Navigation – Plan du site
Dossier : l'animal, enjeu de la recherche

La LFDA et l’éthique en faveur de l’animal en France

« La Fondation droit animal, éthique et sciences » (LFDA), depuis la création de la première organisation dont elle est issue en 1977, joue, sous la présidence de personnalités comme A. Kastler ou E. Wolff, le rôle d’un laboratoire de réflexion scientifique, juridique et éthique sur les animaux.
The LFDA and Animal Ethics in France
Georges Chapouthier, Thierry Auffret Van Der Kemp et Jean-Claude Nouët
p. 58-66

Résumés

« La Fondation droit animal, éthique et sciences » (LFDA), issue de la Ligue française des droits de l’animal, a occupé, pendant quarante ans, dans le paysage français de la protection des animaux, une position particulièrement originale. Créée et animée par un groupe d’intellectuels et d’universitaires, elle a abordé la question du respect de l’animal sous un angle éthique nouveau, fermement appuyé sur les plus récentes découvertes de l’éthologie et fondé sur la notion de droit.

Haut de page

Texte intégral

1Nous avons choisi de mentionner, dans le titre, le sigle « LFDA », car cette organisation a changé plusieurs fois de nom et de statut, tout en conservant son sigle (et son esprit). Sous le nom de Ligue française des droits de l’animal (LFDA), elle fut créée en 1977 par l’avocat Georges Brouwers, l’éthologiste Rémy Chauvin, l’écrivain Philippe Diolé, le prix Nobel de physique Alfred Kastler et le biologiste professeur en faculté de médecine Jean-Claude Nouët. D’abord placée sous le statut d’association, puis reconnue d’utilité publique en 1985, elle devint en 1999, fondation sous la même dénomination, puis en 2010, elle refondit ses statuts et prit le nom de « La Fondation droit animal, éthique et sciences » (LFDA). Par rapport aux organisations de protection animale, anciennes comme les Sociétés protectrices des animaux (SPA), ou visant des buts plus particuliers, comme les nombreuses associations et fondations qui militent, de manière plus ou moins radicale, pour le bien-être des animaux de compagnie, pour la moralisation de l’élevage ou de l’abattage, contre la corrida, contre la chasse de loisir ou encore contre l’expérimentation animale, la LFDA occupe une place particulièrement originale et pour plusieurs raisons.

2Elle s’intéresse, sans exclusive, aux considérations morales relatives à toutes les formes d’utilisation ou d’exploitation par l’homme des animaux, qu’ils soient domestiques ou d’espèces sauvages vivant en liberté. Elle est animée par un groupe issu des milieux scientifiques, juridiques, médicaux, sociologiques et philosophiques, dont le domaine de prédilection est la réflexion. Par suite, elle s’intéresse davantage aux causes des problèmes rencontrés qu’à leurs effets et prend en général des positions réfléchies, loin des excès extrémistes. La LFDA occupe donc une place unique dans le domaine intellectuel et la pensée, ce qui fait qu’elle constitue, depuis sa création, un centre privé de recherche pluridisciplinaire, scientifique, éthique et juridique, de haut niveau, unique en son genre, et pourrait-on dire, l’axe intellectuel de la protection animale en France depuis trente-cinq ans. Son histoire permet dès lors de suivre, en même temps, les progrès de la condition animale dans notre pays.

3La liste de ses présidents successifs, tous très impliqués concrètement dans ses activités, permet de se faire une idée de la qualité de son travail : Rémy Chauvin (1977-1979), Alfred Kastler, prix Nobel de physique (1979-1984), Étienne Wolff, de l’Académie française et membre de l’Académie des sciences, biologiste (1984-1986), le bâtonnier Albert Brunois, membre de l’Académie des sciences morales et politiques (1987-1991), Jean-Claude Nouët (1991-2012). Depuis avril 2012, elle est présidée par Louis Schweitzer, haut fonctionnaire, président d’honneur du groupe automobile Renault et président du conseil des Affaires étrangères.

La Déclaration universelle des droits de l’animal de 1978

  • 1 Salt HS, Les droits de l’animal considérés dans leur rapport avec le progrès social, H. Welter édit (...)
  • 2 Géraud A, Déclaration des droits de l’animal, Bibliothèque André Géraud éditeur, Port-Sainte-Marie, (...)
  • 3 Voir Nouët JC, « Émergence des droits de l’animal », dans Homme-Animal-Société, Tome II ; Droit et (...)
  • 4 Notamment « L’esprit de la déclaration » (1978) et la « Déclaration sur l’éthique alimentaire » (19 (...)

4Une des principales activités de la LFDA, à sa création, fut d’apporter une contribution majeure à la rédaction et à la diffusion de la « Déclaration universelle des droits de l’animal » (DUDA), qui est une charte éthique originale de droits à visée universelle, inspirée, dans son principe général, par les déclarations successives en faveur des droits de l’homme. Dire cela ne revient évidemment pas à prétendre qu’il y a identité entre droits de l’animal et droits de l’homme, comme ont tenté maladroitement de le faire accroire les opposants au courant des droits de l’animal. À la suite des idées dHenry Salt1 sur la nécessité d’attribuer des droits aux animaux, une « Déclaration des droits de l’animal » avait été proposée par André Géraud2 dès 1924, mais il n’avait pas tenté de lui donner une telle portée universelle3. La Déclaration universelle des droits de l’animal fut proclamée de manière solennelle par la LFDA le 15 octobre1978, au siège de l’Unesco à Paris (mais pas par l’Unesco). Après un préambule, elle comportait quatorze articles visant les principales situations d’utilisation des animaux par l’homme : animaux sauvages, domestiques, expérimentation animale, spectacles et divertissements impliquant des animaux, protection des espèces… Comme elle visait à regrouper, sur des principes généraux, tous ceux qui se soucient du bien-être animal, elle n’abordait pas les questions qui les divisent comme, par exemple, celles du végétarisme, en se bornant à affirmer (article 9) : « Quand un animal est élevé pour l’alimentation, il doit être nourri, logé, transporté et mis à mort sans qu’il en résulte pour lui ni anxiété ni douleur. » De même, elle remarquait l’incompatibilité de fond de l’expérimentation animale avec les droits de l’animal, sans prescrire sa suppression immédiate, en réclamant surtout le développement de méthodes de remplacement (article 8). Divers textes complémentaires4 allèrent dans le même sens : une affirmation de principes universels et des propositions de solutions aux problèmes pratiques immédiats.

Les activités de l’association (1978-1999)

  • 5 Antoine S, Nouët JC, La Fondation ligue française des droits de l’animal, son histoire, son œuvre, (...)

5Outre cette activité centrale de diffusion de la DUDA et de popularisation, dans le grand public, de la notion même de « droits de l’animal » qui lui était liée, l’association effectua de nombreuses actions visant à promouvoir ces droits5. De nombreuses rencontres et colloques aboutirent à des rapports ou à des déclarations :

  • « Dogmes religieux et droits de l’animal » (1978) ;

  • « Déclaration des professionnels du cinéma en faveur des droits de l’animal » (1980) ;

  • « L’animal sauvage dans le spectacle » (1980) ;

  • « Convention d’éthique et de pédagogie des parcs zoologiques » (1982) ;

  • « La tauromachie en France – Analyse et propositions » (1982) ;

  • « La surconsommation de viande et ses risques » (1982) ;

  • « L’animal et l’école » (1983) ;

  • « Homme, animal et quotidienneté » (1983) ;

  • « Droits de l’animal et pensée contemporaine » (1984) ;

  • un colloque à l’Institut de France, auquel participèrent d’importantes personnalités du monde universitaire, « Violence et droits de l’animal » (1985) ;

  • « Droits de l’animal et pensée chrétienne » (1986) ;

  • « Pensée et conscience chez l’animal (1990) ;

  • « Appel des scientifiques pour un contrôle du génie génétique », en collaboration avec l’association Écoropa (1995) ;

  • « Sensibilisation des étudiants vétérinaires à la protection animale » (1996).

  • 6 Chapouthier G, Nouët JC (dir.), Les droits de l’animal aujourd’hui, Collection « Panoramiques », Éd (...)
  • 7 Chapouthier G, Nouët JC (eds), The universal declaration of animal rights, comments and intentions, (...)
  • 8 Dr Cophignon J, Le jouet, l’enfant et l’animal, LFDA éditeur, 1999, réédité en 2007.

6Parallèlement, la LFDA participa à de nombreux autres colloques organisés par des instances universitaires en France et à l’étranger. Des livres collectifs de réflexion sont publiés sous son égide comme Les droits de l’animal aujourd’hui (1997)6, The Universal Declaration of Animal Rights – Comments and intentions (1998)7, Le jouet, l’enfant et l’animal (1999)8.

  • 9 Antoine S, Nouët JC, La Fondation ligue française de droits de l’animal, son histoire, son œuvre, o (...)

7La LFDA a également participé à de nombreuses actions ponctuelles qu’il n’est pas possible de toutes rappeler ici9. En 1980, elle a patronné l’exposition « Chats et chiens dans l’art » au Louvre des antiquaires. En 1981, en collaboration avec l’Œuvre d’assistance aux bêtes d’abattoirs (OABA), elle a créé la « Coalition contre l’élevage en batterie », modifiée en 1982 en « Coalition des consommateurs contre l’élevage en batterie », avec, pour résultat remarquable, l’obtention de l’étiquetage du mode élevage des poules (règlement européen de 1985). En 1981, à l’occasion de l’élection présidentielle, elle a fondé un « Comité pour le respect de la vie », présidé par le professeur Kastler, et lancé l’idée d’une modification de la constitution faisant du président de la République le « garant de l’intégrité biologique du territoire ». Comme à la plupart des élections ultérieures, elle a interrogé par écrit les candidats à l’élection sur leur position à propos des problèmes les plus aigus de la protection animale. En 1983 et 1984, elle a réalisé la série d’émissions hebdomadaires « Pas si bêtes », diffusées sur France Inter. En 1984, elle a conduit des démarches auprès du ministère de l’Éducation nationale pour l’instauration d’une éducation civique de la nature.

  • 10 Chapouthier G, Le prix Kastler de biologie, Combat Nature, 1993, 103, p 49.

8En 1984, la LFDA créa le prix de biologie Alfred Kastler, à la mémoire de son ancien président, destiné à récompenser les recherches conduites sur des méthodes de remplacement du modèle animal en expérimentation10. Ce prix sera attribué, ensuite et jusqu’à aujourd’hui, avec une périodicité d’environ deux années. En 1985, la LFDA fut reconnue d’utilité publique. La même année, elle fut nommée, par arrêté ministériel, membre du Comité consultatif de la santé et de la protection animale, nomination régulièrement renouvelée depuis cette date. En 1987, en matière de chasse, elle ouvrit une procédure visant à interdire la chasse à l’arc. En 1988, elle organisa, sous la présidence d’Alain Poher, président du Sénat et de Léon Bollendorff, président de la Chambre des députés du Grand-Duché de Luxembourg, une manifestation d’anniversaire de la proclamation de la Déclaration universelle. En 1988, en application de la nouvelle réglementation sur l’expérimentation animale, est instaurée la Commission nationale de l’expérimentation animale, dont sont nommés membres deux administrateurs de la LFDA, renouvelés dans leurs mandats depuis cette date. À partir de 1989 (et l’activité devait se poursuivre jusqu’en 1995), elle participa aux enseignements du nouveau diplôme d’université « Formation spéciale à l’expérimentation animale », ouvert à la Pitié-Salpêtrière, destiné à la formation éthique et juridique des chercheurs. En 1991, en collaboration avec le Comité réformiste anti-corrida, elle obtint que la TVA sur les corridas soit appliquée à son taux général, non réduit, et, en 1992, obtint la suppression des émissions « Face au toril » sur FR3. En 1995, elle ouvrit un service de conseils juridiques sur Minitel, Animadroit. Dès 1996, la LFDA a entrepris des démarches auprès des députés et des sénateurs, pour la reconnaissance de la nature d’ « être sensible » des animaux, démarches qui n’aboutirent que des années plus tard, notamment dans la loi du 6 janvier 1999, portant modification du Code civil, qui distinguait désormais l’animal de la chose inerte. En 1997, elle exerça, sans succès, un recours devant le Conseil d’État, en vue d’annuler le décret conférant la Légion d’honneur à un torero espagnol et intervint auprès des professionnels de la mode en diffusant un document montrant la barbarie des méthodes de mise à mort des animaux à fourrure.

La Déclaration universelle des droits de l’animal de 1989

9Parmi toutes les activités, nombreuses et diverses, de l’association LFDA entre 1978 et 1999, la formulation d’une nouvelle version de la Déclaration universelle des droits de l’animal occupe une place particulière. En effet, pour rendre plus clairs les principes de la Déclaration de 1978, une nouvelle formulation, d’expression plus générale, en dix articles, fut proposée par la LFDA en 1989. D’esprit universel, tout en refusant, comme la précédente, de prendre parti entre les différentes sensibilités de tous ceux qui se préoccupent de bien-être animal, elle insistait davantage sur l’intégration des animaux aux équilibres biologiques, sans lesquels une référence aux droits de l’animal perd une partie de son contenu. Cette déclaration de 1989 définit donc des principes universels, visant à être acceptables de nos jours par tous les courants de la protection animale, depuis les plus « modérés », jusqu’aux plus « radicaux », même si, bien entendu, les premiers trouveront le texte trop contraignant et les seconds pas assez. Cette formulation améliorée de la DUDA est celle qui fait foi de nos jours.

L’association devient fondation (1999)

10Une association est contrôlée par ses membres et, par suite, peut éventuellement être, lors des assemblées générales annuelles, qui souvent ne rassemblent que peu d’adhérents, sujette à des coups de force « politiques » ou autres, pour des raisons totalement étrangères aux buts de l’association. C’est une éventualité que, pour maintenir la LFDA dans une sérénité propre au bénéfice de ses actions, les membres actifs de cette organisation voulaient à tout prix éviter. C’est pourquoi ils transformèrent, en 1999, l’association en une « fondation » du même nom, dont le fonctionnement rigoureux, contrôlé par l’État, la mettait à l’abri de tels avatars. Le conseil d’administration de la nouvelle fondation comprenait :

  • Quatre membres fondateurs : Jean-Claude Nouët, cofondateur initial en 1977 ; Suzanne Antoine, présidente de Chambre honoraire à la Cour d’appel de Paris ; Georges Chapouthier, directeur de recherche au CNRS ; Élisabeth Hardouin-Fugier, professeur d’histoire à l’université de Lyon ;

  • Quatre membres de droit représentant des ministères chargés respectivement de l’Intérieur, de l’Agriculture, de l’Écologie et de l’Éducation nationale, donc commis de l’État ;

  • Quatre membres cooptés et renouvelables.

  • 11 Antoine S, Nouët JC, La fondation ligue française des droits de l’animal, son histoire, son œuvre, (...)

11Sous la présidence de J-C Nouët (depuis 1991) et sous ses nouveaux statuts, les activités se poursuivirent11 

  • publication, en anglais et en français, d’un dossier critique sur le rapport communautaire sur le foie gras et le gavage (2000) et d’un rapport sur la « Condition des animaux dans les cirques » (2000) ;

  • appel aux Japonais résidant en France sur la responsabilité de leur pays dans le massacre des éléphants et des cétacés (2001) ;

  • lancement par la LFDA, rejointe par deux autres associations, d’une pétition mondiale en faveur des éléphants appuyée sur un dossier documenté (2001) ;

  • édition d’un fascicule présentant toute la législation et la réglementation spécifique au cheval (2001) ;

  • diffusion d’un dossier « Non au foie gras » (2001) ;

    • 12 Chapouthier G (dir), L’animal humain – Traits et spécificités, (comprenant des textes de E de Fonte (...)

    co organisation, avec l’UMR de Philosophie des sciences de Paris 1 et le CNRS du colloque « Les spécificités de l’animal humain » (2001)12 ;

  • diffusion d’un dossier « Réformer la pêche de loisir » (2002) ;

  • publication du dossier « Liberté pour les ours » (2003) ;

    • 13 Antoine S, Nouët JC, La fondation ligue française des droits de l’animal, son histoire, son œuvre, (...)

    édition du livre La fondation ligue française des droits de l’animal, son histoire, son œuvre (2003)13 ;

    • 14 Chapouthier G, Nouët JC (dir), Sci. Tech. Anim. Lab, 2002, 27 (Numéro spécial « Éthique et invertéb (...)

    publication d’un dossier sur « Éthique et invertébrés » (2003) reprenant les interventions du colloque tenu sur ce sujet en 2000 à la faculté de médecine Pitié-Salpêtrière14 ;

  • conception et édition d’un dépliant « Découvrez la corrida » (2004) ;

  • organisation, à l’Institut de France, des colloques « Humanité, animalité : quelles frontières  éthiques? » et « Humanité, animalité : quelles frontières juridiques ? » (2004).

  • 15 Nouët JC, Chapouthier G (dir), Humanité, Animalité : quelles frontières ?, Contributions de S Antoi (...)

12Suite aux interventions de la LFDA, la loi du 9 mars 2004 (article 50) complète l’article 521-1 du Code pénal et permet une répression plus sévère des sévices de nature sexuelle sur les animaux. Contribution à l’organisation, à l’hôpital de la Salpêtrière, par les professeurs, Bricaire, Fontaine, Collenot, et Nouët, du colloque « Humanité, animalité : pathologies et frontières » (2005). Les textes de ce colloque, joints à ceux des colloques des deux années précédentes, sur le thème des frontières entre animalité et humanité sont publiés en 2006, en coédition avec les éditions « Connaissances et Savoirs »15. C’est également en 2005 que madame Suzanne Antoine, présidente de chambre honoraire à la Cour d’appel de Paris et administratrice de la LFDA, remet à monsieur Dominique Perben, alors ministre de la Justice, son « Rapport sur le régime juridique de l’animal ». Ce document proposait les modifications à apporter au Code civil afin de doter l’animal d’un régime juridique clair et cohérent d’ « être sensible ». En 2006, la LFDA publie le premier livret d’une nouvelle collection « Le bien-être animal en 10 fois 10 questions », sur le thème « Le gavage des palmipèdes et le foie gras » ; ce livret est diffusé à l’ensemble des centres de documentation pédagogique régionaux et départementaux ainsi qu’à toutes les bibliothèques et médiathèques des villes de France.

  • 16 Éditions Legis-France, Paris.
  • 17 Les textes en ont été ensuite publiés : (sous la direction de T. Auffret Van Der Kemp et JC Nouët),(...)
  • 18 Aux éditions Dalloz, Paris, collection « À savoir »
  • 19 Groupe de recherche international en droit animal, dirigé à l’université du Québec à Montréal par l (...)

13L’année 2006 voit aussi le recrutement au poste de directeur, du biologiste Thierry Auffret Van Der Kemp, militant de longue date de la LFDA. En 2007 paraît le livre Le droit de l’animal de Suzanne Antoine16 et, à l’occasion de son trentième anniversaire, la LFDA organise à la Grande Halle de la Villette le colloque « Homme et animal : de la douleur à la cruauté ». Cet événement a réuni douze scientifiques, philosophes, et historiens et a connu un vif succès devant deux-cents auditeurs17. En 2008, la LFDA participe activement aux « Rencontres animal et société » au ministère de l’Agriculture. En 2009 paraît l’ouvrage Les droits de l’animal18 écrit par Jean-Marie Coulon, administrateur de la LFDA, et Jean-Claude Nouët, président de la Fondation. Le sujet est développé sous forme de questions-réponses réparties en cinq chapitres. Toujours en 2009, la LFDA participe au colloque international « Le droit de l’animal » organisé par le Grida19, de l’université du Québec à Montréal. Plusieurs administrateurs de la Fondation ont participé aux travaux du « Comité national de réflexion éthique sur l’expérimentation animale » (CNREEA), qui ont abouti à la publication, en 2009, d’une « Charte nationale portant sur l’éthique de l’expérimentation animale », charte qui doit guider, à l’avenir, le travail des comités locaux d’éthique animale, appelés à donner des avis éthiques sur la légitimité des expériences effectuées localement par les chercheurs.

14Bien entendu, ce survol succinct ne peut mentionner les innombrables actions ponctuelles ou quotidiennes qui sont le travail d’une association, de son président et de son équipe animatrice : édition d’un bulletin d’information, participations à des émissions de radio ou de télévision, articles dans la presse, conférences, interventions auprès d’autorités responsables d’animaux ou d’instances administratives, commissions au ministère de l’Agriculture ou à celui de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, actions en justice, interventions en milieu scolaire, conseils à des journalistes, encadrements d’étudiants...

La fondation « Droit animal, éthique et sciences » (2010)

15Comme beaucoup de concepts philosophiques, celui de « droit de l’animal », qui reste au centre de l’activité de la LFDA, est devenu ambigu pour le grand public, notamment à cause de l’utilisation d’une terminologie voisine par des groupes anglo-saxons beaucoup plus radicaux dans leurs approches. Pour mieux marquer que l’époque était venue de passer des « droits » de l’animal au « droit », et aussi pour se démarquer de ces groupes et mieux présenter au public français l’originalité de son activité de réflexion, certes juridique, mais aussi éthique et scientifique, la fondation LFDA prit, en 2010, le nom de « La Fondation droit animal, éthique et sciences », en conservant son sigle.

  • 20 Œuvre d’assistance aux bêtes d’abattoir.
  • 21 ASPAS : Association pour la protection des animaux sauvages.
  • 22 Pereira C et Porcher J (dir), Éditions Quae, Paris, 2011.
  • 23 Jeangène Vilmer JB (dir), PUF, Paris, 2011.

16Sous cette nouvelle dénomination, les activités se sont poursuivies à un rythme accru. Parmi celles-ci, le bulletin d’information de la LFDA est devenu, sous l’égide de Thierry Auffret Van Der Kemp, une revue trimestrielle de référence, diffusée à deux mille exemplaires. En 2010, a eu lieu une concertation avec madame Sophie Joissains, sénatrice des Bouches-du-Rhône. Elle étudiait l’intérêt d’un projet de loi demandant aux services vétérinaires de signaler les cas de maltraitance d’animaux dans l’environnement domestique aux services sociaux de protection de l’enfance et des femmes. L’idée suggérée par la LFDA a été de considérer les animaux comme signes « sentinelles » de violences au foyer voire de maltraitance sur l’homme. Quatre réunions de travail impliquant la commission « Condition animale » et le think tank « Valeur écologie », autour des députés Lionnel Luca et François Grosdidier ont également été organisées. Leur objectif était de rédiger une proposition de loi visant à créer une personnalité juridique de l’animal dans le Code civil. On peut également ajouter, à l’initiative de l’OABA20 et parmi d’innombrables démarches, une collaboration avec dix ONG à la publication, dans la presse, d’une lettre ouverte au président de la République sur la banalisation de l’abattage sans étourdissement préalable. Enfin la participation, avec cinquante ONG de protection de l’animal et de la nature et à l’initiative de l’ASPAS21, à une lettre ouverte au ministre de l’Éducation nationale, lui demandant d’annuler la convention de partenariat signée en mars 2010 entre son ministère et la Fédération nationale des chasseurs qui confère à celle-ci la mission de dispenser des animations pédagogiques dans les établissements scolaires. En 2011, la LFDA a participé à la rédaction de deux ouvrages collectifs : un article du directeur de la LFDA dans Toréer sans la mort22, et onze articles de membres anciens et actuels du Conseil d’administration et du Conseil scientifique dans Anthologie d’éthique animale23. En outre, une collaboration avec le sénateur Roland Povinelli a permis à ce dernier d’élaborer des textes de proposition de loi visant à définir l’animal sensible dans le code civil, y compris pour les animaux sauvages captifs, ainsi que dans le code de l’environnement pour l’animal sauvage vivant à l’état de liberté.

  • 24 Les principaux organisateurs et animateurs de cet évènement furent Thierry Auffret Van Der Kemp pou (...)
  • 25 Vincent C, « Animaux, êtres sensibles, sujets de droit », Le Monde, supplément « Science et Techno  (...)

17L’une des plus importantes réalisations de la Fondation eut lieu les 18 et 19 octobre 2012 et nous servira de terme provoire à ce bilan. Ce fut le congrès international « La souffrance animale : de la science au droit24 », congrès bilingue français-anglais, qui rassembla, à la double initiative de la LFDA et du Grida dirigé à l’université du Québec à Montréal par le professeur Martine Lachance, une trentaine de spécialistes de réputation internationale, venus de nombreux pays. Le but était de confronter, sur le thème de la douleur et de la souffrance des animaux de tous les groupes zoologiques, les points de vue des scientifiques et des juristes. Ce congrès connut un accueil favorable dans la presse spécialisée comme dans la presse « grand public »25.

Conclusions

18La défense des animaux est un sujet souvent brûlant, où se confrontent des positions philosophiques ou religieuses parfois difficilement conciliables. C’est d’ailleurs souvent le cas pour les problèmes qui touchent à la morale pratique, si l’on songe, par exemple, en bioéthique humaine, à l’avortement ou à l’euthanasie. Dans la recherche sur des sujets aussi délicats, il existe deux erreurs à ne pas commettre : considérer qu’il n’est pas possible de trouver des valeurs universelles et croire qu’à partir de valeurs universelles, on peut résoudre ces problèmes facilement. Sous l’impulsion des penseurs et des universitaires qui la composent, la LFDA a su éviter ces deux écueils. Elle a su, d’une part, inspirer une charte générale de principes universels, la Déclaration universelle des droits de l’animal, et d’autre part, dans ses commentaires et ses prises de position, adopter des solutions ponctuelles de bon sens, pour aboutir efficacement à des améliorations progressives du statut des animaux.

19L’analyse historique que nous avons présentée ici ouvre aussi sur des considérations plus générales et plus philosophiques. Elle montre qu’en refusant tout argument compassionnel pour s’appuyer sur des arguments scientifiques et objectifs, notamment issus des progrès de l’éthologie, la LFDA a conduit à de nombreux progrès dans tous les domaines où l’homme utilise les animaux : chasse, zoos, élevage intensif, expérimentation… Son action, conduite par une éthique du respect de l’animal et de ses besoins, conformément aux divers articles de la DUDA, a permis d’obtenir, au fil des années, les avancées juridiques et scientifiques (amélioration du code civil, du code pénal, Prix Kastler…) que nous avons décrites.

  • 26 Nouët, JC, Introduction, dans : Homme et animal : de la douleur à la cruauté, op. cit., p.15-21.

20La LFDA a davantage insisté sur la « violence collective »26 que la société des hommes fait subir aux animaux et qui s’avère plus grave que celle infligée par un individu.

21Dans le cadre du développement des connaissances scientifiques, notamment éthologiques, la LFDA les a peu à peu placées au premier rang. On suit bien cette évolution avec les titres et objets des colloques successifs, depuis « Droits de l’animal et pensée contemporaine », pour arriver à celui de 2000 sur les invertébrés, puis à ceux des frontières entre homme et animal, à celui de la douleur en 2007 et finalement au colloque scientifique et juridique de 2012 sur la souffrance animale. Ces connaissances scientifiques ont aussi permis de défendre des invertébrés très évolués comme les céphalopodes, complètement ignorés par la protection animale traditionnelle, pour les faire finalement inclure dans les textes juridiques

22Certes beaucoup reste à faire. Mais nous pensons que le mode de fonctionnement de la LFDA, dont nous avons brièvement analysé ici les étapes historiques, reste, dans le cadre de la recherche morale concernant les animaux, un exemple à suivre.

Haut de page

Bibliographie

Antoine S, Le Droit de l’Animal, Éditions Legis-France, Paris, 2007.

Auffret Van Der Kemp T, Nouët J C, (dir), Homme et animal : de la douleur à la cruauté, Collection «  Le mouvement des savoirs », Éditions de l’Harmattan, Paris, 2008.

Auffret Van der Kemp T, Lachance M, (dir), La souffrance animale : de la science au droit, Éditions Yvon Blais, Montréal, 2013.

Chapouthier G, Les droits de l'animal, Collection « Que sais-je ? », Presses Universitaires de France, Paris, 1992.

Chapouthier G, Nouët JC, (dir), Les droits de l’animal aujourd’hui, Collection « Panoramiques », Éditions Arléa-Corlet (Diffusion Le Seuil) et Ligue française des droits de l’animal, Paris, 1997.

Chapouthier G, Nouët JC (eds), The universal declaration of animal rights, comments and intentions, Éditions Ligue française des droits de l’animal, Paris, 1998.

Coulon JM, Nouët JC, Les droits de l’animal, Collection « À savoir », Éditions Dalloz, Paris, 2009.

Haut de page

Notes

1 Salt HS, Les droits de l’animal considérés dans leur rapport avec le progrès social, H. Welter éditeur, Paris 1914.

2 Géraud A, Déclaration des droits de l’animal, Bibliothèque André Géraud éditeur, Port-Sainte-Marie, France, 1924.

3 Voir Nouët JC, « Émergence des droits de l’animal », dans Homme-Animal-Société, Tome II ; Droit et animal, Presses de l’Institut d’études politiques de Toulouse, 1988, p 393-396, et Chapouthier G, Les droits de l'animal, Collection « Que sais-je ? », Presses universitaires de France, Paris, 1992.

4 Notamment « L’esprit de la déclaration » (1978) et la « Déclaration sur l’éthique alimentaire » (1982), Voir Chapouthier G, Les droits de l'animal, op.cit.

5 Antoine S, Nouët JC, La Fondation ligue française des droits de l’animal, son histoire, son œuvre, Éditions la fondation ligue française de droits de l’animal, Paris, 2003.

6 Chapouthier G, Nouët JC (dir.), Les droits de l’animal aujourd’hui, Collection « Panoramiques », Éditions Arléa-Corlet (Diffusion Le Seuil) et Ligue française des droits de l’animal, Paris, 1997.

7 Chapouthier G, Nouët JC (eds), The universal declaration of animal rights, comments and intentions, textes de Nouët JC, Antoine S, Burgat F, Hardouin-Fugier E, Goffi Y, Chapouthier G, Éditions Ligue française des droits de l’animal, Paris, 1998.

8 Dr Cophignon J, Le jouet, l’enfant et l’animal, LFDA éditeur, 1999, réédité en 2007.

9 Antoine S, Nouët JC, La Fondation ligue française de droits de l’animal, son histoire, son œuvre, op.cit.

10 Chapouthier G, Le prix Kastler de biologie, Combat Nature, 1993, 103, p 49.

11 Antoine S, Nouët JC, La fondation ligue française des droits de l’animal, son histoire, son œuvre, op.cit.

12 Chapouthier G (dir), L’animal humain – Traits et spécificités, (comprenant des textes de E de Fontenay, P Acot, JY Goffi, B Andrieu, JC Nouët, B Baertschi, G Chapouthier, Avant lire, de M Kirsch et A Fagot-Largeault), Collection « Le mouvement des savoirs », Éditions L’Harmattan, Paris, 2004.

13 Antoine S, Nouët JC, La fondation ligue française des droits de l’animal, son histoire, son œuvre, op.cit.

14 Chapouthier G, Nouët JC (dir), Sci. Tech. Anim. Lab, 2002, 27 (Numéro spécial « Éthique et invertébrés »), contributions de J Genermont, R Chichery, G Petavy, G Chapouthier, S Antoine, JC Nouët.

15 Nouët JC, Chapouthier G (dir), Humanité, Animalité : quelles frontières ?, Contributions de S Antoine, M Artois, J Bastaire, S Blot, F Bricaire, P Buser, A Caron, G Chapouthier, A Collenot, JM Coulon, P Debré, R Evans, M Fontaine, JL Guénet, JL Hartenberger, M Hulin, S Krief, G Loiseau, JP Marguénaud, JC Nouët, B Vallat, H Zeller, Éditions Connaissances et savoirs, Paris, 2006.

16 Éditions Legis-France, Paris.

17 Les textes en ont été ensuite publiés : (sous la direction de T. Auffret Van Der Kemp et JC Nouët), Homme et animal : de la douleur à la cruauté, Collection «  Le mouvement des savoirs », Éditions de l’Harmattan, Paris, 2008.

18 Aux éditions Dalloz, Paris, collection « À savoir »

19 Groupe de recherche international en droit animal, dirigé à l’université du Québec à Montréal par le professeur Martine Lachance.

20 Œuvre d’assistance aux bêtes d’abattoir.

21 ASPAS : Association pour la protection des animaux sauvages.

22 Pereira C et Porcher J (dir), Éditions Quae, Paris, 2011.

23 Jeangène Vilmer JB (dir), PUF, Paris, 2011.

24 Les principaux organisateurs et animateurs de cet évènement furent Thierry Auffret Van Der Kemp pour la LFDA et le professeur Martine Lachance pour le Grida. Ce colloque bilingue a été publié dans les deux langues, français et anglais : Auffret Van Der Kemp T, Lachance M (dir), La souffrance animale : de la science au droit, Éditions Yvon Blais, Cowansville, Québec, Canada, 2013 ; Auffret Van Der Kemp T, Lachance M (eds), Animal Suffering: From Science to Law, Carswell, Toronto, Canada, 2013.

25 Vincent C, « Animaux, êtres sensibles, sujets de droit », Le Monde, supplément « Science et Techno », 27 Octobre 2012, p 4-5

26 Nouët, JC, Introduction, dans : Homme et animal : de la douleur à la cruauté, op. cit., p.15-21.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Chapouthier, Thierry Auffret Van Der Kemp et Jean-Claude Nouët, « La LFDA et l’éthique en faveur de l’animal en France  », Histoire de la recherche contemporaine, Tome IV-N°1 | 2015, 58-66.

Référence électronique

Georges Chapouthier, Thierry Auffret Van Der Kemp et Jean-Claude Nouët, « La LFDA et l’éthique en faveur de l’animal en France  », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome IV-N°1 | 2015, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 23 juin 2017. URL : http://hrc.revues.org/989 ; DOI : 10.4000/hrc.989

Haut de page

Auteurs

Georges Chapouthier

Georges Chapouthier, de double formation biologiste et philosophe, directeur de recherche émérite au CNRS, a beaucoup écrit sur le système nerveux et les animaux, notamment L’homme, ce singe en mosaïque, et, Kant et le chimpanzé. Il est administrateur de la LFDA.

Thierry Auffret Van Der Kemp

Thierry Auffret Van Der Kemp, zoologiste marin, ingénieur de recherche, ancien chef du Département des sciences de la vie du Palais de la découverte. Il est directeur de la LFDA et, à ce titre, a notamment dirigé, avec JC Nouët, le livre collectif Homme et animal : de la douleur à la cruauté.

Jean-Claude Nouët

Jean-Claude Nouët, professeur honoraire et ancien vice-doyen de la faculté Pitié-Salpêtrière, est l’auteur, avec A Kastler et M Damien, de Le grand massacre, sur l’élevage industriel et, avec JM Coulon de Les droits de l’animal. Il est co-fondateur et président d’honneur de la LFDA.

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org