Navigation – Plan du site
Dossier:un parcours dans les mondes de la recherche agronomique. L'Inra et le Cirad
Varia

Le Centre documentaire du CAPHÉS : sa politique et ses fonds

Dédié à l’histoire des sciences et à la philosophie des sciences, le Centre documentaire du CAPHÉS conjugue, depuis 10 ans, patrimoine et transmission.
The CAPHÉS Documentation Center: its policy and its collections
Nathalie Queyroux
p. 180-184

Résumés

Le Centre documentaire du CAPHÉS a été créé ex-nihilo à partir de 2005. Partenariat entre le CNRS et l’ENS (Paris), il valorise l’histoire des sciences et la philosophie des sciences par le rassemblement de fonds d’archives et d’ouvrages provenant des acteurs mêmes de la science, de l’histoire des sciences et de la philosophie des sciences. Projet scientifique à dimension documentaire, original et exigeant, il se déploie au rythme de sa vie institutionnelle cherchant par sa politique et ses fonds à être au plus près des besoins de la communauté scientifique et de la sauvegarde du patrimoine.

Haut de page

Texte intégral

1Le Centre d’archives en philosophie, histoire et édition des sciences (CAPHÉS) a été créé le 15 octobre 2003 sous la forme d’une Unité mixte de service (UMS 2267) du CNRS résultant de l’élargissement de l’Unité mixte de service « Acta » (2001-2004). En janvier 2010, le CAPHÉS est devenu une composante du CIRPHLES – Centre international de recherche philosophie, lettres, savoirs (USR 3308, Unité de service et de recherche du CNRS, en partenariat avec l’École normale supérieure de Paris). Son projet scientifique et ses missions sont restés inchangés.

  • 1 Les missions de l’UMS « Acta » consistaient dans le « maintien et [le] développement de revues, col (...)
  • 2 Cf. Convention de création, p. 3. Il s’agit ici du premier point concernant les missions du CAPHÉS.

2Les missions de l’UMS « Acta » relevaient essentiellement de l’activité éditoriale – le développement de revues, de collections, d’éditions critiques en histoire des sciences1. « Acta » avait notamment la responsabilité éditoriale de la Revue d’histoire des sciences et de la Revue de synthèse. Le CAPHÉS, dirigé à sa création par Michel Blay, conserve cette activité éditoriale, mais il est également missionné pour « assurer, au 29 rue d’Ulm, le fonctionnement et l’animation d’un centre d’histoire et de philosophie des sciences » comprenant notamment un « Centre de documentation destiné à rassembler et à compléter l’ensemble des fonds d’histoire et de philosophie des sciences disséminés dans les bibliothèques parisiennes et à en assurer des conditions de consultation et d’exploitation scientifique adéquates »2. Autrement dit, le centre documentaire du CAPHÉS repose sur une ambition avant tout patrimoniale, consistant à conserver et valoriser scientifiquement des fonds déjà existants. La convention de création précisait que l’unité serait hébergée par l’École normale supérieure de Paris (ENS) et que l’équipe serait formée par des personnels du CNRS. Telle est la formalisation du partenariat. À partir du recrutement de la responsable du centre documentaire, le 1er janvier 2005, la mise en œuvre du projet a pu commencer.

  • 3 L’ENS (Paris) était alors dirigée par Gabriel Ruget, très intéressé par le projet.
  • 4 Le directeur de l’UMS, la responsable du centre documentaire, la directrice de la bibliothèque des (...)
  • 5 Une réflexion a été menée au sein du réseau des bibliothèques et des départements de l’ENS concerna (...)

3Pour définir la politique documentaire, la direction de l’ENS3 a missionné un « Comité du fonds documentaire » chargé de l’identification des fonds candidats et du repérage des collections ayant vocation à figurer dans le centre ; de l’expertise sur l’état et l’intérêt de ces fonds. Ce Comité, constitué de sept membres4, s’est réuni à quatre reprises entre janvier et novembre 2005. Un cadre très général a alors été élaboré, qui, après une réflexion menée au sein de l’ENS par le réseau des bibliothèques et des départements, a été légèrement modifié dans sa lettre, mais pas dans son esprit5.

4Aujourd’hui, la politique de collecte s’articule autour de trois axes principaux : l’histoire des sciences du vivant, avec un prolongement vers l’histoire de la médecine ; l’histoire de la physique et de la chimie ; la politique de la science. Les fonds sont de deux types : des fonds sources pour « faire » l’histoire des sciences et/ou des techniques – données primaires provenant de fonds de scientifiques ; des fonds d’historiens des sciences, de philosophes des sciences et des techniques ; enfin des fonds d’associations scientifiques ou de sociétés savantes relevant de ces domaines (comme le fonds de l’Académie internationale d’histoire des sciences ou les archives de l’Union internationale d’histoire et de philosophie des sciences).

Classement et traitement des fonds

5Les fonds entrent au CAPHÉS selon deux modalités juridiques : pour les fonds d’associations scientifiques ou de sociétés savantes que l’on pourrait désigner comme « institutionnels », des conventions de dépôt sont conclues ; pour les fonds personnels, il s’agit en grande majorité de dons dits « manuels », donnés, soit à l’ENS, soit au CNRS qui les déposent ensuite au CAPHÉS.

6Tous ces fonds ont en commun qu’aucun d’eux, avant d’être déposé ou donné, n’était mis à disposition du public : les uns ne l’ont jamais été par défaut d’infrastructure (en l’absence de salle de lecture et de personnel dédié, par exemple, pour le fonds du Centre international de synthèse) ; les autres, tout simplement parce qu’ils se trouvaient encore chez leur propriétaire initial producteur du fonds. Ils n’ont donc pas fait l’objet d’un catalogage informatisé, travail qui incombe totalement au CAPHÉS, quel que soit le statut juridique du fonds.

7En ce qui concerne le classement, les ouvrages de chaque fonds restent physiquement regroupés, ils portent un cachet précisant leur provenance (au dos de la page de titre), en plus de l’estampille du CAPHÉS ou de l’institution propriétaire du fonds. Des notes de provenance sont systématiquement portées sur les notices bibliographiques lors du catalogage. Les « dédoublonnages », pratiqués dans la plupart des bibliothèques pour optimiser les espaces de stockage, ne sauraient être pratiqués ici : il est tout à fait essentiel que les collections soient gardées les plus complètes possibles ; il ne s’agit pas de sélectionner les ouvrages selon une thématique particulière, mais de garder l’ensemble de la collection réunie dans un projet intellectuel précis. La pluridisciplinarité des fonds leur est consubstantielle, l’histoire des sciences et la philosophie des sciences résultant l’une et l’autre d’une démarche transdisciplinaire. L’ouverture large sur l’histoire des idées que manifeste chacun des fonds atteste de l’ouverture d’esprit nécessaire pour mener à bien une démarche informée. La richesse d’un fonds se mesure autant à ce que l’on imaginait y trouver en fonction du/des sujet(s) d’étude de son producteur qu’à ce que l’on ne s’attendait pas du tout à y trouver, venu irriguer souterrainement le travail de recherche. De plus, les ouvrages sont susceptibles de porter des marques d’appartenance, des annotations, autant de témoignages concrets de l’appropriation des savoirs.

  • 6 Le SUDOC est le Système universitaire de documentation, soit le catalogue collectif des bibliothèqu (...)
  • 7 http://halley.ens.fr/
  • 8 Catalogue en ligne des archives et manuscrits de l’enseignement supérieur, http://www.calames.abes. (...)
  • 9 http://caphes.ens.fr Voir, en particulier, toutes les possibilités de recherches offertes par l’enr (...)
  • 10 En effet, certains fonds ont été proposés par un donateur après consultation par ce dernier du site (...)

8Les collections imprimées sont signalées dans le Sudoc6 et dans le catalogue du réseau unifié des bibliothèques de l’ENS7. Quant aux fonds d’archives, leurs inventaires sont consultables sur Calames8 et sur le site web de l’unité9. Ce dernier est d’ailleurs documenté pour chaque fonds collecté – le site web devenant ici également un outil de prospective10. Ainsi, les documents conservés au CAPHÉS bénéficient d’une visibilité optimale.

  • 11 Par exemple, par l’accueil des conseils d’administration dans les locaux du CAPHÉS ou bien par l’ai (...)

9Le centre documentaire est très impliqué dans le réseau des bibliothèques de l’ENS. Par ailleurs, par le dépôt de leurs archives, les associations scientifiques et sociétés savantes internationales en histoire et philosophie des sciences ont établi un partenariat vivant avec le CAPHÉS, qui joue, en outre, un rôle de support logistique, chaque fois que nécessaire, pour ces différents partenaires11. De plus, le centre documentaire entretient un lien privilégié avec le Centre d’histoire des sciences et des techniques de l’université de Liège.

  • 12 Bustes d’Aldo Mieli, Pierre Costabel, Paul Doumer, tableau de François-Émile Ehrmann, le bureau de (...)

10Rassembler des fonds de personnalités scientifiques (au sens large) et d’institutions préoccupées de conserver des ouvrages significatifs dans leurs spécialités respectives, permet de mettre à disposition des étudiants et des chercheurs une documentation pertinente. Ces fonds ont été constitués de manière concertée. Les bibliothèques personnelles ont été l’outil de travail de toute une vie de recherches. En respectant le principe d’« intégrité des fonds », le CAPHÉS accomplit pleinement sa vocation patrimoniale puisque les collections imprimées constituent à leur tour une archive. En effet, une attention particulière a été portée à la préservation de l’ordre de rangement des ouvrages chaque fois que cela a été possible. À côté des documents, des objets sont également déposés - des bustes et tableaux - donnant au projet une dimension quasi muséale12.

  • 13 Pour prolonger les principales thématiques des fonds collectés, une politique d’acquisition est d’a (...)

11Les fonds peuvent faire l’objet d’approches plurielles : l’ambition de départ est certes patrimoniale, mais s’il s’agit bien d’un travail de mémoire auquel les fonds nous invitent, il ne s’agit pas pour autant de conservation morte, encore moins de construire un sanctuaire, mais d’entrer dans le vif de la transmission en reconstituant un réseau intellectuel le plus documenté possible13. L’objectif est aussi pédagogique : donner accès aux lecteurs, chercheurs, mais aussi élèves de l’ENS, étudiants, à un véritable laboratoire de la pensée, les archives permettant une approche généalogique et archéologique d’une œuvre, d’une notion, d’un concept, d’un problème, d’une discipline en train de se déployer. L’histoire et la philosophie des sciences se sont constituées en tant que disciplines au XXe siècle. C’est pourquoi les fonds réunis au CAPHÉS renseignent également sur l’histoire de ces nouveaux champs d’investigation et sur leur institutionnalisation. Il est loisible d’adopter alors l’attitude de l’historien ou du philosophe, mais également celle du sociologue des sciences ou encore de l’anthropologue.

Imprimés : 28 fonds collectés depuis 2005

Plus de 31 000 imprimés (ouvrages et tirés à part), 615 titres de périodiques (dont 9 vivants), catalogués à partir de mai 2007

Archives : 19 fonds collectés depuis 2006

6 inventaires en ligne (Georges Canguilhem, René Taton, Pierre Costabel, Gérard Simon, Françoise Francioli, la Société française de philosophie)

  • 14 Pour les fonds « institutionnels », il est normal qu’ils restent avec le statut « en cours », dans (...)

6 inventaires en cours14 (Janine Bertier, Yves Bouligand, la Société Française d’Histoire des Sciences et des Techniques, l’Union Internationale d’Histoire et de Philosophie des Sciences, le Comité national français d’Histoire et de Philosophie des Sciences, l’Académie Internationale d’Histoire des Sciences)

Liste des fonds15

Le CAPHÉS, ses activités et ses tutelles : fondation « Pour la science »16, CNRS, ENS

    • 16 La Fondation « Pour la science »-Centre international de synthèse a été l’une des tutelles du CAPHÉ (...)

    Fondation « Pour la science » - Centre international de synthèse : bibliothèque d’Henri Berr et du Centre international de synthèse : monographies, tirés à part et périodiques, http://halley.ens.fr/​search*frf~S11

  • Fonds d’ouvrages de la Revue d’histoire des sciences : monographies, http://halley.ens.fr/​search*frf~S11

  • Archives du séminaire du Centre d’analyse et de mathématiques sociales : déposées par l’EHESS à la fondation « Pour la science », en dépôt au CAPHÉS pour six ans

  • Fonds Pierre Jeannin (1924-2004), archives accompagnées de quelques monographies, thèses et tirés à part (fonds en attente de traitement)

  • Archives de la Société française de philosophie, http://www.calames.abes.fr/​pub/​ms/​FileId-1546

  • Fonds produit dans le cadre d’un projet scientifique du CNRS : archives relatives au recueil des synthèses de l’ACI « Histoire des savoirs », Action concertée incitative, 2003-2007, dirigée par Karine Chemla (fonds non traité).

  • Fonds d’ouvrages de l’ENS provenant du Département de chimie : monographies, http://halley.ens.fr/​search*frf~S11

  • Fonds Liliane Maury, en relation avec le séminaire du CAPHÉS animé pendant douze ans par Liliane Maury et Mireille Delbraccio, « Philosophie et sciences humaines » : monographies et dossiers d’archives (en attente de traitement).

Fonds où dominent les sciences de la vie et la médecine

Fonds de scientifiques

  • Fonds d’ouvrages de Raisa L’vovna Berg (1913-2006) : monographies en russe en cours de traitement

  • Fonds Yves Bouligand (1935-2011) : archives en cours de traitement, accompagnées d’un ensemble de monographies

  • Fonds Pierre Buser (1921-2013) : monographies, http://halley.ens.fr/​search*frf~S11

  • Fonds Ernest Kahane (1903-0996) : archives, monographies, tirés à part et quelques titres de périodiques en attente de traitement

  • Fonds Pierre Schlienger : archives en attente de traitement

  • Fonds Jeannine Yon-Kahn : archives en attente de traitement

Fonds d’historiens et de philosophes des sciences et des techniques

Fonds où dominent la physique et la chimie

Fonds de scientifiques et de laboratoire

Fonds d’historiens et de philosophes des sciences et des techniques

Fonds relatifs à la politique de la science

  • Archives de l’Union internationale d’histoire et de philosophie des sciences, en cours de traitement

  • Fonds Aldo Mieli (1879-1950) et l’Académie internationale d’histoire des sciences : monographies et tirés à part, http://halley.ens.fr/​search*frf~S11 ; archives en cours de traitement

  • Archives de la Société française d’histoire des sciences et des techniques, en cours de traitement

  • Archives du Comité national français d’histoire et de philosophie des sciences, en cours de traitement

  • Fonds Jean-Jacques Salomon (1929-2008) : monographies, http://halley.ens.fr/​search*frf~S11

Fonds relatifs aux activités du CIRPHLES

  • 17 C’est le cas de l’équipe d’archéologie AOROC (Archéologie et Philologie d’Orient et d’Occident, UMR (...)

12Depuis le 1er janvier 2014, le CAPHÉS a été recréé sous la forme d’une UMS dirigée par Mireille Delbraccio, l’UMS 3610, avec un projet élargi. L’extension de ce projet comporte plusieurs volets, un volet archivistique, mais aussi un volet éditorial (comprenant des humanités numériques) et un volet d’activités scientifiques pluridisciplinaires. En ce qui concerne les archives, il consiste à proposer la valorisation des fonds d’archives hébergés à l’ENS, notamment au sein des unités qui le souhaiteraient17. Dans ce cadre, le CAPHÉS apportera, d’une part, des compétences : dans la valorisation des fonds (par leur classement et leur signalement), également une mission de conseil en matière d’archives à destination des chercheurs-producteurs d’archives, mais aussi des chercheurs, élèves et étudiants en quête de fonds d’archives pertinents pour leurs recherches. D’autre part, le CAPHÉS mobilisera son réseau scientifique et professionnel, réseau de chercheurs préoccupés notamment par des questions d’archives et de professionnels de la documentation au sens large. Grâce à ce réseau d’experts, une réflexion sur les problèmes épistémologiques en matière d’archives pourra être menée, des journées d’étude et des colloques autour de fonds d’archives de l’ENS pourront être organisés.

13Ce projet a l’ambition d’ouvrir de nouveaux chantiers à l’ENS en matière d’archives : chantier de réflexion sur le devenir des archives de la recherche à l’échelle d’un établissement d’enseignement supérieur et de recherche ; chantier de sensibilisation, de formation, de valorisation, lié directement à la question prégnante de la pérennisation des archives de la recherche produites quotidiennement. À chacune de ces étapes, le CAPHÉS se propose de faire le lien entre différents partenaires pour qu’à l’ENS les archives d’hier et celles d’aujourd’hui soient interrogeables pour les recherches à venir.

Haut de page

Notes

1 Les missions de l’UMS « Acta » consistaient dans le « maintien et [le] développement de revues, collections d’ouvrages et éditions critiques du domaine de l’histoire et de la philosophie des sciences, parmi lesquelles la Revue de synthèse, la Revue d’histoire des sciences, les Archives internationales d’histoire des sciences, la collection "L’Évolution de l’humanité", la collection "De Diversis Artibus", l’édition critique des Œuvres complètes de D’Alembert ».

2 Cf. Convention de création, p. 3. Il s’agit ici du premier point concernant les missions du CAPHÉS.

3 L’ENS (Paris) était alors dirigée par Gabriel Ruget, très intéressé par le projet.

4 Le directeur de l’UMS, la responsable du centre documentaire, la directrice de la bibliothèque des lettres et sciences humaines de l’ENS, un enseignant en histoire des sciences de l’ENS, une archiviste des Archives nationales détachée au CRHST et la directrice de la bibliothèque de l’Institut Poincaré. Le Comité s’est réuni sous la présidence d’une personnalité choisie par l’ENS, en l’occurrence Isabelle Pantin. En 2005, elle était professeur à l’université Paris X, en délégation au Syrte, Observatoire de Paris-CNRS, ancienne directrice de la bibliothèque de l’ENS-site Jourdan. Elle est actuellement professeur à l’ENS.

5 Une réflexion a été menée au sein du réseau des bibliothèques et des départements de l’ENS concernant leurs collections. L’ENS a pris la décision de raisonner en termes de conservation partagée, dans la mesure où toutes les bibliothèques du réseau ont été confrontées au problème du manque d’espace pour loger de nouvelles collections. Parmi les collections que l’ENS avait déposées au CAPHÉS, il n’a été conservé qu’un ensemble de monographies pouvant être utiles pour l’histoire de la physique et de la chimie, les collections de biologie (essentiellement de botanique et de zoologie) et des périodiques de chimie ayant fait l’objet d’une cession au CTLes (Centre technique du livre de l’enseignement supérieur) en 2012, parce que redondantes à l’échelle du réseau parisien proche.

6 Le SUDOC est le Système universitaire de documentation, soit le catalogue collectif des bibliothèques universitaires françaises et des grands établissements, géré par l’Agence Bibliographique de l’Enseignement Supérieur, http://www.sudoc.abes.fr/

7 http://halley.ens.fr/

8 Catalogue en ligne des archives et manuscrits de l’enseignement supérieur, http://www.calames.abes.fr/

9 http://caphes.ens.fr Voir, en particulier, toutes les possibilités de recherches offertes par l’enrichissement des notices bibliographiques grâce aux données d’exemplaire http://www.caphes.ens.fr/centre-documentaire/article/consultation-des-fonds

10 En effet, certains fonds ont été proposés par un donateur après consultation par ce dernier du site de l’unité. Par leur don, certains donateurs ont à la fois voulu encourager le CAPHÉS dans son entreprise mais, plus profondément, y ont vu une réelle convergence avec leur propre démarche intellectuelle. C’est pourquoi, le don d’un fonds par un donateur a pu entraîner le don d’un fonds par un autre donateur par souci de compléter l’information scientifique.

11 Par exemple, par l’accueil des conseils d’administration dans les locaux du CAPHÉS ou bien par l’aide à l’organisation de colloques.

12 Bustes d’Aldo Mieli, Pierre Costabel, Paul Doumer, tableau de François-Émile Ehrmann, le bureau de Gaston Bachelard déposés par le Centre international de synthèse, la Société française de philosophie et l’Académie internationale d’histoire des sciences.

13 Pour prolonger les principales thématiques des fonds collectés, une politique d’acquisition est d’ailleurs en cours d’élaboration. Des ouvrages récemment parus sont achetés pour compléter les fonds existants.

14 Pour les fonds « institutionnels », il est normal qu’ils restent avec le statut « en cours », dans la mesure où ce sont des fonds ouverts, amenés à s’accroître au fil des ans.

15 La liste proposée ici est ordonnée selon les axes qui ont présidé à la collecte des fonds ; le site de l’unité, quant à lui, propose la répartition entre fonds personnels, http://caphes.ens.fr/centre-documentaire/fonds-collectes/fonds-personnels/article/liste-des-fonds-110 et fonds institutionnels, http://caphes.ens.fr/centre-documentaire/fonds-collectes/fonds-institutionnels/article/liste-des-fonds.

16 La Fondation « Pour la science »-Centre international de synthèse a été l’une des tutelles du CAPHÉS de 2003 à 2007, en partenariat avec l’EHESS. Si elle n’est plus actuellement tutelle proprement dite, elle demeure propriétaire des deux titres de revues publiées grâce au secrétariat de rédaction assuré par l’équipe du CAPHÉS, la Revue de synthèse et la Revue d’histoire des sciences.

17 C’est le cas de l’équipe d’archéologie AOROC (Archéologie et Philologie d’Orient et d’Occident, UMR 8546) qui est demandeuse d’une aide à la valorisation de ses nombreux fonds d’archives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Queyroux, « Le Centre documentaire du CAPHÉS : sa politique et ses fonds », Histoire de la recherche contemporaine, Tome III - N°2 | 2014, 180-184.

Référence électronique

Nathalie Queyroux, « Le Centre documentaire du CAPHÉS : sa politique et ses fonds », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome III - N°2 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2016, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://hrc.revues.org/846 ; DOI : 10.4000/hrc.846

Haut de page

Auteur

Nathalie Queyroux

Docteur en philosophie de l’université Paris I, Nathalie Queyroux est ingénieur de recherche au CNRS, après plusieurs missions documentaires, dont une dédiée à la bibliothèque d’I. Meyerson (université Paris-Est-Créteil) et l’autre aux archives (bibliothèque de l’Académie nationale de médecine)

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org