux politiques13. La pensée derridienne est l’une des dernières éthiques animales qui reposent sur des concepts puissants qui visent à repenser de fond en comble notre relation aux vivants non humains, en les inscrivant dans une communauté politique et morale qui en ferait des « sujets » à part entière. Ses principaux concepts, responsabilité, réponse, zoopolitique et hospitalité inconditionnelle, parmi les plus essentiels, tendent à mettre en question tous les usages que notre société fait des animaux, tant sur le plan scientifique, économique que politique14. Cette éthique animale d’un genre entièrement nouveau commence à être prise en compte autant par les philosophes que par les juristes même si sa complexité fait qu’elle reste en grande partie à découvrir. Il s’agit pour elle d’installer entre les vivants humains et non humains des relations politiques visant à en faire des « sujets », non pas à égalité avec les hommes selon une égalité de condition, mais selon une égalité de traitement moral. Il ne s’agit de rien de moins, avec la philosophie animale derridienne, que d’introduire la vie animale dans le processus démocratique lui-même en vue d’une nouvelle conception de la démocratie ouverte et attentive à toute forme de vie15. Il ne s’agit pas, comme chez Tom Regan, d’accorder des droits aux animaux, mais de leur permettre de pouvoir bénéficier de la même considération morale que celle qui gouverne la vie humaine et de faire en sorte qu’ils puissent être considérés, enfin, comme des animaux politiques à part entière. Éthique et politique de l’animalité ne forment plus qu’un même monde de paix entre vivants humains et non humains chez ce grand penseur de la question animale qu’est Derrida.

Haut de page

Notes

1 C’est le cas du travail pionnier du philosophe Jean-Baptiste Jeangène Vilmer dont l’ouvrage, Éthique animale, publié en 2008 aux PUF, est une bonne introduction à l’éthique animale anglophone. Une nouvelle version actualisée de cet ouvrage sera publiée en octobre 2015.

2 Signalons le remarquable travail d’historienne de l’éthique animale fait par Élisabeth de Fontenay dans son ouvrage imposant, Le Silence des bêtes. La philosophie à l’épreuve de l’animalité, publié en 1998 aux Éditions Fayard.

3 Un important colloque international se tiendra en mai 2015 à Rennes, en présence de Peter Singer, à l’occasion du quarantième anniversaire de la publication de son ouvrage fondateur. Ma communication, intitulée « De la libération animale à la citoyenneté animale : quel sens y-a-t-il à parler d’une égalité politique entre humains et animaux », sera publiée dans mon livre à paraître Liberté égalité animalité. Vers la démocratie des non humains.

4 Peter Singer, La Libération animale, Paris, Grasset, 1993.

5 Peter Singer, La Libération animale, p.56.

6 Florence Burgat, Liberté et inquiétude de la vie animale, Paris, Kimé, 2005.

7 Tom Regan, Les droits des animaux, traduction d’Enrique Utria, Paris, Hermann, 2013.

8 Jean-Yves Goffi, le Philosophe et ses animaux : du statut éthique de l’animal, Nîmes, Chambon, 1994.

9 Citons enfin un éminent théoricien de l’éthique animale, encore peu connu en France, Gary Francione dont les Éditions Autrement ont publié, en mars 2015, un ouvrage collectif autour de sa pensée : Bêtes humaines ? Pour une révolution végane, ouvrage dirigé par Méryl Pinque avec des contributions de Gary Francione, Valéry Giroux, Gary Steiner et Patrick Llored. Ma contribution, « La violence politique du régime carnivore : revisiter l’histoire de l’éthique animale depuis Empédocle jusqu’à Derrida  », propose une nouvelle histoire de l’éthique animale en Occident avec le philosophe présocratique Empédocle comme fondateur d’un tel savoir moral.

10 Signalons le remarquable travail du juriste Jean-Pierre Marguenaud, créateur de la Revue semestrielle de Droit Animalier, première revue de langue française à défendre la cause animale d’un point de vue juridique.

11 Donna Haraway, Manifeste des espèces de compagnie. Chiens, humains et autres partenaires, Paris, Éclat, 2010.

12 Vinciane Despret, Que diraient les animaux… si on leur posait les bonnes questions, Paris, La Découverte, 2012.

13 Jacques Derrida, L’Animal que donc je suis, Paris, Galilée, 2006.

14 J’ai tenté, dans un ouvrage d’introduction à sa pensée, de restituer les principaux concepts de cette éthique : Jacques Derrida. Politique et éthique de l’animalité, Mons, Sils-Maria, 2013.

15 Signalons l’ouvrage récent et très novateur de la philosophe Corine Pelluchon sur la nécessaire entrée de la question animale en démocratie : Les Nourritures. Philosophie du corps politique, Paris, Éditions du Seuil, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Llored, « Les trois âges de l’éthique animale. », Histoire de la recherche contemporaine, Tome IV-N°1 | 2015, 50-53.

Référence électronique

Patrick Llored, « Les trois âges de l’éthique animale. », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome IV-N°1 | 2015, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://hrc.revues.org/965 ; DOI : 10.4000/hrc.965

Haut de page

Auteur

Patrick Llored

Patrick Llored est professeur de philosophie à Lyon, membre de l’Irphil (Institut de recherches philosophiques de l’université Jean Moulin Lyon III). Spécialiste de philosophie animale et tout particulièrement d’éthique, il a publié une introduction générale à l’éthique animale de Jacques Derrida, Jacques Derrida. Politique et éthique de l’animalité (2013) et publiera en 2015 le premier traité d’éthique animale en langue française : Liberté Égalité Animalité. Vers la démocratie des non-humains.

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org